Biofabrication // Bienvenue dans l’ère de la Biofabrication l Andras Forgacs l #BoFVOICES 2017

🇬🇧 Vidéo originale publiée en anglais le 30 novembre 2017 sur business of fashion |BoF Exclusive.

Mot du début

Le 12 juin 2018, la contribution à la traduction n’étant pas ouverte sur la vidéo YouTube : Welcome to the Era of BioFabrication | Andras Forgacs | #BoFVOICES 2017, et le système de traduction automatique n’étant pas des plus fiables, j’ai souhaité apporter ma contribution pour rendre les dernières innovations autour de la biofabrication plus accessibles. Voici donc la version française du discours du co-fondateur de Modern Meadow et Organovo: Bienvenue dans l’ère de la Biofabrication.

Welcome to the Era of Biofabrication l Andras Forgacs l 30 novembre 2017
Le présentateur:

Dès les premiers jours de BOF, nous sommes fiers de connecter la mode avec la technologie et l’innovation, de la Silicon Valley jusqu’ici même au Royaume-Uni. Nous avons commencé par des questions comme: Qu’est ce que cette nouvelle chose appelée réseaux sociaux va-t’elle devenir? Quelles sont les tendances de la personnalisation de masse? Et les technologies portables? Et la réalité virtuelle? Comment ces choses vont avoir un impact sur l’industrie de la mode? Aujourd’hui, nous allons faire un pas de plus vers l’avenir de l’industrie, et aussi comprendre comment la technologie peut nous aider à relever certains des défis clés de notre époque, dont plusieurs ont été soulevés ce matin.

Ce matin, nous avons appris d’Ellen MacArthur, comment intégrer les principes de circularité dans les fibres mêmes de notre industrie. Nous nous sommes engagés dans un débat sur le traitement des animaux dans l’industrie de la fourrure. Mais que se passerait-il, si une nouvelle technologie pouvait répondre à ces questions? Et si nous n’avions pas besoin d’animaux du tout. Andreas Forgacs est le fondateur et PDG d’une entreprise révolutionnaire, que BOF suit dans les coulisses depuis plusieurs années. Maintenant pour la première fois, dans le cadre d’une conférence publique, Andreas est ici pour partager les secrets de son entreprise Modern Meadow, qui a travaillé à nous donner un aperçu de l’avenir de la mode: Bienvenue dans l’ère de la biofabrication.

Andras Forgacs:

Bonjour, je suis ravi d’être ici. Les différentes civilisations ont été propulsées par des avancées techniques.

Depuis l’Âge de Pierre jusqu’à l’Âge de l’Information ou l’Âge du Silicium, nous avons souvent étiqueté des chapitres dans l’histoire humaine par les matériaux que nous avons été en mesure de maîtriser.

A l’Âge de Pierre, c’était la première fois que l’humanité était capable de prendre des matériaux de la Nature, pour en faire des articles ayant une plus value. Ne nous pouvions avoir eut la révolution industrielle sans le progrès de la fusion de l’acier, qui a conduit à la percée dans la fabrication de machines et de la construction.

En effet, le XXe siècle a commencé avec d’énormes avancées, par exemple avec les polymères synthétiques comme le Lycra ou le Nylon. Dans la dernière moitié du XXième siècle, l’Âge de l’Information n’aurait pas pu arriver sans les semi-conducteurs à base de silicium.

Dans le domaine de la biologie, le XXième siècle a vu la rupture du code ADN, qui est le dispositif de stockage de l’information de la vie. Ceci a conduit à d’énormes révolutions en médecine. Il est donc juste que nous regardons l’un des plus grands visionnaires de l’Âge de l’information pour voir où les prochaines percées matérielles peuvent provenir.

En effet, Steve Job a prédit que la plus grande percée de ce siècle viendrait à l’intersection de la biologie et technologie.
En effet, bienvenue à l’ère de la biofabrication.

Alors laissez-moi vous demander dans le public: qui a entendu parler ou sait ce qu’est la biofabrication? Levez vos mains. D’accord, vous êtiez tous très bien informés.

La biofabrication s’est construire avec la biologie. C’est une discipline qui se trouve à l’intersection de la biologie, l’ingénierie et du design.

Ce sont les percées en science des matériaux et en biologie, qui ont eu lieu au cours de ces dernières décennies, qui nous permettent de revenir à certains de nos matériaux les plus anciens anciens. Des matériaux comme la laine, le bois, la soie et le cuir, et de les réinterpréter avec cette boîte à outils, alimentée par l’ingéniosité de l’homme.

Chez Modern Meadow, nous appliquons la biofabrication pour réinterpréter le cuir. Et comment faisons-nous cela? 
Nous le faisons en le réalisant, avec essentiellement le principale ingrédient biologique du cuir:
le collagène. C’est une protéine.

Plutôt que de prendre d’un animal sensible, à travers un processus inefficace, et qui a vu assez peu d’innovation. Nous pouvons utiliser la boîte à outils biotechnologie pour cultiver ce collagène, et utilisez ce collagène comme ingrédient pour faire tout un monde de matériaux.

Alors comment pratiquons-nous la biofabrication?
Par la conception d’organismes qui peuvent produire des protéines, qui construisent des blocs.

C’est ce que nous pouvons obtenir en cultivant ces organismes, des petites usines biologiques qui produisent ces ingrédients. Nous pouvons assembler ces ingrédients pour créer un nouveau monde de matériaux. Ce qui est important surtout, c’est que cela commence à brouiller la distinction entre ce qui est naturel et ce qui est synthétique. Vous savez qu’il y a de grands avantages aux matériaux naturels, et de grands avantages au matériaux synthétiques.

Nous pensons que la biofabrication offre une troisième catégorie, qui combine les avantages des deux: ce qui est naturel mais amélioré par la créativité humaine.

Passons à l’étape de conception, comment nous faisons de la biofabrication.

Dans le cas de Modern Meadow, la façon dont nous biofabricaquons le cuir commence par l’ingénierie de l’ADN d’un organisme de levure. Ce n’est pas trop différent de la levure que vous pourriez utiliser pour brasser de la bière. Mais dans ce cas, au lieu de manger du sucre et produire de l’alcool, nous faisons manger du sucre à cette levure et elle produit du collagène.

Ainsi, une fois que nous avons conçu l’ADN de la levure, nous sommes en mesure de la faire grandir dans de grandes quantités, en utilisant des techniques de brassage ou de fermentation. C’est un exemple de cuve de fermentation que nous exploitons chez Modern Meadow, où nous voulons optimiser ces fermentations à petite échelle, avant de l’adapter à très grande échelle. Vous savez des milliers de litres, des dizaines de milliers de litres. Visualisez une brasserie produisant les ingrédients du cuir dans le futur plutôt que du bétail.

Et enfin nous pouvons prendre le collagène provenant de la brasserie où il est produit. La fébrile de ce collagène crée la structure d’ordre supérieur qui reproduit la fonctionnalité du cuir. Nous avons tout un tas de façon de le faire pour créer une gamme de propriétés. Nous pouvons développer des matériaux qui sont très similaires au cuir, parce nous produisons des matières comme le cuir, mais qui peuvent explorer un design entièrement nouveau de performance et de fonctionnalité. Nous passons par un processus de tannage, non pas parce que nous avons besoin d’enlever les poils de la chair, et la graisse. Notre processus de tannage est en réalité beaucoup plus propre. Il utilise des quantités plus faibles de produits chimiques et il est plus efficace.


De sorte à ce que les implications de la biofabrication sont en fait assez profonde à plusieurs niveaux:

  • pour la manufacture
  • pour le designer
  • pour le consommateur
  • et bien sûr pour la planète.

Pour le fabricant, tout d’un coup vous allez d’un processus soustractif à additif.

Donc plutôt que devoir prendre des animaux élevés dans des champs, les transporter à l’abattoir, de leur retirer la peau, de retirer les poils et la graisse de la peau, partiellement tanné ce matériaux et l’expédier à l’autre bout du monde. Soudain, vous pouvez cultiver tout ce dont vous avez besoin. Vous pouvez cultiver efficacement le collagène en utilisant ces réservoirs de brassage géant. Ensuite vous pouvez expédier ce collagène où vous en avez réellement besoin, pour qu’il soit convertit dans le matériau que vous voulez. Donc c’est une processus complètement additif plutôt qu’un soustractif.

Aussi vous prenez un processus qui prend des années pour élever un animal dans un champs et des dizaines de milliers de kilomètres pour expédier l’animal, puis les peaux parce que généralement la plupart des animaux sont élevés très loin de l’endroit où le cuir est tanné. Vous pouvez réduire ceci à moins de deux semaines, avec beaucoup moins de matériel et de kilomètres.

En fait, il faut environ une semaine pour effectuer la fermentation, pour faire fonctionner le brassage et moins d’une semaine pour convertir le collagène en matériaux.

Alors pensez s’y, que tout d’un coup, vous pouvez avoir un cuir biofabriqué sur demande en moins d’une semaine. Cela peut permettre des chaînes d’approvisionnement allégées, et une fabrication juste à point nommé.

Pour les designers les implications sont également très excitantes. Plutôt que d’avoir à travailler avec ce que vous obtenez à partir d’un animal, et essentiellement la récupération de morceaux utilisables.

Tout à coup, vous pouvez prendre vos idées de design dans le matériau, et développer les formes que vous voulez fabriquer, plutôt que d’être limité à simplement choisir des matériaux pré-existants, et travaillez avec un palette assez limitée.

Soudainement, vous pouvez ajuster les propriétés des matériaux pratiquement sans limite, parce que le design, la performance et les propriétés fonctionnelles que vous pouvez composer sont pratiquement illimité. En fait, vous pouvez créer des zones avec des propriétés, des topographies variables, des propriétés physiques différentes. Le matériel peut être très excitant d’un point de vue du design. Donc si vous êtes un designer, vous pouvez penser votre design au delà du produit et à l’intérieur du matériaux.

Ce qui vous permet ensuite d’avoir des matériaux conçus sur mesure pour les produits ou des matériaux qui apparaissent différemment sur différents produits et avec différents marques. Quand vous allez dans un grand magasin, un centre commercial et vous voyez tous ces articles différents qui sont pratiquement tous faits des mêmes matériaux. Tout d’un coup, vous pouvez voir l’individualité, ou la différenciation dans les matériaux eux-même et pas uniquement dans la conception du produit.

Pour le consommateur soudainement une industrie qui a été opaque, je veux dire après tout combien de consommateurs ont été invité à visiter un abattoir? Ou ont vu comment le bétail est traité, les quelques semaines ou mois de sa vie.

Vous pouvez la transformer en une expérience qui ressemble d’une brasserie. En fait, les brasserie et les distilleries sont des environnements beaucoup plus accueillants. Vous prenez donc un processus très opaque, et vous pouvez en faire quelque chose de transparent. La façon dont l’objet est fabriqué devient finalement une part de ce que l’objet devient.

Ce qui important, d’un point de vu historique, c’est que la durabilité est un concept très puissant, une grande aspiration, mais qui a été associé à un compromis: avoir avec des matériaux qui ne sont pas aussi performants ou qui sont beaucoup plus chers.

Avec la biofabrication, il est possible d’utiliser des matériaux performants, ce qui permet de nouvelles possibilités dans le design de qualité et durable.

Il n’est pas nécessaire de troquer l’un ou de faire de compromis.

Et bien sûr pour la planète, nous pouvons penser au delà des ressources limitées de cette planète.

Après tout, le bétail est l’un des plus grands utilisateurs de terres, d’eau, et l’un des plus grands contributeurs d’émissions de gaz à effet de serre.

Donc si nous pouvons créer des matériaux en cuir sans avoir à compter sur le bétail, c’est une percée.

Plutôt que de produire ce matériaux merveilleux qu’est le cuir à partir d’une vie sensible, nous pouvons créer ce matériaux avec la vie et ne pas à avoir à exploiter la vie sensible pour le faire.


La biofabrication est un concept relativement nouveau, qui se traduit par des matériaux en cuir, en soie et bien d’autres. Mais comme vous pouvez le voir, il y a plusieurs directions à ceci. Alors comment allons-nous expliquer ceci? Comment appelons-nous ceci? C’est quelques chose avec lequel nous avons lutté chez Modern Meadow. Les gens nous ont demandé depuis des années, et jusqu’à maintenant, comment vous allez l’appeler? Modern Meadow, biofabriqué, matériaux en cuir ne viennent pas à la bouche si facilement. C’est donc très excitant de partager avec vous, cet automne, nous avons finalement donné un nom à notre bébé et nous avons décider de l’appeler: ZOA.

Pourquoi ZOA?

Zoa vient du terme grec Zowie, qui signifie la vie et vous pourriez avoir entendu ce mot dans d’autre terme, comme zoo. Si vous avez déjà parlé à un zoologiste, ou vous pourriez avoir lu ou appris sur les protozoaires ou hydrozoa ou metazoa. Il s’agit fondamentalement d’un concept très puissant, qui est capable de célébrer la vie et qui en mesure de faire pousser des matériaux avec la vie. C’est que nous voulions rendre avec ces matériaux biofabriqués. C’est célébrer la vie. C’est aussi le deuxième prénom de ma fille ainée: Zoey.

Laissez-moi vous montrer des exemples de ZOA.Comme vous pouvez le voir ZOA peut avoir de nombreuses formes, c’est un monde de matériaux.

Il est fabriqué sous une forme de feuille et a un grain naturel. Et parce que nous assemblons des matériaux d’une toute nouvelle façon, nous pouvons tanner sous forme liquide et nous pouvons travaille avec sous une forme liquide. Il ne suffit pas de penser cuir liquide. Ceci n’est qu’un exemple de ZOA, que nous avons travaillé sous forme liquide.

Si vous pouvez travailler avec une forme liquide, cela vous permet non seulement de nouveaux matériaux, mais de nouvelles constructions, et possibilités.

Voici un exemple qui prend deux tissus différents. Nous avons découpé un cercle, puis nous avons pris un cercle plus petit d’un tissus différent, et nous les avons joint avec ZOA sous forme liquide.

Vous pouvez voir que ZOA est intégré avec le tissus extérieur, puis s’entend sur un espace, et ensuite intègre le tissus intérieur. De sorte que cela devient une couture, une manière de combiner des textiles sans couture. Et si vous pouvez travailler sous forme liquide, vous savez que vous pouvez assembler des éléments sans couper ou coller. C’est un exemple de ce que sait faire ZOA.

Nous n’avons rien utilisé d’autre que ZOA. Nous n’avons pas découpé, ni collé, nous avons juste travaillé avec ZOA dans sa forme liquide

Et si vous travaillez une forme liquide, vous pouvez aussi le pulvériser. C’est un exemple de ZOA qui a été pulvérisé sur de la soie.

Pensez le cuir comme une brume.

Une des autres possibilités que nous avons créer: ce sont des motifs de toutes sortes. Voici un exemple du grain naturel de ZOA, combiné à un motif géométrique, du coup vous obtenez une nouvelle typographie.

Voici un exemple de ZOA, où nous montrons encore un relief différent. Cette idée que nous pouvons créer des propriétés zonales. De sorte que le matériau peut se comporter différemment dans une partie, de ce qui se passe dans une autre.


Nous ne nous attendions pas à dévoiler ZOA cet automne. Nous nous attentions à apparaître pour la première fois à coté de nos partenaires plutôt l’année prochaine. Mais plutôt cette année, nous avons reçu un appel de Paola Antonelli du Musée d’Art Modern, qui nous a demandé si nous pouvions faire un objet qui pourrait être inclus dans les objets de l’exposition sur la mode modern. Comme beaucoup d’entre vous le savent, lorsque le MoMA décide de faire une exposition sur la mode, c’est un moment très rare et spéciale, qui ne s’est pas produit depuis 70 ans. C’était donc une opportunité que nous ne pouvions pas laisser passer. Quand nous avons regarder la liste des articles que nous pourrions réinterpréter, parce Paola nous avait demander de réinterpréter un article comme prototype pour cette exposition. Nous voulions aller vers un article que vous ne pensez pas être fait de cuir. Nous voulions aller aller vers un article qui n’était pas fortement associé à une autre marque. Nous voulions que ce soit une provocation, que ce soit quelque chose de nouveau, qu’il est possible de faire avec un nouveau matériaux.

Nous avons pris le tee-shirt graphique, comme beaucoup d’entre vous le savent c’est la toile blanche de la mode et c’est aussi le vêtement des révolutionnaires. Nous voulions vraiment embrasser cette idée qu’il s’agit bien d’un matériau révolutionnaire. Vous pouvez voir ce tee-shirt qui a été fait avec ZOA. Ce que nous avons fait, c’est que nous avons pris un simple tee-shirt que nous avons démonté puis nous avons utilisé ZOA dans sa forme liquide pour rassembler les pièces. Nous avons remplacer du coton par de la résille dans quelques zones, pour que vous puissiez voir un autre exemple:

ZOA n’est pas travaillez comme un nouveau matériaux, mais comme une nouvelle méthode de fabrication.

Ce tee-shirt est assemblé sans aucune couture, juste avec le travail de ZOA sous sa forme liquide. Nous avons également fait une apparition à Soho, pour présenter une partie des design possibles de ZOA sous sa forme liquide. C’est quelque chose que nous avons l’intention de continuer d’éduquer le public à propos de la biofabrication et qu’elles sont les conceptions possibles. En fait, si l’un de vous est à New York la semaine prochaine, notre directeur de création, Suzanne Lee organise la conférence sur la Biofabrication, qui réunit les designers, les recherches et les industries qui explorent la biofabrication.

Je voudrai partager avec vous, la vidéo qui accompagne l’exposition du MoMA pour expliquer, cette idée, cette provocation.

Zoa: When was the last time you wore a revolution? l Modern Meadow Info l publiée le 25 septembre 2017

Merci j’ai hâte de parler avec chacun d’entre vous, et d’explorer ce que nous pouvons développer ensemble. Merci

Le présentateur:

Merci Andreas, comme vous le savez BOF vous suit depuis des plusieurs années pour essayer de découvrir ce que vous faites. Je suis vraiment reconnaissant d’avoir pris le temps. J’aurai une question, qui est comme vous le pensez à propos des propriétés de ZOA, par rapport à celles des propriétés d’un cuir provenant d’un animal? Quelles sont les différences? Vous avez parlé de la façon dont ils peuvent se comporter de manière similaire dans un produit et dans le design. Mais en quoi sont-ils différents?

Andras Forgacs:

Oui, c’est une vrai bonne question. Nous avons un immense champs de création. Je veux dire un espace de conception pratiquement illimité avec ZOA. En fait, l’un de nos défis, c’est de trouver sur quoi se concentrer. D’abord le cuir traditionnel, c’est une matière merveilleuse que nous aimons beaucoup. Nous avons délibérément décider de ne pas aller dans une réelle imitation.

Nous ne souhaitons pas que ZOA soit une imitation, nous voulons que ce soit une innovation.

Nous voulons qu’il tienne compte de ce que vous connaissez, et de ce que nous aimons du cuir, mais pour construire sur ça, pour aller au delà de ça. Il n’y a pas une seule propriété que je peux mettre en évidence pour ZOA , et qui se différencie. Ça serait en fin de compte des douzaines et des douzaines de propriétés en fonction de ce que nous composons. Parce que ce n’est pas juste un seul matériau, ce sera finalement des dizaines, des centaines de matériaux, car chaque collaboration avec une marque différente, un designer différent, nous pouvons composer avec ZOA, pour apparaître différemment.

Il se peut donc que dans un magasin d’application, c’est un système d’exploitation pour créer de nouveaux matériaux. Un système d’exploitation où vous avez un contrôle considérable sur les caractéristiques du design et de fonctionnalité.

Vous pouvez faire des matériaux qui sont incroyablement minces et forts. Vous pouvez les rendre plus épais, vous pouvez faire varier le relief, vous pouvez créer des zones avec des propriétés. Vous pouvez le rendre plus rigide, plus souple, plus élastique. Nous sommes vraiment au commencement, à gratter la surface de ce qu’il est possible de faire. Il faut beaucoup de temps au début pour débuter, parce que c’est la première fois que vous présentez au monde. Vous voulez vous assurez que c’est d’un très bon niveau de qualité, et que les partenaires avec lesquels nous travaillons sont parmis les meilleurs des meilleurs.

En fait, il faut beaucoup de temps au début pour cadrer. Parce que la toute première fois que vous le présentez au monde, vous voulez vous assurer de son très bon niveau, et que les partenaires avec lesquels nous travaillons sont parmi les meilleurs des meilleurs. Nous voulons donc travailler avec prudence, pour composer les propriétés, afin de s’assurer que la première fois que le ZOA se présente, dans le courant de l’année prochaine. Nous pourrons parler comme quelque chose de désirable, de merveilleux au sujet du cuir, mais en même temps, mettre en évidence quelque chose qui est visiblement différent.

Le présentateur:

L’année prochaine quand ces partenaires mystérieux vont être révélés, merci beaucoup.


À bientôt pour de nouveaux articles, d’ici là: souriez 😄. Cela rend heureux.se.

😃 Pour me contacter: Linked In ou mon compte Twitter


Pour aller plus loin loin

  • Un événement: Biofabricate, le sommet annuel de la biofabrication
  • Explications sur la biotechnologie de Modern Meadow: ZOA
  • Tableau collaboratif Pinterest de ZOA par Open BioFabrics