Burn-out : l’arrêt n’est ni un luxe ni un confort. C’est une urgence

Marina Bourgeois
Oser Rêver Sa Carrière
3 min readApr 14, 2022

--

De l’urgence de savoir s’arrêter…

Combien de nos accompagnés sont allés au travail avec leur arrêt médical dans le sac… avant de littéralement s’effondrer et de ne « plus pouvoir »…

Pourquoi ce refus obstiné des préconisations médicales, perçues par beaucoup comme une sentence et non un soulagement ?

Parce que « ça sera pire au retour, j’aurai encore plus de choses à faire » ;

Parce que s’arrêter fait peur : « ça va être le vide, l’horreur » ;

Parce que « j’me connais, je n’arriverai jamais à rester chez moi sans bosser, alors autant y aller » ;

Parce que « mon mari/ma femme est en télétravail, je ne vais rester dans mon lit toute la journée alors que lui/elle bosse » ;

Parce que « l’arrêt va être mal perçu par les collègues, les équipes ou la hiérarchie » ;

Parce « qu’ils vont me virer si je m’arrête » ;

Parce que « si je m’arrête, je ne suis pas sûre d’y retourner un jour » ;

Parce que « si je m’arrête, cela va surcharger les collègues… je ne peux pas leur faire ça, on est déjà en sous-effectif » ;

Parce que « c’est bon, je peux tenir jusqu’aux prochaines vacances » ;

Parce que « ça ne se fait pas dans ma famille. On est des bosseurs » ;

Parce que « de toutes façons ils ne me laisseront pas tranquille, ils vont faire en sorte que je traite quand mème certaines choses » ;

Parce que « je ne vais si mal que ça » ;

Parce que « ça ne se fait pas » ;

Parce que « le boulot va s’accumuler » ;

Parce que « Ginette en profitera pour prendre ma place » ;

Parce que « y’a pire que moi, pourquoi MOI je m’arrêterais ? » ;

Parce que « Gérard me piquera tous mes clients » ;

Parce que « faut bien tenir, c’est comme ça dans le métier »…

oui mais non ! L’extraction de l’environnement de travail est absolument essentielle lorsque l’on est à bout de forces et — qu’en plus — un professionnel de santé vous suggère vivement de vous arrêter.

L’arrêt n’est pas un luxe ni un caprice. C’est une urgence médicale !

Et plus vous reporterez la « sentence », plus longue risque d’être vôtre période d’arrêt…

À méditer…

Vous ❤ cet article ? N’hésitez pas à le partager !

Pour aller plus loin : comment gérer sa période d’arrêt ?

--

--