Burn-out : quand nos mots révèlent nos maux

Nous ne le répèterons jamais assez : le burn-out n’arrive pas d’un coup d’un seul. Il est insidieux et la plupart du temps précédé d’une phase dite de « burn-in ».🤯

Durant cette phase de surchauffe (dont la durée varie d’un individu à l’autre), des signaux avant-coureurs se manifestent (mais hélas souvent non perçus/non écoutés voire déniés). Ils sont (pour vulgariser) de 3 ordres et se cumulent parfois :

  • Physiques (fatigue persistante ne disparaissant pas malgré les périodes de repos, somatisation du corps : TMS, etc) ;
  • Psychiques (troubles cognitifs notamment, irritabilité, etc) ;
  • Comportementaux (repli sur soi ; désertion des lieux de convivialité au travail ; abandon ou renoncement aux activités extra pro ; amplitude des horaires de travail de plus en plus importante ; blurring ; annulation des rendez-vous médicaux parce que trop de travail ; déni et/ou syndrome de toute puissance en mode « c’est bon, je me reposerai plus tard… », etc).

La liste est (hélas) très longue…

Dans cette trilogie de symptômes et parmi les signaux comportementaux, le verbal tient une place importante : certains vocables et certaines expressions, lorsqu’ils deviennent répétitifs et s’inscrivent dans le temps, sont symptomatiques d’un état de surmenage et de stress avancé :
👉J’ai la tête dans le guidon depuis des mois
👉Je ne vois pas le bout du tunnel
👉Je n’en peux plus
👉Je suis en mode robot, pilotage automatique, machine de travail
👉J’ai l’impression d’être borderline ces derniers temps
👉Je ne supporte plus rien
👉Un grain de sable dans l’organisation et tout se casse la figure
👉J’ai la boule au ventre tous les matins
👉Je n’arrête pas de pleurer sans savoir pourquoi
👉Si je craque, toute l’équipe lâche
👉 Je décale mes vacances.. pas le choix..trop de boulot
👉Je ne sais plus pourquoi je bosse, j’ai envie de tout envoyer valser
👉 Je n’arrive plus à me lever le matin
👉 Je suis vidé.e, plus de jus, etc.

Ces petites phrases ne doivent pas être minimisées : elles disent quelque chose et traduisent une situation délétère. Que vous les prononciez (même intérieurement) ou que vos proches ou collègues les expriment, écoutez les tant qu’il est encore temps !

Vous ❤ cet article ? N’hésitez pas à le partager !

Pour approfondir le sujet :

Oser Rêver Sa Carrière accompagne les femmes et les hommes en questionnement professionnel afin de les aider à (re)trouver leur voie, (re)construire une carrière qui leur ressemble et passer à l'action.