Burn-out : un (petit) pas devant l’autre…

Marina Bourgeois
Oser Rêver Sa Carrière
4 min readJul 5, 2017

--

Vivre un burn-out est une épreuve douloureuse. En sortir en est une autre. S’il n’existe pas de recette magique pour éliminer l’épuisement ou reprendre du poil de la bête du jour au lendemain, il est une règle intéressante à intégrer : celle de l’avancée “petit pas par petit pas”.

Après le “crash” que constitue un burn-out, la remontée arrive nécessairement à un moment ou un autre (évidemment plus ou moins long en fonction des personnes et selon de multiples facteurs). Il est toutefois une constante : remonter la pente exige patience et confiance en ses petites avancées. Autrement dit, il s’agit d’adopter la stratégie des petits pas.

Qu’est-ce que cette stratégie des petits pas ? Comme son nom l’indique, il s’agit d’une méthode destinée à ne pas se fixer un objectif trop ambitieux mais à faire des petits pas pour avancer sereinement vers ce qui est important pour soi. C’est une stratégie à long terme : plutôt que de mettre la barre trop haut au risque de ne pas atteindre l’objectif, de s’auto-décevoir et donc d’abaisser encore plus le degré de confiance en soi, il est préférable de descendre la barre d’un (voir plusieurs) cran(s), de façon à mettre toutes les chances de son côtés pour atteindre un premier but, puis un second, puis un troisième et ainsi de suite. Autrement dit, il est préférable de décomposer l’objectif final. Un exemple, vous venez de vivre un burn-out, cela commence à aller mieux. Vous êtes au chômage et envisagez de changer de voie. Plutôt que de penser à la case “arrivée”, autrement dit, à la réponse à la question “qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire ?”, prenez le problème autrement : “qu’est-ce que je peux mettre en place dès aujourd’hui pour savoir ce que je veux faire ?”, “quelle petite action puis-je faire pour y avancer dans ma problématique?”. Cela peut être par exemple de commencer à regarder sur Internet les professionnels pouvant vous aider, ou avoir un échange avec un(e) ami(e) travaillant dans un secteur vous intéressant. Ne mettez pas l’objectif trop haut. Le risque de ne pas y arriver est trop grand. Or, l’échec est encore plus difficile à gérer en période de fragilité. Le burn-out en est une. Soyez indulgent(e) avec vous-même et allez-y pas à pas, sans violence mais au contraire avec douceur. A chaque jour suffit sa peine comme dit le proverbe ;-). Autre exemple : vous venez de passer des mois isolé(e) à cause de votre épuisement professionnel. Pas la peine de vous mettre un objectif démesuré et de vous infliger une première sortie dans les grands magasins ou un concert au Zenith. Optez pour un petit café en terrasse, une ballade dans un endroit peu bruyant, etc. Une fois cette première étape réalisée, fixez-vous un nouvel objectif plus “audacieux”. Ainsi, vous (re)prendrez confiance en vos capacités. La confiance reviendra, doucement mais sûrement.

En effet, cette stratégie des petits pas, proche du Kaizen japonais, est intéressante car elle dope l’estime de soi : à chaque petit pas réalisé, peu importe sa taille, on envoie un message positif à notre cerveau qui lui dit (et intègre) : “c’est possible !”. Ainsi et progressivement, on habitue notre cerveau à accepter que l’on est capable, que l’on peux, que l’on est compétent. C’est une gymnastique positive qui permet d’avancer par étape, sans pression et de façon structurée. Petit à petit, on muscle notre capacité à se challenger, à procéder à des changements, à avancer, à obtenir des résultats, etc. De la sorte, des choses ou actes qui semblaient impossibles auparavant deviennent rapidement un simple petit pas de plus. En cas de burn-out et en fonction de votre état physique et émotionnel du moment, n’hésitez donc pas à vous poser la question suivante : quel petit pas, même minuscule, pourrais-je faire dès aujourd’hui pour parvenir à me sentir ne serait-ce qu’un tout petit peu mieux ? Plutôt que de viser la remontée complète et durable dès demain, attaquez-vous à votre mieux-être immédiat, celui d’aujourd’hui. Quel petit pas faire dans cette direction ? Plutôt que de vous attaquer à quelque chose de trop gros, avec le risque de vous laisser impressionner, de reporter au lendemain ou au surlendemain, voire d’abandonner…faites un premier pas, puis un autre, etc.

“Celui qui déplace la montagne, c’est celui qui commence à enlever les petites pierres”, Confucius.

Pour en savoir plus sur le burn-out : Marina Bourgeois. Burn-Out. Le (me) comprendre & en sortir, 2018.

Vous ❤ cet article ? N’hésitez pas à le partager !

--

--