Pierre : des médias parisiens à la pantoufle charentaise, une histoire de famille !

Oser Rêver Sa Carrière (ci-après ORSC) : Bonjour Pierre, et merci beaucoup d’avoir accepté cette interview, car je crois savoir que tu es en déplacement à l’autre bout du monde en ce moment ;)

Bonjour Caroline ! Effectivement, je suis actuellement en Chine pour y développer la distribution de nos produits, mais c’est un plaisir de répondre à tes questions sur la reconversion professionnelle ;)

ORSC : Quel âge as-tu Pierre ?

J’ai 35 ans.

ORSC : Et deux vies professionnelles, tu nous racontes ?

Avec plaisir ! Ma première expérience, je l’ai faite dans un grand groupe média à Paris, où j’ai évolué pendant 11 ans. L’environnement était hyper dynamique. J’ai commencé en tant que chef de projet, avec comme mission de créer une offre de sponsoring. Après 2 ans, j’ai bifurqué vers un rôle de commercial en tant que chef de pub. Puis j’ai évolué dans ce rôle de commercial, jusqu’à devenir directeur de la publicité adjoint, où je manageais une équipe de 6 personnes.

Et aujourd’hui je suis dans la pantoufle :) Plus particulièrement dans la charentaise ! Ma famille fabrique ce produit depuis 110 ans, et après plus de dix ans dans les médias, j’ai senti qu’il étant temps pour moi d’apporter mon expérience à la société familiale. Je me suis reconverti il y a 2 ans maintenant.

ORSC : Ton parcours nous touche particulièrement, car on parle de la reprise de l’entreprise familiale. J’imagine que cela signifie beaucoup pour toi ?

En quittant mon ancien boulot, mon mot d’ordre était : redonner du sens à ma vie ! J’ai adoré mon ancien job, mais après quelques années, j’avais perdu le sens de ce que je faisais.

Aujourd’hui, je m’accomplis pleinement dans mon métier ; je bosse certainement 10 fois plus qu’avant, mais je me lève chaque jour avec l’envie de réussir les projets que j’entreprends au sein des Ets Rondinaud.

Tous les matins, j’adore arriver tôt à l’usine, vers 7H30, et voir la machine se mettre en route. J’ai maintenant 87 personnes sous ma responsabilité et je ne dois pas les décevoir. Notre pari est de faire de la charentaise, que certains trouve « ringarde », un produit haut de gamme, un indispensable du dressing !

Mon père va prendre sa retraite l’année prochaine. Je vais donc bientôt naviguer seul. Je suis actuellement en phase de transition avec lui pour reprendre les rênes en douceur, car bien réussir cette transition est primordial. Pour moi c’est un sacerdoce : je me donne corps et âme pour cette société :)

ORSC : Avais-tu des craintes avant d’oser te lancer ?

Le plus dur a été de quitter Paris, où j’ai tous mes amis. L’idée de me retrouver dans le village de mon enfance m’a un peu effrayé au départ ! Et puis c’était le grand saut dans l’inconnu : il a fallu réapprendre un nouveau métier, et travailler deux fois plus pour rattraper mes lacunes sur le produit.

ORSC : On parle souvent de « montagnes russes émotionnelles » en matière de reconversion, qu’en penses-tu ?

Effectivement, il peut arriver de regretter parfois le confort de son ancien boulot, mais cela ne dure que quelques secondes. Il faut croire en ses rêves et se donner les moyens de les réaliser ; c’est parfois compliqué mais la satisfaction est tellement grande !

ORSC : As-tu rencontré des obstacles particuliers lorsque tu as changé de voie ?

Mes deux principaux obstacles ont été le manque de connaissance du produit (la chaussure demande de grosses connaissances techniques) et la gestion d’entreprise. Ayant été salarié durant 11 ans, je n’avais aucune base sur la gestion d’une société. Mais c’est comme tout, ça s’apprend !

ORSC : Ton plus grand bonheur dans cette nouvelle vie professionnelle ?

Pour l’instant, c’est d’avoir réussi à mettre en place les partenariats que je souhaitais faire avec de belles marques (Saint James, Jacadi, Princess Tam Tam, le Slip Français…). Et pour le faire, ma première expérience professionnelle m’a clairement aidé.

ORSC : Un conseil à donner aux personnes souhaitant se reconvertir ?

Si vous ne vous sentez plus à l’aise dans votre job actuel, passez le pas.

Entourez-vous, faites-vous conseiller au maximum pour avoir toutes les cartes en main.

Et mon dernier conseil : soyez sûr(e) que vous donnez du sens à votre vie au travers de votre travail. C’est l’essentiel !

ORSC : Merci beaucoup Pierre pour cette interview et longue vie à la charentaise Rondinaud !

Pour découvrir les charentaises de Pierre :

Vous ❤ cette interview ? N’hésitez pas à la partager !

……………………………………………………………………………………….