Osama Sayed
Sep 6, 2014 · 1 min read

Sur le comptoir se voyait à peine
La réflexion de lumière tamisée
Dans la pénombre je me glissai
Puis je m’assis sur un tabouret

En un clin d’œil je t’aperçus
Comme un génie tes yeux brillaient
Réverbérant le clair-obscur
Sur mon verre d’eau qui pétillait

Dans l’horloge sur le mur en face
Deux aiguilles ne cessaient de courir
Elles refusaient de me laisser finir
Tout ce que je commençai à te dire

Une cacophonie autour de nous
Me réveilla longtemps après
Je te proposai de “go for a walk”
Le sourire d’accord me fit craquer

Nous piétinâmes les rues de Paris
Qui nous amenèrent en face d’une porte
Qui nous transporta jusqu’au canapé
Qui témoigna d’une séduction forte


Tu m’es encore un inconnu
Qui se précipite sans rendez-vous
Je me réjouis de ta présence
Et de l’absence de l’idée de “nous”

picosam

The happy electron!

Osama Sayed

Written by

Exploring the world, one word at a time.

picosam

picosam

The happy electron!

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade