Entretien avec Olivier BRECHARD : “L’accélération de la transition digitale n’est pas nécessairement synonyme de destruction massive d’emplois ; elle ne doit pas l’être”

Gaborit Aloïs
Oct 8, 2018 · 8 min read

« L’accélération de la transition digitale n’est pas nécessairement synonyme de destruction massive d’emplois ; elle ne doit pas l’être. Comme l’atlas des métiers émergents l’illustre, ainsi que bien des études récentes (McKinsey, WEF, Commission européenne[5], etc.), il existe une multitude de nouveaux métiers à inventer, alors que la majorité de ceux d’aujourd’hui sont appelés à se transformer. Mais il y a une condition pour que cette transition soit porteuse d’opportunités : que des formations voient le jour, en temps et en heure, et en nombre suffisant, pour combler les besoins, sans cesse renouvelés, de compétences digitales. »


Alors qu’un jeune sortant du système éducatif en 2030 a pour perspective d’occuper en moyenne 17 emplois au cours de sa vie professionnelle, en suivant tour à tour 5 carrières différentes[8], alors que la frontière entre emploi et formation s’estompera de plus en plus, chacun étant appelé à consacrer sans cesse davantage de temps à se former dans le cadre de son métier, alors enfin que la durée de vie d’une compétence technique se réduit à 2,5 ans en moyenne aujourd’hui (source le Lab RH), il n’est plus possible d’envisager éducation et formation autrement que comme un continuum.



ORIENTATION(S)

Le blog qui regarde le monde de demain pour analyser les conséquences sur l'éducation, l'emploi et les compétences du 21ème siècle.

Gaborit Aloïs

Written by

Co-fondateur de Pixis.co, je suis passionné par l'innovation sociale et technologique au service des enjeux du 21ème siècle.

ORIENTATION(S)

Le blog qui regarde le monde de demain pour analyser les conséquences sur l'éducation, l'emploi et les compétences du 21ème siècle.