Définition du portage salarial. Avantages et inconvénients

Portage salarial ou comment entreprendre sans créer de société.

Introduction : Le portage salarial est un dispositif permettant d’entreprendre sans créer votre société. Très répandu dans les pays Anglo-Saxons sous le terme d’Umbrella company, le portage salarial se développe en France par besoin de souplesse sur les contrats de travail pour les employeurs, envie d’entreprendre et de liberté pour les salariés sans subir la complexité de créer et gérer une structure juridique.

Elements clés :

  • Sortir de la relation de type employeur <-> salarié, pour dans une relation donneur d’ordre (ou client) <-> consultant (ou talent)
  • Facturer des missions sur un tarif journalier ou mensuel à votre client, bien supérieur à ce que vous pourriez prétendre en salarié. Exemple : 600€ HT / jour
  • Déduire des frais pour optimiser les charges sociales : frais kilométriques, matériel informatique ou mobile, abonnements à des services, revues, assurances
  • Conserver son statut de salarié en CDI : bénéficier du régime général pour la santé, la retraite, le chômage, ou encore une demande de prêt immobilier.

Portage salarial ou création d’entreprise unipersonnelle ?

Créer une structure juridique pour un seul salarié n’est pas toujours optimal en termes de coûts, et de temps.

  • Micro-entrepreneur (ex auto-entrepreneur) : plafond max 33.320€ facturation / an. Relation parfois difficile avec le RSI. Pas de statut salarié.
  • SASU : Statut salarié et sans plafond, mais frais de fonctionnement au moins 2,500€ / an (compte bancaire pro, comptabilité obligatoire, immatriculation, annonce légale)

Dans tous les cas si vous créez votre entreprise vous aurez également besoin d’une assurance RC pro, et parfois d’une société de domiciliation si vous ne pouvez pas domicilier d’entreprise à votre domicile (selon votre contrat de location ou règlement de copropriété).

Si le portage est la bonne solution pour vous, voici quelques points sur lesquels être vigilant lors du choix de son entreprise de portage :

  • Taux de commission : Entre le montant facturé à votre client, et le montant brut qui vous sera reversé, la société de portage va conserver une commission, négociable selon votre chiffre d’affaires annuel, il est autour de 10–15%.
  • Frais cachés : Certaines sociétés de portage “visionnaires” pourrons voir vos cotisations vos provisions comme leurs commissions. Ainsi vos cotisations formation, comité d’entreprise, et provision de fin de contrat, pourraient être prélevées, sans droit ni service en retour. Prenez tous ces éléments en compte.
  • Outils et services offerts : Un site internet performant pour simplifier votre gestion, automatiser les factures, relancer vos clients, ect.

Vos remarques et expériences sont les bienvenues.

Vous hésitez entre créer votre société (SARL, SASU, EURL, micro-entrepreneur) et le portage salarial ? Besoin d’aide pour choisir la bonne société de portage salarial ? Contactez-moi.