La reconnaissance d’image pour tous (les développeurs) ?

Cette image n’est “pas du tout anxiogène” pour 2% des personnes interrogées

🇫🇷 ➡️️ 🇬🇧 Computer Vision for All (Developers) ?

Le F8, conférence annuelle de Facebook pour les développeurs, se tiendra les 18 et 19 avril prochain à San Jose en Californie. En consultant le programme détaillé de l’événement on découvre ceci :

https://www.fbf8.com/schedule/putting-computer-vision-research-into-production

Et là, on se prend à rêver que cette nouvelle plate-forme de reconnaissance d’image en self-service ne soit pas qu’un outil interne de Facebook, mais un service ouvert à tous les développeurs.

Il existe déjà un certain nombre d’APIs de reconnaissance d’image, mais l’image, photo ou vidéo, est au coeur des expériences de la galaxie de produits Facebook. Les milliards d’images traitées chaque jour par ses produits donnent à Facebook à la fois la matière première et la motivation pour développer des intelligence artificielles d’analyse d’images de pointe.

Ces IA participent à la sécurisation (identification de contenus interdits), l’optimisation (cadrage des photos diffusées autour des visages, identification des thématiques) et l’accessibilité (description des images pour les utilisateurs malvoyants) des expériences utilisateurs de Facebook.

Facebook fournit déjà un tel accès ouvert à ses algorithme d’intelligence artificielle avec Wit.ai, pour le traitement de langage naturel. En ouvrant à tous les développeurs l’accès à son IA de reconnaissance d’image, Facebook pourrait améliorer considérablement ses propres capacités d’analyse d’image. Chaque application serait une opportunité de former l’IA à identifier un nouveau type d’objet, de nuance, d’action.

Imaginons que cette IA soit accessible à partir d’avril, à quoi pourrait-on l’appliquer ? Quelques idées en vrac :

  • Un bot de suivi de son régime alimentaire : J’envoie la photo de tout ce que j’ingère au bot, et il me fait des rapports sur la qualité de mon régime en reconnaissant ce que je mange et en quelle quantité. Quand il a un doute, je participe à son entraînement en indiquant l’aliment photographié et sa quantité
  • Une application de “Missions Photos” : Pour faire passer du temps plus productifs aux enfant devant votre iPhone, envoyez-les en mission photos. L’application leur lance des missions (prendre en photo quelque-chose de bleu, un animal, un livre) et leur confirme automatiquement si leur photo répond au critère fixé. En cas de doute, un parent participe à l’entraînement de l’IA en indiquant si la mission est remplie ou non.

Et vous ? Des idées ? On en reparle en avril.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Patrice Bonfy’s story.