3 — Le Sikh

Dans le Sikh — Pétra Jordanie

Une dernière fois vous entrerez dans le Sikh. Au-dessus de votre tête, un infini d’étoiles. Les murailles de pierre, le sol se confondront dans une obscurité apaisante. Chacune de vos foulées sera un hommage. Le silence ne sera souillé que par quelques cavalcades et les battements de votre cœur. Vos pas seront absorbés par la nuit. Vous écouterez. Entre les respirations du silence, les voix seront multiples. Elles se raconteront. Leurs histoires, des rivières sans source ni embouchure. La main caressera la pierre chatoyante polie par l’eau. Enfin, face à vous, Wadi Mussa, sans retour possible, vous accueillera…

Pourtant…

Il y a trois jours à peine, vous y aviez pénétré en vainqueur. Vous vous imaginiez découvreur, perché sur un noble cheval arabe, tirant en l’air d’une de ces armes si délicieusement ouvragées. Vous marquiez votre territoire. Bien sûr, vous saviez tout ce qu’il y avait à savoir sur Pétra. Chaque tombe, chaque monument était gravé dans votre mémoire faite de livres, de films, voire de bandes dessinées. Un bref moment, vous vous êtes même demandé pourquoi vous étiez venu.

En y entrant, vous attendiez cet instant immortalisé par tant d’images, quand le Khazneth, telle une strip-teaseuse, se dévoile à travers les rideaux que forment les falaises tortueuses du Sikh.

Pourtant…

Dès le premier instant, vous comprenez qu’il sera lent à venir. Vos certitudes se noient dans chaque repli de la pierre, en chacune de ses couleurs. Quand il se dévoile enfin, il vous subjugue. Les certitudes sont doutes, la connaissance oubli. Voilà, vous êtes prêt pour Pétra, le royaume de l’élégance minérale. Maintenant, vous marchez, vous montez, vous descendez. En vous saluant, une pierre se maquille de jaune, de rouge, de bleu…

Les marches usées du théâtre, les colonnes romaines disséminées, les perspectives qui se multiplient et se complètent, les gorges tortueuses où l’imprudent se perd vous offrent des pistes, des quêtes.

Osez-vous les suivre ? Non, bien sûr !

Pourtant…

Buenos Aires le 27 novembre 2014

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.