+50 ans, et toutes ses dents !

Pour mordre un peu… Notre économie spéculative !

Je correspondais pile au poste, pourquoi ne m’avez-vous pas même reçu pour un entretien ?
Vous êtes sur-qualifié !
Mais, profitez-en, car après les 2 années du délai cadre de chômage, je vous garantie que les cinquantenaires deviennent bien moins exigeants ! Le fameux surcoût social est très facilement pris en charge et largement compensé via une baisse de mon salaire !

Oui, mais non…

Le racisme touche aussi les cinquantenaires. Des collègues me parlent de 300 postulations, pour 5 entretiens, zéro embauche. J’avais réduit mes postulations sur annonces, après 30 postulations sans résultat... Je continue mais uniquement pour des jobs que j’ai vraiment envie de faire, et où mon profil pourrait être bien adapté. Sans plus de résultat, même dans l’éducation de nos jeunes à qui les Quinca ont pourtant tellement à leur apporter !

Il vous manque les 1600 heures pédagogiques !
Mais j’ai le FSEA et le CFFE ! Et non… Puis-je passer ces 1600 heures durant mon chômage ? Et non, il faut une promesse d’embauche par un directeur. La toute puissance des chefs ! Et pourtant nous manquons de profs.

J’ai été tenté de modifier mon CV pour lui alléger 10 années… 
Mais à quoi bon.

Sur-qualifié !

Est une autre formule polie pour remplacer le mot Disqualifié 
Faute à une obsolescence programmée par une société inhumaine.


Ce problème n’est pas récent, histoire vécue par un ex Quinca

Je l’ai rencontré dans le train, et de part mes projets incluant les “seniors” j’ai pris le temps de faire sa connaissance et écouter son histoire:

(image source WIX, lui ressemblant, mais non, ce n’est pas lui)

Il rentrait de son moment mensuel de “bonheur”: Le dimanche avec son fils, et avec sa belle-fille. Il mentionne sa chance, de bien s’entendre avec elle, qui est sympa avec lui.

Car depuis la disparition de sa femme, il y a quelques années, ses 76 ans sont lourds à porter. D’autant que ses moyens sont limités, n’ayant pas réussi à retrouver un travail les dix dernières années de sa vie “avant-retraite”…

Il faut dire que les dix premières années de sa vie de jeune adulte, avaient été pleines de voyages et d’aventures, en tant que magicien, dans multiples spectacles dans le monde…

Mais pour fonder une famille, avoir des enfants, il faut une vie “rangée”, plus stable. Alors, il devient banquier, pendant près de 30 ans, de 28 à 57 ans… Car dans notre nouveau millénaire, le métier de “conseiller financier” n’existe plus dans les banques, même si le titre persiste. Désormais les algorithmes précis des ERP mesurent la moindre faiblesse des esclaves vendeurs salariés, alors congédiés au moindre signe d’obsolescence…

Remercié après 30 années de loyaux services !

Mais à 60 ans, la seule valeur ajoutée de son travail et une très bonne connaissance d’une banque, la sienne ! Alors bonjour l’angoisse. Celle de voir arriver les 2 années fatidiques du délai cadre de 24 mois… Pour passer de 80% de ton salaire mensuel, à zéro !

Mais en Suisse, nous sommes protégés !

Bien sûr, l’A.S. permet la survie (Assurance Sociale), à condition de ne pas excéder 4'000 CHF de fortune (32'000 CHF pour avoir les premières aides), pour recevoir de l’ordre de 1800 CHF mensuel, avant l’âge de la retraite. Mais selon tes activités précédentes, surtout si tu n’avais pas les moyens d’épargner, “gagnant à peine ta vie”, à l’âge de la retraite, ce sera peut-être moins encore... Car après 2 ans de chômage (ou moins parfois), c’est zéro, nada, peau de balle… Alors tu dois vendre, tes biens, l’héritage familial, tes souvenirs, renoncer à ta vie…

Car notre belle et grande économie t’impose de devoir “gagner ta vie” ! 
Mais elle ne s’impose absolument pas de devoir te fournir un emploi !
C’est bien là, que le bas blesse !
Ce n’est pas le problème de l’Economie, si Quinca est en situation précaire. C’est le rôle de la société politique, et des impôts de tous, de compenser ! Un moyen détourné de l’Economie pour racler encore un peu plus d’argent, sur le dos de la collectivité !

Nouvelles générations, nouvelles intelligences mieux adaptées

Les jeunes ne sont plus fidèles à leur entreprise !” se plaignent les ‘RH’ de nos grandes institutions. Comment nos entreprises peuvent-elles rester aussi stupides ? Vous les croyez aveugles et naïfs ces jeunes ? Ne voient-ils pas de leurs yeux, comment leur fidélité sera récompensée ? Par le départ anticipé, de ceux qu’ils viennent cyniquement remplacer, en remerciement de plus de 20 années de loyauté... Ils ne se font pas d’illusion et rêvent de trouver “un vrai travail”, ou une activité d’indépendant, en acceptant d’ici là “un emploi salarié” pour se faire un peu d’expérience, un peu de “blé”, et prendre des congés… Éduqué dans la jungle du “Kill to Win”, n’attendez pas d’eux un comportement “Share to win”, sans prouver une réelle volonté durable de partage et de respects mutuels.

Toutefois, nombreux jeune se tournent vers des alternatives: “économie circulaire”, “entrepreneuriat social”, “B-Corporation”… De plus en plus sont en “Quête de sens” !


Mettre fin à la schizophrénie programmée

Nous sommes 80% à avoir rejetés le RBI en 2016 (Suisse), sous la menace de devoir taxer encore les travailleurs, pour financer des “rois” glandeurs ! Pourtant les chiffres sont très parlant, ceux-ci sont moins de 1%, et dans 15 ans, quand tous les 35–45 ans auront 50–60, nous en reparlerons…

Les pires tricheurs, ce sont des employeurs (Mais pas tous!)

Alors il est urgent de récupérer l’argent là il est généré, que ce soit grâce effectivement à la production issue de travailleurs, ou par d’autres moyens.

Arrêtons de taxer le travail, et taxons les bénéfices, les vrais, y compris ceux générés par la spéculation financière. Au lieu de cela, nous continuons d’autoriser des multinationales comme Google, à économiser probablement plus de 10 milliards d’impôts public. Ce qui leur permet facilement de se faire adorer en “donnant” 550 Millions, pour les réfugiés… Gentil Gogol!

Surtout que les productions d’argent, sont de moins en moins assurées par des travailleurs humains… A qui va encore profiter le travail des “bots” et autres robots ? Aux propriétaires qui pourront se les acheter ! Retour à l’empire romain et aux esclaves producteurs, enrichissant encore les seuls qui pouvaient se les offrir, au détriment des prolétaires…

Business first

Et n’attendez pas de vos élus, actionnaires ou membres de multiples conseils d’administration, de réduire le chômage à zéro. —Je raille — Aucun intérêt ! Il faudrait bien trop “payer” le travailleur. Cela nuirait à l’économie. Continuons donc de l’importer moins cher, malgré un vote populaire “contre”…

Rien de nouveau depuis plusieurs millénaires: Quelques nantis qui s’enrichissent en faisant travailler la masse laborieuse !

C’est évidemment réducteur, et il existe encore bien des patrons bienveillants. Mais les CXO des multinationales sont eux-mêmes des esclaves (très bien) salariés, assujettis aux impératifs spéculatifs, exigences de leurs grands actionnaires, moins de 1'000 multimilliardaires sur cette planète… Leur responsabilité sociétale existe, mais n’inclue que leur entreprise. Une vision réduite à des intérêts égocentriques.

Le conflit d’intérêt est évident, et nos élus, censés défendre l’intérêt collectif, continuent de nous aveugler avec le mirage du progrès économique, qu’ils soient visiblement de gauche ou de droite, le biais de sainte Economie est là!

Quand aux élus de demains, ils ne seront plus que les avatars humains, de bots électroniques…

Les outils numériques et le Bigdata vont-ils alimenter nos libertés, ou un asservissement plus efficace encore ?


La révolution industrielle a pris fin dans les années 80, il y a 40 ans

Moins de 20% de la masse monétaire servent à la production de biens matériels et nourritures. Bienvenue dans la nouvelle économie spéculative:


Actions

Pourtant, ce vieil homme avait les larmes aux yeux d’émotions quand il me racontait la visite de deux petites filles métissées, nouvellement installées comme voisines, et qui lui apportaient des gâteaux faits maison pour faire connaissance et se souhaiter la bienvenue !

Nous sommes vraiment stupides, le bonheur est juste là, sous nos yeux !

Il nous suffirait d’arrêter de s’ignorer les uns les autres, de se parler, de prendre le temps de reconstruire un monde fait pour les humains… Sommes-nous donc condamnés à devoir courir “gagner notre droit de vivre”. Bernard Stiegler nous explique très bien que l’emploi et le travail sont deux choses différentes:

  • L’emploi, te fournira un salaire contre un contrat d’esclavage qui va t’obliger parfois à produire des trucs d’utilité, voir de salubrité douteuse, afin d’enrichir encore des grands actionnaires déjà “blindés”…
  • Le travail donnera un sens à ta vie, et il n’est pas toujours salarié. Combien de mères bénévoles travaillent pour l’entretien d’une maison, d’enfants, des bonnes relations de voisinages, de nombreuses heures non rémunérées.

Pourquoi ?

Nous sommes enfermés dans nos croyances !
C’est tellement douiller et confortable, un contrat d’esclave salarié, qui nous dégage de toute responsabilité: “Mais je n’y peux rien moi…”

20% de Burnout de plus, en seulement 10 ans !

On se réveille quand ?

Il est temps de te lever, de sortir de ta télé, de prendre louches et gamelles, et de partir faire à ton tour le tintamarre de la révolution des casseroles :

  • Marre de la bêtise collective,
  • Marre du réchauffement ignoré,
  • Marre de l’employé Kleenex,
  • Marre de la gouvernance par les bénéfices, en priorité au “sens”…
  • Marre des faux-semblants,
  • Marre des fausses informations et des manipulations.
  • Marre des guerres, avec une paix régie par un conseil de sécurité comprenant les 5 nations productrices d’armes…
  • Marre des banquiers, qui ne prêtent qu’aux riches…
  • Marre des spéculateurs, qui font fabriquer “de la demande”…
  • Marre des politiques qui construisent sur la peur, 
    et des tyrans sur la terreur !
  • Marre de la faim de 2 Milliards de personnes, soit 1/4 de la population mondiale, sur une planète pouvant encore en nourrir 12 !
  • Marre de ces financiers, qui ont inventé le gain sur un pari à la perte de valeur boursière, pour s’enrichir encore sur l’appauvrissement d’un tiers !
  • Marre des grands propriétaires, avec plus de 90% des actifs de la planète, dans les mains de moins de 2% de la population…

Alors, lève-toi, réfléchi, partage, parle et marche ! Pacifiquement, mais résolument ! Colibri, Demain, Révolution silencieuse… Nous montrent la voie. même nos sages aînés se mobilisent: GPclimat.ch, GPclimage.eco

Et venir causer de nos démocraties, le 20 juin 2018 à Genève : http://HL.datagueule.ch avec les 3 auteurs de #Datagueule !

Alors il est temps de grossir les rangs, et de nous rejoindre, Quinqua ou pas !

http://quincamarre.ch #QUINCAMARRE