Des modèles pour adapter l’entreprise aux nouvelles attentes des salariés

Merci pour le relai de cet article par Michel Voisard

Pascal Kotté
Jul 5, 2017 · 9 min read

1er commentaire de Pascal Kotté

Je peux vous confirmer que depuis plus de 30 ans, la plupart de nos RH du secteur secondaire et tertiaire ont pris des mesures pour intégrer la gestion des âges, surtout en Suisse, mais souvent de la façon suivante:

  1. Intégrer des processus moins hiérarchiques et impliquant mieux les jeunes talents, souvent écartés dans les “processus décisionnels”.
  1. Surtout pour les industriels: Sans intégrer, en y impliquant les jeunes, une stratégie d’entreprise avec des objectifs “durables et responsables” réels et les mettre oeuvre; il est inutile d’espérer intéresser les jeunes, et de plus en plus de vieux (cf. www.GPclimat.ch)

Est-ce que finalement, les nouvelles e-Economies ne sont-elles pas en train d’évoluer vers un changement de nos rapports à l’emploi ?

Pour pas mal de Quinquas, c’est déjà le cas !

La précarisation de l’emploi des seniors fait apparaître de nouvelles façons de pouvoir “travailler”, pour gagner “sa vie” ! Car nous en sommes là:

C’est un devoir de travailler pour avoir le droit de vivre. Mais ce n’est pas un devoir de LA Société, de garantir un travail !

L’article cite aussi:

Quelques solutions pour la Suisse, par Pascal

Le problème

La notion de partage d’employés dans cet article est intéressante. Mais il y a des limites légales à cet exercice. Car finalement, si cet employé doit pouvoir faire un mandat temporaire, c’est souvent à travers une entreprise elle-même “loueuse de personnes”. Elle est alors assujettie à être autorisée pour le faire, selon la loi LSE en Suisse. Hors, la cascade d’employeurs dans ce cadre est illégale ! Le contrat doit se faire entre le client, et le “propriétaire” du contrat, et nullement en sous-traitance, pour du placement de personne (location de services), même sur une période réduite. Il est alors nécessaire de “présenter cela” comme un mandat pré-défini, avec des objectifs et un cadre établi, avec une estimation de la durée qui va justifier la longueur du mandat, afin de permettre à l’entreprise détentrice du contrat de travail, de facturer une prestation de son employée, à la société tierce, que ce soit le client final ou pas. Mais attention, si le “mandat” ne correspond pas aux ‘activités’ commerciales habituelles et normales de l’entreprise (les buts), et qu’elle n’est pas autorisée et enregistrée pour la LSE (Location de SErvices), alors, c’est aussi “illégal” (mais probablement tolérable).

On peut se demander si nos architectures juridiques sont bien adaptées aux évolutions actuelles et futures ?

La solution

Nous n’avons pas ce problème chez ICT-a.ch, car nous n’avons aucun employé, aucun salarié, aucun contrat contraignant d’esclavage, pardon, de travail. Tous les membres sont par contre signataires d’un contrat juridique de solidarité éthique et déontologique: http://kalix.ict-a.ch !

En fait, cela nous rend indépendant et libre, mais en totale précarité, de la nécessité de se trouver des mandats !

Ce ne devrait toutefois pas être une option qui devrait venir des organisations (RH), mais des employés eux-mêmes qui souhaiteraient réduire, ou partager leurs activités salariées et entrepreneuriales, ou bénévoles, plus librement. Car par certains côtés, le portage salarial est aussi le moyen pour pousser un salarié à devenir un indépendant, et précariser sa situation. Or, la LSE a été conçue pour éviter cette précarisation. Toutefois, à travers un portage, les protections sociales étant assurées par le porteur, l’AVS ne poursuivra personne.

Conclusion personnelle Pascal Kotté

Des nouvelles formes de gouvernance

La complexification croissante et systémique de nos activités, nécessite de nouvelles formes d’intelligences. L’élu, ou le ‘patron méritant super expert’ sont devenus incompétents à prendre des décisions seuls. Les cadres subissent un stress croissant, avec une augmentation drastique des ‘burnout’ !

La fin des CDI

De nos jours, les moins de 25, et plus de 50, ont des réels difficultés à décrocher des CDI (Contrats de travail à Durée Indéterminée). Mais chez les jeunes c’est parfois un acte volontaire, ce qui est plus rare chez les seniors, plus souvent dans une situation subie.

Précarisation ou libération ?

En fait, dans ‘Freelance’, il y a le mot ‘libre’ ! Mais bien entendu, cette liberté relative, va dépendre de l’offre et de la demande, entre les compétences proposées et demandées ! Car nous devenons libre, de devoir absolument trouver des mandataires pour “gagner sa vie”. Ce qui peut s’avérer une autre forme d’esclavage et de stress, plus redoutable encore qu’un ‘emploi alimentaire’ ?

  • Un accès facilité aux formations continues: Formations libres, pour tous, à tout âge…

Une réforme du code du travail, un changement culturel

Les lois doivent suivre les changements de culture. Mais quand le rythme des transitions s’accélèrent pour devenir inférieur à une génération humaine, alors, nous devons faire évoluer “lois, cultures et éducation” de concert. Et nous n’y sommes pas prêt. C’est l’intelligence collective, contre la “stupidité collective” associée à une segmentation de nos processus, performants, mais incohérents avec le sens commun et les réalités économiques numériques.

Un avenir meilleur

Je cite un passage de l’article EIIL:

Il nous appartient de rendre cet avenir meilleur, à tous !

Il n’y a aucune raison pour que nous ne puissions pas augmenter notre bien-être, mieux-vivre, tout en réduisant notre impact énergétique/consommateur/pollueur sur notre unique petite planète !

Cessez de penser que demain sera pire, et activez-vous, chacun, et tous, pour le rendre meilleur ! Cessez de vous croire insignifiant, sans pouvoir ! C’est faux !

Pour faire un choix, prendre une décision, se poser ces 3 questions:

  1. Cela va-t-il augmenter ou réduire les intelligences ? (Lucidité)
  2. Cela va-t-il pousser vers plus d’amour ? Ou plus de haine ? (Bientraitance)

La sagesse des foules !

quincamarre

#QUINCAMARRE - Les Quinqua-géniaux qui œuvrent pour une économie durable et solidaire! Le "Business first" pour une économie responsable. Nos atouts et expériences à disposition des nouvelles générations ! - Crédit photos? Va savoir! prises sur le Net -

Pascal Kotté

Written by

Réducteur de fractures numériques, éthicien digital, Suisse romande.

quincamarre

#QUINCAMARRE - Les Quinqua-géniaux qui œuvrent pour une économie durable et solidaire! Le "Business first" pour une économie responsable. Nos atouts et expériences à disposition des nouvelles générations ! - Crédit photos? Va savoir! prises sur le Net -