Faire le choix de l’Ours

Reprise d’un article présent sur ?

TK ajouter la source:

Avec la résurrection des empires américain, chinois, russe voire ottoman. Nous assistons à la fin de l’Etat-nation, cet épisode dans l’histoire humaine raisonne avec en 1918, la disparition de l’empire austro-hongrois, après 7 siècles, pour la création d’Etat-nation. Le Saint-Empire catholique renaîtra de ses cendres pour devenir l’Europe après la deuxième guerre mondiale. Un seul continent, plusieurs langues, plusieurs peuples, une gageure pour fonder une paix durable.

En 2018, l’Europe est atone, transparente, bien qu’elle soit la première zone économique. Quel sera son choix pour ne pas disparaître face aux luttes impériales actuelles ?

L’empire de l’Aigle

Les Etats-Unis ont actuellement une volonté certaine d’imposer leur force. Celle-ci s’exprime par tous les moyens : militaires, financiers, normes, influences… de manière brutale et totale. L’Aigle avide de ressources, impose son excellente vision lors de traités économiques inégaux.

Emanation du Saint Empire, l’Aigle pris son envol économique jusqu’à dominer le monde sans partage après la chute de l’empire de l’Ours en 1989.

Sûr de son destin hégémonique, il affronte maintenant, le dragon pour limiter ses tentatives d’ingérence économique. Toujours à la recherche de ressources, il contraint les Etats-nations à devenir des vassaux. Dans cette époque, des nouveaux moyens-âges, aveuglé par sa puissance, l’aigle s’engage vers le chemin étroit d’une victoire à la Pyrrhus. En effet, la guerre militaire est toujours la plus mauvaise des solutions, ses choix politiques brutaux, l’isole de plus en plus.

L’Aigle déploie ses formes armées sur tous les océans du monde. Il a divisé unilatéralement le monde en zone d’influence géostratégique. Avec un budget annuel de 600 à 700 milliards USD, il représente 3 fois celui du Dragon. Tous les territoires, même les plus insignifiant, et surtout s’ils sont riches de ressources, vivent sous la menace de l’Aigle. L’objectif global de l’Aigle est la stabilité. Il faut comprendre la stabilité de ses approvisionnements ! Pour cela, il doit entretenir la déstabilisation des autres empires. Comme une application politique du second principe de la thermodynamique, le premier principe énonce qu’il y a une quantité finie de ressources. Le second principe nous dit qu’il faut apporter de l’énergie politique au désordre pour recevoir les ressources !

Ce découpage mondial est actuellement de plus en plus contesté par les autres empires en présence. Puisqu’ils ne peuvent se confronter directement à l’Aigle, ils se placent dans le cadre d’une guerre d’influence, asymétrique. Les autres empires cherchent à déjouer les ambitions totalitaires de l’Aigle.

L’empire du Dragon

La Chine n’a jamais oublié ses humiliations au fur et à mesure des siècles. Elle a maintenant les moyens financiers de s’imposer. Le Dragon affronte l’Aigle dans une guerre commerciale et entretient de cordiales relations avec l’empire du Loup et celui de l’Ours. Il maintient sous sa férule ses voisins et continue sa conquête économique du Monde et notamment les anciens territoires coloniaux africains du Saint Empire. Dans la droite ligne de la pensée de Sun Tzu, le Dragon étend patiemment son influence, la ruse est son arme.

Cet empire a toujours craint les autres empires. Il fût notamment en guerre avec l’empire de l’Ours. Les empires de l’Aigle et du Saint-Empire formèrent une coalition pour le contraindre au XIXème siècle avec des traités économiques inégaux. A quelques années près, le Dragon s’est éveillé au moment où l’empire de l’Ours s’est effondré.

En 1964, le « grand timonier » de l’empire, prédisait : « En n’ayant de respect pour rien, nulle part, l’impérialisme américain s’est fait l’ennemi de la population mondiale et n’a cessé de s’isoler chaque jour un peu plus. Ceux qui refusent l’asservissement ne se laisseront jamais intimider par les bombes A ou H aux mains de l’impérialisme américain. La vague de colère du peuple mondial à l’égard des agresseurs américains est irrésistible. Sa lutte contre l’impérialisme américain et ses laquais va à coup sûr remporter de plus grandes victoires encore. »

Le Dragon affronte maintenant économiquement l’Aigle sur ses territoires coloniaux sud-américain. Il déploie aussi sa puissance maritime, il reconstruit ses anciennes routes commerciales, il développe son influence et ses alliances, notamment avec l’Ours et le Loup. Le Dragon est malgré tout encore fragile et doit notamment veiller à son indépendance alimentaire.

L’empire de l’Ours

La Russie après son effondrement en 1989, est redevenue une puissance mondiale. Jalouse de ses prérogatives sur ses frontières, elle mettra fin aux tentatives de révolutions de couleur. Tentatives vaines de la guerre d’influence de l’Aigle sur l’Ours.

L’Ours rêve de développer son influence de Brest à l’Oural. Fort de son histoire commune avec le Saint Empire, il décourage les états-nation dans leurs velléités de se tourner vers l’occident, vers l’empire de l’Aigle. Il mène une guerre d’influence sur l’organisation des différentes élections des pays composants le Saint Empire, voire la présidence de l’empire de l’Aigle.

Autosuffisant, l’Ours fournit au Dragon les ressources nécessaires. Il combat également l’influence de l’Aigle pour le déstabiliser. Il développe son influence sur l’empire du Loup, une manière d’étendre son empire vers le sud. Les combats syriens sont-ils la nouvelle bataille de Gallipoli ?

L’empire du Loup

La Turquie, tout à son souvenir de l’empire Ottoman qui dura 6 siècles, reprend actuellement sa place et sa puissance économique. Il s’éloigne ainsi de l’Aigle pour se rapprocher encore davantage du Dragon et de l’Ours. Après avoir subi l’affront du Saint Empire, le Loup va étendre son emprise économique vers les autres pays musulmans en réaction aux provocations de l’Aigle.

« L’homme malade de l’Europe » (Nicolas Ier) renaît et abandonne ses ambitions d’alliance européenne pour étendre son influence. Il cherche à s’éloigner de l’influence de l’Aigle.

Le choix de l’Ours

Actuellement, l’Europe subit les assauts économiques de l’Aigle, sous influence de celui-ci ses relations politiques sont froides avec le Loup et l’Ours, distantes avec le Dragon.

Dans le jeu économique complexe des différents empires, c’est elle qui perd de sa puissance. A preuve, les états qui la composent quittent l’alliance ou montre de plus en plus de dissidences. Les ressources qu’elle maîtrisait auparavant par les empires coloniaux et qui ont fait sa richesse, passe de plus en plus sous la houlette d’autres empires. Bref, elle est devenue décadente ! Comme le disait Paul Valéry : « Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles. » Il en va de même des empires !

Pour ne pas disparaître, et parce qu’elle n’a plus les moyens de sa survie à une guerre d’empire, le meilleur choix qui se présente à l’Europe, c’est celui de l’Ours. En effet, elle partage avec lui, une même continuité continentale, la même religion, elle correspond à la volonté secrète de son dirigeant et les deux empires sont riches en ressources et sont autosuffisants quant à leur alimentation. Ce choix, économique et surtout pragmatique, lui permettra de renforcer ses alliances économiques avec les territoires du Loup et du Dragon.

Mais l’Europe osera-t-elle faire ce pas nécessaire vers l’Orient pour abandonner l’Aigle à son aveuglement ? L’Europe fera-t-elle fi de son histoire commune avec son puissant allié outre-mer ? L’Aigle vaut-il un cheval ? (Shakespeare — Richard III)

Le Saint Empire a-t-il encore les moyens de gagner du temps avant son écroulement inéluctable ?

Dans le même temps de cette lutte pour la survie du Saint Empire, que deviennent l’Afrique et l’Inde ? Vont-ils se rallier à l’un des empires ? Ont-ils les moyens de s’affirmer ?

Mais l’Aigle bien que de plus en plus isolé, peut encore réagir et annihiler toute entente cordiale. Nous attendons donc avec impatience les derniers épisodes de cette guerre des trônes !

Bibliographie :

Les empires coloniaux : la question territoriale par Jacques Frémeaux — PUF.

La fin de l’Etat-nation et la renaissance de l’empire par Dominique de la Barre — Le Temps du 10.04.2014.

Le choc des civilisations de Samuel Huntington.

Les derniers jours — La fin de l’Empire romain d’Occident de Michel de Jaeghere.

La grande stratégie russe — Céline Marangé sur France Culture, février 2018.

L’empire Ottoman et l’Europe au XIXéme siècle — François Georgeon — L’Harmattan.

Noam Chomsky pour l’ensemble de ses œuvres.