Qui sont les électeurs “par procuration” ?

Définir l’électeur-type ayant recours à la procuration

Qui vote par procuration ?

Question simple, réponse simple : 5,9% des électeurs

à s’être exprimés au deuxième tour de l’élection présidentielle de 2012 (sur les 2250 communes étudiés). 
Un chiffre nous l’avons vu dans un précédent article “Quel est l’impact du vote par procuration ? : Impact mobilisateur et couleur politique de la procuration en constante et régulière augmentation scrutin après scrutin et ce quelque soit le type d’élection (locale ou nationale). Évidemment et mille fois évidemment, nous avons hâte d’obtenir les données pour 2017 afin analyser et d’apprendre du scrutin présidentiel qui vient de s’achever.

Au delà de l’aspect quantitatif du recours à la procuration, dans ce billet nous regardons l’aspect plus qualitatif et étudions les électeurs y ayant recours.

Capture d’écran d’un reportage de BFM TV sur la procuration diffusé le 4 avril 2017.
Qui sont ces électeurs ? Peut-on définir un électeur-type par procuration ? et enfin l’électeur ayant recours à la procuration pour le scrutin présidentiel ressemble-il à l’électeur par “procuration” lors des élections dites intermédiaires ?

Là encore, nous devons vous faire part de quelques remarques méthodologiques préalables 👨‍🏫

Les remarques méthodologiques du précédent article sur la procuration sont également valables pour ce billet : des données sur 4 départements (Gard, Puy-de-Dôme, Nièvre, et Savoie); l’étude comparative de 2 types d’élections bien différentes aux contextes politiques également bien distincts (présidentielles de 2012 et départementales de 2015), la question du tour de scrutin étudié, l’étude de 2250 communes, la difficulté d’accès aux données.

◀️ Voir l’article précédent portant sur la procuration.

À noter que les départements étudiés ici n‘ont pas destination à être représentatifs de la France (ils n’ont pas été étudiés ni choisies pour l’être en tous les cas). Nous les avons sélectionnés par défaut, tout simplement car ce sont les seuls départements pour lesquels nous disposions de données fiables.

Pour rappel nous avons contacté 95 préfectures, obtenu 10 réponses et 4 jeux de données que l’on pouvait exploiter.

Exemple de données remises par l’une des préfectures. ©Quorum2017

Mais on ne se plaint pas, car comme dit ma grand mère : “Le mieux est parfois l’ennemi du bien.”

Il faut donc avoir en tête par exemple que les départements étudiés ne sont pas particulièrement urbains ou accueillant de grands centres urbains ; centres dans lesquels la population et les comportements électoraux sont différents. Pour exemple, aucun de ces départements n’a comme chef lieu une des 7 plus grandes villes françaises.

2250 communes et une analyse comparative en fonction du type d’élection

Ceci étant dit, il est rare, voire totalement inédit, d’avoir une enquête portant sur le thème de la procuration reposant sur autant de données; des données non déclaratives puisque non issus d’une enquête de type sondagière.

Mais aussi d’aborder le sujet en comparant deux élections, deux types d’élections (départementales et présidentielles), ce qui nous permet d’apprécier les différences de comportement des électeurs en fonction du scrutin.

L’Enquête électoral du Cevipof

Un grand et respectueux merci à Baptiste Coulmont, chercheur qui fait flores en sociologie politique, auteur de plusieurs articles scientifiques et posts de blog sur le thème de la procuration. Baptiste Coulmont nous a pointé cet article publié dans l’enquête électorale 2017 du Cevipof en collaboration avec Ipsos: “Par procuration mais pas par défaut : des électeurs doublement mobilisés”. Un “Must Read” (à lire comme on dit).

Coulmont Baptiste.(2017). “Par procuration mais pas par défaut : des électeurs doublement mobilisés”, Cevipof, L’enquête électorale française : comprendre 2017, vague 13, note 36
https://www.enef.fr/les-notes/

L’article traite de la composition sociologique des mandants et des mandataires pour l’élection de 2017 à partir de données issus d’un sondage Ispos.
Il étudie mobilité, âge, intérêt pour la politique, profession, couleur du vote pour chacune des deux catégories. Il nous rappelle aussi le coût de la mise en place du système de la procuration pour l’État : 12% du total des dépenses électorales en 2012 ; chiffre fourni par l’Inspection générale de l’administration.

Distinguer puis analyser

Enfin pour cette partie de l’article, la méthodologie est la suivante : nous distinguons dans un premier temps les communes où le vote par procuration est le plus fréquent, puis nous analyserons leur composition démographique.

Cet article est une première version avec une quantité de données à disposition certes large mais en même temps limitée. C’est donc une toute première étape que l’on souhaite partager. Au fil de nos recherches, nous pourrons à la fois diversifier les sources de données, adopter un regard critique sur les méthodes statistiques employées dans nos primo-recherches, et in fine affiner les résultats .


Quel type d’électeurs choisissent le vote par procuration ? 🗳️

#1 : Quel métier exerce l’électeur par procuration : Catégorie Socio-Professionnelle (CSP) ?

Comme nous pouvons l’observer dans le tableau ci dessous, lors des élections départementales de 2015, les votes par procuration ont lieu d’abord dans les communes où la proportion d’ouvriers et d’employés est faible (couleur rouge) et la proportion de retraités élevée (couleur bleue).

Ø : non-corrélé / + : positivement corrélé / — : négativement corrélé — ©Quorum2017

Nous ne distinguons pas mandataires et mandatés dans les chiffres étudiés. On peut donc émettre 2 hypothèses. 
La première : la procuration concerne les communes où la proportion de retraités est plus élevée en raison de la difficulté de cette catégorie de la population ou de son incapacité à se déplacer, et donc à se rendre au bureau de vote le jour du scrutin. Ils mandatent alors un tiers pour exercer leur droit civique.
Deuxième hypothèse : Ces retraités sont mandataires — par exemple de leurs enfants — toujours inscrits sur les listes électorales de leur commune d’origine mais qui n’y habitent plus et donc plus recensés dans la commune par l’Insee.

Mais nous apprenons davantage de la comparaison avec 2012.

Car le comportement et les signes de corrélation sont tout à fait différents lors de l’élection présidentielle de 2012. Cette fois ci ce sont davantage dans les communes où les chefs d’entreprises sont plus représentés que le recours à la procuration est plus frequent. 
Ce qui va dans la droite ligne de l’enquête du Cevipof de 2017 précitée, qui observe que les classes supérieures ont davantage recours à la procuration lors de l’élection présidentielle.

En revanche, quelque soit le type d’élection on observe que les ouvriers sont sous-représentés dans cette pratique.

On observe bien ici un comportement face à la procuration qui diffèrent en fonction du type d’élections : observons l’âge.

#2 :Quel âge à l’électeur “par procuration” ?

Ø : non-corrélé / + : positivement corrélé / — : négativement corrélé

Aucune corrélation n’apparaît pour les élections présidentielles de 2012 sur nos données, je le rappelle, issues ici de 2250 communes, dans des départements assez peu urbains. En revanche dans la note du Cevipof de Baptiste Coulmont, il est indiqué que le recours à la procuration (mandant comme mandataire) pour la présidentielle de 2017 concerne plutôt les jeunes adultes.

En revanche lors des élections départementales de 2015 , les signes de corrélations sont très nets et encore une fois différents de ceux de l’élection présidentielle.

les communes où la proportion de personnes âgées est plus élevée sont les communes où la procuration est la plus fréquente.

Encore plus preignant pour les plus de 80 ans. L’augmentation de la proportion des plus de 80 ans est liée à une augmentation de la proportion de votes par procuration.

Ainsi pour les départementales de 2015, lorsque dans une commune, le nombre d’électeurs de plus de 80 ans augmente de 1%, la pratique de la procuration elle bondit de 8%.

#3 : Ménages aux bas revenus

Ø : non-corrélé / + : positivement corrélé / — : négativement corrélé

Ici on observe que la procuration est corrélée positivement à la proportion de foyers à bas revenu dans la commune pour les départementales de 2015. Plus la proportion de ménages aux revenus bas est élevée plus la proportion de votes par procuration l’est également.

Aucune corrélation pour les Présidentielles de 2012.

La différence est marquée entre les deux types d’élections. Les élections départementales (élections intermédiaires) sont des élections moins mobilisatrices où les jeunes et les actifs se déplacent moins et où les +de 60 ans sont traditionnelement plus mobilisés et sur-représentés dans le scrutin. A titre indicatif, l’abstention au deuxième tour des élections départementales de 2015 se porte à 50,02 % , contre 19,66% aux deuxième tour des présidentielles de 2012.

La procuration ne modifie pas l’intérêt pour l’élection.

In fine, on observe que la procuration ne modifie pas l’intérêt pour l’élection et reproduit en quelque sorte le corps électoral mobilisé : les électeurs plus âgés sur-représentés car davantage mobilisés lors de l’élection intermédiaire sont aussi ceux qui ont recours à la procuration pour cette élection. La possibilité du recours à la par procuration ne modifie pas l’intérêt pour l’élection.

En conclusion


La procuration, plus marquée à droite et au centre, très défavorable à l’extrême droite

(cf premier article sur ce thème : Quel est l’impact du vote par procuration sur l‘élection ?)
S’il est difficile d’identifier une couleur partisane claire au vote par procuration il se dégage toutefois une tendance : la procuration s’effectue dans les communes où le FN fait des scores bas et où le vote à droite et au centre est preignant; neutre sur le vote de gauche.

La procuration, un effet positif sur la participation électorale de la zone.

(cf Quel est l’impact du vote par procuration sur l‘élection ?)
Plus 1 point de recours à la procuration équivaut à 2,5 points d’abstention en moins. La procuration active le dynamisme de la zone électorale. Elle correspond à des zones où l‘abstention est plus faible bien au delà du recours à la procuration.

Le recours à la procuration, qui ?

Des électeurs âgés, retraités, à bas revenus pour les élections intermédiaires. Des électeurs actifs, jeunes, plus favorisés pour l’élection présidentielle. 
Les ouvriers ont quant à eux — quelque soit le scrutin — peu recours à la procuration.

La possibilité du recours à la par procuration ne modifie pas l’intérêt pour l’élection.


Loïc Rakoto & Florent Barre 
avec l’aide de Lucien Varacca

Cet article fait partie d’une série de deux articles publiés sur la procuration. 
L’article précédent posait les questions de l’impact de la procuration, un parti a-t-il plus intérêt qu’un autre au recours à cette pratique ? Mais également la question de son impact sur l’élection : combien pèse la procuration et active-t-elle un dynamisme démocratique au delà de la voix exprimée par le mandants ?

Bibliographie :

Coulmont Baptiste.(2017). “Par procuration mais pas par défaut : des électeurs doublement mobilisés”, Cevipof, L’enquête électorale française : comprendre 2017, vague 13, note 36 
https://www.enef.fr/les-notes/

Coulmont Baptiste. Charpentier Arthur. Joël Gombin.(2014). “Un homme, deux voix : le vote par procutation”, La vie des idées, La Vie des Idées, 2014, pp.en ligne

Sources :

http://www.francetvinfo.fr/elections/departementales/departementales-le-taux-d-abstention-a-atteint-50-02-lors-du-second-tour_863191.html

©Quorum2017

// ANNEXES STATISTIQUES //

Notre variable proportion de procuration est calculée comme étant le ratio du nombre de procuration au deuxième tour par rapport au nombre d’inscrits, ce dernier étant disponible directement sur le détail des résultats électoraux.

2ème tour, départementales 2015

Coefficients:

Estimate Std. Error t value Pr(>|t|)

(Intercept) -1.139709 1.341371 -0.850 0.395824

Pop.15.ans.ou.plus.Employés. -0.015793 0.011407 -1.384 0.166680

Pop.15.ans.ou.plus.Ouvriers. -0.030619 0.009560 -3.203 0.001426**

Pop.15.ans.ou.plus.Prof..intermédiaires 0.003434 0.012889 0.266 0.790016

Pop.15.ans.ou.plus.Retraités -0.004057 0.009416 -0.431 0.666745

Bas.Revenus.Pourcentage 3.137974 0.655511 4.787 2.09e-06 ***

`25a39` 2.536036 2.634006 0.963 0.336000

`40a54` 3.077992 2.134653 1.442 0.149803

`55a64` 7.236057 2.034001 3.558 0.000401 ***

`65a79` 1.950477 1.992922 0.979 0.328088

Plus80 8.266783 2.250747 3.673 0.000259 ***

— -

Signif. codes: 0 ‘***’ 0.001 ‘**’ 0.01 ‘*’ 0.05 ‘.’ 0.1 ‘ ’ 1

Residual standard error: 0.9688 on 656 degrees of freedom

(247 observations deleted due to missingness)

F-statistic: 11.03 on 10 and 656 DF, p-value: < 2.2e-16

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Q.Team’s story.