Real Ventures
Published in

Real Ventures

Au cœur de la transformation numérique

Devant l’urgence pour les entreprises d’adopter les nouvelles technologies, les jeunes entrepreneurs qui offrent de tels services sont en bonne position pour gagner.

Texte : Lauren Jane Heller

Cette série d’articles se penche sur les façons dont des entreprises de Real répondent à la pandémie de COVID-19. Cet article est le second d’une série de trois. Vous pouvez lire le premier ici et le troisième, ici.

Le concept de la transformation numérique existe depuis des dizaines d’années, mais, jusqu’à maintenant, il n’inspirait aucun sentiment d’urgence pour plusieurs secteurs. Du moins, jusqu’à l’apparition de la COVID-19, l’événement qui nous a tous forcé.e.s à transférer nos processus et nos produits en ligne et dans le nuage.

Selon un sondage européen récemment cité dans un article de McKinsey concernant la stratégie numérique en temps de crise, « environ 70 % des cadres de l’Autriche, de l’Allemagne et de la Suisse ont indiqué que la pandémie allait vraisemblablement accélérer le rythme de la transformation numérique au sein de leur entreprise. » Des organisations de tous les secteurs, de l’éducation au commerce de détail en passant par la fabrication, cherchent maintenant à rendre leurs activités et produits accessibles à distance. En outre, quoique les mesures de distanciation sociale puissent être appelées à changer dans les mois à venir, tout porte à croire que la transformation numérique est bel et bien enclenchée et est là pour de bon.

Dans ce contexte d’augmentation marquée de la demande, comment les entreprises qui fournissent ces services pourront-elles croître suffisamment pour satisfaire leur clientèle désespérée? Comment l’aide-t-elle à déterminer les priorités et le meilleur moment pour agir? Nous avons discuté avec trois de nos entrepreneurs de leur réponse à la crise, de leur désir d’aider et de leur point de vue sur le financement dans ce nouveau contexte d’incertitude.

Livescale trouve une manière futée d’aider

À Montréal, l’annonce qui est venue mettre la province sur pause est arrivée le 12 mars, une journée qui restera à jamais gravée dans la mémoire de Virgile Ollivier, cofondateur et PDG de Livescale : il célébrait le jour même ses quarante ans. Livescale est une startup qui permet aux marques de créer des événements d’achat en direct rassembleurs. Les mesures de distanciation physique n’étaient pas sitôt en vigueur que l’entreprise se voyait inondée de demandes et d’appels de client.e.s paniqué.e.s.

Cette mise de côté des interactions sociales toucherait profondément leur public cible, soit les marques et les détaillant.e.s. Virgile s’est immédiatement demandé ce que Livescale pourrait faire pour les aider. Pour lui et son équipe, la réponse allait de soi : une partie de leur plateforme serait mise à la disposition des entreprises et des marques gratuitement afin de leur offrir la capacité de diffuser en continu une présentation sur tous leurs médias sociaux tout en leur faisant connaître le reste de leurs solutions.

« Nous n’avons pas encore été en mesure de quantifier la portée de notre initiative, explique le PDG, mais nous étions tous préoccupé.e.s par le coronavirus et nous avons décidé de faire ce qui était en notre pouvoir pour aider les gens à traverser cette épreuve. »

Ce nouveau modèle de facturation profiterait de la demande accrue tout en donnant un coup de main à leur clientèle cible : tout le monde y trouverait son compte. En offrant gratuitement sa technologie de diffusion en direct sur les médias sociaux à toutes les entreprises, de même que ses solutions d’achat en direct sans frais pendant 30 jours, Livescale se donne l’occasion de convertir un nombre important de marques et de détaillant.e.s qui n’auraient peut-être jamais essayé leurs services dans d’autres circonstances en client.e.s fidèles. En fait, au cours des 6 dernières semaines, 100 nouveaux utilisateur.rice.s canadien.ne.s se sont inscrit.e.s à la plateforme de l’entreprise, dont 60 % ont déjà présenté un événement en direct.

En outre, plusieurs client.e.s actuel.le.s de Livescale mettent de la pression pour accélérer leur partenariat avec le fournisseur de service. Un client important, dont l’accord couvrait à l’origine l’ensemble de ses marques au Canada, a par la suite étendu son entente à toute l’Amérique du Nord, pour finalement inclure le reste du monde, tout cela en quelques semaines à peine. Cette organisation veut que tout ce qui devait avoir lieu en personne se déroule en ligne, et rapidement.

« Le plan est d’utiliser la fonctionnalité d’achat en direct de Livescale non seulement pour accélérer la croissance, mais pour réaliser ce qui était prévu à l’issue des deux prochaines années, mais en trois mois, explique Virgile. Quand ils nous ont exposé leur projet, nous avons compris que nous jouions maintenant dans les ligues majeures. »

Les besoins en matière d’activités manufacturières guidées par les données créent des débouchés pour Canvass

Le sentiment d’urgence entourant la numérisation n’a pas surpris Humera Malik, fondatrice et PDG de l’entreprise torontoise Canvass Analytics, mais cela n’empêche pas la situation d’avoir un effet spectaculaire sur ses affaires. Son entreprise du secteur de l’analyse prédictive industrielle « met l’IA entre les mains des opérateurs industriels, leur donnant ainsi le pouvoir d’améliorer la qualité, d’optimiser les processus et de réduire la consommation d’énergie dans le cadre de leurs activités quotidiennes. » Quoique bon nombre de ses client.e.s songeaient effectuer le passage au numérique pour l’ensemble de leurs activités, il s’agissait toujours de plans pour l’avenir, d’améliorations intéressantes, sans être prioritaires.

« Nous notons un sentiment d’urgence chez nos client.e.s que nous n’observions pas avant, remarque Humera. La numérisation, le nuage, les données : tous ces éléments appartenaient à la liste des options qu’il.elle.s évaluaient ou des améliorations prévues éventuellement. Soudainement, tout s’accélère. Il.elle.s doivent passer à l’action. »

Dans les usines de fabrication, la nouvelle réalité signifie que les opérations qui étaient auparavant effectuées par des êtres humains sur le plancher doivent maintenant se faire de façon numérique. Comme un nombre limité de personnes peuvent se trouver en même temps dans les usines, les différentes opérations doivent donc pouvoir être effectuées numériquement.

Le sentiment d’urgence qui anime la clientèle de Canvass fait progresser des aspects du partenariat entre elle et l’entreprise qui n’étaient prévus que pour bien plus tard, mais crée aussi des débouchés chez d’autres gros joueur.se.s du secteur manufacturier. Afin de répondre à la demande croissante et aux besoins pressants de sa clientèle actuelle, l’entreprise doit miser sur la priorisation et la vitesse.

« Nous devons devenir plus agiles, poursuit Humera. Les demandes s’empilent, ce qui signifie que nous devons accorder la priorité à certains travaux et accélérer la cadence. Certains aspects qui étaient précédemment secondaires, comme l’accès aux opérations, le contrôle des activités, et la gestion de la ligne de production par la main-d’œuvre à l’aide des données et de l’apprentissage automatique, ont grimpé sur la liste des priorités. Pour nous, ce sont de belles occasions, et le potentiel est là si nous pouvons travailler plus rapidement. »

Canvass répond à ces besoins en renforçant les aspects touchant l’ingénierie et la réussite des client.e.s, tout en s’efforçant d’offrir une exécution plus rapide et les meilleurs résultats à sa clientèle.

« Nous sommes dans une excellente position, car notre marché nous demande toujours plus, constate la PDG. Ainsi, nous avons l’occasion de renforcer l’autonomie du secteur manufacturier d’aujourd’hui et de demain. »

Clean.io aide sa clientèle à prendre des mesures pour protéger ses utilisateur.rice.s et sa valorisation

Pour Matt Gillis et son équipe chez Clean.io, une startup du secteur de la cybersécurité basée à Baltimore qui protège les revenus et l’expérience client, la crise a aussi eu des retombées positives jusqu’à maintenant, quoique Matt croit que le besoin de cybersécurité se fera sentir tant et aussi longtemps que l’Internet existera. Selon lui, un des résultats de la pandémie et de la réduction massive des dépenses publicitaires est « une décompression des prix, ce qui donne l’occasion aux mauvais joueurs de s’insinuer dans l’écosystème. »

« Nous avons noté une nette augmentation des incidents [impliquant des logiciels malveillants], explique Matt, ce qui signifie que maintenant plus que jamais, notre clientèle a besoin de notre protection. Soit, la plupart des entreprises reportent leurs décisions d’achat et les dépenses, mais elles veulent toujours protéger leur utilisateur.rice.s et leur valorisation, c’est pourquoi notre clientèle augmente, même dans le contexte actuel. »

En plus d’orienter la nouvelle clientèle, l’équipe de Matt s’applique à aider ses client.e.s actuel.le.s à demeurer protégé.e.s tout en tentant de minimiser les coûts, comme le passage au télétravail signifie que les employé.e.s accèdent maintenant à leurs comptes en ligne à partir de différents appareils qui pourraient ne pas être sécurisés.

« Les conditions entourant la cybersécurité sont devenues encore plus intéressantes avec le travail à distance, constate Matt. Plusieurs personnes ont commencé à travailler sur leur tablette, qui est leur appareil personnel lorsqu’ils sont à la maison, ou même à partir de leur ordinateur familial. Elles sont susceptibles de se connecter à des réseaux non sécurisés. Les conditions dans lesquelles évoluent aujourd’hui les travailleur.se.s, qui ne se trouvent plus dans un milieu de travail doté d’un réseau sécurisé, sur le réseau privé virtuel, indiquent que le monde a connu une profonde transformation, autant du côté du mode de vie que de la sécurité. Je crois que les besoins [pour des services comme ceux de Clean.io] seront probablement encore plus grands lorsque cette crise sera derrière nous. »

Le financement en période de pandémie

Comment ces jeunes entreprises aux équipes réduites (Livescale comptait seulement 11 employé.e.s avant la crise, tandis que Canvass et Clean.io en avaient 24 et 32 respectivement) ont-elles accéléré leurs activités pour répondre à la demande d’une clientèle avide de résultats rapides?

« Nous allons faire cinq fois plus que ce que nos projections de revenus de l’année prévoyaient pour le mois de mars, constate Virgile. Nous avons donc dû accélérer le financement en passant de titres d’emprunt convertibles à une ronde de financement par capitaux propres en bonne et due forme. En même temps, nous allons embaucher onze personnes; nous doublerons donc la taille de l’entreprise en six semaines. »

Quoique le contexte actuel ne soit pas idéal pour la recherche de financement, nos trois entrepreneur.e.s voient leur campagne d’un bon œil. Au milieu des nombreuses spéculations sur les conséquences à long terme du confinement causé par la COVID-19, une chose est sûre : la soif de transformation numérique ne risque pas de s’estomper une fois la crise terminée.

Pour Matt, de Clean.io, chez qui une nouvelle ronde de financement battait déjà son plein avant le début de la crise, une petite pause s’est imposée pour faire le point et revoir la stratégie de l’entreprise. Il discute aujourd’hui avec des investisseur.euse.s et est ravi des réponses obtenues.

« Les membres de la communauté du capital-risque ne sont pas payé.e.s pour s’asseoir sur des fonds et rester sur la touche. Ils sont payés pour trouver la prochaine perle rare, mais surtout, pour bâtir des relations profondes avec les entrepreneurs. »

Matt croit que pour réussir à obtenir du financement dans ce contexte, de solides connexions émotionnelles avec les investisseur.euse.s seront de mises, et que les réputations et les relations seront plus essentielles que jamais.

« Nous avons lancé notre campagne au début de la semaine dernière, et nous avons pu constater que les investisseur.euse.s sont là, prêts au travail, poursuit-il. Ils cherchent de bonnes idées. De bons entrepreneurs. Des entreprises qui valent leur pesant d’or. Rien n’a changé, du moins de ce côté. Je crois que la barre sera relevée, que les évaluations seront remises en question. Mais je suis vraiment confiant par rapport à notre position actuelle. »

Pour découvrir d’autres conseils pour le développement d’équipe et la gestion d’une jeune entreprise en période difficile, abonnez-vous à notre infolettre et suivez-nous sur Twitter, LinkedIn et Facebook.

--

--

Enseignements pratiques de divers entrepreneurs et associés pour transformer une jeune entreprise en figure de proue sur la scène mondiale.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store