Mon stage d’assistante commerciale chez smArtapps

Chloé nous a rejoint pour un stage de 3 mois au cours de l’été 2018. Qu’en a-t-elle pensé ?


Mon objectif premier lors de ma recherche de stage était de découvrir le fonctionnement d’une entreprise, notamment dans le secteur de la culture. J’espérais vivre une expérience qui me permette découvrir le quotidien d’une entreprise liée au secteur de la culture et ainsi me faire une idée plus définie des tâches et métiers qui pourraient me correspondre. J’avais aussi l’intention de me rendre utile et de profiter de cette opportunité pour me mettre à l’épreuve et me professionnaliser. Mission accomplie.

Trouver smArtapps a été assez simple et rapide, notamment grâce à sa visibilité sur les réseaux et à sa participation à des évènements comme le salon du SITEM. N’ayant aucune réelle idée des missions spécifiques à chaque poste j’ai envoyé un CV assez ouvert et sauté de joie en recevant, quelques heures plus tard à peine, un mail favorable de la part d’Oriane.

J’ai reçu une description de poste assez précise : en tant qu’assistante Business Developer, je devais constituer des listes de musées et institutions à contacter, leurs envoyer des mails, les appeler, et mettre à profit mes compétences en espagnol pour prolonger le travail déjà effectué en Espagne. J’avais bien évidemment quelques doutes. Je n’avais jamais constitué de listes de contacts auparavant, jamais contacté d’éventuels clients (J’ai ainsi appris qu’un prospect n’est pas une espèce de champignon mais un potentiel futur client), j’espérais surtout en être capable. Mais, après tout, quel meilleur moyen de m’en assurer et, à défaut, d’apprendre ?

Pour être honnête, je dirais que mes premiers appels n’étaient pas des plus fructueux et que le sourcing (cf. traduction ci-dessous) n’est pas l’activité la plus passionnante à la longue. Mais Oriane et Céline, mes responsables, ont su me former et mes activités se sont rapidement diversifiées.

Ma base de travail restait le « sourcing », « calling » et « mailling ». Une façon élégante de dire que j’ai trouvé plus d’une centaine de contacts, leur poste, leur adresse mail et leur numéro de téléphone (#stalker), que j’ai appelé des tas de musées et institutions pour tenter de comprendre si je pouvais leur apporter une solution et écrit plein de gentils mails pour nous faire connaître.

Mais j’ai aussi fait de la traduction, cherché des logiciels pour optimiser le travail des équipes ou créé des documents pour développer les démarches pour permettre à nos cheffes de projets de mieux chouchouter les clients.

J’ai pu travailler avec tous les pôles, de la communication au développement informatique en passant par la gestion de projet. Mon stage m’a également permis de participer à toutes les formations et aux conférences et rendez-vous extérieurs en tant que business developer. Cette expérience m’a aussi permis de me familiariser avec le monde de la culture, ses acteurs et ses spécificités. Alors, oui c’est vrai, les touches C et V de mon clavier sont particulièrement usées mais j’ai appris bien plus en 3 mois qu’en 1 an d’école.

Et enfin, comment parler de mes trois mois passés chez smArtapps sans évoquer la formidable équipe qui se trouve derrière. (Mon évaluation de stage étant faite et validée, je précise que je n’ai aucune obligation à écrire cela.) Je n’ai rencontré que des gens passionnants et que j’admire énormément pour les compétences et qualités qu’ils ont individuellement et collectivement. Je pèse mes mots. Ils ont tous su m’apporter quelque chose, je me suis toujours sentie soutenue, j’ai rencontré des amis et j’ai beaucoup, beaucoup rit.

Je ne sais pas si j’ai trouvé le meilleur stage, mais celui-là est allé au-delà de mes attentes et je ne regrette pas (trop) d’avoir troqué mes vacances au soleil contre 3 mois au 2ème étage de La Casa. ⛱️