5 choses apprises en 2 mois de congé paternité

Patrice Bonfy
Sep 1, 2017 · 6 min read
Image for post
Image for post
J’ai quand même eu le temps de photoshoper un faire-part, bien geek évidemment

(Note de l’auteur : En grande partie suite aux chouettes réactions générées par cet article, mon associé et moi avons décidé de lancer Le Paternel, le média digital de la nouvelle génération de pères, et de parents. On t’y attend !)

Je suis privilégié. J’ai pu pendant 2 mois me libérer de toute contrainte professionnelle, et partir à la campagne avec ma femme Marion, notre aîné Balthazar, 2 ans et demi, et notre nouveau-né Léopold.

La mise au vert était une évidence. Le bébé était prévu pour mai. Marion serait en congé maternité jusqu’à fin août. La nounou était de toute façon en vacances en août. J’étais au tout début d’une nouvelle activité et mon associé avait aussi des projets personnels à mener.

Cette année, nous serions juilletistes ET aoutiens, et je pourrais profiter des enfants avec Marion, tout en travaillant régulièrement sur mes projets.

Je n’avais pas prévu d’être littéralement en “congé” paternité. Cela s’est imposé à moi, sans ménagement. Je l’ai accepté, j’en suis heureux, et je me dis que mon expérience pourrait un jour aider quelqu’un à se lancer dans cette aventure.

Voici donc 5 choses que j’ai apprises sur le congé parental, en congé paternité.

1. Ce n’est pas des vacances

Ajoutez un petit garçon plein de vie à l’équation : les réserves d’énergie cumulées du père et de la mère couvrent tout juste la demande des enfants.

Ne comptez pas sur un congé parental pour recharger vos batteries. Au contraire, soyez attentifs à préserver et reconstruire votre énergie physique et mentale. Pour Marion et moi, cela a consisté à :

  • Répartir les efforts de (non) sommeil selon les besoins de chacun
  • Utiliser le peu de temps libre de la journée pour faire du sport
  • Se laisser un peu trop aller le soir sur la bonne chère et le bon vin

(Bilan balance de mon côté : victoire par KO de la bonne chère sur le sport quotidien. À la rentrée, je commence un régime Feed.)

2. C’est incompatible avec du travail opérationnel

Néanmoins, le congé parental regorge de temps faibles où l’on est physiquement occupé mais mentalement disponible : marcher avec un bébé dans le porte-bébé pour l’endormir, tenir droit un bébé endormi 20 minutes après son biberon pour réduire ses régurgitations, garder sa main sur le torse d’un bébé en pleine nuit parce que sinon il se réveille, etc.

J’ai pu utiliser ces moments pour lire des livres, écouter des podcasts, réfléchir et échanger à l’improviste des idées avec mon associé et quelques amis spécialistes de tel ou tel sujet.

Je crois que cette phase forcée de concentration avant l’action aura été bénéfique à mes projets.

3. Cela peut être une phase de vie aliénante

(Déjà, ils semblent tous avoir des têtes énormes)

Ce confinement, temporaire, au rôle de “parent” peut dégénérer en rancoeur et endommager l’estime de soi :

  • Inquiétude d’être incompris, voire méprisé, par son entourage, famille, collègues ou amis, qui ne se fait pas à l’idée que l’on n’est ni en vacance, ni disponible pour travailler à distance. Cela peut être accentué chez les hommes, dans les cultures où le congé paternité faire encore figure d’exception
  • Impression d’injustice dans les couples mono-congédiés : “Il/elle profite chaque soir du bonheur de l’enfant, mais c’est moi qui sacrifie ma carrière et ma vie sociale, tandis qu’il/elle continue tranquillement de cultiver les siennes”

Un parent en congé parental a besoin de soutien. Avoir la chance de le vivre à 2 et de se supporter mutuellement est idéal. Mais chacun peut aider en comprenant les “difficultés” de cette période, et en rassurant sur le “retour à la normale” social et professionnel.

4. C’est une retraite enrichissante

  • Le rythme monacal qu’impose le nouveau-né et le mystère quotidien de sa conscience qui s’éveille, tout doucement, font du congé parental une expérience spirituelle forte. On se sent connecté à l’essentiel quand le bébé fixe notre regard, nous sourit, babille un son
  • La soif de découverte et l’enthousiasme communicatif du petit garçon transforment chaque moment en aventure et permettent de s’émerveiller à nouveau d’un brin d’herbe, un tracteur, un couché de soleil. Et le rire, de tout, de rien, n’importe quand, juste parce que c’est bon, en soi, de rire

On ralentit. On change de perspective. C’est plus fort qu’un stage de méditation ! Donc, oui, ce n’est pas toujours facile, mais vous avez quand même le droit d’être jaloux des parents en congé parental.

5. Un long congé paternité devrait être obligatoire

  • La Suède, toujours à la pointe sociale, le fait. 480 jours à répartir entre les 2 parents, dont 60 obligatoirement pris par le père
  • De plus en plus d’entreprises permettent aux hommes de prendre un congé parental (jusqu’à 4 mois chez Facebook). Mark Zuckerberg, l’homme le plus moderne, communique publiquement sur son congé paternité de 2 mois. Les mentalités changent progressivement, mais je suis convaincu que de nombreux hommes n’osent pas prendre de congé parental prolongé même s’ils le peuvent. S’il devient une obligation, plus d’hésitation !
  • “Les études montrent que, quand un parent travailleur passe du temps avec son nouveau-né, c’est bénéfique pour la famille entière”. C’est Mark Zuckerberg qui le dit, au cas où vous n’auriez pas cliqué dans le paragraphe précédent
  • Le congé obligatoire pour les 2 parents serait un pas majeur vers l’égalité homme-femme, domestique et professionnelle. À la maison, parce qu’être autonome avec un bébé implique de maîtriser toutes les tâches classiques (cuisiner, nettoyer, faire la lessive), et de les pratiquer SOUVENT. Au travail, parce qu’on ne risquera plus de discriminer (à l’embauche comme dans l’évolution de carrière) le profil “femme qui risque d’avoir bientôt des enfants”. Les entreprises ne cesseront pas de recruter et de faire progresser tous les vingt-trentenaires sous prétexte qu’ils risquent un jour de partir en congé parental

Je l’ai fait par hasard, décide de le faire !

Père récent ou futur, si par hasard tu lis ceci, n’hésite pas à t’organiser pour prendre un peu plus de congés que le minimum, tu ne le regretteras pas (si tu peux te le permettre, et si tu ne t’attends pas à des vacances ou du travail à distance) !

(Re-note de l’auteur : Et jette un oeil sur Le Paternel, ça devrait t’intéresser 😉)

Scribe

Stories that matter. Emotion first and foremost.

Sign up for The Story Box

By Scribe

The Story Box is a lovingly written newsletter featuring delightful stories and all updates from the publication. Every Sunday, just for you. Take a look

By signing up, you will create a Medium account if you don’t already have one. Review our Privacy Policy for more information about our privacy practices.

Check your inbox
Medium sent you an email at to complete your subscription.

Patrice Bonfy

Written by

Co-fondateur @le_paternel et @prototypers_co, co-parent de 2 fils, aime entreprendre, écrire, bricoler et voyager, mais pas forcément en même temps

Scribe

Scribe

Stories that matter. Emotion first and foremost.

Patrice Bonfy

Written by

Co-fondateur @le_paternel et @prototypers_co, co-parent de 2 fils, aime entreprendre, écrire, bricoler et voyager, mais pas forcément en même temps

Scribe

Scribe

Stories that matter. Emotion first and foremost.

Medium is an open platform where 170 million readers come to find insightful and dynamic thinking. Here, expert and undiscovered voices alike dive into the heart of any topic and bring new ideas to the surface. Learn more

Follow the writers, publications, and topics that matter to you, and you’ll see them on your homepage and in your inbox. Explore

If you have a story to tell, knowledge to share, or a perspective to offer — welcome home. It’s easy and free to post your thinking on any topic. Write on Medium

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store