Photo by Mitch Meyers on Unsplash

L’envol

Voyage intérieur et nouveau départ

Samedi matin, 9h30. Les rayons du soleil me réchauffent la joue gauche. Le régulateur affiche 134 km/h, je file sur l’autoroute du soleil. Un voyage de reconnaissance, un prélude à cette nouvelle vie qui se dessine doucement mais sûrement.

16h45. Je pose ma valise, prends une douche et rejoins l’océan pour le saluer et lui dire que je suis bien arrivé. Au moment où mes yeux aperçoivent les vagues, mon cœur se soulève. L’effet est instantané, il se passe quelque chose en moi. Je me sens bien.

Il est presque 19h. Le soleil entame sa lente descente sur l’horizon. Les nuances de couleurs sont incroyables. Une petite mouette se pose tout près de moi et marche de côté en luttant contre le vent qui est plutôt vigoureux en ce début de soirée.

Elle est drôle, attachante même. J’ai envie de la serrer dans mes bras. Lui dire combien elle est belle et élégante. Je me demande ce qu’elle ressent, comment elle voit la vie avec ses yeux de mouette.

Quelques secondes plus tard, elle se met à courir, ouvre ses ailes et s’envole en décrivant un long virage à droite avant de se poser un peu plus loin sur le sable. Cet instant me réchauffe littéralement le cœur.

L’océan, le soleil, les vagues. Le sable, le vent et les oiseaux. Je suis dans mon élément. Pendant de longues minutes, le temps s’arrête. Les maux disparaissent, la nature joue son rôle à la perfection. Je suis l’homme le plus heureux du monde.

Alors que je m’émerveille devant cet instant magique, je sais que quelque part à des milliers de kilomètres les éléments se déchaînent et sèment le chaos. Sensation étrange.

Je pense que dans une autre vie j’aurais été chasseur de cyclones. Les sauts d’humeurs de notre planète me fascinent autant qu’ils me terrifient.

La Terre est tellement vivante, tellement généreuse, pourquoi lui fait-on autant de mal ? Jusqu’où allons-nous aller dans la bêtise ?

J’ai envie d’être auprès d’elle. J’ai envie de la sentir et de la toucher. Vivre en parfaite symbiose avec elle. Savourer chaque jour cette connexion que j’ai établi avec l’océan. Je crois que j’en ai besoin.


Un échappatoire au monde

J’ai commencé le livre dont on a tant parlé et qui rencontre un immense succès aux quatre coins du monde. Jours Barbares de William Finnegan. Récompensé par le prestigieux Prix Pulitzer en 2016.

Sur la quatrième de couverture :

À travers ses Mémoires, il dépeint une vie à contre-courant, à la recherche d’une autre voie, au delà des canons de la réussite, de l’argent et du carriérisme : et avec une infinie pudeur se dessine le portrait d’un homme qui aura trouvé dans son rapport à l’océan un échappatoire au monde et une source constante d’émerveillement.

Tout est dit. Je ne crois pas avoir choisi de lire ce livre par hasard. Sans avoir tout le vécu de ce William Finnegan, je cherche moi aussi ma voie, au delà des chemins classiques sur lesquels la société d’aujourd’hui cherche à m’emmener.

Moi aussi, les yeux brillants et remplis de rêves, je fais appel à l’océan pour tenter de m’échapper de ce monde auquel j’ai du mal à m’identifier. Je sais qu’il saura me conduire vers le bonheur. Cette aventure a commencé, et elle est déjà extraordinaire.

Écouter son cœur

Je suis à une période charnière de ma vie. Je le ressens au plus profond de moi-même. L’émotion qui me traverse est d’une intensité inimaginable.

La veille de mes 31 ans, j’écrivais : Tout est possible. Quelques jours plus tard, je le clame haut et fort. Les doutes commencent à s’estomper et le paysage qui se présente à moi devient de plus en plus réjouissant.

Je sais que tout le travail d’introspection que je fais depuis tant d’années est en train de porter ses fruits. La délivrance est toute proche, je la sens, je l’aperçois déjà.

Je repense au Petit Prince de Saint-Exupéry et c’est le pincement au cœur. Je crois que relire ce conte encore et encore est une nécessité.

On ne voit bien qu’avec le coeur. L’essentiel est invisible pour les yeux.
– Antoine de Saint-Exupéry

Écouter son cœur n’est pas de tout repos. C’est même un véritable défi sportif. Une épreuve qui peut nous faire passer par tous les états et nous mener jusqu’à l’épuisement.

Seulement après l’effort, il y a les bénéfices que l’on peut en retirer et qui souvent ne sont pas négligeables. Un peu comme dans le sport finalement.

Écouter son cœur peut changer une vie. Je suis en train d’en faire l’expérience, et je suis certain de ne jamais le regretter. Simplement parce que c’est le plus belle chose que je puisse faire aujourd’hui. Et c'est la plus belle chose que nous puissions tous faire aujourd'hui.


N’ayons crainte de faire ce voyage intérieur et prenons le temps de partir à la découverte de la personne que nous sommes réellement. L’expérience peut être longue et douloureuse, pour nous même, et parfois pour nos proches aussi.

Mais il y a aussi des moments où l’on doit d’abord penser à nous, à ce qui nous semble être bien pour nous. Nous ressortirons forcément grandi de ce voyage, avec une envie de vivre plus forte que jamais. Avec une énergie que nous n’aurions même pas soupçonné avoir jusque là.

Aussi, partons en voyage, et savourons chaque instant qu’il nous est donné de vivre !

— — —

Si cette histoire vous a touché, appuyez sur le bouton 👏 le temps que vous voulez et partagez-là autour de vous. Merci !

J’écris aussi sur thomasgaudex.com.

Pour recevoir ma newsletter → Thomas.