Le TOP 10 des questions à préparer pour un entretien d’embauche

#1 Pouvez-vous vous présenter ?

Généralement posée en début d’entretien, elle permet d’en savoir plus sur la personnalité du candidat. Le recruteur cherche à évaluer comment le candidat structure son parcours. Il privilégiera les candidats capables de synthétiser leurs discours de manière approfondie, quand ils expliquent pourquoi leurs formations, leurs expériences professionnelles et leurs centres d’intérêts sont en rapport avec le poste. La réponse à cette question doit être concise et convaincante.

#2 Que savez-vous de notre entreprise ?

Cette question nécessite d’effectuer au préalable un travail de collecte d’informations à la fois sur le secteur d’activité mais aussi sur l’entreprise elle-même. Le recruteur doit ressentir que le candidat a travaillé son entretien d’embauche et qu’il prend la candidature au sérieux.

#3 Pourquoi voulez-vous nous rejoindre ?

A travers cette question, les recruteurs s’assurent que la démarche du candidat ne s’inscrit pas dans le court terme. Ils recherchent avant tout, une personne motivée par le poste à pourvoir et qui présente un intérêt évident pour l’entreprise. Pour le candidat, c’est l’occasion de prouver qu’il possède les compétences requises et qu’il correspond à la culture et aux valeurs de l’entreprise. Il est opportun d’expliquer en argumentant, pourquoi avoir choisi de postuler dans cette entreprise.

#4 Parlez-moi de votre plus belle réussite professionnelle. Et à l’inverse de votre plus gros échec.

Le recruteur attend une réponse brève et directe. Inutile de se perdre dans les détails. Le plus simple est de lui donner un bel exemple de succès dans un domaine proche de celui pour lequel le candidat postule.

« L’échec est la mère du succès » dit un proverbe chinois. Aucune honte alors à avouer ses échecs. Au contraire, le recruteur sera sensible à une réponse honnête et attentif aux leçons que le candidat a tiré de ses erreurs.

#5 Quels sont vos qualités et vos défauts ?

Ici le candidat a l’occasion de mettre en avant ses atouts et de minimiser ses défauts. Il est nécessaire de sélectionner des qualités utiles à la fonction et d’illustrer chaque point fort à l’aide d’un exemple concret.

L’idéal est de citer des défauts qui peuvent être des avantages, et de citer des points d’amélioration de manière positive. Par exemple : « Je n’ai aucun sens de l’orientation ! Mais je suis un pro de Google Maps ». Le défaut évoqué ne doit pas être une condition indispensable pour le recruteur.

#6 Préférez-vous travailler seul ou en équipe ?

Les employeurs accordent une place particulière au travail collaboratif. Il est donc préférable de répondre par l’affirmative. Pour appuyer son choix, le candidat doit être en mesure de citer des exemples de collaborations réussies lors de ses précédentes expériences professionnelles. A travers cette question, le recruteur souhaite savoir si l’intégration du candidat au sein de l’équipe sera facilitée ou non.

#7 Où vous voyez-vous dans cinq ans ?

Le recruteur teste le candidat. Il évalue si le plan de carrière du candidat correspond à la culture de l’établissement. Il faut être à la fois honnête et humble sur ses futurs objectifs. Se positionner comme un collaborateur réaliste, ambitieux et flexible est une bonne méthode. En évoquant par exemple, l’envie d’assumer des responsabilités de plus en plus importantes, et de se développer professionnellement, ou encore d’obtenir de nouvelles certifications. Toutefois, attention de ne pas passer pour une personne trop ambitieuse.

#8 Pourquoi devrions-nous vous recruter ?

Il est judicieux ici de mettre en avant ses atouts. Il appartient au candidat de démontrer sa valeur ajoutée en s’appuyant sur ses expériences, un trait de caractère, ses compétences ou sa motivation.

#9 Quelles sont vos prétentions salariales ?

Cette question, permet simplement au recruteur de savoir si les attentes salariales de son candidat sont réalistes ou non. Pour éviter certaines erreurs, il est préférable de s’informer au préalable de la rémunération habituelle de cette fonction, en tenant compte de la taille de la société en question. Il est conseillé de répondre à cette question en indiquant une fourchette de rémunération, ce qui ne fermera pas la discussion en cas de désaccord. Voici un exemple : « La rémunération annuelle brute souhaitée est comprise entre … et … ».

#10 Avez-vous des questions ?

Il ne s’agit pas d’une question anodine. Le recruteur teste ici l’intérêt porté pour le poste et la structure. Il est recommandé de répondre de façon affirmative à cette question, cela démontrera à la fois la motivation et la curiosité suscitées par le poste.

Article écrit par MY-ROCKET, première application dédiée à l’envoi de candidatures spontanées. Et si vous postuliez sans offre ?