Seul, loin de tous. Prendre le temps. Réfléchir sur nous, sur eux, sur tout. Faire.
 
Pendant ces moments intenses d’extrême attention, où notre flux créatif se déverse sans retenu, transformant nos visions en réalité, tordant mondes et univers, créant formes et volumes, anéantissant armées et empires, construisant modèles et cités, utilisant nos plus profondes rages comme forces pour faire plier tout destin ou chemin tracé, qu’enfin la nécessité d’être se dévoile à nous-mêmes et que, nous ne sommes peut-être pas qu’infime poussière d’étoiles perdue au fin fond du cosmos.