L’Anti-disciplinarité comme colonne vertébrale, témoignage d’une #SlashGen

« L’ami, c’est celui qui me dit qui je suis ». Cette phrase d’Aristote me fait dire qu’il est important, pour chacun d’entre nous, de choisir judicieusement les personnes dont le regard nous portera, tout au long de notre existence.

Ce regard amical, j’en ai besoin. Il me pousse à ouvrir de nouvelles portes. Il me permet d’affirmer mes convictions. Il me force à me questionner.

Ce regard amical peut venir de là où je ne l’attends pas : d’une parole qui m’encourage à poursuivre ma route à des moments de doute ; d’une rencontre fortuite qui me donne le sentiment de ne pas être toute seule à “fonctionner” comme “ça”.

Ce regard amical, il me protège des jugements dubitatifs voir critiques.

J’aime à m’appuyer dessus pour peaufiner et cultiver mon envie permanente d’apprendre et d’expérimenter dans les domaines de la technologie, des sciences humaines, des arts numériques, du design et de la communication.

Ces domaines sont des sujets d’investigation qui me nourrissent à l’infini. Ils se rencontrent, s’entrechoquent, se mélangent. Et ils s’expriment dans les multiples activités que j’entreprends.

Je ne distingue pas de frontières claires entre ces disciplines. Je brouille les pistes. Je ne sais pas qui de l’une prend le pas sur l’autre. Mais je constate que d’une façon quasi organique, dans la réalisation de mes projets, j’essaie de leur permettre, à un moment donné, d’émerger. Comme une alchimiste, sans pour autant connaître de recette magique, je puise dans ces ressources pour répondre aux problèmes qui me sont posés. Et, j’espère toujours que de cette mixture, quelque chose de différent apparaîtra selon le contexte et les contraintes qui me sont imposés.

Parmi les rencontres heureuses récentes, je suis tombée, il y a quelques mois, sur cet article publié sur le site d’Internet Actu : “L’avenir est-il à l’anti-disciplinarité ?”. Sa lecture m’a réconfortée. Sans doute parce que j’ai toujours eu quelques difficultés avec “la discipline” et “les cadres”. Aussi parce que je me suis dit que l’horizon s’éclaircissait peut-être enfin pour les profils que l’on qualifie d’atypiques, sans savoir si cela a une connotation positive ou négative.

Dans cet article, plusieurs représentants de l’anti-disciplinarité ont pris la parole lors de la 11e édition de la conférence Lift à Genève pour expliquer de quoi il s’agissait.

Joi Ito, le patron du Media Lab du MIT, entrepreneur sans diplôme, cherche à fédérer des gens aux frontières du design et des sciences et se définit comme anti-disciplinaire.” Il explique ce qu’il entend par là en ces termes : “Si le travail interdisciplinaire consiste à faire travailler ensemble des gens provenant de différentes disciplines, un projet anti-disciplinaire n’est pas une somme d’un ensemble de disciplines. Pour lui, anti-disciplinaire est ce qui n’entre pas dans un champ traditionnel, dans des méthodes définies. C’est l’espace qui est entre les disciplines. Pour lui, cela signifie trouver des problèmes communs à différentes disciplines, c’est-à-dire faire une science unique plutôt que des disciplines fragmentées.” (…)

Sarah Brin, en charge du FAbLab anti-disciplinaire d’Autodesk à San Francisco, s’exprime ainsi : “Être anti-disciplinaire est une lutte. Cela consiste à travailler sur des projets sans savoir ce qu’ils vont produire. Cela consiste à travailler dans plein de domaines différents, sans être vraiment spécialiste d’aucun”.

Selon James Patten membre du Tangible Media Group du MIT

“ (…). Le travail anti-disciplinaire est un travail pour lequel, par essence, vous ne pouvez recevoir aucun retour de gens de votre discipline, puisqu’elle n’existe pas, mais c’est un travail dont l’impact est par nature différent. A l’heure où les surfaces sont appelées à devenir intelligentes, où notre environnement va devenir omniprésent, l’anti-discipline est appelée à devenir notre environnement (…).

Pour beaucoup de raisons cet article a résonné en moi de façon particulière. Je me suis dit, qu’à ma petite échelle, dans ma manière de vivre au quotidien et d’appréhender le monde, je participe à un mouvement beaucoup plus vaste dans lequel je me reconnais. Et il me plaît de penser que je vais continuer à lui donner encore plus d’ampleur.

Voici donc un “article ami” qui me pousse à ne pas perdre le cap.

TiouFromParis/Digital/Socio/ArtNumérique/NouvellesNarrations/Design/PrêteA Créer1FabLabAntidiscipliniare ;)

>>> A lire, l’article d’Hubert Guillaud sur le site “InternetActu” :
http://www.internetactu.net/2016/02/25/lavenir-est-il-a-lantidisciplinarite/

Un grand MERCI à tous ces regards amicaux dont j’ai la chance de croiser le chemin.

Si toi aussi tu as le sentiment de participer à ce mouvement, n’hésite pas à partager et recommander cet article pour que la communauté #SlashGen grandisse !

Réalisations récentes d’une #SlashGen activiste :)

> En charge de la com digitale d’un grand groupe de Média

> Participation aux projets artistiques de WeLoveTheNet – Futur en Seine 2016 / Mouvement DataDadaïste

> Écriture de livre : étude sociologique sur les nouveaux modes de communication via l’image ( Instagram / Snapchat / emojis…) “Parlez-vous Pic Speech ?” Editions Kawa 2015

> Keynote speaker : Master Class à SciencesPo / Les Napoléons Arles 2016

> Mon blog de dessins :http://t-tiou.tumblr.com/

> Animatrice sur WeScopeTv