Disparate #Montréal

#architecture & design ©

Cette passerelle organique

Elle nous fera passer d’un pavillon à un autre, mais aussi d’un quartier à un autre, tout en offrant une expérience architecturale. Oui, vraiment, je pourrai bientôt passer du quartier latin au quartier chinois grâce à cette passerelle, même si elle dessert deux pavillons du même complexe. C’est un très gros complexe 😉. Plusieurs autres passerelles montréalaises permettent déjà depuis longtemps de passer d’un quartier à un autre, comme par exemple du quartier international au quartier chinois par le palais des congrès. J’aime le design urbain en architecture, il distingue les villes intelligentes des villes sans nom. Pour les autres liens qui servent de passerelle, ça dépend du nom qu’on leurs donne. Elles pourraient aussi s’appeler viaduc, pont ou tunnel.



Conjugaison des forces

Entrées de résidences Plateau Mont-Royal, écluses aménagées, héritage industriel et balcons victoriens ; disparate, mais avec un dénominateur commun : l’habitabilité. Bâtir des villes habitables c’est le défi de tout urbaniste. L’architecte veut être son ami, la plupart du temps, l’historien est son critique, et le promoteur lui, il veut faire de l’argent. Conjuguer ces forces créatives et économiques est difficile à réussir, mais au final ça déterminera l’habitabilité des villes et leur succès à long terme. Qui veut vivre dans une ville inhabitable ?


Pot-pourri de design, mêmes enjeux.

Ré-aménagement, #transport, esthétique fonctionnelle, commerce de proximité & #futurisme ; concepts disparates, mêmes objectifs. Réaménager une passerelle automobile — oui, un viaduc — qui vous aide à passer du Vieux Port au Sud-Ouest en y aménageant piste cyclable et trottoir chauffants praticables douze mois par année. Isolez-les des voies de circulation automobile par un terre-plein verdi. Vous pourriez repositionner une infrastructure qu’on emprunte pour des raisons pratiques en une infrastructure qu’on emprunte avec joie. Un citoyen heureux est toujours plus productif. #villeperformante


Un thème se démarque

Couleur, transparence, matériaux, temps, oxydation naturelle et oxydation esthétique, une passerelle en inspire une autre. Un thème se démarque petit à petit de ce billet de blogue au contenu pas si disparate finalement. Je les crée inconsciemment parfois ces thèmes. J’aime les passerelles 😊. Elles servent de liens entre les communautés et créent la fluidité. À Montréal, elles sont majoritairement souterraines, ou de plus en plus vertes et sous forme de ruelles ré-aménagées 😉.


Banlieues, habitations, voies ferrées, condominiums & scissions

Des infrastructures qui s’entrecoupent, qui s’opposent et qui fracturent les quartiers. De nos jours, elles sont forcées de se marier dans le renouveau. Vaut mieux avoir de bons designs pour faire fonctionner tout ça dans l’allégresse et l’harmonie à un coût réaliste. Un jour, les sociétés de transport ferroviaire seront obligées de bâtir des passerelles pour réparer les scissions qu’elles ont créées dans la ville, et les administrations municipales seront forcées de bâtir des passerelles là où les citoyens passent — aka Mile-End via Rosemont. Oui, je suis un idéaliste qui veut une ville idéale. Qui n’aime pas le design intelligent ?


Voisins, manufactures, bureaux & architecture durable

Aujourd’hui, les quartiers centraux sont de plus en plus modulables. On se préoccupe moins des fonctions déterminées et plus des fonctions sociales et économiques liées à l’habitabilité. Le secteur industriel du Mile-End est un exemple probant du succès que le design et l’architecture durable ont contribué à réaliser. Quand c’est bien bâti, on peut refaire du neuf avec du vieux grâce au design. Un jour, les promoteurs seront forcés de faire construire des édifices à l’architecture intelligente et durable. #namasté


Cette obsession

Encore cette passerelle !? oui, j’en suis devenu obsédé parce que l’architecture audacieuse à Montréal est une rareté absolue. J’en reviens pas de cette passerelle, elle est comme un mirage dans la ville. Je la photographierai éclairée du soleil un jour prochain pour vous montrer la texture de son revêtement oxydé. Merci aux architectes du CHUM de nous avoir donné quelque chose à regarder rue Sanguinet. Espérons que ces pratiques se propageront désormais pour que le statut de ville design UNESCO de Montréal soit vraiment mérité.

Sur le même sujet… ! y avait-il un sujet à ce billet ? Ça a bin d’l’air que oui :

Mots & photographies : Eric Soucy / e.soucy.artiste.photographe

Tous droits réservés d’architecture/fi3200/2017