Ruelles Vertes #Montréal

Plateau Mont-Royal, arrondissement en mutation ©

Verdir ou ne pas verdir

Les ruelles vertes du Plateau Mont-Royal ont depuis quelque temps marqué leur réputation. On les connaît pour leur avant-gardisme. La plus célèbre, la ruelle champêtre Henri-Julien/Drolet a déjà presque vingt ans. Pour le reste, la pensée d’un verdissement des quartiers à Montréal date des années 70'/80'. Mais c’est en 1995, sous le Maire Bourque, que la parole passe à l’action à travers le programme Éco-Quartiers. Depuis, le mouvement s’essouffle il me semble, même que le comité de résidents de la ruelle champêtre a dû se battre pour bloquer la construction d’un stationnement dans l’espace vert qu’ils ont créé avec tant d’efforts… Mais où est donc passé la vision de la ville verte!? Ce n’est pas le moment de s’arrêter! J’ai ma petite idée du pourquoi ça devient difficile de créer des environnements sains en ruelle verte sur le Plateau : l’espace gagne en valeur, et la valeur se trouve dans l’immobilier, pas dans les tulipes. Ça faisait bien l’affaire de la ville les ruelles vertes quand plus personne ne voulait habiter le Plateau.

Photographie

Les photos de cet épisode du blogue ‘d’architecture#MTL’ ont été réalisées en majorité dans la ruelle champêtre Henri-Julien/Drolet, la ruelle verte Avenue Laval/Hôtel-de-Ville et dans la ruelle Sainte-Famille/Jeanne-Mance, qui n’est pas encore verte mais qui devrait l’être 😉, ainsi que quelques images de la rue dans Saint-Louis et Milton Park, car oui, c’est bien ça le but des ruelles vertes, verdire les quartiers.


On est d’accord

On est d’accord, nous les Montréalais, à l’unanimité, je vous en passe un papier, que la mutation d’une ville polluée à une ville verte et piétonne est essentielle à la qualité de vie. Et à Montréal ça commence sur le Plateau Mont-Royal, cet arrondissement meurtri par la surenchère immobilière et l’‘overdose’ de gaz carbonique. Ont est encore loin de la piétonisation de l’Avenue du Mont-Royal, mais au moins on a obtenu celle de Prince-Arthur, de façon permanente enfin. Y’a tu quelqu’un qui croît encore que la voiture individuelle à sa place sur le Plateau? Voiture familliale, voiture en partage, uber, taxi, bixi, autobus, métro, hoverboard, tes pieds… c’est pas les options qui manque hein. Pour moi l’équation est simple : combien d’espace prend chaque individu sur la voie publique en rapport aux autres lorsqu’il se déplace? C’est ça la vraie question.


Des résidents passionnés

Je remercie le comité de résidents de la ruelle champêtre Henri-Julien/Drolet qui accueille toujours aussi gentillement les visiteurs dans l’antre de leur création. C’est grâce à des citoyens passionnés comme eux que la ville changera pour le mieux. Vous connaissez ma propre initiative pour le quartier latin ? Elle est toujours d’actualité, et j’ai besoin de votre ‘Like’ pour la faire avancer.


Quand je marche rue Sainte-Famille ou Avenue Laval, je vois la vision de la ville des urbanistes de l’époque. Quand je marche dans les nouveaux quartiers montréalais comme Quad Windsor et le nouveau Griffintown, je vois un futur qui n’appartient pas aux Montréalais.

Mots & Photos : / ERIC SOUCY . PHOTOGRAPHE . ARTISTE

Tous les droits sont réservés à ‘d’architecture’/fi3200/ericsoucy/2017

© toute reproduction ‘et’ ‘ou’ utilisation de ces images ou du texte doit être d’abord accordée par l’auteur, et le contenu doit être attribué à lui.

ericsoucy_@hotmail.com

514–867–5201