5 leçons pour se lancer dans l’entrepreneuriat responsable

Spring Lab est parti le temps d’une soirée à la rencontre de 6 aventuriers du changement, lors de l’évènement #MeetTheGreen organisé par Ilek, fournisseur d’énergies vertes, et AtHome, espace de coworking à Toulouse, dans le cadre de la Semaine Européenne du Développement Durable.

5 entrepreneurs responsables, 2 grandes questions

Nous sommes donc allés à la rencontre de 5 entrepreneurs green de la région toulousaine, présents pour nous partager leurs expériences sur les deux thématiques suivantes :

  • 💪 Pourquoi se sont-ils lancés dans l’entrepreneuriat et le green ?
  • 🌿 Comment est-ce de travailler dans le secteur green ?

Changer ses habitudes pour faire bouger les lignes

Les intervenants nous ont donné, à travers différents exemples, des solutions permettant d’agir en accord avec des convictions fortes. Voici les 5 leçons clés que nous retenons de leurs échanges :

1 — Un modèle green doit être basé sur la transparence

Transparence sur les produits, sur les coûts, sur les impacts de ces derniers sur notre quotidien et notre environnement. Cette confiance ainsi créée est primordiale. C’est pourquoi Campillo, épicerie toulousaine proposant des produits locaux, de saisons, affiche en toute transparence ses marges : 70% du prix du produit revient au producteur et 30% à l’épicerie.

2 — Un modèle green doit être pensé en immersion

En fonction des besoins des utilisateurs et des contraintes des producteurs. Comme le dit Raymond Sarr de Jokosun, une entreprise qui facilite l’accès à l’énergie au Sénégal, il est inutile de faire construire une centrale électrique pour un village qui a des besoins 20 fois inférieurs à la production de la centrale et dont le coût sera trop élevé pour ses habitants.

3 — Le passage au green repose sur le partage de connaissances

Chacun peut à son niveau changer ses habitudes quotidiennes et avoir un impact positif sur l’environnement. Il suffit de savoir comment s’y prendre. Dans son blog jedeviensécolo.fr, Lucie Paimblanc, explique comment mettre en place un mode de vie responsable et durable où le consommateur est un consom’acteur averti.

4 — Être green c’est aussi créer des communautés et du lien

Adopte maTomate, association de co-jardinage urbain et de re-végétalisation de la ville met en relation des propriétaires de jardins et des citoyens en recherche d’un carré de terre pour cultiver un potager. Au-delà de végétaliser la ville, ils ont réussi à créer des communautés, des échanges intergénérationnels et interculturels dans les quartiers.

5 — Enfin, être green cela peut aussi être simple et fun !

Laetitia Dartout, fondatrice de Naturel Factory propose ainsi des ateliers sur comment faire ses produits cosmétiques et ménagers soi-même, alliant humour et dé-culpabilisation. Basé sur l’idée du “learning by doing”, Naturel Factory est convaincu que “l’on apprend mieux les écogestes en s’amusant”.


Et vous, laquelle de ces leçons pouvez-vous appliquer dans votre quotidien ou votre entreprise ?