J-1 : Tour d’horizon des grandes tendances tech et innovation à retrouver à VIVATECH 2019

À la veille de VIVATECH 2019, nous avons réalisé une petite dose d’inspiration et on a pensé la partager avec vous.

Nous nous sommes projetés et questionnés sur les grandes tendances technologiques qui font et feront l’actualité de l’année (et au-delà) et que nous retrouverons, pour la plupart, au plus grand rendez-vous de notre écosystème innovation de l’année : VIVATECH.

Idéale pour bien préparer l’avenir, cette synthèse passe en revue 8 grands thèmes d’innovation et quelques exemples de startups qui viennent les illustrer.

Ce rapport vous propose un tour d’horizon des sujets brûlants tels que l’intelligence artificielle “émotionnelle” , la santé connectée, la voiture du futur, I”’Intelligence of Things” ou encore la “Resilient-Tech”…

L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE ÉMOTIONNELLE

L’intelligence artificielle est désormais partout : des microprocesseurs aux smartphones, des applis aux assistants numériques, dans nos foyers, nos voitures, notre électroménager...

L’un des thèmes clés cette année 2019 est celui de l’IA « émotionnelle », vue à différents endroits comme chez le Français Datakalab qui analyse les émotions dans les visages d’audiences. La jeune pousse française a lancé un prototype en partenariat avec IBM. La lecture de cet article génère-t-elle de l’enthousiasme, de la tristesse ou de la colère chez vous ? C’est ce que Datakalab serait aujourd’hui en mesure de savoir, si vous le lisiez en version numérique, grâce à sa solution d’analyse des expressions faciales.

« Nous pouvons détecter si la personne est attentive ou non, et quelle émotion ce contenu génère chez elle », décrit Xavier Fischer, CEO de la startup.

L’IA, qui comprend de mieux en mieux nos besoins, voire nos intentions, est en train de devenir notre médecin, notre éducateur, notre assistant de shopping…

TECH FOR GOOD

Il faut remonter à 2012 pour que l’environnement et les greentechs soient des sujets véritablement à l’honneur dans les salons de technologie et d’innovation. Depuis, le réchauffement climatique est devenu une préoccupation sociétale prégnante. Les outils numériques sont autant de bienfaits que de menaces directes et indirectes pour la vie privée quand ce n’est pas sur le libre arbitre.

Lumi’in, startup française fondée en 2014 par deux associés issus de l’industrie des centrales photovoltaïques, en est un bel exemple et propose des alternatives aux luminaires classiques en fournissant des lampadaires moins coûteux à l’usage et plus « intelligents ». Grâce à une batterie intégrée et un panneau solaire, l’entreprise promet une réduction de 90 % de la facture d’électricité comparé aux lampadaires classiques.

Les lampadaires intelligents Lumi’in

RESILIENT TECH

Dans le cadre de la « Tech for Good », les nouvelles technologies s’orientent de plus en plus vers la protection des individus ainsi que la sécurisation des entreprises, des nations, et des villes intelligentes.

Regroupant au départ les moyens de s’adapter aux catastrophes naturelles, la “resilient tech” recouvre aussi dans la pratique divers thèmes comme la cybersécurité, la protection des données privées, les questions énergétiques, environnementales et sociétales. On peut aussi y ranger les outils liés à l’éducation et à la formation et même ceux qui permettent de limiter les usages du numérique comme l’application mobile de Lifegift qui protège les piétons et cyclistes des distractions de leurs smartphones.

Le taux d’américains qui consultent leur téléphone en conduisant

La technologie peut être d’un grand secours en cas de catastrophe naturelle, en alertant la population du danger. En post sinistre, la technologie joue également un rôle primordial dans l’orchestration de l’aide aux victimes.

MOBILITÉ

En deux ans, l‘automobile est devenue le sujet brûlant des salons d’innovation et notamment le CES qui est pour certain, devenu le nouveau salon de l’automobile. En 2019, cette tendance va tendre à se confirmer avec la présentation de nouvelles technologies embarquées et connectées dans les véhicules.

“Puisque les gens ne conduisent pas, il va bien falloir qu’ils fassent quelque chose !” déclarait Fabien Roth, directeur de Panasonic Automotive, la division consacrée à l’automobile connectée.

Selon lui, il y aurait quatre axes ou catégories d’activités que les passagers de ces véhicules pourront explorer dans l’habitacle quand monter à bord d’une automobile autonome sera vraiment démocratisé :

  • travailler et s’isoler pour passer des appels
  • se divertir et profiter de contenus audio et vidéo
  • se socialiser avec les autres passagers sans se concentrer sur la route
  • se reposer

Bosch a présenté début 2019 son concept de voiture autonome (dont la production sera externalisée à un constructeur automobile).

Le concept a la forme d’une boîte pour maximiser l’espace intérieur et il est doté de grandes vitres latérales offrant aux passagers une vue imprenable sur le monde extérieur.

La voiture autonome de Bosch

Les écrans d’infotainment peuvent être utilisés individuellement ou partagés à plusieurs pour profiter du même contenu. Par exemple, un passager peut suivre l’avancement du voyage, deux peuvent regarder un film en streaming depuis un smartphone via la connexion Wi-Fi intégrée, et le quatrième peut replier l’écran pour lire un livre.

Des capteurs basés sur une caméra contrôlent la cabine pour s’assurer que les passagers n’ont pas laissé d’objets, et les avertit automatiquement si elle détecte un objet oublié. Il sait également si la navette doit être nettoyée.

BLOCKCHAIN

Face aux scandales qu’ont connus des acteurs tels que Facebook et face aux différentes cyberattaques, les attentes en matière de sécurisation des données et de confiance numérique sont de plus en plus fortes.

Dans un tel contexte, la blockchain est un exemple intéressant qui s’illustre au par des solutions et des cas d’usages qui vont au-delà des cryptomonnaies.

“On voit apparaître des cas d’usages dans les médias notamment pour sécuriser les droits d’auteurs autour de la photo ou des textes, mais cela s’applique aussi à tout ce qui est publicité en ligne.”, indique Jean-Laurent Poitou, Managing Director d’Accenture.

Et ce ne sont que quelques exemples d’application. L’énergie, la logistique, la banque… vont aussi voir apparaître de solutions basées sur cette technologie.

Saviez-vous qu’un quart des habitations américaines dispose désormais d’un assistant vocal ?

Snips.ai c’est une fintech depuis 2013 qui a développé l’idée d’un assistant vocal offline, sans connexion à internet, sans transfert de votre voix vers un serveur, incapable de tracer vos activités, implémentable sur toutes formes d’appareillages.

“Les assistants vocaux existants (Alexa, Google Home) représentent tout ce qui ne va pas avec l’Internet d’aujourd’hui : la centralisation des données personnelles, la privation de la vie privée et l’exploitation des utilisateurs et des développeurs. Snips AIR, qui sera expédié fin 2019, offrira une véritable alternative aux familles qui se soucient de la protection de leur vie privée”, a déclaré Rand Hindi, co-fondateur et CEO de Snips.

RÉALITÉ MIXTE

La réalité virtuelle, la réalité augmentée et la réalité mixte sont devenues des tendances récurrentes comme on a pu déjà le constater en début d’année au CES. 2019 marque la généralisation de ces technologies.

Les casques de VR ont atteint un niveau de pénétration de 6% des foyers américains. C’est déjà une progression de 25% par rapport à 2017”. Résultat : “Cela joue sur les usages dans la musique, la mode, les jeux et les visites de sites en 3D”.

En 2019, le CES démontre aussi l’installation de la RA dans le quotidien, qu’il s’agisse de l’univers de la santé, de l’éducation et de la formation, mais aussi du sport. “Le mélange de la réalité en 3D et de l’image réelle du monde qui nous entoure se diffuse dans tout un tas de secteurs” , affirme-t-il.

La formation en réalité commerciale virtuelle pourrait générer plus de 6 milliards dollars en 2022, selon ABI Research. Walmarts et Tysons ouvrent la voie. Les simulations sont maintenant utilisées pour former tout le monde, des travailleurs de ligne dans les usines sur la sécurité et la conformité, aux commerciaux sur la façon d’interagir avec les clients en utilisant Empathie et intelligence sociale.

INTELLIGENCE OF THING

Avec l’IA, l’Internet of Things devient « Intelligence of Things ». Le marché des objets connectés est toujours aussi divers et fragmenté. Celui des wearables s’essouffle un peu. Le marché des montres connectées n’est pas encore assez mature même si les ventes progressent, tandis que celles des trackers commencent à décliner.

Le marché de la maison connectée est maintenant envahi par la commande vocale, elle-même dominée par Amazon Echo et Alexa, talonnés par Google avec son Assistant qui est surtout intégré dans des produits tiers.

Le marché des solutions pour bâtiments intelligents est un vaste écosystème dans lequel chaque acteur doit se nourrir des solutions des autres pour avancer. Demain, nos villes, nos voitures, nos bâtiments et nos maisons seront connectés. Les objets connectés permettent de garder un oeil sur tout afin de faire des économies de temps et d’argent. Pour les gestionnaires de réseaux, dont la principale activité est de distribuer l’énergie, l’intérêt majeur réside dans la simplification de la gestion des charges sur le réseau.

Suit le secteur de la santé qui est très dynamique et très diversifié, entre les outils de suivi de maladies chroniques comme le diabète et ceux qui permettent de mieux accompagner les personnes âgées.

La startup française Intent Technologies se positionne à l’opposé des acteurs traditionnels du marché. Elle ne crée pas d’objet connecté, mais propose une plateforme numérique permettant de connecter les bâtiments de ses clients.

Des bâtiments connectés

Sa plateforme logicielle intentPlatform permet aux grands groupes et à tous les acteurs du bâtiment intelligent (gestionnaires de bâtiments, prestataires de service et les fabricants d’objets connecté) de partager un même socle technique facilitant l’exploitation et le partage de données.

Cette plateforme facilite également la distribution de services à travers un store d’application utilisable par les professionnels et les particuliers.

C’est LA plateforme de disruption du marché du bâtiment par des startups innovantes.

SANTÉ CONNECTÉE

D’année en année, la santé émerge comme l’un des secteurs les plus dynamiques.

“Nous faisons face à une importante vague d’innovations en matière de santé digitale, avec des technologies qui complètent et renforcent les traitements médicaux, et des patients qui reprennent le contrôle de leur santé en étant mieux informés et mieux suivis à distance. Dans un système où les coûts liés à la santé s’accélèrent, nous devons tous réfléchir aux réponses qu’apporte la technologie”, a relevé Steve Koenig, vice-président de la Consumer Technology Association (CTA).

On compte plus de 11 287 médicaments en France. Les professionnels de santé sont dans l’incapacité d’en maîtriser pleinement les usages pour chaque situation clinique, d’où de fréquents questionnements : « peut-on délivrer ce médicament à un enfant de 4 ans ? », « quelle est l’alternative thérapeutique à tel médicament en rupture de stock ? », « ces deux médicaments sont-ils compatibles ? », etc…

Un accès rapide à une information exhaustive et fiable leur simplifierait considérablement la vie. C’est justement la vocation de la startup Posos.

Posos est un logiciel qui permet aux professionnels de santé, médecins et pharmaciens, de s’informer sur n’importe quel médicament à partir d’une simple question inscrite en langage naturel dans un champ de requête. Un moteur de recherche, doublé d’un module d’intelligence artificielle, va puiser l’information sur les nombreux sites et bases de données certifié(e)s par le corps médical, et retourne une réponse qui tient compte des termes de la demande : sexe et âge du patient, traitements en cours, etc. Un véritable outil d’aide à la décision.

Posos peut répondre immédiatement aux questions des professionnels de santé. En cours de test après de 300 médecins et pharmaciens, il répond déjà à 90% des demandes qu’ils formulent.


Alors, quelles seront les stars de cette édition 2019 de Vivatech ? Quelles tendances vont émerger ou littéralement exploser ?

Spring Lab aura le plaisir d’être à Vivatech les 16, 17 et 18 mai !

On s’y retrouve ? 🚀 (ou suivez-nous sur nos réseaux sociaux)