Il nous faut des journalistes Designers

Dans le cadre de ses “Cahiers de Tendances”, Eric Scherer publie aujourd’hui un post sur le blog MetaMedia intitulé “Il nous faut des journalistes Designers” qui vient renforcer ma conviction depuis longtemps établie et à l’origine de Storydesign (lire le post du 22 mai dernier ici) que le journaliste devait se voir désormais en Designer de l’information et adapter ses pratiques en conséquences.

Tout d’abord, les objectifs:

Dans cette transition, les journalistes doivent — s’ils veulent continuer d’avoir un impact sur une société de plus en plus défiante — accepter des modifications profondes de leur manière de raconter, de faire comprendre le monde, afin de mieux éclairer les citoyens, voire de les inspirer.

Eric Scherer analyse les nouvelles missions du journaliste à venir pour définir trois types de profils dont il décrit les spécificités plus loin:

  • Le journalisme visuel, expérientiel, immersif
  • Le journalisme prospectif
  • Le journalisme en mode projet

Un très bon post qui mets en lumière un mouvement de fond auquel je crois particulièrement qui est l’association multidisciplinaire au service de l’information. Aux Etats-Unis, un cursus expérimental soutenu par la Knight Foundation a même été créé à cet effet par The New School de Parsons à New York où des étudiants en design et en journalisme étudient ensemble les effets du journalisme sur le design et vice-versa pendant une année.

Dans le cadre des cours d’Interactive Journalism que j’anime à Sciences Po et qui ont eu lieu durant le premier semestre 2015–2016 de septembre à fin novembre 2015 (et dont vous pouvez lire quelques post rédigés par les étudiants ici), nous avons approché le design narratif via des méthodes de Design Thinking et exploré les “Nouvelles écritures” afin de permettre aux étudiants d‘appréhender au mieux ces tendances du journalisme moderne. Nul doute que bien des choses restent à améliorer, le challenge majeur de ce type de programme de 12 sessions de 2h restant le manque de temps pour allier pratique et théorie sans que l’un ne soit cannibalisé par l’autre. Le panel de sujets à explorer est vaste, de la narration interactive, la ludification d’expériences, le data-journalisme jusqu’à la maitrise d’outils comme Racontr et constitue une introduction au journalisme digital tel qu’envisagé par Eric Scherer dans son dernier post, mais qu’un rapport du MIT avait également exploré.

Il est a souhaité que de telles formations se développe en France et Europe pour qu’une nouvelle génération de journaliste puisse prendre sa place dans le paysage médiatique et apporter sa différence.

Courrez vite découvrir le post d’Eric Scherer sur Metamedia