Fanfiction Inside

Vivez l’aventure sous un autre angle avec notre émission audio ici :

Le 9 avril 2006 à 17h06, sur le forum Gamekult, un mystérieux Sylvain06 ouvre un thread intitulé “Fanfic Dragon Ball NG” et écrit simplement les mots mystérieux “voila mon histoire” (rien de plus).

Le 10 avril 2006 à 21h02, Sylvain06 publie un deuxième post avec le premier chapitre de sa fanfic, que je vous lis :

quelques années après la mort de Shenron , tous nos amis deciderent d’aller se reposer a la campagne , sauf Sangoten qui continua a s’entrainer chez Tortue Génial et qui ètait devenue trés fort

Tortue Genial : Sangoten continue a t’entrainer je vais boire un peu il fait extremement chaud ici

Sangoten : OK

Mais a ce moment la une enorme explosion se fit resentir sur les quatre coin de la galaxie

Fin du chapitre 1.

Oui, le premier contact avec l’univers de la FanFic fait un peu bizarre, d’autant plus que nous français avons une très haute opinion de la littérature — on cite Proust et Hugo mais on lit les Levy et autres Musso en cachette.

Avant d’aller plus loin, j’aimerais vous poser une question : quelle est la différence entre les Misérables de Victor Hugo et Star Wars ? Et bien s’il s’agit de deux objets culturels, le premier appartient à tout le monde — et d’ailleurs il y a un jeu de baston ainsi qu’un manga qui a été fait sur les Misérables — et l’autre appartient à une société à but lucratif.

Et entre les deux existe un territoire de liberté un peu flou qui est le fan-art ou la fan-fiction, c’est à dire une oeuvre produite à but non lucratif par des amateurs dans le cadre d’un univers généralement non libre de droits.

Je vais émailler cette chronique d’extraits de fanfics celebres francophones. Autre extrait tiré de la fameuse fanfic Justin Bieber skyblog:

Cassy : hey justin sava =)

Justin : bah oui et toi

Cassy : impec

Justin : aller assi toi a coter je ves pas te bouffer

Cassy : ^^ bon d’acc

il commenca a carresser entre mes jambe

a part aman sa lui faiser de l’effet il bander

Alors moi FibreTigre, je lis de la Fanfic, j’ai écrit et j’écris (sous pseudo) toujours de la Fanfic, j’ai même écrit des fanfics de fanfics, j’ai dragué avec de la Fanfic, j’ai donné corps au personnage de FibreTigre avec de la fanfic, et j’arpente des conventions style “Le Salon de l’Imaginaire” où l’on vend ces Fanzines qui mélangent créatures d’anime, vampires, steampunk, zombies…et je suis ici pour vous parler de la Fanfic vue de l’intérieur.

Avant 1996, avant le web populaire, donc, on avait le “fan-club”, une association mais souvent un particulier, fan de star trek par exemple, qui coordonnait les différents fans sur la France et qui éditait éventuellement une lettre papier. La FanFic ou le Fan-Art n’est pas une créature de l’internet : elle est issue d’une boulimie de l’imaginaire que n’importe quoi de n’importe quelle qualité peut combler.

Lucius entra dans les appartements de son maître qui était entrain de baiser un jeune homme attaché aux montants de son lit. Le jeune homme se prénommait Harry Potter, il était de petit taille, avait des cheveux noirs comme l’ébène avec des reflets roux et avait de merveilleux yeux émeraudes. Dès que le maître de Lucius eu fini il se retourna vers ce dernier.

Que faite vous là Lucius ?

Demanda avec étonnement Lord Voldemort tout en remettant de l’ordre dans sa tenue.

Dans la mythologie grecque, Agamemnon doit sacrifier sa fille, Iphigénie, pour satisfaire les dieux. On la met sur un bûcher, elle meurt. Et bien cette histoire a fait tellement pleurer de gens qu’il existe des fanfics de l’antiquité qui racontent qu’en fait au dernier moment Aphrodite aurait substitué une biche à Iphigénie et l’aurait sauvé.

4000 ans plus tard Internet arrive et accélère les cycles générationnels. Vous ne pourrez jamais lire toutes les fanfics : il y en a des millions. Il y a plus d’auteurs que de lecteurs mais c’est logique : la fanfic est issue d’un besoin d’imaginaire, à commencer par celui qui l’écrit.

On parle souvent de Cross-overs dans les fanfics, c’est à dire faire coexister deux univers dans une histoire. Mais ces cross-overs sont le miroir de l’imaginaire de celui qui écrit. Vous êtes fan de Harry Potter et de Twilight ? Faites coexister les deux ! Voici quelques exemples authentiques et surprenants : Sherlock Holmes à la chasse aux Pokemons, Legolas et Scooby-Doo, James Bond et Pinocchio, et bien entendu Dragon Ball Z et Anne Franck.

sarkozy errait sans but depuis sa défaite quand après 5 ver il se mit à vouloir faire de la musique, il se drogua donc, son premier clip fut un succés mais qu’aux Japon :

La Fanfic est donc l’expression ecrite de fantasmes personnels. Sous cet angle, la Fanfic n’a pas besoin de lecteur, juste d’auteur, c’est souvent le cas et personne ne se plaint.

Et internet bouscule les choses : il a donné à tous une capacité à écrire et une capacité à écrire de façon décomplexée (parce quand on lit ce qu’on lit, on est parfois content d’écrire comme on écrit).

Les réseaux sociaux se nourrissent de culture populaire (où est-ce l’inverse ?). Dans un monde qui vend du loisir et qui tourne autour du taux d’engagement, la fanfic ne serait-elle pas, cher Sylvain, un indicateur pertinent et passionnant ? Et oui j’en parle, mais 50 shades a bien commencé comme une fanfic twilight et s’est terminé en propulsant son auteur dans les 100 personnes les plus influentes du Time Magazine !

CHAPITRE 5: LA VENGEANCE DU MARSEILLAIS

stéphane se chargea de la remise en jeu, il décala le ballon à valbuena qui le passa en retrait pendant ce temps stéphane chercha tout de suite à se mettre en bonne disposition pour recevoir le ballon. M’bia le passa à bonnart qui fit une transversale jusqu’à stéphane qui controla le ballon d’un belle amortie de la poitrine.

“ -Oh Fan de chichounne c’est Zagliati sur le terrain putain dios mio!! S’exclama Pablo Suarez qui était retourné dans le virage.

Si en France nous avons le mépris le plus souverain pour ces petits joujoux, aux USA, c’est serious business. Anecdote. Je suis allé à un cercle d’écriture technique (Oulipo) en langue anglaise à Paris qui réunissait à la même table Harry Matthews, écrivain poète de haute stature, vénérable monsieur avec un chapeau et une canne, et la responsable fanfic Harry Potter US, qui avait des cheveux verts. L’un et l’autre faisaient totalement partie du même monde toute la soirée : celui de l’écriture.

N’est-ce-pas ce qu’il y a de plus important ?

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.