Un F2P pour les amener tous et dans les ténèbres les lier

Chronique écoutable GRATUITEMENT ici :

On va parler F2P, et je vous spoile direct, non ce n’est pas un surnom d’oiseau propre à la banlieue du 9–4.

De tout temps virgule les hommes

ont acheté des jeux vidéo

comme on achète des pommes,

comme on achète des vélos.

C’est à dire en échangeant le produit contre de l’argent (et du coup c’était pas vous le produit).

Ce modèle est appelé le PREMIUM.

Mais il existe le modèle alternatif : le FREEMIUM qui comme son nom paraît l’indiquer, propose un jeu vidéo GRATUIT — également appelé Free-to-Play.

Mais comme dans ce monde there’s no such thing as a free lunch, ces jeux gratuits comportent soit de la publicité (c’était le cas de Flappy Bird) soit des “achats intégrés”, c’est à dire que vous pouvez débloquer des options dans le jeu en payant.

Du point de vue du bon sens paysan que nous aimons bien ici, à 404, le modèle Premium a des avantages : vous achetez avec votre argent un jeu fabriqué avec des mains d’artisan, comme dirait Jean Pierre Coffe, mais surtout :

  1. en moyenne, pour les freemium qui réussissent, on paye plus au final que le prix moyen d’un jeu normal (jamais vous n’acheteriez un jeu 100 €, pourtant les joueurs d’Hearthstone, Free to play très connu, ont mis historiquement au moins cette somme dans le jeu)
  2. le freemium, pour vous encourager à cracher au bassinet, altère la mécanique du jeu pour qu’il soit plus difficile pour les pingres. C’est ce qu’on appelle le Pay To Win. Vous n’avez pas donc pas un jeu dans sa “pureté” de plaisir ludique mais un jeu orienté pour vous faire payer.
  3. le Freemium repose sur des mécaniques d’addiction, et l’addiction au jeu c’est interdit par le premier commandement donné par Dieu à Moise (tu ne venereras point d’idoles autres que l’Eternel !)

Face à ce TERRIBLE constat, je veux poser une SIMPLE question.

Pourquoi pas ?

Pourquoi pas les amis ?

Des gens payent des chinois pour qu’ils montent en niveau leur personnage à World of Warcraft pendant qu’ils sont au travail.

80% du chiffre d’affaire de l’Appstore vient des achats intégrés !

Une des plus grosses ventes mobiles Premium de l’année, Monument Valley, un jeu magnifique, annonce ce mois-ci du contenu supplémentaire pour un prix de 2$, les gens insultent et notent négativement le jeu de façon massive, parce qu’ils ne veulent pas “acheter un jeu” en plus.

Assassin’s Creed Unity, sorti ce mois-ci, vendu 60 €, inclut EN PLUS des micro transactions et les gens chouinent à propos de la réalité historique.

Le Freemium est là, installé sur votre canapé, il a pris deux bières dans votre frigo, il est déjà ami avec votre chien.

Mais ce n’est pas choquant :

Si le temps est effectivement plus précieux que l’argent

Si finir un jeu apporte une satisfaction et une reconnaissance sociale

Le Freemium n’est-il pas le moyen le plus simple pour obtenir un certain plaisir de jeu ?

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.