This story is unavailable.

RBI ou RU, un autre point de vue

Issu d’un commentaire, sur un post de France, qui a disparu :(

Le RBI ou Revenu Universel, (à faire financer par une taxe sur le travail des robots et une micro-taxe sur toutes les transactions financières numériques), ne sert pas à “éduquer” ni à rendre “autonome” les individus. Cela sert uniquement à abolir la pauvreté, la précarité: Ce n’est qu’un minimum de survie. Si d’aventure, la production des robots et services numériques pouvaient augmenter ce revenu au point de permettre à l’humain d’arrêter de travailler, et de pouvoir se consacrer à des activités volontaires et désirées, ou est le problème si son intelligence lui permet de l’utiliser à des fins constructives, et non destructives ?

Alors, où est le problème ? Nos biais cognitifs !

Par contre, le RBI seul n’est pas suffisant et aucunement une fin en soit.

  1. Il doit être accompagné par un accès à l’éducation, aux éducations ouvertes et critiques, à tout âge, sans restriction, ni discriminations. Le monde numérique devrait permettre cela, de mieux en mieux…
  2. Une transparence totale est de mise, de tous les schémas de décisions, des conflits d’intérêts, des transactions financières…
  3. Ensuite nous devons prendre soin de nos gouvernances: personnelles, entrepreneuriales et gouvernementales.
Des décisions prises avec une réelle intelligence durable (pour les générations futures) et responsable (pour tous), éclairées par des experts indépendants. Afin d’établir une gouvernance ni spéculative, ni vénale…

Les solutions qui étaient proposées dans l’article associé à ce commentaire étaient intéressantes (dommage d’avoir supprimé le post); mais vous n’arriverez à rien en France si vous ne modifiez pas la constitution (comme en Islande cf. “Révolution des casseroles): Pour mettre en place une réelle décentralisation des pouvoirs, avec une représentation permanente et équitable de tous les “partis”, adaptatif avec une intégration des outils numériques dans une eGouvernance collective, et partant du “local”.

Le modèle Suisse, mieux sans être la panacée

En Suisse, la décentralisation abusive est un fardeau, mais avec de très grands avantages. Le premier pouvoir est la commune; qui touche en très gros 40% des impôts, le second pouvoir est la région (le canton, qui est en réalité un gouvernement autonome) qui touche 50%, et la confédération le troisième pouvoir qui touchera 10%. L’état tout puissant n’existe pas, et le président est “nommé” en rotation tous les 5 ans, parmi les 7 membres du gouvernement fédéral (national), avec des représentants de tous les principaux partis. C’est une configuration de cohabitation depuis plus d’un siècle, similaire dans le gouvernement cantonal et à la commune.

C’est pour cela qu’en Suisse, cela bouge “lentement”, car sans consensus, pas de décisions…

Pas besoin de manifestations effusives, ni de protéger avec des motards et escortes blindés nos élus, s’ils essayent de “déborder” la volonté populaire, ils se feront rattraper par un quatrième pouvoir “suprême”: Une votation spontanée, issue du peuple (50'000 signatures en 3 mois), qui les remettra sur les rails, sans devoir démissionner pour autant. Car c’est une situation “normale” en Suisse. Parfois, c’est le peuple qui “déborde” les élus, avec 100'000 signatures de n’importe quel citoyen. Parfois avec des raisons discutables car très émotionnelles, et avec souvent une manipulation de quelques menteurs abuseurs. Rien n’est parfait. Nous y avons aussi des aménagements et des gros progrès à faire.

SIMPLEXIFIEZ !

Mais ce que vous proposez ici; c’est à nouveau de la complication: simplifiez, clarifiez, facilitez, réduisez vos lois, limitez vos règles, et libérez donc l’intelligence et l’initiative humaine. Avec de bonnes écoles basées sur les principes de l’école moderne, née il y a un siècle, et toujours pas appliquée dans l’école publique ! (ou pas encore assez)

Alors supprimer toutes les allocations; supprimez ce sport national en France de truander les services sociaux pour obtenir un RBI “de fait”…

Vous le financez déjà largement ce revenu universel.

Arrêtez de payer des millions de contrôles absurdes, provoquant tellement de situations débiles. Donnez-le ce revenu universel, sans conditions, pour remettre le citoyen dans une dynamique d’acteur volontaire, et non celui d’une victime (de futurs terroristes en puissance). Et incluez-y les migrants: Formez-les et aidez-les à repartir dans leur pays avec les meilleures armes du monde pour le changer vers un mieux: Une éducation à l’esprit critique, à la tolérance, à la diversité…

Dans mon canton, celui de Vaud: Le slogan est “Liberté et Patrie”. Nous ne sommes pas tous égaux, et ne semblons pas le vouloir. En France, c’est “Liberté, Egalité, Fraternité”… Pourtant, je trouve plus d’ouverture et de tolérance, de bienveillance les uns avec les autres, en Suisse qu’en France. Depuis l’an 2000 quand je l’ai quitté, j’approuve de plus en plus mon choix d’être devenu Suisse.

Même si la Suisse est un peu trop “néolibérale

Nous y avons rejeté massivement le RBI en 2016, seulement 1/5 de la population y était favorable. C’est dommage, dans quelques temps nos descendants ne comprendrons pas comment nous avons pu vivre “sans”, mais il ne reste plus que 2/5 de la population à convaincre:

Comment pouvons-nous refuser le droit à la simple survie ? C’est simple: Avec un mensonge !

Voici l’affiche qui a été placardée partout en Suisse romande. Alors que le PLR prétendait un “petit budget”, alors c’est un autre parti qui a financé ?

“Le Roi, qui n’a plus besoin de travailler, et survivra avec sa pizza et sa bière!”, une bien mauvaise image du citoyen suisse vous ne trouvez pas ?
  1. Mensonge: 2'500 CHF, n’a jamais été proposé par l’initiative. Le montant est à adapter en fonction des moyens disponibles. Certains avait calculé que 2'500 était possible. Mais cela pouvait être 1'300 CHF comme l’AVS et AS actuellement (retraite minimale, aide sociale).
  2. Biais social: Les experts Sociologues peuvent vous dire que moins de 1% de la population sont des “glandeurs/profiteurs”. Alors faire une affiche pour alimenter nos “peurs” de voir nos ados se transformer en “cela” ! C’est brillant, on sent que des bons Psys et Marketeux ont bossé sur cette image.
Mais ces mêmes Psys et Marketeux, ont-ils pris la peine de se renseigner sur la “véracité” de leur communication ? Suis-je bête, l’acteur photographié et eux-même sont assujettis à un Contrat D’esclavage Inconditionnel (CDI). Ils touchent leur salaire, et ne sont pas responsables de leurs actes. C’est leur employeur, la personne “morale” qui est responsable, laquelle ne fait que répondre à la demande de leurs clients. Comme toute brave entreprise à “buts lucratifs”, c’est normal !… Mais est-ce durable ?

Le Revenu Universel (RU), ou Revenue de Base Inconditionnel (RBI), sera de toute façon une nécessité dans un monde où l’automatisation va assurer la production. Et si nous continuons de baser la création de valeurs sur la seule production de produits ou de services rémunérés, alors, seuls ceux qui auront les moyens de financer l’achat de robots et d’Intelligences Artificielles (IA, Bots), continueront de s’enrichir. Cela tombe bien, ce sont les mêmes qui s’enrichissent actuellement, de l’exploitation de la masse des travailleurs.

Quid de faire et élever des enfants ? De prendre soin de sa maison, de sa rue, de son quartier, de ses voisins ? De faire des œuvres artistiques ? D’augmenter sa dimension spirituelle ? De participer à des activités “non lucratives” aux bénéfices communs ? Pourquoi avons-nous décider de ne pas octroyer de la valeur à ces activités ? Car cela n’enrichirait pas les grands propriétaires actuels peut-être ?

La question n’est pas de mettre en place le “RBI”, la question est de déterminer si l’humain “non fortuné” doit être condamné à l’obligation de travailler à tout prix, toutes conditions, pour survivre ! Ou pas ?

Le droit de se nourrir, de se vêtir, de s’abriter, de s’éduquer, de se connecter, de se rassembler; et de co-construire un paradis sur la Terre pour nos enfants. Au lieu de ce qui ressemble tellement à un enfer pour beaucoup, pour bien trop d’humains…
Surtout les enfants

Tous les enfants de la Terre sont les miens, et ils représentent notre seul avenir. Prenons soin d’eux tous, surtout les plus démunis, les plus fragilisés. Mais aussi les nôtres, que nous sélectionnons et formatons par du “bourrage de cranes” en prenant ceux qui obéissent et apprennent bien leurs leçons pour les placer à l’élite ? Nous les écrasons et les réduisons à des conventions et idées reçues, au lieu de les “élever” et de favoriser leurs créativités. Oui, même moi avec les miens. Quel imbécile ! Je le sais, mais rien à faire: Le naturel paramilitaire revient au galop. On se braque. Et pourtant, ils sont fantastiques ces mômes. Nous leurs collons des “enseignants” qui leur transmettent “un savoir”, mais ces connaissances ne sont que des croyances pour demain. Nous les bourrons de conditionnements à consommer et d’intox “no future” à la télé. Nous les larguons sur le Net au bon vouloir d’un Gogol qui les Youtubent de vidéos débilitantes au possible, pour les programmer à leur bon vouloir. Et malgré cela, ils deviennent intelligents, plus intelligents que nous-même à leur âge. Même si le ralentissement de l’effet Flynn prétend le contraire, c’est faux ! Ils développent d’autres intelligences, celles que nous ne savons pas (encore) reconnaître ni mesurer. Ils ont du mérite, on ne leur facilite pas la tâche.

L’humanité grandie !

Alors je rêve, à de meilleurs lendemains; et j’agis ! Pour participer à sa construction ! Car c’est le devoir de tous, construire un meilleur futur pour tous ces enfants. Nos grands-parents le savent bien. Il se sont rassemblés en association, en Suisse www.GPclimat.ch et à l’international (AIGC) www.GPclimate.eco.

Nous savons que l’égocentrisme est un défaut, alors apprenons l’empathie à tous ces enfants…

Apprenons à construire dans l’intérêts de tous, et pas pour le seul enrichissement personnel, ou pire; celui des actionnaires de vos employeurs ! Pour produire des solutions d’un intérêt durable douteux ? Le RBI vous donnerait le droit de les plaquer; faîtes-le ! Et boycotter le “non durable”…

Nos gouvernances ?

Venir en causer ensemble, rejoindre l’avant-projet de table ronde:

http://join.datagueule.ch