Les réfugiés rejetés de Suisse

Un témoignage d’un Suisse

Pascal Kotté
Sep 10, 2020 · 3 min read

Voici la lettre partagée par Olivier sur le renvoi de Sangar Ahmad.

Actif dans le soutien personnel et scolaire des migrants, je suis très sensibilisé à la fragilité de nombre d’entre eux et aux efforts d’intégration dont ils font le plus souvent preuve.

Aussi, suis-je particulièrement choqué par la décision de renvoi de l’instituteur kurde irakien Sangar Ahmad, menacé dans son pays pour sa religion zoroastrienne, une antique religion présente aussi en Iran et en Inde:

…et quand bien même M. Sangar Ahmad avait eu une attitude exemplaire ici, comme l’ont confirmé près de 10’000 pétitionnaires.

J’ai aussi été choqué par la manière dont le Grand Conseil vaudois s’est comporté: en imposant le huis-clos, les partis de droite, — radicaux et conservateurs UDC — ont fait preuve de l’hypocrisie la plus crasse et de lâcheté, alors que M. Ahmad avait déclaré publiquement qu’il acceptait toute information publique sur son affaire. Enfin, je me demande : où étaient les députés et députées de gauche absents lors de ce scrutin et dont la défection a permis le renvoi à quelques voix près ? Ils ont fait preuve d’une scandaleuse désinvolture, sinon de la même lâcheté que leurs congénères bourgeois.

Avec mes meilleures salutations

Olivier P.

Image for post
Image for post
source: https://www.24heures.ch/sangar-ahmad-recoit-un-nouveau-sursis-404867262516

Et je m’interroge, faut-il être de gauche pour soutenir un comportement d’humanité, et être de droite, cela veut dire rejeter les étrangers au lieu de les accueillir avec bienveillance?

Il est évident que la Suisse ne pourra pas recevoir tous les réfugiés de la Terre, et encore plus dans la ou les décennies à venir, 50, 100, 150 millions?

Quand on voit la panique déclenchée avec 150'000!

Principale cause, changement climatique, directement ou indirectement.

Alors la Suisse c’est 1 millième du monde, notre part serait donc de 50, 100 ou 150'000 à recueillir? A moins bien entendu de décider de les parquer en Turquie, et espérer un virus, ou des bateaux vétustes de le noyer? On va construire de nouveaux murs… Et lever des armées pour les garder… Monter des miradors…

Nous sommes coresponsables de la catastrophe climatique, de la destruction des sols, et de l’appauvrissement dramatique de la vie dans les océans et sur terre.

Prendrons-nous notre part de responsabilité?

Nous n’avons même pas établi de quotas, et nous renvoyons, alors même que la place existe (moins de réfugiés qu’en 2017)… Dans l’arbitraire, nous déléguons à nos élus de prendre des décisions, à notre place. Quelles décisions prendriez-vous? Avec votre tête? Avec votre ventre? Avec votre cœur? Lequel de ces trois cerveaux faut-il écouter?

Nous?

La force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres.

Est écrit dans le préambule de notre constitution suisse, mais le problème c’est qui “la communauté”? Comment perçoit-on qui est “nous”?

Le bébé réduit le “nous” initial à lui et sa mère, puis sa famille, puis son école, ses amis, sa commune. Puis il va devenir majeur et soutenir une nation, il a grandi. A quel moment de notre croissance prendrons-nous conscience que la biosphère (tout le vivant, avec l’eau, l’air, et la terre), sont les composants d’un seul et unique système vital pour “nous”? Et que “nous”, n’existons qu’avec cette écosystème.

“Nous”, ce n’est pas seulement tous les Sapiens de la planète, qui sont tous nos cousins. “Nous”, c’est tout ce système néguentropique apparu sur cette planète miracle, par accident? Ou pas?

Et nous dépendons aussi, de la lune, du soleil et des autres grosses planètes qui nous varient l’orbite et déclenchent des variations climatiques, sans parler des gros cailloux qui nous tombent parfois dessus, et des volcans de notre planètes, parfois trop effusifs…

Alors, quand est-ce que “Nous” prendrons conscience de la nécessité de soutenir:

  1. La lucidité
  2. La bientraitance
  3. Nos libertés

Et la liberté ne s’arrête pas où commence celle des autres, elle ne débute que quand tu prends soin de la liberté de tous les autres. La loi de la jungle du plus fort n’est vraie que dans notre tête. Car dans la réalité, la résilience de la vie se base sur l’entraide, et entre multiples espèces.

Toutes le savent et l’ont compris.

Sauf “Nous”!

Suisse Romande

Espace Francophone pour l'innovation sociale et digitale

Sign up for Regards, depuis la Suisse romande

By Suisse Romande

Espace Francophone d'expressions libres, pour créer du sens dans l'innovation sociale et digitale, en Suisse romande. Take a look.

By signing up, you will create a Medium account if you don’t already have one. Review our Privacy Policy for more information about our privacy practices.

Check your inbox
Medium sent you an email at to complete your subscription.

Pascal Kotté

Written by

Réducteur de fractures numériques, éthicien digital, Suisse romande.

Suisse Romande

Espace Francophone pour l'innovation sociale et digitale

Pascal Kotté

Written by

Réducteur de fractures numériques, éthicien digital, Suisse romande.

Suisse Romande

Espace Francophone pour l'innovation sociale et digitale