Votation du 25 novembre 2018 en Suisse

Cher Michael, Dimitri, Daniel, journalistes et parti pirate, et lecteurs.

En réponse à la demande de notre ami Michaël, reproduite ci-après.

Je ne dispose pas des connaissances et des compétences nécessaires pour analyser la sagacité de ce texte. Mais j’ai établi une très simple méthode pour me permettre de faire des “votes utiles”. Je passe mes décisions, mes votes et mes engagements, au filtre de mes 3 valeurs fondamentales:

  1. Cela permet-il plus d’intelligences (conscience, réalisme) ?
  2. Cela développe-t-il plus de bienveillances (Altruisme, bientraitance) ?
  3. Cela augmente-t-il nos libertés (+ de confiances) ?

Concernant le sujet du vote sur l’autorisation de la surveillance par les assurances. Je ne vais certainement pas contribuer à “emmerder” les 99 personnes sincères, à cause d’un seul tricheur ! Or, nous savons déjà, que les tricheurs représentent moins de 1%.

Il fallait voter OUI pour le revenu universel, et supprimer tous les contrôles automatiques (Mais garder des contrôles aléatoires ou sur dénonciation: Et oui, cultiver le civisme délateur, pour réduire les encouragements à la fraude, le regard des autres et la culture civique seront des meilleurs garants contre les abuseurs)
Plus de libertés, ce n’est pas en les subventionnant, ni en les cadrant plus et plus, mais en supprimant les contraintes ! Simplexifions nos lois !
Je n’ai donc pas besoin de lire les détails et de tenter de creuser bien loin, pour avoir déjà décidé que cette votation n’est pas compatible avec mes valeurs 2 et 3 !
Je voterai donc NON à la LPGA ;

Par contre, je voterai OUI, pour le sujet 2, en regard à la perte de confiance de la sagesse de nos “élus”, je voterai pour l’auto-détermination. Evidemment, c’est un choix difficile, et très controversé.

Il est clair, et confirmé au résultat des votations du

qu’il est extrêmement dangereux de confier des décisions importantes à la sagesse populaire. Car outre-Sarine, ils sont plus nombreux à être super-obéissants à maîtresse Économie ! Comme le montre l’inversion des chiffres et des votes, entre le côté latin, et le côté germain: Assez incroyable !

Cela me donnerai envie de créer une confédération romande helvétique indépendante des teutons pour arrêter de devoir accepter des décision aussi, dommageables … 
Mais je rentre dans le jugement, incompatible avec l’accord toltèque numéro 3 !

Je préfère donc remettre la gouvernance de notre nation à la sagesse populaire, qu’à déléguer le pouvoir de décider à des malades mentaux incompétents et corrompus à la Ploutocratie (L’économie spéculative marchande qui a pris le contrôle de la planète depuis un demi-siècle, je ne parle pas de personnes, mais du système avec cette gouvernance du rendement, dont nous faisons partie et que nous soutenons, au moins par inactions). Ce sera moins dommageable de laisser décider un grand tas uniquement d’incompétents, comme moi-même, quoique, je sois moi aussi mentalement pas normal, je dois le dire...

Toi Michael, c’est ton corps qui est malade, mais nous portons tous nos propres handicaps. Merci pour tes nombreux partages et de ton regard sur le monde.

Ce sera donc pour la première fois de ma vie, que je voterai comme l’UDC et contre les autres avis. C’est généralement un indicateur très utile pour me permettre de reprendre les sujets: Quand l’UDC annonce OUI, et tous les autres NON, je bascule alors NON très facilement. Je suis Ultra-centriste, mais plutôt de gauche, et inscrit à l’Union Pulliérane. Une sorte d’extrémiste altruiste du milieu, à la recherche du sens et de bons équilibres…

Mais finalement, dans ma longue quête d’intelligences collectives, il n’y a que dans des solutions anarchiques comme l’Holacracy, où j’arrive à en trouver.

Ce n’est finalement pas si éloigné de la “main invisible” du libéralisme, qui assure une auto-régulation anarchique via les offres et les demandes, mais surtout, un comportement imposé “low profit” aux marchands, car initialement avec des revenus nets obligés de tendre vers zéro, grâce à la mise en compétition.

Mais ce capitalisme libéral a été compromis et trahis, depuis un demi-siècle, et nous l’avons quitté. La nouvelle ère de l’humanisme digital n’est pas compatible avec la “main invisible”: La preuve, les revenus indécents des géants du monde digital ! Mais ce n’est pas la faute du numérique, qui comprend aussi les libristes, mais la faute d’une gouvernance spéculative.

Me voilà donc devenu l’anarchiste, progressiste, libriste, solidariste et durabiliste, du milieu ! (Pascal Kotté)

Mais le plus important, c’est que je voterai OUI pour la dignité de nos bêtes à cornes ! Ouf, je voterai donc l’inverse de l’UDC, l’honneur est sauf !

— en réponse à :

Le jeu. 1 nov. 2018 à 18:19, Michael Parchet <info@parcheto.ch> a écrit :

https://www.humanrights.ch/fr/droits-humains-suisse/interieure/groupes/handicapes/surveillance-assurances-sociales
Bonjour,
D’après ce site, le problème de fond ce situerait sur le fait que le lobby des assurances aurait fait pression pour que la version de la loi soumise au vote ne comprennent pas la nécessité de passer devant le juge
Il semble qu’ils ont arrangé la loi comme il le voulait
Cela me paraît être antidémocratique. Une trahison du peuple de la part du conseil fédéral est de ces lobbys
Merci de lire cet article est de me donner une réponse pour savoir ce que vous en pensez
Avec mes meilleures salutations
Miçhael
Le 31 oct. 2018 à 16:46, Dimitri Rougy et Daniel Graf <referendum@wecollect.ch> a écrit :
Bonjour Michaël
Comment réagis-tu quand quelqu’un ne dit pas la vérité? Et ce, pas qu’une ou deux fois, mais sans arrêt? Et comment, si ce quelqu’un s’appelle Alain Berset, le Président fédéral?
Et imagine: ces déclarations mensongères sont imprimées et envoyées plus de 5,5 millions de fois pour se retrouver dans des boîtes aux lettres suisses sous forme de brochures de votation. Que faire?
Nous t’avons suggéré, à toi et aux autres supporters du référendum, de montrer Berset en Pinocchio, et ce, sous forme d’une affiche électorale. Plus de 2 500 supporters ont participé à l’enquête. 69% ont bien aimé l’idée et nous avons dépassé le seuil d’approbation de 60% que nous nous étions fixé.
En même temps, notre boîte aux lettres se remplissait de centaines de courriels posant des questions critiques ou demandant simplement de ne pas utiliser cette affiche. Certains étaient troublés par le message, d’autres par le fait que nous avions placé une personne dans la ligne de mire.
Pour être honnête, nous sommes surpris: nous n’avons jamais pensé qu’une nette majorité serait d’accord avec la déclaration de l’affiche: le Président Alain Berset ment.
Dans la démocratie suisse, il est tabou de parler de mensonges politiques. En parler en public engendre un certain malaise. Même le public n’aime pas en prendre note. C’est vrai, le texte clair trouble: avec le mensonge, nous perdons une certaine confiance en notre système politique.
Nous avons également été surpris par les nombreuses voix d’avertissement qui ont souvent soulevé la question du style politique. Voulons-nous nous concentrer sur les émotions et non plus sur nos arguments? Ne perdons-nous pas notre crédibilité et notre sympathie en tant que mouvement?
Ces questions sont justifiées. C’est pourquoi l’équipe de campagne a décidé aujourd’hui de ne pas utiliser le graphique en affiche électorale. Ce dont nous avons besoin, et je pense que nous sommes tous d’accord sur ce point, c’est d’un vaste débat sur les stratégies par lesquelles les citoyens peuvent répondre aux mensonges politiques. C’est pourquoi nous planifions un événement public dans un premier temps.
Un grand merci encore une fois pour vos commentaires critiques et votre soutien.
Avec nos cordiales salutations, Daniel Graf et Dimitri Rougy
PS: Tu as des idées créatives pour la phase finale ? Nous nous en réjouissons.
Référendum contre les espions de l’assurance
https://non-surveillance-assurances.ch