Sur les Internets
Published in

Sur les Internets

Sur les Internets #7 — La vérité si je mens.

Pour ce 7ème numéro, on s’intéressera aux formats qui jouent la carte de l’humilité, de la transparence et d’une vérité pas toujours simple à entendre. Mais pas que. Yallah.

— « Sur les Internets », c’est un petit shot de créativité qui arrive dans votre boîte mail 2 fois par mois. Pour vous abonner, c’est par ici.

Com’ politique — « On n’est pas sur Twitter là … »

Aussitôt nommé aussitôt jeté dans la lessiveuse de la crise, Olivier Véran se démarque régulièrement dans sa communication par sa constante rigueur : les faits scientifiques, rien que les faits ; l’humilité de reconnaître les incertitudes et un effort constant de pédagogie. On se souvient évidemment de la courbe dessinée sur le plateau de BFM TV, de son aisance sur des formats comme Brut ou Konbini ou de ses joutes verbales avec l’opposition au Parlement.

C’est une nouvelle fois à l’Assemblée qu’il s’est démarqué cette semaine, en “fact-checkant” les déclarations publiques de députés :

Côté campagne présidentielle US, le collectif conservateur The Lincoln Project multiplie les charges à l’encontre de Donald Trump. Après le buzz de son clip “Mourning in America” (2,6 millions de vues), il récidive avec des formats courts et des formules chocs (“100,000 dead Americans. One wrong president”) : 14 vidéos en l’espace d’un mois, engrangeant chacune entre 200 et 900 000 vues.

Activisme digital — L’exemple d’Extinction Rebellion

Extinction Rebellion a sorti pendant le confinement sa campagne“There is no going back”. Le mouvement écologiste explique dans ce clip volontairement sombre et grave que, non, rester à la maison et respecter les consignes sanitaires, aussi indispensable cela soit-il, ne fera pas de vous des “héros”. Mais relever le défi de l’urgence climatique, oui.

Autre vidéo intéressante : le clip “How normal was normal”, qui s’appuie uniquement sur le brouhaha ambiant du fameux “monde d’avant”, avant un message final qui pose la fameuse question...

Enfin, dans un tout autre registre, Extinction Rebellion a sorti pour la Journée mondiale de l’environnement un mini dessin animé de 3 minutes avec la voix off de l’actrice Whoopi Goldberg.

Le scénario ? Nous sommes en 2050. Une grand-mère lit à sa petite-fille une histoire avant de s’endormir : elle y raconte comment les hommes ont précipité le réchauffement climatique … avant de lui demander d’imaginer la fin de l’histoire. Et c’est donc sur un message enfin optimiste, celui d’une prise de conscience collective, que se termine l’histoire.

Source

Dataviz — La chasse aux clichés dans les média

Yann Guégan, journaliste de Contexte en charge de l’innovation éditoriale, s’est amusé à aller à la pêche aux clichés dans les média, ces expressions toutes faites dont abusent certains journaux (« cerise sur le gâteau », « tirer son épingle du jeu », « pavé dans la mare » …).

Si les jolies datavisualisations méritent à elles seules d’aller y jeter un oeil, la réflexion menée avec 2 spécialistes de la langue sur ce qu’est réellement “un cliché” est tout aussi intéressante.

Le fameux « moins mais mieux »

Le Monde sort un clip engagé qui défend un journalisme qui prend le temps de creuser les sujets — dans la veine des campagnes du New York Times (et sa nouvelle campagne The truth is essential).

Pas d’images. Un motion soigné. Un message simple et impactant. C’est réussi.

FAQ — “How to be human (again)”

Covid-19 oblige, le Brooklyn Film Festival sera cette année, pour la 1ère fois, 100% en ligne. Et quel meilleur thème pour en faire la promo que de surfer sur tout ce qui nous a manqué pendant le confinement ?

Et hop, cela donne “Relearn how to be human”, une campagne qui revient sur toutes ces choses basiques que nous avons (ré)apprises : les dîners entre amis, les réunions, les (vraies) conversations, les contacts physiques … C’est bien vu.

Marketing — La fin des produits “parfaits”

C’est assez rare pour être souligné : la marque Veja a depuis quelques temps sur son site une page “Limites” sur laquelle elle communique … sur tous les points qui lui reste à améliorer . Une bonne manière de renouer le lien de confiance avec les consommateurs (et de se protéger des retours de boomerang quand elle communique sur ses efforts RSE).

Même philosophie du côté de Loom. Sur son blog, la marque de vêtements n’hésite pas à recourir aux formats longs pour expliquer ses choix dans la conception de ses produits. C’est le cas notamment pour ses baskets qui, non ne sont pas “parfaites”, mais (au moins) “solides”. Pourquoi c’est malin ? Parce qu’associer les consommateurs à la fabrication des produits créé un lien de connivence et de fidélité. Durable, lui aussi.

Good Movies as Old Books

C’est peut-être un détail pour vous.

  • Bulletin, la newsletter qui vous veut du bien — Ce nouveau média a une jolie ambition : s’adresser à “celles et ceux qui se sentent usés du flux d’infos et de l’indignation systématique, qui veulent comprendre l’actualité et non la subir, être inspirés plutôt que déprimés, qui sont avides, tout simplement, d’apprendre de nouvelles choses”. Vous avez donc 3 choix de verticales : “m’informer sans me désespérer”, “muscler ma curiosité” et/ou “apprendre à me connaître”. Pour vous inscrire, c’est par ici.
  • Copié-collé — Vous avez forcément déjà reçu un mail avec X questions et répondu “voir mes réponses ci-dessous en rouge”. Désormais, ce sera beaucoup plus fluide grâce à Replier, un petit outil qui vous permet de coller le contenu du mail, surligner les questions, y répondre, et hop, coller le tout en réponse.
  • Le CV qui mouille le maillot — Un contenu qui m’a beaucoup plu cette semaine, c’est le CV de cette étudiante en recherche d’apprentissage dans le domaine du sport sous forme de journal L’Equipe de 12 pages. Un gros boulot créatif et plus d’1 million de vues en 24h.
  • Politique x Graphisme — Si les campagnes électorales locales sont rarement innovantes, faute de moyens, il y a parfois des exceptions. C’est le cas de la liste écolo de Strasbourg qui a fait le choix d’une affiche qui s’apparente davantage … à une série Netflix qu’à une élection municipale.
  • Un nouvel usage pour les Google Docs — Ce n’était pas leur fonction initiale … et pourtant les Google Docs partagés sont de plus en plus utilisés par les activistes pour s’organiser. Pourquoi ? Car ils sont publics, collaboratifs et anonymes. Ils permettent ainsi de mettre des ressources à disposition, par exemple pour les mobilisations Black Lives Matter ou pendant le confinement, utilisés par les journalistes du New York Times pendant le confinement. Un papier intéressant du MIT.
  • La fausse une du New York Times — Deux américains ont eu l’idée de reproduire la une choc du New York Times sur les plus de 100 000 morts du Covid-19 aux USA … en imaginant si une telle une avait été faite sur les Noirs morts des violences policières.
  • Si ce monde vous va, ne nous lisez pas — A l’occasion de son 1er numéro, So Good sort une campagne print, jolie … mais pas très originale.
  • Créativité déconfinée — Pour les amateurs de design, allez faire un petit tour sur ce site qui recense une jolie sélection d’affiches appelant au respect des consignes sanitaires.
  • “Good Movies as Old Books” — Le graphiste américain Matt Stevens a eu l’idée de recréer les affiches de 100 films cultes … sous forme de livres vintage. Tous ces visuels seront compilés dans un livre : une cagnotte Kickstarter est ouverte pour soutenir le projet.

C’est tout pour aujourd’hui. On se dit à dans deux semaines.

📫 Si vous avez aimé, n’hésitez pas à vous abonner à la newsletter. Et je reste disponible en DM / par mail pour discuter.

--

--

Formats innovants & créatifs vus sur les Internets. Toutes les deux semaines dans votre boîte mail → https://t.co/G5upIk0WRN?amp=1

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store
Kéliane Martenon

Kéliane Martenon

Internet, startups & formats innovants • Précédemment, chef(fe) des Internets de Bruno Le Maire.