Avez-vous réellement besoin d’un CTO pour votre Startup?

Pour beaucoup d’entrepreneurs, la question technique est un point crucial de la stratégie de développement. Bien que de plus en plus de solutions s’offrent désormais à eux, la plupart des porteurs de projets semblent être prêts à tout pour engager un CTO. Alors est-ce qu’avoir son propre CTO est vraiment nécessaire? Pourquoi est-ce autant à la mode? Ais-je besoin d’un CTO pour ma startup? Des questions auxquelles nous allons tenter de répondre dans cet article.

C’est quoi un CTO déjà?

Le CTO (Chief Technology Officer en anglais) est par définition un “ salarié chargé de s’occuper de la direction des questions scientifiques et techniques au sein d’une organisation” , qui est donc “ responsable de la transformation d’un capital (monétaire, intellectuel ou politique) en capital technologique qui aidera l’entreprise dans l’atteinte de ses objectifs” (Wikipédia). Véritable chef d’orchestre de l’équipe technique, le CTO est avant tout un cadre gestionnaire qui se doit de parfaitement comprendre les enjeux stratégiques de son organisation. Il est aussi souvent le relai entre les fondateurs/dirigeants et les programmeurs de l’équipe. Par conséquent, un développeur ne peux pas forcément être CTO. Pour prétendre à une telle position, il faut en général posséder au moins 3 ans d’expérience en programmation, être polyvalent techniquement et avoir de réelles qualités managériales.

Source: Enquête sur la rémunération globale au Québec. Collecte 2016.

Pour s’offrir un tel expert, mieux vaut que les finances de l’entreprise soient au rendez-vous. En effet, comme illustré ci-contre, un “professionnel de l’informatique” gagne au Québec entre 60k$ et 90k$ en moyenne par an, dépendamment de son niveau d’expérience (0 à 3 ans pour le niveau 1, 3 à 8 pour le niveau 2 et plus de 8 ans au niveau 3). en plus du salaire, il faut également prendre en compte tous les autres avantages auxquels un CTO peut prétendre: actions/parts de l’entreprise; congés; bonus etc.

La folie actuelle autour des titres de poste

CTO, CDO, Head of Technology, Full stack developer. Comment faire pour s’y retrouver?

Afin de démarquer son CV et se mettre en valeur, certaines personnes ne reculent devant rien. De nos jours, si le responsable du service à la clientèle devient “Head of Happiness”, alors n’importe quel développeur peut s’improviser CTO. Dans cette optique, il est important de faire attention à bien prendre le temps de vérifier l’expérience ainsi que les compétences des candidats auditionnés. Comment faire lorsqu’on en a aucune soi-même? La réponse est simple: c’est impossible! Heureusement, il existe plusieurs outils en ligne pour tester les aptitudes techniques d’un développeur, à l’image de TestDome par exemple. Les conséquences d’un mauvais choix peuvent être désastreuses pour le projet, et le fait de devoir se séparer d’un élément dans votre équipe altérera l’ambiance au sein de l’entreprise. Une seule personne technique dans l’entreprise n’est d’autre part pas suffisante dans le cadre d’un projet assez conséquent. Aussi doué soit-il, le CTO ou développeur ne peut pas posséder toutes les compétences nécessaires au niveau du back-end ou du front-end. Dans de telles conditions, votre entreprise pourrait être amenée à devoir sous-traiter pour les besoins du projet si le CTO se retrouve bloqué à un moment donné. Or qui dit sous-traitance dit perte de contrôle sur la qualité.

CTO = Co-fondateur

Construire une startup est un travail de longue haleine où l’on connaît des hauts et des bas. Emprunter cette route avec quelqu’un qu’on ne connaît pas ou peu revient à se marier avec une personne qu’on vient tout juste de rencontrer. Idéalement, il faudrait donc que le CTO soit co-fondateur de l’entreprise. Il est en effet primordial d’être sur la même longueur d’ondes, si ce n’est en symbiose, pour pouvoir faire face ensemble aux défis de l’organisation. Le leader technique doit donc être impliqué au coeur du processus de création depuis le début du projet.

Par ailleurs, un développeur ou un CTO qui est seul dans une entreprise ne sera d’une part pas assez challengé, et d’autre part risque de s’ennuyer à travailler sur le même projet toute l’année. Ce dernier peut aussi éventuellement se sentir un peu « seul » au bout d’un moment puisqu’il ne peut pas échanger sur des questions techniques avec les autres membres de l’équipe.

La technologie comme moyen de mettre son produit/service sur le marché

Le besoin d’un CTO dépend avant tout de ce que vend l’entreprise. Si votre startup se spécialise dans n’importe quel autre secteur que celui de la technologie, alors vous devriez certainement considérer une externalisation de la partie technique de votre projet. En effet, si la technologie n’est qu’un moyen (parmi d’autres) de conduire votre produit ou service dans le marché, avoir son propre CTO est un luxe que beaucoup de petites entreprises ne peuvent se permettre. De cette façon, vous serez à nouveau en mesure de vous recentrer sur votre coeur de métier et sur ce que vous savez faire de mieux.

Si à l’inverse votre startup se spécialise dans la technologie, engager un CTO est une bonne idée, surtout si vous comptez pitcher devant des investisseurs. Cela aura en effet tendance à les rassurer sur le projet en renforçant votre crédibilité. Or on constate aussi qu’il y a de plus en plus d’entrepreneurs, n’ayants pas de profil technique, qui cherchent à lancer un projet en technologie. Ces derniers sont alors logiquement en recherche d’un CTO/co-fondateur, mais attention, ceci a tendance à agacer les développeurs. En changeant de point de vue, on peut facilement comprendre leur frustration: c’est comme si quelqu’un voulait créer un cabinet d’expertise comptable sans pour autant être capable de distinguer un actif d’un passif.

Ainsi, si votre startup commence à peine les recherches pour un CTO, courage à vous! Il est bien entendu possible de trouver la “perle rare”, mais la compétition est extrêmement rude sur le marché, et vous risquez donc d’y passer beaucoup de temps. Alors avant de prendre une décision définitive, prenez bien le temps d’évaluer toutes les alternatives qui sont à votre disposition, vous ne le regretterez pas!