Episode 3 : Comment rater ses entretiens d’embauche en startup

Synopsis : Voilà maintenant 3 mois qu’Antoine est au chômage après avoir quitté son poste en grande entreprise. Entre entretiens foireux et réponses négatives, il commence sérieusement à se demander s’il va un jour trouver un emploi. Mais c’est sans compter sur l’aide du programme Etincelle, un recruteur pour startup. Il saute sur cette opportunité sans savoir que ce programme va l’emmener vers des entretiens de plus en plus étonnants et questionner ses motivations.

Mercredi 30 avril

Ce matin j’ai passé mon premier entretien en startup pour un job en Marketing, chez “Wing Man”. Le mec en short du programme Etincelle, m’avait prévenu que c’était une startup “early stage” mais je n’avais pas compris que “early stage” signifiait “j’ai décidé de lancer ma boite y a 3 semaines”.

J’aurais dû me douter de quelque chose quand j’ai vu que leurs locaux étaient dans un immeuble super bourge du 8ème arrondissement. Moi qui pensais que les startup n’avaient pas un rond. Je suis donc arrivé devant cet immeuble Haussmannien, type QG Manif pour tous, pile à l’heure. J’ai sonné plusieurs fois mais personne n’a répondu. J’ai bien du attendre 10 bonnes minutes avant qu’un mec de 20 ans, mèche blonde et jean slim arrive devant la porte. Dans un élan d’extraversion, je lui ai demandé s’il connaissait la startup “Wing Man” :

- Ouais c’est moi le boss ! T’es qui ? Attends non je sais, t’es venu pour être coaché en séduction !
- Heu … en fait non …
- Mais si ! T’inquiètes j’ai vu des cas pires que toi ! Mais genre entre tes baskets délavées et ta barbe de SDF, ça va pas être simple… La vérité, tu fais de la peine là.

J’ai hésité à lui mettre un coup de boule, puis je me suis rappelé que j’avais passé les 3 derniers mois a faire la queue à Pôle Emploi.

- En fait, non, je suis venu pour le poste en marketing.
- Ah ! Oui, j’avais totalement oublié !

On est finalement arrivé dans les locaux de “Wing Man” et je dois dire que c’était assez impressionnant. Un loft de 100m2 avec vue sur Paris … entièrement vide. On a commencé l’entretien, sans CV, ni rien, on s’est assis sur le seul canapé qu’il y avait. Premier entretien sur canapé de ma vie. Attention, c’est quand même un exercice redoutable : essayer d’avoir l’air à l’aise sans pour autant virer en mode patate-de-divan.

- Bon ben vas-y, présente-toi !
- Je m’appelle Antoine, après mes études j’ai commencé à travailler en…
- Non mais je t’arrête tout de suite, je m’en fou de ça. Je ne veux pas savoir ce que tu fais, mais genre qui tu es.
- Heu… d’accord.
- Genre, c’est quoi tes passions ? C’est quoi ton kiff dans la vie ?

J’ai essayé de lui expliquer tant bien que mal mes passions, qui j’étais… Et puis j’ai enfin osé lui poser la question qui me taraudait.

- En fait, le programme Etincelle n’a pas été très clair sur le fonctionnement de l’app. Je suis désolé, peux-tu me réexpliquer ?
- Ecoute mec, c’est très simple, on va révolutionner les rencontres amoureuses. On est le Linkedin de la séduction. Le Airbnb de l’Amour. Le cupidon du Bon Coin. Où que tu sois, tu peux trouver ton coach en drague. Frenchweb a déjà fait un article sur nous. Le cousin de Xavier Niel a trouvé sa femme grâce à nos conseils. On peut dire que ça cartonne.

Leçon n°1, toujours brosser un entrepreneur dans le sens du poil. Plus il parle de lui, plus il t’aimera. Je lui ai donc dit ce que tous les entrepreneurs veulent entendre. Ailleurs c’est nul et chiant, chez vous ça a l’air tellement incroyable qu’on ne devrait pas appeler ça “un travail”. Ailleurs c’est du déjà vu, vous, vous êtes révolutionnaire. Mais surtout, vous, votre startup va vraiment changer le monde. Si, si, je le pense vraiment. Honnêtement, de tous les entretiens que j’ai passés, je n’ai jamais vu un entrepreneur aussi solide que vous. Vous seul avez la vision. Bientôt vous inventerez le vaccin contre le Sida.

Au fond en entretien ton recruteur s’en fiche pas mal de ta passion pour l’Aérobic ou qu’on t’ai proclamé Jedi de la RechercheV. Est-ce que toi t’en as quelque chose à foutre que ton futur soit fasse des concours de tricot? Non. Bah lui c’est pareil. Tout ce qu’il veut savoir c’est :

1) Si tu vas lui créer des emmerdes

2) Si pendant les 3 prochaines années il supportera de voir ta gueule le vendredi matin

3) Si tu vas lui faire gagner du temps et de l’argent (mais surtout de l’argent, et beaucoup).

Je me lance donc histoire de flatter son ego d’adolescent attardé.

- Et toi, c’est quoi tes conseils de drague ?
- Ecoute normalement c’est genre 2,99€ le Wing Conseil… Mais bon, puisque c’est toi je vais te donner quelques conseils, sans te facturer !

Que j’ai hâte d’entendre les conseils de drague d’un mec de 20 ans dont le dernier coup remonte à son dernier voyage au Bastion à l’île de Ré, après 2 panachés dans le nez. Mais bon il faut ce qu’il faut, pas question de rester chez Papa Maman.

- Ecoute, Antoine, mon secret c’est que depuis tout petit je comprends les femmes. En un mot ? Domination.

Pense a ta piaule de merde Antoine. Hoche la tête et tais-toi!

- Les meufs, elles ont besoin qu’on leur fasse comprendre qui est le patron. Elles ont besoin qu’on réfléchisse à leur place. En même temps, il faut savoir être ferme. Moi dès qu’elles me font chier je les envoie péter. Et ça marche grave ! Elles reviennent toujours en courant !

Pense-y plus fort!

- On est des bonhommes, Antoine. On se bat et on triomphe, et ça c’est ce que les meufs aiment. Au fond une belle voiture, des vacances à l’île de Ré, un super aspirateur et c’est bueno.

Putain mais quel con ! Bon allez, prend sur toi Antoine … Après tout, t’as déjà réussi à ee faire passer pour un passionné de lessive, de système d’information et de serviettes hygiéniques, t’es plus à ça prêt.

- Ah oui super intéressant ! Et du coup “Wing Man” ça cartonne ?

Oui, comme tout le monde, quand je cherche un job je suis une vraie pute.

- Tu me demandes si ça roule ? Genre seriously quoi ? On est en croissance de ouf ! Straight to the top. Sky is the limit.
- Super ! Et tout l’étage ici est à vous en fait ?
- Oui mais l’important c’est de rester humble. Entre nous c’est vrai qu’on a vraiment inventé quelque chose de nouveau. Et là-dessus, les utilisateurs ne s’y trompent pas. Pour te dire, on a prévu d’être 150 d’ici la fin de l’année.
- Waow, belle croissance, c’est impressionnant. Parce qu’aujourd’hui vous êtes combien ?
- 3.
- Y compris toi ?
- Oui, par contre moi je suis là qu’à temps partiel. Y’a aussi Hugo le cofondateur. Mais lui il a une autre boîte en parallèle et Yasmine la stagiaire.
- Toi aussi tu travailles sur une autre boîte en parallèle ?
- Non, moi je dois re-passer mes partiels, je suis trop vénère…
- Heu … Ok. Et du coup c’est quoi votre business plan ?
- Notre quoi ?
- Votre objectif.
- Ah ! On veut faire 10 millions de downloads.
- D’accord, pour ensuite … faire 10 millions d’euro de bénéfices ?
- Non pour faire 10 millions de downloads.
- Hum… d’accord, pour avoir 10 millions d’utilisateurs actifs ?
- Non mais ça on verra après ! Là le but c’est de pouvoir dire BIM ! On a 10 putains de millions d’utilisateurs !
- Ah cool, mais à qui ? A vos investisseurs ?
- Ecoute tu poses trop de questions là, le but c’est 10 millions et puis voilà.
- D’accord, d’accord. Non mais c’est un bel objectif. Et donc vous prévoyez d’être rentable…
- Ah la question de vieux ! T’es trop old school dans ta tête… L’important c’est que les gens téléchargent l’app. On dirait mon daron quand je t’entends parler.

Silence dans le loft.

- Mais du coup vous avez dû faire une grosse levée de fond, c’était quel Venture Capital ?
- Quel quoi ? Je te promets mec, je comprends pas tout ce que tu dis, c’est pas bon pour toi ça…
- Comment as-tu financé “Wing Man” ?
- Ben là on est financé par mon père principalement.

Comprendre « papa et maman m’ont offert une startup parce que j’ai eu mon bac ».

- Bon et du coup tu as download l’app Antoine ?
- Non en fait je n’ai plus de place sur mon smartphone.

Comme 78% des possesseurs de smartphone d’après le dernier sondage Ipsos mais passons.

Vendredi 1er Avril

Le programme Etincelle m’a rappelé pour me dire que je n’étais pas pris chez Wing Man. J’avoue que même si ça avait l’air nul, ça m’a quand même déprimé toute la journée. C’est un peu comme si le thon de ta promo t’avais mis un gros vent. En même temps, si j’ai quitté un job avec des boss cons c’est pas pour aller dans un autre job avec des boss encore plus cons.

Samedi 2 Avril

Aujourd’hui j’ai reçu une réponse pour un job auquel j’avais postulé il y a 4 mois.

Lundi 4 Avril

Back in the game. On peut dire qu’avec le programme Etincelle ça s’enchaîne. Mais je ne vais pas m’en plaindre, c’est quand même super sympa que tous les jours quelqu’un t’appelles pour te convaincre de passer un nouvel entretien d’embauche. Cette fois-ci, je vais chez “IsoTechnologies”, et changement d’ambiance, c’est à Montreuil. Je suis chaud, cette fois-ci c’est la bonne !

Vendredi 8 Avril

Ils m’ont dit non.

Samedi 9 Avril

Bande de connards.

Dimanche 10 Avril

Pourtant j’étais vraiment chaud. Enfin, quand j’ai vu que les locaux étaient au -1 du bâtiment j’ai eu des appréhensions. Et puis les pistolets en plastique, les affiches de métal etc… ça m’a un peu refroidi. Au bout de 5 minutes, un des employés a eu pitié de moi et est allé voir Arthur, le CEO pour lui rappeler qu’on avait un entretien.

- C’est pour quoi déjà ?
- Tu sais le mec qui postule en marketing…
- Rooh putain fait chier.

J’ai donc rencontré Arthur, un mec à qui je suis toujours incapable de donner un âge. Cheveux longs, t-shirt Gojira, déjà la bedaine de la trentaine et des cheveux blancs. Il étaient deux à me faire passer l’entretien.

- Alors Machin…
- Antoine.
- Oui “An-toine”. Bienvenue chez nous, patati patata. Bon on va pas passer 4 heures à faire l’entretien. Si tu sais pas ce qu’on fait t’avais qu’à te renseigner avant hein.
- Heu, oui non mais je me suis renseigné.
- Ah oui ? Enfin c’est bon on va pas te donner une médaille non plus. Alors Antonin, si on est là aujourd’hui c’est pas parce qu’on l’a décidé.
- Ah ça c’est clair, a renchérit le deuxième type à côté. Si on avait le choix, je préfèrerais recruter un dev full-stack à la place, ou un dev mobile. Ou même un dev Java hahaha !
- Hahaha, un dev Java, hé l’autre ! Faut pas déconner non plus !

30 secondes de rire gênants plus tard on a pu reprendre l’entretien.

- Bon soyons sérieux. Si t’es là c’est parce qu’on a besoin d’un m-m-m-m-m…
- Oui ? Pardon, j’entends pas ?
- Un m-m-m-m, putain c’est dur à dire, un MARKETEUR.
- Très bien, ça tombe bien, je cherche un poste en marketing.
- Beurk.
- Répugnant, renchérit le deuxième.

Au bout d’un moment, à force de les voir soit déglutir, soit tourner de l’œil à chaque fois que je disais le mot marketing j’ai commencé à me demander ce qui se passait…

- Ecoutez, si vous détestez autant le Marketing, pourquoi vous voulez recruter quelqu’un ?

- Alors attention, nous on veut pas, c’est nos investisseurs qui nous laissent pas le choix. Ils nous obligent à recruter un marketeur, soit disant qu’on est un poulet sans tête, qu’on ne sait pas ou on va, tout ça, tout ça. Autant te dire que nous on trouve que ça sert à rien. Tu vois le marketing c’est un peu comme Internet Explorer, ça sert à juste à télécharger Google Chrome. Ahahah !
- Bon, déjà on avance. Et pourquoi ils pensent que vous avez besoin d’un marketeur ? Tout le monde a fait une école d’ingé ici ? Vous êtes que des développeurs ?

A leurs yeux interloqués j’ai compris que c’était un « oui évidemment ».

- Ecoute, c’est pas contre toi Anthony…
- Antoine
- …mais on peut dire qu’on a eu une mauvaise expérience avec la dernière personne en Marketing.
- Sarah, a dit l’autre, avec une légère pointe de haine dans sa voix.
- Donc il y a eu une Sarah avant, et elle travaillait au marketing, c’est ça ?
- Grrr rien que d’entendre son nom, ça m’énerve.
- Donc, heu … cette personne dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom, elle faisait quoi ?
- Bah rien Antoine, comme tous les gens en Marketing ! Et pourtant, elle a réussi à bien tous nous faire chier ! Tous les jours elle nous parlait de business model, de quel produit faire avec notre technologie, de nos « consommateurs »….
- Ca va aller Arthur, je suis là, lui a répondu son collègue en lui tapant dans le dos.
- D’accord, et donc, avec cette Sarah, vous avez avancé ? Vous en êtes où aujourd’hui ? En fait, j’ai compris que vous aviez la meilleure technologie pour calculer l’intensité de la lumière mais j’ai pas vraiment compris ce que vous alliez en faire.
- Comment ça ? C’est simple pourtant, en 2 ans, on a inventé l’outil le plus précis de photométrie au monde !
- D’accord, c’est génial.
- Ouais c’est putain de génial.

Silence.

- Mais ça sert à quoi ?
- Ben c’est l’outil le plus pointu au monde de photométrie ! Qu’est ce que tu comprends pas ?
- Non mais si j’ai compris. Ma question c’est qu’est ce que vous allez en faire ? A qui vous allez le vendre ?
- Bah attend, y’a plein de gens comme nous qui sont super intéressés pour avoir le meilleur calcul de photométrie possible.
- Ah ok… Qui ça ? Et vous savez à peu près combien ils sont ?
- Bah moi déjà
- Et moi, a répondu son collègue.
- D’accord… et vous allez le vendre combien ?
- L’argent, l’argent ! Vous n’avez que ce mot à la bouche vous les marketeurs !

Je crois que c’est à ce moment là qu’Arthur et son collègue m’ont fait comprendre que l’entretien était fini.

Lundi 11 Avril

Bon en même temps pas sûr qu’une boîte qui ne tiendra pas 3 mois de plus soit le meilleur plan de carrière…

Mercredi 13 Avril

J’ai appelé le programme Étincelle pour avoir le débrief de mon entretien, apparemment Arthur m’a reproché d’être “trop structuré et trop orienté business”. Il aurait même ajouté “il aime trop l’argent”.

Mercredi 20 Avril

J’ai passé un autre entretien aujourd’hui.

A 22h. Ca aurait dû me mettre la puce à l’oreille. Je suis donc allé à Boulogne Billancourt dans une de ces ZAC déprimantes. Quand je suis arrivé j’ai tout de suite senti l’effervescence, il était 22H mais tout le monde avait l’air à fond, il devait bien y avoir 50 employés. J’ai rencontré Julien, le CEO de ColisColis qui m’a fait passé l’entretien.

- Salut Antoine, je suis désolé, on va devoir faire vite car j’ai une réunion après. Pour me présenter en 3 mots : Harvard, McKinsey, ColisColis…

Autant dire que c’est le genre de CEO qui en jette… HEC-Polytechnique-Harvard, puis McKinsey, Google et Uber pour finir par lancer ColisColis. ColisColis c’est LA startup du secteur de la livraison, le Uber des cartons, le Airbnb du coursier. Autant dire que quand il m’a demandé “Et toi, Antoine ? Ton parcours ?” j’avais juste envie de partir en courant.

Le pire dans tout ça c’est que Julien n’est même pas prétentieux, il est simplement sur une autre planète. Il est un cran plus loin. Du coup l’entretien l’était aussi…

- Antoine, on va attaquer les Guestimates. Première question : combien peut-on mettre de balles de Golf dans un Airbus A380 ?

Les Guestimates c’est des questions d’analyse qu’on pose souvent en entretien dans les cabinets de conseil. Combien y-a-t-il de vaches en France ? Combien y a-t-il de mariage chaque jour au Japon ? etc… L’entretien a continué comme ça au moins 30 minutes entre le nombre de feux rouges à Newcastle et le calcul du nombre de bières consommés pendant un OM-PSG.

Ensuite il m’a posé des questions type “Quelle serait ta stratégie pour qu’on double notre chiffre d’affaires ce mois-ci, sachant que tu n’as pas de budget disponible ?” ou “Comment améliorer la rentabilité de ColisColis de 50% ?”. A 23h30, j’étais lessivé alors que lui pétait la forme. Avant de partir pour sa réunion, il m’a posé une dernière question :

- Imagine Antoine, que tu dois connaître la stratégie de tes concurrents. Aucune info n’est disponible nulle part. Tu ne peux pas benchmarker et tu n’as pas de budget. Comment tu fais ?

Après 5 minutes à galérer, je finis par sortir :

- Je passe des entretiens pour être recruté là-bas ?
- Oui ! Bravo Antoine ! T’es un petit filou toi ! J’aime ça !

Je pense que l’éthique chez ColisColis n’est pas la problématique principale. C’est peut-être pour ça qu’ils réussissent. Ou c’est peut-être moi qui suis trop naïf.

Jeudi 21 Avril

Julien de ColisColis m’a déjà recontacté ! Il m’a demandé de lui faire un “petit” business case sur tout le plan marketing et stratégique de ColisColis, tout ça en 48h exactement.

Samedi 23 Avril

Aujourd’hui j’ai revu mon grand frère. Je lui ai raconté toutes mes péripéties en startup.

- Antoine, t’as vraiment l’air au bout du rouleau…
- Oui je sais, mais c’est parce que je suis dans un process pour une startup qui est super dur.

Mon frère lui, est resté du “côté obscur”, il travaille dans le même grand groupe depuis 6 ans et ça lui convient parfaitement. Après lui avoir raconté mon entretien chez ColisColis il a tout fait pour me démotiver.

- Je croyais que t’allais en startup pour vivre une aventure, travailler avec des gens passionnants… pas pour te faire des horaires à la McKinsey sans le salaire qui va avec !
- Ca n’a rien à voir avec McKinsey, c’est une startup !
- Mais Antoine, arrête avec ce buzzword ! Ce n’est pas parce que c’est une startup que c’est génial.
- Y’a quand même une différence entre les startups et les grosses boites du CAC40, tu ne peux pas le nier.
- Oui c’est sûr mais arrête de croire que tu vas changer le monde en startup. Tu vas travailler pour une entreprise, et une entreprise ça doit faire du cash. C’est juste que celles où tu vas ne savent pas encore comment faire. La coolitude des startups c’est juste du vent…

Ca y est, je me rappelle pourquoi ça faisait longtemps qu’on ne s’était pas vus.

Dimanche 24 Avril

De toutes façons, ColisColis n’a rien à voir avec une grosse boîte de conseil. Enfin sauf sur le process de recrutement. Et les horaires. Mais sur le salaire, rien à voir…

Lundi 25 Avril

Sur leur site, à côté des valeurs “Ambition, Hard-Work, Passion” il y a quand même écrit “nous voulons changer le monde…”

Mardi 26 Avril

“… de la livraison”. Bon ok, cette boîte n’a peut être pas d’ambition éthique, mais ça ne veut pas dire qu’ils ne vont pas faire quelque chose de bien.

Mercredi 27 Avril

Mail de Julien : “Salut Antoine, bravo tu as passé l’étape 1 de la pré-sélection. Désormais nous allons te demander de fournir un business plan de notre nouveau produit, accompagné d’un dossier de prévision financière complet pour les 2 prochaines années et bien sûr d’un plan marketing. Demain tu as rendez-vous à 6h45 avec Edouard le directeur financier”.

Vendredi 29 Avril

J’ai abandonné le process de recrutement avec ColisColis. Au fond, je crois que mon frère a raison : à quoi ça sert d’intégrer une startup qui est juste un embryon de grand groupe ?


Lire la suite : EPISODE 4 : Comment convaincre un entrepreneur de vous embaucher