La salle de sport de la finance

Analysons l’assurance au travers du spectre des salles de sport 🔎🏋️‍♀️

Une petite comparaison pour vous montrer que quelque chose ne vas pas dans ce monde.


31 Janvier, l’heure des bonnes résolutions et des nouveaux défis entre amis.

2 janvier : vous vous mettez à chercher une salle de sport. Juste à côté de chez vous il y a cette salle de sport qui ressemble plus à un bar lounge qu’à un endroit où l’on soulève de la fonte. Un coach vous fait faire un tour, vous montre le bar à smoothie, les machines dernières génération, il vous parle des petits dej vegan tous les premiers samedi du mois, il vous montre ces beaux sièges massant, pas vraiment une salle avec des bodybuilders qui se matte dans les miroirs mais dans votre tête vous vous imaginez ça :

3 janvier :première séance de sport, la salle est pleine, vous êtes hyper motivé.

20 janvier : il fait gris il fais froid, “j’irai demain”.

15 février : “faudrais que je retourne à la salle de sport”. Vous faite une petite séance.

1er mars : “…”

1er mai : votre collègue vous dit qu’il vient de s’inscrire à votre salle de gym. Vous aviez complétement oublié que vous aviez un abonnement.

WTF ?


Qu’est ce qui caractérise une salle de sport ?

  1. Un cout fixe élevé : louer de l’immobilier avec de si grosses surfaces cela coûte cher, surtout en ville.
  2. Un espace limité : Parce que chaque salle de sport ne peut recevoir qu’un certain nombre de membres en même temps.
  3. Une temporalité des inscriptions : La première semaine de janvier est un peu la golden week des salles de sport. Ils font leur max pour faire de l’acquisition et vous enfermer dans un abonnement à l’année (de plus en plus au mois).

Le modèle économique

  1. Concevoir la salle pour faire en sorte d’attirer la bonne clientèle en utilisant la faiblesse humaine qui nous pousse à faire du pre-commitment : “Aller à la salle de sport c’est bon pour moi et puis je serai plus beau dans 6 mois”. Mais la majorité des salles de sports sont conçues pour attirer la clientèle qu’ils cherchent ! Parce que oui, le côté lounge, petit dej vegan, sièges masseur, etc., et bien ça n’attire pas les hardcore bodybuilders !
  2. Cette clientèle qui ne viendra quasiment plus le 1er mars subventionne le peu de filles et gars qui ont un peu de willpower. Tu vas pas à la salle de sport tu reçois aucun service mais l’argent vas dans la poche de la salle de sport. C’est aussi simple que ça.
  3. Faire en sorte que les membres renouvellent leur abonnement parce que ben “it feels good” de se dire que tu seras peut être beau et mince dans 6 mois.

Et les assurances dans tout ça ?? Certains d’entre vous aurons surement remarqué le parallèle. Donc si je caricature rapidement.

Qu’est ce qui caractérise une assurance ?

  1. Un cout fixe trés élevè sous forme de réserves pour couvrir les sinistres potentiels.
  2. Un espace limité. Une assurance ne peut recevoir qu’un certain nombre d’assuré (lié à ses réserves et les prévisions réalisées par les modèles des actuaires).

Le modèle économique de l’assurance

  1. Très peu de gens reçoivent des “services” de la part de leur assurance. Les assurés qui n’ont pas de sinistre subventionneront ceux qui en auront. (un peu comme le mec qui s’arrête d’aller à la salle de sport en mars alors qu’il a payé l’année).
  2. La loi des grands nombres fait que l’assurance peut gérer le risque à l’aide d’actuaire spécialisé dans le pricing et la gestion des risques des produits attachés.
  3. L’argent qui n’ai pas dépensé pour régler les sinistres est placé afin de raporter des intérêts.

Conclusion

Quand vous payez une salle de sport et que vous n’y allez pas vous ne vous sentez pas hyper bien et vous avez un peu l’impression de payer pour rien. Cependant vous continuerez certainement votre abonnement car l’image de la salle de sport est liée à une meilleure image de soi. Certain d’entre vous craqueront et se désinscriront (pour surement se ré-inscrire quelques mois après). C’est exactement ce que les salles de sport recherchent. Et c’est également pour cette raison qu’ils font baisser les prix trés bas. Une baisse des prix fait augmenter la demande et donc les bénéfices. Surtout s’ils arrivent à cibler la bonne clientèle peu sportive et peu motivée. Pour la majorité de ces lieus aucun service en dehors de la salle n’est proposé.

Du côté de l’assurance c’est un peu la même chose, la loi, la peur et l’irrationalité nous pousse à souscrire à des assurances qui, en l’absence de sinistre, ne nous rapporte strictement rien. Evidemment nous pourrions dire d’un point de vue probabilistique et en calculant la valeur présente d’un futur risque, qu’elles ont une valeur. Mais dans l’esprit des gens ceci est beaucoup plus complexe. Les assurances devrait pouvoir fournir des services liés aux risques qu’elles couvrent (d’ailleurs le taux de sinistres diminuerait et l’augmentation des dépenses pourrait certainement être contrebalancé par la diminution des paiements distribués par les assurances).

En quelques mots :

Une assurance devrait être plus proche d’un coach sportif que d’une salle de sport. Parce qu’aujourd’hui être assuré c’est un peu comme être inscrit à une salle de sport et ne pas y aller.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Yoann Lopez’s story.