TheShifters.CH
Published in

TheShifters.CH

Traduction française du rapport du GIEC AR6 WG1, Résumé pour Décideurs

Traduction non officielle

Source officielle du document original en anglais:
IPCC, 2021: Summary for Policymakers. In: Climate Change 2021: The Physical Science Basis.

Il existe un résumé de 2 pages, du résumé de 42 pages: Et voici sa traduction par Pascal Kotté

D’autres sources, traduction, résumé, à disposition et recommandées:
* https://etatdurgence.ch/rapport-ar6-du-giec-resume-pour-les-decideurs/
https://etatdurgence.ch/rapport-ar6-du-giec-resume-pour-les-decideurs/

Contribution of Working Group I to the Sixth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change [Masson-Delmotte, V., P. Zhai, A. Pirani, S. L. Connors, C. Péan, S. Berger, N. Caud, Y. Chen, L. Goldfarb, M. I. Gomis, M. Huang, K. Leitzell, E. Lonnoy, J.B.R. Matthews, T. K. Maycock, T. Waterfield, O. Yelekçi, R. Yu and B. Zhou (eds.)]. Cambridge University Press. In Press

Changing by Alisa Singer — www.environmentalgraphiti.org — 2021 Alisa Singer.

Date of Document: 7 August 2021 17:00 CEST

Table des matières

Introduction

Ce résumé à l’intention des décideurs (SPM) présente les principales conclusions de la contribution du Groupe de travail I (WGI) au sixième rapport d’évaluation du GIEC (AR6)[1] sur les bases scientifiques physiques du changement climatique. Le rapport s’appuie sur la contribution du groupe de travail I de 2013 au cinquième rapport d’évaluation (AR5) du GIEC et sur les rapports spéciaux 2018–2019 du GIEC[2] du cycle du AR6, et intègre les nouveaux éléments probants de la science du climat[3].

Ce SPM fournit un résumé de haut niveau de la compréhension de l’état actuel du climat, y compris la manière dont il évolue et le rôle de l’influence humaine, l’état des connaissances sur les futurs climatiques possibles, les informations climatiques pertinentes pour les régions et les secteurs, et la limitation du changement climatique d’origine humaine.

Sur la base de la compréhension scientifique, les conclusions clés peuvent être formulées comme des déclarations de fait ou associées à un niveau de confiance évalué, indiqué en utilisant le langage calibré du GIEC[4].

La base scientifique de chaque conclusion clé se trouve dans les chapitres du rapport principal et dans la synthèse intégrée présentée dans le résumé technique (ci-après TS), et est indiquée entre crochets. L’Atlas interactif du WGI du AR6 facilite l’exploration de ces principales conclusions de synthèse, et des informations complémentaires sur le changement climatique, dans les régions de référence du WGI[5].

A. L’état actuel du climat

Depuis le AR5, les améliorations apportées aux estimations basées sur l’observation et les informations provenant des archives paléoclimatiques permettent d’obtenir une vue d’ensemble de chaque composante du système climatique et de ses changements à ce jour. De nouvelles simulations de modèles climatiques, de nouvelles analyses et des méthodes combinant plusieurs sources de données permettent de mieux comprendre l’influence de l’homme sur un éventail plus large de variables climatiques, y compris les phénomènes météorologiques et climatiques extrêmes. Les périodes considérées dans cette section dépendent de la disponibilité des produits d’observation, des archives paléoclimatiques et des études évaluées par des pairs.

A.1 Il est sans équivoque que l’influence humaine a réchauffé l’atmosphère, les océans et les terres. Des changements rapides et généralisés se sont produits dans l’atmosphère, les océans, la cryosphère et la biosphère.

{2.2, 2.3, Cross-Chapter Box 2.3, 3.3, 3.4, 3.5, 3.6, 3.8, 5.2, 5.3, 6.4, 7.3, 8.3, 9.2, 9.3, 9.5,9.6, Cross-Chapter Box 9.1} (Figure SPM.1, Figure SPM.2)

A.1.1 Les augmentations observées des concentrations de gaz à effet de serre (GES) bien mélangées depuis environ 1750 sont sans équivoque dues aux activités humaines. Depuis 2011 (mesures rapportées dans le AR5), les concentrations ont continué à augmenter dans l’atmosphère, atteignant des moyennes annuelles de 410 ppm pour le dioxyde de carbone (CO2), 1866 ppb pour le méthane (CH4) et 332 ppb pour le protoxyde d’azote (N2O) en 2019[6]. Les terres et les océans ont absorbé une proportion quasi-constante (globalement environ 56 % par an) des émissions de CO2 dues aux activités humaines au cours des six dernières décennies, avec des différences régionales (confiance élevée)[7]. {2.2, 5.2, 7.3, TS.2.2, Encadré TS.5}

A.1.2 Chacune des quatre dernières décennies a été successivement plus chaude que toutes les décennies qui l’ont précédée depuis 1850. La température à la surface du globe[8] au cours des deux premières décennies du 21ème siècle (2001–2020) a été supérieure de 0,99 [0,84–1,10] °C à celle de 1850–1900[9]. En 2011–2020, la température à la surface du globe était supérieure de 1,09 [0,95 à 1,20] °C à celle de 1850–1900, avec des augmentations plus importantes sur les terres (1,59 [1,34 à 1,83] °C) que sur les océans (0,88 [0,68 à 1,01] °C). L’augmentation estimée de la température à la surface du globe depuis le AR5 est principalement due à la poursuite du réchauffement depuis 2003–2012 (+0,19 [0,16 à 0,22] °C). En outre, les progrès méthodologiques et les nouveaux ensembles de données ont contribué pour environ 0,1 °C à l’estimation actualisée du réchauffement dans le AR6[10].

A.1.3 La fourchette probable de l’augmentation totale de la température de la surface de la planète causée par l’homme entre 1850–1900 et 2010–2019[11] est de 0,8°C à 1,3°C, avec une meilleure estimation de 1,07°C. Il est probable que les GES bien mélangés ont contribué à un réchauffement de 1,0°C à 2,0°C, que les autres facteurs humains (principalement les aérosols) ont contribué à un refroidissement de 0,0°C à 0,8°C, que les facteurs naturels ont modifié la température de la surface de la planète de -0,1°C à 0,1°C et que la variabilité interne l’a modifiée de -0,2°C à 0,2°C. Il est très probable que les GES bien mélangés aient été le principal moteur[12] du réchauffement de la troposphère depuis 1979, et extrêmement probable que l’appauvrissement de l’ozone stratosphérique causé par l’homme ait été le principal moteur du refroidissement de la basse stratosphère entre 1979 et le milieu des années 1990. {3.3, 6.4, 7.3, Encadré transversal TS.1, TS.2.3} (Figure SPM.2)

A.1.4 Les précipitations terrestres moyennes à l’échelle mondiale ont probablement augmenté depuis 1950, avec un taux d’augmentation plus rapide depuis les années 1980 (confiance moyenne). Il est probable que l’influence de l’homme ait contribué au schéma des changements observés dans les précipitations depuis le milieu du 20e siècle, et extrêmement probable que l’influence de l’homme ait contribué au schéma des changements observés dans la salinité des océans proches de la surface. Les trajectoires des tempêtes aux latitudes moyennes se sont probablement déplacées vers le pôle dans les deux hémisphères depuis les années 1980, avec une saisonnalité marquée des tendances (confiance moyenne). Dans l’hémisphère Sud, l’influence de l’homme a très probablement contribué au déplacement vers le pôle du jet extratropical étroitement lié à l’été austral. {2.3, 3.3, 8.3, 9.2, TS.2.3, TS.2.4, Encadré TS.6}

A.1.5 L’influence humaine est très probablement le principal facteur du recul mondial des glaciers depuis les années 1990 et de la diminution de la superficie de la banquise arctique entre 1979–1988 et 2010–2019 (environ 40 % en septembre et environ 10 % en mars). Aucune tendance significative n’a été observée en ce qui concerne la superficie de la banquise de l’Antarctique entre 1979 et 2020, en raison de tendances régionales opposées et d’une grande variabilité interne. L’influence humaine a très probablement contribué à la diminution de la couverture neigeuse printanière de l’hémisphère Nord depuis 1950. Il est très probable que l’influence humaine a contribué à la fonte de surface observée de l’inlandsis groenlandais au cours des deux dernières décennies, mais il n’existe que des preuves limitées, avec un accord moyen, de l’influence humaine sur la perte de masse de l’inlandsis antarctique. {2.3, 3.4, 8.3, 9.3, 9.5, TS.2.5}

A.1.6 Il est pratiquement certain que la couche supérieure de l’océan mondial (0–700 m) s’est réchauffée depuis les années 1970 et il est extrêmement probable que l’influence humaine en soit le principal facteur. Il est pratiquement certain que les émissions de CO2 d’origine humaine sont le principal facteur de l’acidification globale actuelle de la surface de l’océan. Il est très probable que les niveaux d’oxygène ont chuté dans de nombreuses régions de la couche supérieure de l’océan depuis le milieu du 20e siècle et il est moyennement probable que l’influence humaine a contribué à cette chute. {2.3, 3.5, 3.6, 5.3, 9.2, TS.2.4}

A.1.7 Le niveau moyen mondial des mers a augmenté de 0,20 [0,15 à 0,25] m entre 1901 et 2018. Le taux moyen d’élévation du niveau de la mer était de 1,3 [0,6 à 2,1] mm par an entre 1901 et 1971, augmentant à 1,9 [0,8 à 2,9] mm par an entre 1971 et 2006, et augmentant encore à 3,7 [3,2 à 4,2] mm par an entre 2006 et 2018 (confiance élevée). L’influence humaine a très probablement été le principal moteur de ces augmentations depuis au moins 1971. {2.3, 3.5, 9.6, Encadré transversal 9.1, Encadré TS.4}

A.1.8 Les changements survenus dans la biosphère terrestre depuis 1970 sont compatibles avec le réchauffement climatique : les zones climatiques se sont déplacées vers le pôle dans les deux hémisphères, et la saison de croissance s’est allongée en moyenne de deux jours par décennie depuis les années 1950 dans les régions extratropicales de l’hémisphère Nord (confiance élevée). {2.3, TS.2.6}

L’influence humaine a réchauffé le climat à un rythme sans précédent au cours des 2000 dernières années au moins

Changements de la température de surface du globe par rapport à 1850–1900

Figure SPM. 1 : Histoire du changement de la température mondiale et causes du réchauffement récent.

Panneau a) : Changements de la température à la surface du globe reconstitués à partir des archives paléoclimatiques (ligne grise pleine, 1–2000) et des observations directes (ligne noire pleine, 1850–2020), à la fois par rapport à 1850–1900 et en moyenne décennale. La barre verticale de gauche indique la température estimée (fourchette très probable) pendant la période pluriséculaire la plus chaude des 100 000 dernières années au moins, qui s’est produite il y a environ 6500 ans pendant la période interglaciaire actuelle (Holocène). Le dernier interglaciaire, il y a environ 125 000 ans, est le candidat le plus récent suivant pour une période de température plus élevée. Ces périodes chaudes passées ont été causées par des variations orbitales lentes (plurimillénaires). Le hachurage gris avec des lignes diagonales blanches montre les plages très probables pour les reconstructions de température.

Panneau b) : Changements de la température à la surface du globe au cours des 170 dernières années (ligne noire) par rapport à 1850–1900 et en moyenne annuelle, comparés aux simulations des modèles climatiques CMIP6 (voir encadré SPM.1) de la réponse de la température aux facteurs humains et naturels (marron), et aux facteurs naturels uniquement (activité solaire et volcanique, vert).

Les lignes colorées pleines indiquent la moyenne multi-modèle, et les nuances colorées indiquent la gamme très probable des simulations. (voir la figure SPM.2 pour les contributions évaluées au réchauffement).

{2.3.1, 3.3, encadré transversal 2.3, encadré transversal TS.1, figure 1a, TS.2.2}

Le réchauffement observé est dû aux émissions des activités humaines, les gaz à effet de serre étant partiellement masqués par le refroidissement dû aux aérosols.

Des contributions au réchauffement fondées sur deux approches complémentaires

Figure SPM. 2 : Histoire du changement de la température mondiale et causes du réchauffement récent.

Panneau a) : Réchauffement planétaire observé (augmentation de la température de surface de la planète) et sa plage très probable {3.3.1, Encadré 2.3}.

Panel b) : Preuves issues des études d’attribution, qui synthétisent les informations provenant des modèles climatiques et des observations. Le panneau montre les changements de température attribués à l’influence humaine totale, aux changements dans les concentrations de gaz à effet de serre bien mélangés, aux autres facteurs humains dus aux aérosols, à l’ozone et au changement d’affectation des terres (réflectance de l’affectation des terres), aux facteurs solaires et volcaniques, et à la variabilité interne du climat. Les moustaches indiquent les fourchettes probables {3.3.1}.

Panel c) : Preuve de l’évaluation du forçage radiatif et de la sensibilité du climat. Le panneau montre les changements de température dus à des composantes individuelles de l’influence humaine, notamment les émissions de gaz à effet de serre, les aérosols et leurs précurseurs, les changements d’utilisation des terres (réflectance et irrigation) et les traînées de condensation des avions. Les moustaches indiquent des fourchettes très probables. Les estimations tiennent compte à la fois des émissions directes dans l’atmosphère et de leur effet, le cas échéant, sur d’autres facteurs climatiques. Pour les aérosols, les effets directs (par rayonnement) et indirects (par interaction avec les nuages) sont pris en compte. Pour les aérosols, les effets directs (par rayonnement) et indirects (par interaction avec les nuages) sont pris en compte {6.4.2, 7.3}.

A.2 L’ampleur des changements récents dans l’ensemble du système climatique et l’état actuel de nombreux aspects du système climatique sont sans précédent sur plusieurs siècles à plusieurs milliers d’années.

{Cross-Chapter Box 2.1, 2.2, 2.3, 5.1} (Figure SPM.1)

A.2.1 En 2019, les concentrations atmosphériques de CO2 étaient plus élevées qu’à n’importe quel moment depuis au moins 2 millions d’années (confiance élevée), et les concentrations de CH4 et de N2O étaient plus élevées qu’à n’importe quel moment depuis au moins 800 000 ans (confiance très élevée). Depuis 1750, les augmentations des concentrations de CO2 (47 %) et de CH4 (156 %) dépassent de loin, et les augmentations de N2O (23 %) sont similaires aux changements naturels plurimillénaires entre les périodes glaciaires et interglaciaires au cours des 800 000 dernières années au moins (confiance très élevée). {2.2, 5.1, TS.2.2}

A.2.2 La température à la surface du globe a augmenté plus rapidement depuis 1970 que pendant toute autre période de 50 ans au cours des 2000 dernières années au moins (confiance élevée). Les températures de la décennie la plus récente (2011–2020) dépassent celles de la période chaude pluriséculaire la plus récente, il y a environ 6500 ans[13] [0,2°C à 1°C par rapport à 1850–1900] (confiance moyenne). Avant cela, la période chaude la plus récente se situait il y a environ 125 000 ans, lorsque la température multi-centenaire [0,5°C à 1,5°C par rapport à 1850–1900] chevauche les observations de la décennie la plus récente (confiance moyenne). {Encadrés 2.1 et 2.3 du chapitre, encadré TS.1 de la coupe transversale}. (Figure SPM.1)

A.2.3 Entre 2011 et 2020, la superficie moyenne annuelle de la glace de mer arctique a atteint son niveau le plus bas depuis au moins 1850 (confiance élevée). La superficie des glaces de mer arctiques de fin d’été n’a jamais été aussi faible depuis au moins 1 000 ans (confiance moyenne). La nature globale du retrait des glaciers, la quasi-totalité des glaciers du monde reculant de manière synchrone depuis les années 1950, est sans précédent depuis au moins 2000 ans (confiance moyenne). {2.3, TS.2.5}

A.2.4 Le niveau moyen mondial de la mer s’est élevé plus rapidement depuis 1900 qu’au cours de tout autre siècle précédent depuis au moins 3000 ans (confiance élevée). L’océan mondial s’est réchauffé plus rapidement au cours du siècle dernier que depuis la fin de la dernière déglaciation (il y a environ 11 000 ans) (confiance moyenne). Une augmentation à long terme du pH de la surface de l’océan libre (haute mer) s’est produite au cours des 50 derniers millions d’années (confiance élevée), et le pH de la surface de l’océan libre aussi bas que celui des dernières décennies est inhabituel au cours des 2 derniers millions d’années (confiance moyenne). {2.3, TS.2.4, Encadré TS.4}

A.3 Le changement climatique d’origine humaine affecte déjà de nombreux phénomènes météorologiques et climatiques extrêmes dans toutes les régions du monde. Les preuves des changements observés dans les phénomènes extrêmes tels que les vagues de chaleur, les fortes précipitations, les sécheresses et les cyclones tropicaux, et, en particulier, leur attribution à l’influence humaine, se sont renforcées depuis le AR5.

{2.3, 3.3, 8.2, 8.3, 8.4, 8.5, 8.6, Encadré 8.1, Encadré 8.2, Encadré 9.2, 10.6, 11.2, 11.3, 11.4, 11.6, 11.7, 11.8, 11.9, 12.3} (Figure SPM.3)

A.3.1 Il est pratiquement certain que les extrêmes de chaleur (y compris les vagues de chaleur) sont devenus plus fréquents et plus intenses dans la plupart des régions terrestres depuis les années 1950, tandis que les extrêmes de froid (y compris les vagues de froid) sont devenus moins fréquents et moins sévères, avec une confiance élevée dans le fait que le changement climatique d’origine humaine est le principal moteur[14] de ces changements. Certaines chaleurs extrêmes observées au cours de la dernière décennie auraient été extrêmement improbables sans l’influence de l’homme sur le système climatique. La fréquence des vagues de chaleur marines a approximativement doublé depuis les années 1980 (confiance élevée), et l’influence humaine a très probablement contribué à la plupart d’entre elles depuis au moins 2006. {Encadrés 9.2, 11.2, 11.3, 11.9, TS.2.4, TS.2.6, encadré TS.10} (Figure SPM.3)

A.3.2 La fréquence et l’intensité des épisodes de fortes précipitations ont augmenté depuis les années 1950 sur la plupart des terres pour lesquelles les données d’observation sont suffisantes pour une analyse des tendances (confiance élevée), et le changement climatique d’origine humaine en est probablement le principal facteur. Le changement climatique d’origine humaine a contribué à l’augmentation des sécheresses agricoles et écologiques[15] dans certaines régions en raison de l’augmentation de l’évapotranspiration des terres[16] (confiance moyenne). {8.2, 8.3, 11.4, 11.6, 11.9, TS.2.6, Encadré TS.10} (Figure SPM.3)

A.3.3 Les diminutions des précipitations terrestres de mousson à l’échelle mondiale[17] entre les années 1950 et 1980 sont en partie attribuées aux émissions d’aérosols d’origine humaine dans l’hémisphère Nord, mais les augmentations observées depuis lors résultent de l’augmentation des concentrations de GES et de la variabilité interne décennale à pluri-décennale (confiance moyenne). Sur l’Asie du Sud, l’Asie de l’Est et l’Afrique de l’Ouest, les augmentations des précipitations de mousson dues au réchauffement découlant des émissions de GES ont été contrebalancées par des diminutions des précipitations de mousson dues au refroidissement causé par les émissions d’aérosols d’origine humaine au cours du 21ème siècle (confiance élevée). Les augmentations des précipitations de mousson en Afrique de l’Ouest depuis les années 1980 sont en partie dues à l’influence croissante des GES et les réductions à l’effet de refroidissement provoqué par les émissions d’aérosols d’origine humaine sur l’Europe et l’Amérique du Nord (confiance moyenne). {2.3, 3.3, 8.2, 8.3, 8.4, 8.5, 8.6, encadré 8.1, encadré 8.2, 10.6, encadré TS.13}

A.3.4 Il est probable que la proportion mondiale de cyclones tropicaux majeurs (catégorie 3–5) a augmenté au cours des quatre dernières décennies. Il est probable que la proportion mondiale de cyclones tropicaux majeurs (catégorie 3–5) ait augmenté au cours des quatre dernières décennies et que la latitude à laquelle les cyclones tropicaux du Pacifique Nord occidental atteignent leur intensité maximale se soit déplacée vers le nord ; ces changements ne peuvent pas être expliqués par la seule variabilité interne (confiance moyenne). La confiance dans les tendances à long terme (pluri-décennales à centennales) de la fréquence des cyclones tropicaux de toutes catégories est faible. Les études d’attribution des événements et la compréhension physique indiquent que le changement climatique induit par l’homme augmente les fortes précipitations associées aux cyclones tropicaux (confiance élevée), mais les limitations des données empêchent de détecter clairement les tendances passées à l’échelle mondiale. {8.2, 11.7, Encadré TS.10}

A.3.5 L’influence humaine a probablement augmenté la probabilité d’événements extrêmes composés[18] depuis les années 1950. Cela inclut l’augmentation de la fréquence des vagues de chaleur et des sécheresses simultanées à l’échelle mondiale (confiance élevée), des incendies dans certaines régions de tous les continents habités (confiance moyenne) et des inondations composées dans certains endroits (confiance moyenne). {11.6, 11.7, 11.8, 12.3, 12.4, TS.2.6, Tableau TS.5, Encadré TS.10}

Le changement climatique affecte déjà toutes les régions habitées de la planète, l’influence humaine contribuant à de nombreux changements observés dans les conditions météorologiques et les extrêmes climatiques.

a) Synthèse de l’évaluation des changements observés dans les extrêmes chauds et confiance dans la contribution humaine aux changements observés dans les régions du monde

b) Synthèse de l’évaluation des changements observés dans les fortes précipitations et confiance dans la contribution humaine aux changements observés dans les régions du monde

c) Synthèse de l’évaluation des changements observés dans les la sécheresse agricole et écologique et confiance dans la contribution humaine aux changements observés dans les régions du monde

Figure SPM. 3 : Synthèse des changements régionaux évalués, observés et attribuables.

Les régions habitées découpées selon le AR6 WGI du GIEC sont affichées sous forme d’hexagones de taille identique dans leur emplacement géographique approximatif (voir la légende pour les acronymes régionaux). Toutes les évaluations sont faites pour chaque région dans son ensemble et pour les années 1950 à aujourd’hui. Les évaluations effectuées à des échelles temporelles différentes ou à des échelles spatiales plus locales peuvent différer de ce qui est présenté dans la figure. Les couleurs de chaque panneau représentent les quatre résultats de l’évaluation des changements observés. Les hexagones rayés blancs et gris clair sont utilisés lorsqu’il y a un faible accord sur le type de changement pour la région dans son ensemble, et les hexagones gris sont utilisés lorsque les données et/ou la littérature sont limitées, ce qui empêche une évaluation de la région dans son ensemble. Les autres couleurs indiquent un niveau de confiance au moins moyen dans le changement observé. Le niveau de confiance pour l’influence humaine sur ces changements observés est basé sur l’évaluation de la littérature sur la détection et l’attribution des tendances et sur l’attribution des événements, et il est indiqué par le nombre de points : trois points pour une confiance élevée, deux points pour une confiance moyenne et un point pour une confiance faible (rempli : accord limité ; vide : preuve limitée).

Panneau a) Pour les extrêmes de chaleur, les preuves sont principalement tirées des changements dans les paramètres basés sur les températures quotidiennes maximales. Les études régionales utilisant d’autres indices (durée, fréquence et intensité des vagues de chaleur) sont également utilisées. Les hexagones rouges indiquent les régions où la confiance dans l’augmentation observée des extrêmes de chaleur est au moins moyenne.

Panneau b) Pour les fortes précipitations, les preuves sont principalement tirées des changements dans les indices basés sur les quantités de précipitations sur un jour ou cinq jours en utilisant des études mondiales et régionales. Les hexagones verts indiquent les régions où la confiance dans l’augmentation observée des fortes précipitations est au moins moyenne.

Panneau c) Les sécheresses agricoles et écologiques sont évaluées sur la base des changements observés et simulés de l’humidité totale de du sol, complétés par des preuves sur les changements de l’humidité du sol de surface, du bilan hydrique (précipitations moins évapotranspiration) et des indices déterminés par les précipitations et la demande évaporative atmosphérique. Les hexagones jaunes indiquent les régions où l’on a au moins une confiance moyenne dans l’augmentation observée de ce type de sécheresse et les hexagones verts indiquent les régions où l’on a au moins une confiance moyenne dans la diminution observée de la sécheresse agricole et écologique.

Pour toutes les régions, le tableau TS.5 montre un éventail plus large de changements observés que ceux présentés dans cette figure. Notez que l’ASS est la seule région qui n’affiche pas de changements observés dans les paramètres présentés dans cette figure, mais qui est affectée par des augmentations observées de la température moyenne, des diminutions du gel et des augmentations des vagues de chaleur marines. {11.9, Tableau TS.5, Encadré TS.10, Figure 1, Atlas 1.3.3, Figure Atlas.2}

A.4 Une meilleure connaissance des processus climatiques, des preuves paléoclimatiques et de la réponse du système climatique à l’augmentation du forçage radiatif donne une meilleure estimation de la sensibilité climatique d’équilibre de 3°C avec une fourchette plus étroite par rapport au AR5.

{2.2, 7.3, 7.4, 7.5, Encadré 7.2, Encadré inter-chapitres 9.1, 9.4, 9.5, 9.6}

A.4.1 Le forçage radiatif d’origine humaine de 2,72 [1,96 à 3,48] W/m2 en 2019 par rapport à 1750 a réchauffé le système climatique. Ce réchauffement est principalement dû à l’augmentation des concentrations de GES, partiellement réduit par le refroidissement dû à l’augmentation des concentrations d’aérosols. Le forçage radiatif a augmenté de 0,43 W/m2 (19 %) par rapport au AR5, dont 0,34 W/m2 est dû à l’augmentation des concentrations de GES depuis 2011. Le reste est dû à une meilleure compréhension scientifique et à des changements dans l’évaluation du forçage des aérosols, qui comprennent des diminutions de la concentration et une amélioration de son calcul (confiance élevée). {2.2, 7.3, TS.2.2, TS.3.1}

A.4.2 Le forçage radiatif positif net d’origine humaine entraîne une accumulation d’énergie supplémentaire (chauffage) dans le système climatique, partiellement réduite par une perte d’énergie accrue vers l’espace en réponse au réchauffement de la surface. Le taux moyen observé de réchauffement du système climatique est passé de 0,50 [0,32 à 0,69] W/m2 pour la période 1971–2006[19], à 0,79 [0,52 à 1,06] W/m2 pour la période 2006–2018[20] (confiance élevée). Le réchauffement des océans a représenté 91 % du réchauffement du système climatique, le réchauffement des terres, la perte de glace et le réchauffement de l’atmosphère représentant respectivement environ 5 %, 3 % et 1 % (degré de confiance élevé).{7.2, encadré 7.2, TS.3.1}

A.4.3 Le réchauffement du système climatique a provoqué une élévation du niveau moyen mondial de la mer par la perte de glace sur les terres et l’expansion thermique due au réchauffement des océans. L’expansion thermique explique 50 % de l’élévation du niveau des mers entre 1971 et 2018, tandis que la perte de glace des glaciers y a contribué à hauteur de 22 %, les calottes glaciaires à hauteur de 20 % et les changements dans le stockage des eaux terrestres à hauteur de 8 %. Le taux de perte de la calotte glaciaire a été multiplié par quatre entre 1992–1999 et 2010–2019. Ensemble, les pertes de masse des calottes glaciaires et des glaciers ont été les principaux contributeurs à l’élévation du niveau moyen mondial de la mer entre 2006 et 2018 (confiance élevée). {Encadré transversal 9.1, 9.4, 9.5, 9.6}

A.4.4 La sensibilité du climat à l’équilibre est un paramètre important utilisé pour estimer comment le climat réagit au forçage radiatif. Sur la base de multiples sources de données[21], la fourchette très probable de la sensibilité du climat à l’équilibre se situe entre 2°C (confiance élevée) et 5°C (confiance moyenne). La meilleure estimation évaluée dans le AR6 est de 3°C avec une fourchette probable de 2,5°C à 4°C (confiance élevée), contre 1,5°C à 4,5°C dans le AR5, qui n’a pas fourni de meilleure estimation. {7.4, 7.5, TS.3.2}

B. Futurs climatiques possibles

Un ensemble de cinq nouveaux scénarios d’émissions illustratifs est considéré de manière cohérente dans ce rapport afin d’explorer la réponse du climat à un éventail plus large de gaz à effet de serre (GES), d’utilisation des terres et de polluants atmosphériques que celui évalué dans le AR5. Cet ensemble de scénarios alimente les projections des modèles climatiques concernant l’évolution du système climatique. Ces projections tiennent compte de l’activité solaire et du forçage de fond dû aux volcans. Les résultats pour le 21ème siècle sont fournis pour le court terme (2021–2040), le moyen terme (2041–2060) et le long terme (2081–2100) par rapport à 1850–1900, sauf indication contraire.

Encadré SPM.1 : Scénarios, modèles climatiques et projections

Encadré SPM.1.1 : Ce rapport évalue la réponse climatique à cinq scénarios illustratifs qui couvrent l’éventail des développements futurs possibles des facteurs anthropiques du changement climatique trouvés dans la littérature. Ils débutent en 2015 et comprennent des scénarios[22] avec des émissions de GES élevées et très élevées (SSP3–7.0 et SSP5–8.5) et des émissions de CO2 qui doublent à peu près par rapport aux niveaux actuels d’ici 2100 et 2050, respectivement, des scénarios avec des émissions de GES intermédiaires (SSP2–4. 5) et des émissions de CO2 restant autour des niveaux actuels jusqu’au milieu du siècle, et des scénarios avec des émissions de GES très faibles et faibles et des émissions de CO2 diminuant jusqu’à zéro net autour de 2050 ou après, suivis par des niveaux variables d’émissions nettes négatives de CO2[23] (SSP1–1,9 et SSP1–2,6), comme l’illustre la figure SPM.4. Les émissions varient d’un scénario à l’autre en fonction des hypothèses socio-économiques, des niveaux d’atténuation du changement climatique et, pour les aérosols et les précurseurs de l’ozone non méthanique, des contrôles de la pollution atmosphérique. D’autres hypothèses peuvent entraîner des émissions et des réactions climatiques similaires, mais les hypothèses socio-économiques et la faisabilité ou la probabilité de chaque scénario ne font pas partie de l’évaluation. {TS.1.3, 1.6, Encadré inter-chapitres 1.4} (Figure SPM.4)

Encadré SPM.1.2 : Ce rapport évalue les résultats des modèles climatiques participant à la phase 6 du projet d’inter-comparaison des modèles couplés (CMIP6) du Programme mondial de recherche sur le climat. Ces modèles comprennent une nouvelle et meilleure représentation des processus physiques, chimiques et biologiques, ainsi qu’une résolution plus élevée, par rapport aux modèles climatiques examinés dans les précédents rapports d’évaluation du GIEC. Cela a permis d’améliorer la simulation de l’état moyen récent de la plupart des indicateurs à grande échelle du changement climatique et de nombreux autres aspects du système climatique. Certaines différences par rapport aux observations subsistent, par exemple dans les régimes de précipitations régionales. Les simulations historiques du modèle CMIP6 évaluées dans le présent rapport présentent un changement de la température mondiale moyenne de surface de l’ensemble à moins de 0,2 °C des observations sur la majeure partie de la période historique, et le réchauffement observé se situe dans la fourchette très probable de l’ensemble CMIP6. Toutefois, certains modèles CMIP6 simulent un réchauffement qui se situe soit au-dessus, soit au-dessous de la fourchette très probable évaluée du réchauffement observé. {1.5, encadré 2.2, 3.3, 3.8, TS.1.2, encadré TS.1}. (Figure SPM.1 b, Figure SPM.2)

Encadré SPM.1.3 : Les modèles CMIP6 pris en compte dans le présent rapport présentent une fourchette de sensibilité climatique plus large que celle des modèles CMIP5 et que la fourchette très probable évaluée par le AR6, qui repose sur de multiples sources de données. Ces modèles CMIP6 présentent également une sensibilité climatique moyenne plus élevée que les modèles CMIP5 et que la meilleure estimation évaluée par le AR6. Les valeurs de sensibilité climatique plus élevées de CMIP6

par rapport à CMIP5 peuvent être attribuées à une rétroaction nuageuse amplificatrice qui est plus importante dans CMIP6 d’environ 20 % {encadrés 7.1, 7.3, 7.4, 7.5, TS.3.2}.

Encadré SPM.1.4 : Pour la première fois dans un rapport du GIEC, les changements futurs évalués de la température de la surface du globe, du réchauffement des océans et du niveau de la mer sont construits en combinant des projections multi-modèles avec des contraintes observationnelles basées sur le réchauffement simulé dans le passé, ainsi que l’évaluation de la sensibilité climatique du AR6. Pour d’autres paramètres, il n’existe pas encore de méthodes aussi robustes pour contraindre les projections. Néanmoins, il est possible d’identifier des modèles géographiques projetés robustes pour de nombreuses variables à un niveau donné de réchauffement planétaire, communs à tous les scénarios envisagés et indépendants du moment où le niveau de réchauffement planétaire est atteint. {1.6, Encadré 4.1, 4.3, 4.6, 7.5, 9.2, 9.6, Encadré 11.1, Section transversale TS.1}

Figure SPM. 4 : Émissions anthropiques futures des principaux facteurs du changement climatique et contributions au réchauffement par groupes de facteurs pour les cinq scénarios illustratifs utilisés dans ce rapport. Les cinq scénarios sont SSP1–1.9, SSP1–2.6, SSP2–4.5, SSP3–7.0 et SSP5–8.5.

Panneau a) Émissions anthropiques (d’origine humaine) annuelles sur la période 2015–2100. Les trajectoires des émissions de dioxyde de carbone (CO2) de tous les secteurs (GtCO2/an) (graphique de gauche) et d’un sous-ensemble de trois facteurs clés autres que le CO2 pris en compte dans les scénarios : le méthane (CH4, MtCH4/an, graphique en haut à droite), le protoxyde d’azote (N2O, MtN2O/an, graphique au milieu à droite) et le dioxyde de soufre (SO2, MtSO2/an, graphique en bas à droite, contribuant aux aérosols anthropiques dans le panneau b).

Panneau b) Les contributions au réchauffement par groupes de facteurs anthropiques et par scénario sont présentées sous la forme d’un changement de la température de la surface du globe (°C) en 2081–2100 par rapport à 1850–1900, avec indication du réchauffement observé à ce jour. Les barres et les moustaches représentent respectivement les valeurs médianes et la fourchette très probable. Dans le diagramme à barres de chaque scénario, les barres représentent le réchauffement global total (°C ; barre totale) (voir le tableau SPM.1 ) et les contributions au réchauffement (°C) dues aux variations du CO2 (barre CO2), aux gaz à effet de serre autres que le CO2 (barre GES autres que le CO2 ; comprenant les gaz à effet de serre bien mélangés et l’ozone) et au refroidissement net dû à d’autres facteurs anthropiques (barre aérosols et utilisation des terres ; aérosols anthropiques, variations de la réflectance dues aux changements d’utilisation des terres et à l’irrigation, et traînées de condensation dues à l’aviation ; voir la figure SPM.2, panneau c, pour les contributions au réchauffement à ce jour pour les différents facteurs). La meilleure estimation du réchauffement observé en 2010–2019 par rapport à 1850–1900 (voir figure SPM.2, panneau a) est indiquée dans la colonne la plus sombre de la barre totale. Les contributions au réchauffement dans le panneau b sont calculées comme expliqué dans le tableau SPM.1 pour la barre totale. Pour les autres barres, la contribution des groupes de facteurs est calculée à l’aide d’un émulateur climatique physique de la température de la surface du globe qui repose sur des évaluations de la sensibilité du climat et du forçage radiatif. {Chapitre transversal Encadré 1.4, 4.6, Figure 4.35, 6.7, Figure 6.18, 6.22 et 6.24, Chapitre transversal Encadré 7.1, 7.3, Figure 7.7, Encadré TS.7, Figures TS.4 et TS.15}

B.1 La température à la surface du globe continuera d’augmenter au moins jusqu’à ce que les scénarios d’émissions envisagés pour le milieu du siècle soient dépassés. Le réchauffement planétaire de 1,5°C et 2°C sera dépassé au cours du 21ème siècle, à moins que des réductions importantes des émissions de CO2 et d’autres gaz à effet de serre n’interviennent dans les prochaines décennies.

{2.3, Encadré 2.3, Encadré 2.4, 4.3, 4.4, 4.5} Figure SPM.1, Figure SPM.4, Figure SPM.8, Tableau SPM.1, Encadré SPM.1)

B.1.1 Par rapport à 1850–1900, la température de surface mondiale moyenne sur 2081–2100 sera très probablement supérieure de 1,0°C à 1,8°C dans le scénario d’émissions de GES très faibles envisagé (SSP1–1,9), de 2,1°C à 3,5°C dans le scénario intermédiaire (SSP2–4,5) et de 3,3°C à 5,7°C dans le scénario d’émissions de GES très élevées (SSP5–8,5)[24]. La dernière fois que la température à la surface du globe a été maintenue à un niveau supérieur ou égal à 2,5°C par rapport à la période 1850–1900, c’était il y a plus de 3 millions d’années (confiance moyenne). {2.3, encadré transversal 2.4, 4.3, 4.5, encadré TS.2, encadré TS.4, encadré transversal TS.1} (Tableau SPM.1)

Tableau SPM.1 : Évolution de la température à la surface du globe, évaluée sur la base de plusieurs sources de données, pour certaines périodes de 20 ans et pour les cinq scénarios d’émissions envisagés. Les différences de température par rapport à la température moyenne à la surface du globe de la période 1850–1900 sont indiquées en °C. Cela inclut l’évaluation révisée du réchauffement historique observé pour la période de référence 1986–2005 du AR5, qui, dans le AR6, est supérieure de 0,08 [-0,01 à 0,12] °C à celle du AR5 (cf note de bas de page10). Les changements relatifs à la période de référence récente 1995–2014 peuvent être calculés approximativement en soustrayant 0,85 °C, la meilleure estimation du réchauffement observé de 1850–1900 à 1995–2014. {Encadré transversal 2.3, 4.3, 4.4, Encadré transversal TS.1}

B.1.2 D’après l’évaluation de multiples sources de données, le réchauffement planétaire de 2°C, par rapport à 1850–1900, serait dépassé au cours du 21ème siècle dans le cadre des scénarios d’émissions de GES élevées et très élevées examinés dans le présent rapport (SSP3–7.0 et SSP5–8.5, respectivement). Le réchauffement planétaire de 2°C serait très probablement dépassé dans le scénario intermédiaire (SSP2–4,5). Dans les scénarios à très faibles et faibles émissions de GES, il est extrêmement improbable que le réchauffement planétaire de 2°C soit dépassé (SSP1–1,9), ou peu probable (SSP1–2,6)[25]. Le franchissement du niveau de réchauffement planétaire de 2°C dans la période à moyen terme (2041–2060) est très probable dans le scénario d’émissions de GES très élevées (SSP5–8.5), probable dans le scénario d’émissions de GES élevées (SSP3–7.0), et plus probable qu’improbable dans le scénario d’émissions de GES intermédiaires (SSP2–4.5)[26]. {4.3, Encadré transversal TS.1} (Tableau SPM.1, Figure SPM.4, Encadré SPM.1)

B.1.3 Le réchauffement planétaire de 1,5°C par rapport à 1850–1900 serait dépassé au cours du 21ème siècle dans le cadre des scénarios intermédiaire, élevé et très élevé considérés dans ce rapport (SSP2–4.5, SSP3–7.0 et SSP5–8.5, respectivement). Dans les cinq scénarios illustratifs, à court terme (2021–2040), il est très probable que le niveau de réchauffement planétaire de 1,5°C soit dépassé dans le scénario d’émissions de GES très élevées (SSP5–8.5), probable dans les scénarios d’émissions de GES intermédiaires et élevées (SSP2–4.5 et SSP3–7.0), plus probable qu’improbable dans le scénario d’émissions de GES faibles (SSP1–2.6) et plus probable qu’improbable dans le scénario d’émissions de GES très faibles (SSP1–1.9)[27]. En outre, dans le cas du scénario de très faibles émissions de GES (SSP1–1.9), il est plus probable qu’improbable que la température à la surface de la terre redescende en dessous de 1,5 °C vers la fin du 21ème siècle, avec un dépassement temporaire de 0,1 °C au maximum au-dessus du réchauffement mondial de 1,5 °C. {4.3, encadré transversal TS.1} (Tableau SPM.1, Figure SPM.4)

B.1.4 La température de la surface de la planète au cours d’une année donnée peut varier au-dessus ou au-dessous de la tendance à long terme induite par l’homme, en raison d’une variabilité naturelle substantielle[28] . L’occurrence d’années individuelles avec une variation de la température mondiale de surface supérieure à un certain niveau, par exemple 1,5°C ou 2ºC, par rapport à 1850–1900, n’implique pas que ce niveau de réchauffement planétaire a été atteint[29]. (Tableau SPM.1, Figure SPM.1, Figure SPM.8)

B.2 De nombreux changements dans le système climatique deviennent plus importants en relation directe avec l’augmentation du réchauffement climatique. Il s’agit notamment de l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des extrêmes de chaleur, des vagues de chaleur marine et des fortes précipitations, des sécheresses agricoles et écologiques dans certaines régions et de la proportion de cyclones tropicaux intenses, ainsi que de la réduction de la glace de mer arctique, de la couverture neigeuse et du pergélisol.

{4.3, 4.5, 4.6, 7.4, 8.2, 8.4, encadré 8.2, 9.3, 9.5, encadré 9.2, 11.1, 11.2, 11.3, 11.4, 11.6, 11.7, 11.9, encadré 11.1 du chapitre transversal, 12.4, 12.5, encadré 12.1 du chapitre transversal, Atlas.4, Atlas.5, Atlas.6, Atlas.7, Atlas.8, Atlas.9, Atlas.10, Atlas.11}. (Figure SPM.5, Figure SPM.6, Figure SPM.8)

B.2.1 Il est pratiquement certain que la surface terrestre continuera à se réchauffer plus que la surface des océans (probablement 1,4 à 1,7 fois plus). Il est pratiquement certain que l’Arctique continuera à se réchauffer plus que la température de surface de la planète, avec un degré de confiance élevé au-dessus de deux fois le taux de réchauffement de la planète. {2.3, 4.3, 4.5, 4.6, 7.4, 11.1, 11.3, 11.9, 12.4, 12.5, Encadré transversal 12.1, Atlas.4, Atlas.5, Atlas.6, Atlas.7, Atlas.8, Atlas.9, Atlas.10, Atlas.11, Encadré transversal TS.1, TS.2.6}. (Figure SPM.5)

B.2.2 Avec chaque augmentation supplémentaire du réchauffement climatique, les changements dans les extrêmes continuent de s’amplifier. Par exemple, chaque 0,5°C supplémentaire de réchauffement climatique entraîne des augmentations clairement perceptibles de l’intensité et de la fréquence des extrêmes de chaleur, notamment des vagues de chaleur (très probable) et des fortes précipitations (confiance élevée), ainsi que des sécheresses agricoles et écologiques[30] dans certaines régions (confiance élevée). Des changements perceptibles dans l’intensité et la fréquence des sécheresses météorologiques, avec plus de régions présentant des augmentations que des diminutions, sont observés dans certaines régions pour chaque 0,5°C supplémentaire de réchauffement climatique (confiance moyenne). Les augmentations de la fréquence et de l’intensité des sécheresses hydrologiques deviennent plus importantes avec l’augmentation du réchauffement climatique dans certaines régions (confiance moyenne). L’occurrence de certains événements extrêmes, sans précédent dans les archives d’observation, augmentera avec le réchauffement planétaire, même à 1,5 °C de réchauffement planétaire. Les changements de fréquence projetés en pourcentage sont plus élevés pour les événements les plus rares (confiance élevée). {8.2, 11.2, 11.3, 11.4, 11.6, 11.9, encadré 11.1 du chapitre transversal, encadré 12.1 du chapitre transversal, TS.2.6}. (Figure SPM.5, Figure SPM.6)

B.2.3 Certaines régions de latitudes moyennes et semi-arides, ainsi que la région de la mousson sud-américaine, devraient connaître la plus forte augmentation de la température des jours les plus chauds, à un rythme environ 1,5 à 2 fois supérieur à celui du réchauffement climatique (confiance élevée). L’Arctique devrait connaître la plus forte augmentation de la température des jours les plus froids, à environ 3 fois le taux de réchauffement planétaire (confiance élevée). Avec un réchauffement climatique supplémentaire, la fréquence des vagues de chaleur marines continuera d’augmenter (confiance élevée), en particulier dans l’océan tropical et l’Arctique (confiance moyenne). {Encadré 9.2, 11.1, 11.3, 11.9, encadré 11.1, encadré 12.1, 12.4, TS.2.4, TS.2.6}. (Figure SPM.6)

B.2.4 Il est très probable que les événements de fortes précipitations s’intensifieront et deviendront plus fréquents dans la plupart des régions avec un réchauffement climatique supplémentaire. À l’échelle mondiale, les précipitations quotidiennes extrêmes devraient s’intensifier d’environ 7 % pour chaque 1°C de réchauffement climatique (confiance élevée). La proportion de cyclones tropicaux intenses (catégories 4–5) et les vitesses de vent maximales des cyclones tropicaux les plus intenses devraient augmenter à l’échelle mondiale avec le réchauffement climatique (confiance élevée). {8.2, 11.4, 11.7, 11.9, Encadré 11.1, Encadré TS.6, TS.4.3.1}. (Figure SPM.5, Figure SPM.6)

B.2.5 Un réchauffement supplémentaire devrait amplifier le dégel du pergélisol et la perte de la couverture neigeuse saisonnière, de la glace terrestre et de la glace de mer arctique (confiance élevée). Il est probable que l’Arctique soit pratiquement dépourvu de glace de mer en septembre[31] au moins une fois avant 2050 dans le cadre des cinq scénarios illustratifs envisagés dans le présent rapport, les occurrences étant plus fréquentes pour les niveaux de réchauffement plus élevés. La confiance dans la diminution prévue de la glace de mer de l’Antarctique est faible. {4.3, 4.5, 7.4, 8.2, 8.4, Encadré 8.2, 9.3, 9.5, 12.4, Encadré transversal 12.1, Atlas.5, Atlas.6, Atlas.8, Atlas.9, Atlas.11, TS.2.5} (Figure SPM.8)

Avec chaque augmentation du réchauffement climatique, les changements s’accentuent dans la température moyenne régionale, les précipitations et l’humidité du sol.

Figure SPM. 5 : Changements dans la moyenne annuelle de la température de surface, des précipitations et de l’humidité du sol.

Panneau a) Comparaison des changements observés et simulés de la température annuelle moyenne en surface. La carte de gauche montre les changements observés de la température annuelle moyenne en surface sur la période 1850–2020 par °C de réchauffement global (°C). Les changements de la température annuelle moyenne en surface observés au niveau local (c’est-à-dire au point de grille) sont régressés linéairement par rapport à la température globale en surface pour la période 1850–2020. Les données de température observées proviennent de Berkeley Earth, l’ensemble de données ayant la plus grande couverture et la plus haute résolution horizontale. La régression linéaire est appliquée à toutes les années pour lesquelles des données au point de grille correspondant sont disponibles. La méthode de régression a été utilisée pour prendre en compte la série chronologique d’observation complète et réduire ainsi le rôle de la variabilité interne au niveau du point de grille. Le blanc indique les zones où la couverture temporelle était de 100 ans ou moins et donc trop courte pour calculer une régression linéaire fiable. La carte de droite est basée sur des simulations de modèles et montre le changement des températures annuelles moyennes simulées par plusieurs modèles à un niveau de réchauffement global de 1°C (changement de la température de surface globale moyenne sur 20 ans par rapport à 1850–1900). Les triangles à chaque extrémité de la barre de couleur indiquent les valeurs hors limites, c’est-à-dire les valeurs supérieures ou inférieures aux limites données.

Panneau b) Changement de la température moyenne annuelle simulée (°C), panneau c) changement des précipitations (%), et panneau d) changement de l’humidité totale du sol (écart type de la variabilité interannuelle) à des niveaux de réchauffement global de 1,5°C, 2°C et 4°C (changement de la température moyenne globale de surface sur 20 ans par rapport à 1850–1900). Les changements simulés correspondent au changement moyen des multi-modèles CMIP6 (changement médian pour l’humidité du sol) au niveau de réchauffement global correspondant, c’est-à-dire la même méthode que pour la carte de droite du panneau a).

Dans le panneau c), les changements positifs élevés en pourcentage dans les régions sèches peuvent correspondre à de petits changements absolus. Dans le panneau d), l’unité est l’écart-type de la variabilité interannuelle de l’humidité du sol pendant la période 1850–1900. L’écart-type est une mesure largement utilisée pour caractériser la gravité de la sécheresse. Une réduction projetée de l’humidité moyenne du sol d’un écart-type correspond à des conditions d’humidité du sol typiques des sécheresses qui se sont produites environ une fois tous les six ans pendant la période 1850–1900. Dans le panneau d), de grands changements dans les régions sèches avec peu de variabilité interannuelle dans les conditions de base peuvent correspondre à un petit changement absolu. Les triangles à chaque extrémité des barres de couleur indiquent les valeurs hors limites, c’est-à-dire les valeurs supérieures ou inférieures aux limites données. Les résultats de tous les modèles atteignant le niveau de réchauffement correspondant dans l’un des cinq scénarios illustratifs (SSP1–1,9, SSP1–2,6, SSP2–4,5, SSP3–7,0 et SSP5–8,5) sont moyennés. Les cartes des changements de la température moyenne annuelle et des précipitations à un niveau de réchauffement global de 3°C sont disponibles dans la figure 4.31 et la figure 4.32 de la section 4.6. Les cartes correspondantes des panneaux b), c) et d) comprenant des hachures pour indiquer le niveau de concordance des modèles au niveau des cellules de grille se trouvent dans les figures 4.31, 4.32 et 11.19, respectivement ; comme le souligne l’encadré CC Atlas.1, les hachures au niveau des cellules de grille ne sont pas informatives pour les échelles spatiales plus grandes (par exemple, sur les régions de référence AR6) où les signaux agrégés sont moins affectés par la variabilité à petite échelle, ce qui entraîne une augmentation de la robustesse. {TS.1.3.2, Figure TS.3, Figure TS.5, Figure 1.14, 4.6.1, Encadré transversal 11.1, Encadré transversal Atlas.1}

La fréquence et l’intensité des phénomènes extrêmes augmentent avec chaque augmentation supplémentaire du réchauffement climatique.

Figure SPM. 6 : Changements prévus dans l’intensité et la fréquence des extrêmes de température chaude sur terre, des précipitations extrêmes sur terre et des sécheresses agricoles et écologiques dans les régions sèches.

Les changements projetés sont indiqués pour des niveaux de réchauffement global de 1°C, 1,5°C, 2°C et 4°C et sont relatifs à la période 1850–1900 (cf note de bas de page9) représentant un climat sans influence humaine. La figure illustre la fréquence et l’augmentation de l’intensité des événements extrêmes décennaux ou cinquantennaux par rapport à la période de référence (1850–1900) pour différents niveaux de réchauffement planétaire.

Les extrêmes de température chaude sont définis comme les températures maximales quotidiennes sur le sol qui ont été dépassées en moyenne une fois par décennie (événement décennal) ou une fois par 50 ans (événement cinquantennal) pendant la période de référence 1850–1900. Les précipitations extrêmes sont définies comme la quantité de précipitations quotidiennes sur les terres qui a été dépassée en moyenne une fois par décennie au cours de la période de référence 1850–1900. Les événements de sécheresse agricole et écologique sont définis comme la moyenne annuelle de l’humidité totale du sol inférieure au 10e percentile de la période de référence 1850–1900. Ces extrêmes sont définis à l’échelle des mailles du modèle de simulation. Pour les extrêmes de température chaude et les précipitations extrêmes, les résultats sont montrés pour l’ensemble des terres. Pour la sécheresse agricole et écologique, les résultats sont présentés pour les régions sèches uniquement, qui correspondent aux régions AR6 dans lesquelles il existe une confiance moyenne dans une augmentation projetée de la sécheresse agricole/écologique au niveau de réchauffement de 2°C par rapport à la période de base 1850–1900 dans CMIP6. Ces régions comprennent l’Amérique du Nord occidentale, l’Amérique du Nord centrale, l’Amérique centrale septentrionale, l’Amérique centrale méridionale, les Caraïbes, l’Amérique du Sud septentrionale, l’Amérique du Sud orientale, la mousson sud-américaine, l’Amérique du Sud occidentale, l’Amérique du Sud méridionale, l’Europe occidentale et centrale, la Méditerranée, l’Afrique australe occidentale, l’Afrique australe orientale, Madagascar, l’Australie orientale et l’Australie méridionale (les Caraïbes ne sont pas incluses dans le calcul de la figure en raison du nombre trop faible de cellules de grille de terre entière). Les régions non sèches ne montrent pas d’augmentation ou de diminution globale de la gravité des sécheresses. Les projections de l’évolution des sécheresses agricoles et écologiques dans l’ensemble multi-modèle CMIP5 diffèrent de celles du CMIP6 dans certaines régions, notamment dans une partie de l’Afrique et de l’Asie. Les évaluations des changements projetés dans les sécheresses météorologiques et hydrologiques sont fournies au chapitre 11. {11.6, 11.9}

Dans la section “fréquence”, chaque année est représentée par un point. Les points sombres indiquent les années où le seuil extrême est dépassé, tandis que les points clairs sont les années où le seuil n’est pas dépassé. Les valeurs correspondent aux médianes (en gras) et à leur fourchette respective de 5 à 95 % sur la base de l’ensemble multi-modèle issu des simulations du CMIP6 sous différents scénarios SSP. Par souci de cohérence, le nombre de points sombres est basé sur la médiane arrondie. Dans la section “intensité”, les médianes et leur fourchette de 5 à 95 %, également basées sur l’ensemble multi-modèle issu des simulations du CMIP6, sont affichées sous forme de barres foncées et claires, respectivement. Les changements dans l’intensité des températures extrêmes chaudes et des précipitations extrêmes sont exprimés en degrés Celsius et en pourcentage. Quant à la sécheresse agricole et écologique, les changements d’intensité sont exprimés en fractions de l’écart type de l’humidité annuelle du sol. {11.1, 11.3, 11.4, 11.6, Figure 11.12, Figure 11.15, Figure 11.6, Figure 11.7, Figure 11.18}

B.3 La poursuite du réchauffement climatique devrait intensifier le cycle global de l’eau, y compris sa variabilité, les précipitations de la mousson mondiale et la gravité des événements humides et secs.

{4.3, 4.4, 4.5, 4.6, 8.2, 8.3, 8.4, 8.5, Encadré 8.2, 11.4, 11.6, 11.9, 12.4, Atlas.3} (Figure SPM.5, Figure SPM.6)

B.3.1 Depuis le AR5, il existe des preuves plus solides que le cycle mondial de l’eau continuera à s’intensifier avec l’augmentation des températures mondiales (confiance élevée), les précipitations et les flux d’eau de surface devant devenir plus variables sur la plupart des régions terrestres au cours des saisons (confiance élevée) et d’une année à l’autre (confiance moyenne). Les précipitations terrestres mondiales annuelles moyennes devraient augmenter de 0 à 5 % dans le cadre du scénario de très faibles émissions de GES (SSP1–1,9), de 1,5 à 8 % dans le cadre du scénario d’émissions de GES intermédiaires (SSP2–4,5) et de 1 à 13 % dans le cadre du scénario de très fortes émissions de GES (SSP5–8,5) d’ici 2081–2100 par rapport à 1995–2014 (fourchettes probables). Les précipitations devraient augmenter aux hautes latitudes, dans le Pacifique équatorial et dans certaines parties des régions de mousson, mais diminuer dans certaines parties des régions subtropicales et dans des zones limitées des tropiques dans les scénarios SSP2–4.5, SSP3–7.0 et SSP5–8.5 (très probable). La partie des terres émergées qui connaît des augmentations ou des diminutions détectables des précipitations moyennes saisonnières devrait augmenter (confiance moyenne). Il existe une confiance élevée dans un début plus précoce de la fonte des neiges au printemps, avec des débits de pointe plus élevés au détriment des débits d’été dans les régions dominées par la neige à l’échelle mondiale. {4.3, 4.5, 4.6, 8.2, 8.4, Atlas.3, TS.2.6, Encadré TS.6, TS.4.3} (Figure SPM.5)

B.3.2 Un climat plus chaud intensifiera les événements et les saisons météorologiques et climatiques très humides et très secs, avec des implications pour les inondations ou les sécheresses (confiance élevée), mais l’emplacement et la fréquence de ces événements dépendent des changements prévus dans la circulation atmosphérique régionale, notamment les moussons et les trajectoires des tempêtes aux latitudes moyennes. Il est très probable que la variabilité des précipitations liée à l’oscillation australe El Niño soit amplifiée dans la seconde moitié du 21ème siècle dans les scénarios SSP2–4.5, SSP3–7.0 et SSP5–8.5 {4.3, 4.5, 4.6, 8.2, 8.4, 8.5, 11.4, 11.6, 11.9, 12.4, TS.2.6, TS.4.2, encadré TS.6}. (Figure SPM.5, Figure SPM.6)

B.3.3 Les précipitations de mousson devraient augmenter à moyen et long terme à l’échelle mondiale, en particulier en Asie du Sud et du Sud-Est, en Asie de l’Est et en Afrique de l’Ouest, à l’exception de l’extrême ouest du Sahel (confiance élevée). La saison de la mousson devrait avoir un début retardé sur l’Amérique du Nord et du Sud et l’Afrique de l’Ouest (confiance élevée) et un retrait retardé sur l’Afrique de l’Ouest (confiance moyenne). {4.4, 4.5, 8.2, 8.3, 8.4, Encadré 8.2, Encadré TS.13}

B.3.4 Un déplacement vers le sud et une intensification des trajectoires des tempêtes estivales aux latitudes moyennes de l’hémisphère Sud et des précipitations associées sont probables à long terme dans le cadre de scénarios d’émissions de GES élevées (SSP3–7.0, SSP5–8.5), mais à court terme, l’effet de la reconstitution de l’ozone stratosphérique contrebalance ces changements (confiance élevée). Une confiance moyenne est accordée à la poursuite du déplacement vers le pôle des tempêtes et de leurs précipitations dans le Pacifique Nord, tandis qu’une confiance faible est accordée aux changements prévus dans les trajectoires des tempêtes de l’Atlantique Nord. {TS.4.2, 4.4, 4.5, 8.4, TS.2.3}

B.4 Dans les scénarios d’augmentation des émissions de CO2, les puits de carbone océaniques et terrestres devraient être moins efficaces pour ralentir l’accumulation de CO2 dans l’atmosphère.

{4.3, 5.2, 5.4, 5.5, 5.6} (Figure SPM.7)

B.4.1 Alors que les puits de carbone naturels terrestres et océaniques devraient absorber, en termes absolus, une quantité de CO2 de plus en plus grande dans les scénarios d’émissions de CO2 plus élevées que dans les scénarios d’émissions plus faibles, ils deviennent moins efficaces, c’est-à-dire que la proportion des émissions absorbées par les terres et les océans diminue avec l’augmentation des émissions cumulées de CO2. Il en résulterait une proportion plus élevée de CO2 émis restant dans l’atmosphère (confiance élevée). {5.2, 5.4, encadré TS.5} (Figure SPM.7)

B.4.2 D’après les projections des modèles, dans le cadre du scénario intermédiaire qui stabilise les concentrations atmosphériques de CO2 au cours du siècle (SSP2–4.5), les taux d’absorption de CO2 par les terres et les océans devraient diminuer au cours de la deuxième moitié du 21ème siècle (confiance élevée). Dans le cadre des scénarios d’émissions de GES très faibles et faibles (SSP1–1.9, SSP1–2.6), où les concentrations de CO2 atteignent un pic et diminuent au cours du 21ème siècle, les terres et les océans commencent à absorber moins de carbone en réponse à la baisse des concentrations atmosphériques de CO2 (confiance élevée) et deviennent une faible source nette d’ici 2100 dans le cadre du scénario SSP1–1.9 (confiance moyenne). Il est très peu probable que le puits terrestre et océanique mondial combiné se transforme en source d’ici 2100 dans les scénarios sans émissions négatives nettes[32] (SSP2–4.5, SSP3–7.0, SSP5–8.5). {4.3, 5.4, 5.5, 5.6, Encadré TS.5, TS.3.3}

B.4.3 L’ampleur des rétroactions entre le changement climatique et le cycle du carbone devient plus importante mais aussi plus incertaine dans les scénarios à fortes émissions de CO2 (confiance très élevée). Cependant, les projections des modèles climatiques montrent que les incertitudes relatives aux concentrations atmosphériques de CO2 d’ici 2100 sont dominées par les différences entre les scénarios d’émissions (confiance élevée). D’autres réactions des écosystèmes au réchauffement qui ne sont pas encore entièrement prises en compte dans les modèles climatiques, comme les flux de CO2 et de CH4 provenant des zones humides, la fonte du pergélisol et les incendies de forêt, augmenteraient encore les concentrations de ces gaz dans l’atmosphère (confiance élevée).{5.4, Encadré TS.5, TS.3.2} 32

La proportion des émissions de CO₂ absorbée par les puits de carbone terrestres et océaniques est plus faible dans les scénarios où les émissions cumulées de CO₂ sont plus élevées.

Figure SPM. 7 : Émissions anthropiques cumulées de CO2 absorbées par les puits terrestres et océaniques d’ici 2100 selon les cinq scénarios illustratifs.

Les émissions cumulées de dioxyde de carbone (CO2) d’origine anthropique (causées par l’homme) absorbées par les puits terrestres et océaniques dans le cadre des cinq scénarios illustratifs (SSP1–1.9, SSP1–2.6, SSP2–4.5, SSP3–7.0 et SSP5–8.5) sont simulées de 1850 à 2100 par les modèles climatiques CMIP6 dans les simulations axées sur les concentrations. Les puits de carbone terrestres et océaniques répondent aux émissions passées, actuelles et futures, c’est pourquoi les puits cumulés de 1850 à 2100 sont présentés ici. Au cours de la période historique (1850–2019), les puits terrestres et océaniques observés ont absorbé 1430 GtCO2 (59 % des émissions). Le graphique en barres illustre la quantité projetée d’émissions anthropiques cumulées de CO2 (GtCO2) entre 1850 et 2100 restant dans l’atmosphère (partie grise) et absorbée par les terres et les océans (partie colorée) en 2100. Le diagramme en beignet illustre la proportion des émissions anthropiques cumulées de CO2 absorbées par les puits terrestres et océaniques et restant dans l’atmosphère en 2100. Les valeurs en % indiquent la proportion des émissions anthropiques cumulées de CO2 absorbées par les puits terrestres et océaniques combinés en 2100. Les émissions anthropiques globales de carbone sont calculées en ajoutant les émissions mondiales nettes liées à l’utilisation des terres de la base de données du scénario CMIP6 aux autres émissions sectorielles calculées à partir de simulations de modèles climatiques avec des concentrations de CO2 prescrites[33]. L’absorption de CO2 par les terres et les océans depuis 1850 est calculée à partir de la productivité nette du biome terrestre, corrigée des pertes de CO2 dues au changement d’affectation des terres en ajoutant les émissions liées au changement d’affectation des terres, et du flux net de CO2 océanique. {Encadré TS.5, Encadré TS.5, Figure 1, 5.2.1, Tableau 5.1, 5.4.5, Figure 5.25}

B.5 De nombreux changements dus aux émissions passées et futures de gaz à effet de serre sont irréversibles pendant des siècles, voire des millénaires, en particulier les changements dans l’océan, les calottes glaciaires et le niveau mondial de la mer

{Encadré 2.4, 2.3, 4.3, 4.5, 4.7, 5.3, 9.2, 9.4, 9.5, 9.6, Encadré 9.4}. (Figure SPM.8)

B.5.1 Les émissions passées de GES depuis 1750 ont engagé l’océan mondial dans un réchauffement futur (confiance élevée). Pour le reste du 21ème siècle, le réchauffement probable des océans varie de 2 à 4 (SSP1–2,6) à 4 à 8 fois (SSP5–8,5) le changement de 1971–2018. D’après de multiples sources de données, la stratification des couches supérieures de l’océan (quasi-certaine), l’acidification des océans (quasi-certaine) et la désoxygénation des océans (confiance élevée) continueront d’augmenter au cours du 21ème siècle, à des taux dépendant des émissions futures. Les changements sont irréversibles à l’échelle du centenaire ou du millénaire en ce qui concerne la température globale des océans (confiance très élevée), l’acidification des océans profonds (confiance très élevée) et la désoxygénation (confiance moyenne). {4.3, 4.5, 4.7, 5.3, 9.2, TS.2.4} (Figure SPM.8)

B.5.2 Les glaciers de montagne et polaires sont engagés à continuer de fondre pendant des décennies ou des siècles (confiance très élevée). La perte de carbone du pergélisol à la suite du dégel du pergélisol est irréversible à l’échelle du centenaire (confiance élevée). La poursuite de la perte de glace au cours du 21ème siècle est pratiquement certaine pour l’inlandsis groenlandais et probable pour l’inlandsis antarctique. Il est très probable que la perte totale de glace de l’inlandsis groenlandais augmentera avec les émissions cumulées. Il existe des preuves limitées de résultats à faible probabilité et à fort impact (résultant de processus d’instabilité de l’inlandsis caractérisés par une profonde incertitude et impliquant dans certains cas des points de basculement) qui augmenteraient fortement la perte de glace de l’inlandsis antarctique pendant des siècles dans le cadre de scénarios à fortes émissions de GES[34]. {4.3, 4.7, 5.4, 9.4, 9.5, Encadré 9.4, Encadré TS.1, TS.2.5}

B.5.3 Il est pratiquement certain que le niveau moyen mondial de la mer continuera à s’élever au cours du 21ème siècle. Par rapport à la période 1995–2014, l’élévation probable du niveau moyen mondial de la mer d’ici 2100 est de 0,28 à 0,55 m selon le scénario de très faibles émissions de GES (SSP1–1.9), de 0,32 à 0,62 m selon le scénario de faibles émissions de GES (SSP1–2.6), de 0,44 à 0,76 m selon le scénario d’émissions de GES intermédiaires (SSP2–4.5), et de 0,63 à 1. 01 m selon le scénario d’émissions de GES très élevées (SSP5–8.5) et, d’ici 2150, de 0,37 à 0,86 m selon le scénario très faible (SSP1–1.9), de 0,46 à 0,99 m selon le scénario faible (SSP1–2.6), de 0,66 à 1,33 m selon le scénario intermédiaire (SSP2–4.5) et de 0,98 à 1,88 m selon le scénario très élevé (SSP5–8.5) (confiance moyenne)[35]. Une élévation du niveau moyen mondial de la mer supérieure à la fourchette probable — approchant 2 m d’ici 2100 et 5 m d’ici 2150 dans le cadre d’un scénario d’émissions de GES très élevées (SSP5–8.5) (confiance faible) — ne peut être exclue en raison de l’incertitude profonde qui entoure les processus de la calotte glaciaire. {4.3, 9.6, Encadré 9.4, Encadré TS.4} (Figure SPM.8)

B.5.4 À plus long terme, le niveau de la mer devrait s’élever pendant des siècles ou des millénaires en raison du réchauffement continu des océans profonds et de la fonte des calottes glaciaires, et restera élevé pendant des milliers d’années (confiance élevée). Au cours des 2000 prochaines années, le niveau moyen mondial de la mer augmentera d’environ 2 à 3 m si le réchauffement est limité à 1,5°C, de 2 à 6 m s’il est limité à 2°C et de 19 à 22 m avec un réchauffement de 5°C, et il continuera à s’élever au cours des millénaires suivants (confiance faible). Les projections de l’élévation plurimillénaire du niveau moyen mondial de la mer sont cohérentes avec les niveaux reconstitués au cours des périodes climatiques chaudes passées : probablement 5 à 10 m de plus qu’aujourd’hui il y a environ 125 000 ans, lorsque les températures mondiales étaient très probablement supérieures de 0,5°C à 1,5°C à celles de 1850–1900 ; et très probablement 5 à 25 m de plus il y a environ 3 millions d’années, lorsque les températures mondiales étaient supérieures de 2,5°C à 4°C (confiance moyenne). {2.3, Encadré 2.4, 9.6, Encadré TS.2, Encadré TS.4, Encadré TS.9}

Les activités humaines affectent tous les principaux composants du système climatique, certains réagissant sur des décennies et d’autres sur des siècles.

Figure SPM. 8 : Indicateurs sélectionnés du changement climatique mondial dans le cadre des cinq scénarios illustratifs utilisés dans ce rapport.

Les projections pour chacun des cinq scénarios sont indiquées en couleur. Les ombres représentent les plages d’incertitude — plus de détails sont fournis pour chaque panneau ci-dessous. Les courbes noires représentent les simulations historiques (panneaux a, b, c) ou les observations (panneau d). Les valeurs historiques sont incluses dans tous les graphiques afin de fournir un contexte pour les changements futurs projetés.

Panneau a) Changements de la température globale de surface en °C par rapport à 1850–1900. Ces changements ont été obtenus en combinant les simulations du modèle CMIP6 avec les contraintes observationnelles basées sur le réchauffement simulé dans le passé, ainsi qu’une évaluation actualisée de la sensibilité du climat à l’équilibre (voir encadré SPM.1). Les changements par rapport à 1850–1900 basés sur des périodes moyennes de 20 ans sont calculés en ajoutant 0,85°C (l’augmentation de la température mondiale de surface observée entre 1850–1900 et 1995–2014) aux changements simulés par rapport à 1995–2014. Les fourchettes très probables sont indiquées pour SSP1–2.6 et SSP3–7.0.

Panneau b) Superficie de la glace de mer arctique en septembre, exprimée en 106 km2, d’après les simulations du modèle CMIP6. Les fourchettes très probables sont indiquées pour SSP1–2.6 et SSP3–7.0. Selon les prévisions, l’Arctique sera pratiquement dépourvu de glace vers le milieu du siècle dans le cadre de scénarios d’émissions de GES moyennes et élevées.

Panneau c) pH global de la surface des océans (une mesure de l’acidité) basé sur les simulations du modèle CMIP6. Les plages très probables sont indiquées pour SSP1–2,6 et SSP3–7,0.

Panneau d) Variation du niveau moyen mondial de la mer en mètres par rapport à 1900. Les changements historiques sont observés (à partir des marégraphes avant 1992 et des altimètres après), et les changements futurs sont évalués de manière cohérente avec les contraintes d’observation basées sur l’émulation des modèles CMIP, de la calotte glaciaire et des glaciers. Les fourchettes probables sont indiquées pour SSP1–2.6 et SSP3–7.0. Seules les fourchettes probables sont évaluées pour les changements du niveau de la mer en raison des difficultés à estimer la distribution des processus profondément incertains. La courbe en pointillés indique l’impact potentiel de ces processus très incertains. Elle montre le 83ème percentile des projections SSP5–8.5 qui incluent des processus de calotte glaciaire à faible probabilité et à fort impact qui ne peuvent être exclus ; en raison de la faible confiance dans les projections de ces processus, cette courbe ne fait pas partie d’une fourchette probable. Les changements par rapport à 1900 sont calculés en ajoutant 0,158 m (élévation moyenne mondiale du niveau de la mer observée entre 1900 et 1995–2014) aux changements simulés et observés par rapport à 1995–2014.

Panneau e) : Variation du niveau moyen mondial de la mer à 2300 en mètres par rapport à 1900. Seuls les scénarios SSP1–2.6 et SSP5–8.5 sont projetés à 2300, car les simulations qui s’étendent au-delà de 2100 pour les autres scénarios sont trop peu nombreuses pour que les résultats soient robustes. Les fourchettes de 17e à 83e percentiles sont ombragées. La flèche en pointillés illustre le 83e percentile des projections SSP5–8.5 qui incluent des processus de calotte glaciaire à faible probabilité et à fort impact qui ne peuvent être exclus.

Les panneaux b) et c) sont basés sur des simulations uniques de chaque modèle, et incluent donc une composante de variabilité interne. Les panneaux a), d) et e) sont basés sur des moyennes à long terme, et les contributions de la variabilité interne sont donc faibles. {{Figure TS.8, Figure TS.11, Boîte TS.4 Figure 1, Boîte TS.4 Figure 1, 4.3, 9.6, Figure 4.2, Figure 4.8, Figure 4.11, Figure 9.27}

C. Informations climatiques pour l’évaluation des risques et l’adaptation régionale

Les informations climatiques physiques portent sur la manière dont le système climatique réagit à l’interaction entre l’influence humaine, les facteurs naturels et la variabilité interne. La connaissance de la réponse du climat et de l’éventail des résultats possibles, y compris les résultats à faible probabilité et à fort impact, alimente les services climatiques — l’évaluation des risques liés au climat et la planification de l’adaptation. Les informations sur le climat physique à l’échelle mondiale, régionale et locale sont élaborées à partir de multiples sources de données, notamment les produits d’observation, les résultats des modèles climatiques et les diagnostics personnalisés.

C.1 Les facteurs naturels et la variabilité interne moduleront les changements causés par l’homme, surtout à l’échelle régionale et à court terme, avec peu d’effet sur le réchauffement climatique centennal. Il est important de tenir compte de ces modulations dans la planification de la gamme complète des changements possibles.

{1.4, 2.2, 3.3, encadré transversal 3.1, 4.4, 4.6, encadré transversal 4.1, 4.4, encadré 7.2, 8.3, 8.5, 9.2, 10.3, 10.4, 10.6, 11.3, 12.5, Atlas.4, Atlas.5, Atlas.8, Atlas.9, Atlas.10, encadré transversal Atlas.2, Atlas.11}.

C.1.1 L’historique des températures mondiales de surface montre que la variabilité décennale a renforcé et masqué les changements sous-jacents à long terme causés par l’homme, et que cette variabilité se poursuivra à l’avenir (confiance très élevée). Par exemple, la variabilité décennale interne et les variations des facteurs solaires et volcaniques ont partiellement masqué le réchauffement de la surface du globe causé par l’homme entre 1998 et 2012, avec des signatures régionales et saisonnières prononcées (confiance élevée). Néanmoins, le réchauffement du système climatique s’est poursuivi au cours de cette période, comme en témoignent à la fois le réchauffement continu de l’océan mondial (confiance très élevée) et l’augmentation continue des extrêmes de chaleur sur les terres (confiance moyenne). {1.4, 3.3, Encadré 3.1 du chapitre transversal, 4.4, Encadré 7.2, 9.2, 11.3, Encadré TS.1 de la coupe transversale} (Figure PM.1)

C.1.2 Les changements projetés d’origine humaine dans le climat moyen et les facteurs d’impact climatique (FAC)[36], y compris les extrêmes, seront soit amplifiés soit atténués par la variabilité interne[37] (confiance élevée). Un refroidissement à court terme à tout endroit particulier par rapport au climat actuel pourrait se produire et serait cohérent avec l’augmentation de la température de la surface de la planète due à l’influence humaine (confiance élevée). {1.4, 4.4, 4.6, 10.4, 11.3, 12.5, Atlas.5, Atlas.10, Atlas.11, TS.4.2}

C.1.3 La variabilité interne est en grande partie responsable de l’amplification et de l’atténuation des changements observés dans les précipitations moyennes décennales à pluri-décennales causées par l’homme dans de nombreuses régions terrestres (confiance élevée). Aux échelles mondiale et régionale, les changements à court terme des moussons seront dominés par les effets de la variabilité interne (confiance moyenne). En plus de l’influence de la variabilité interne, les changements projetés à court terme dans les précipitations aux échelles mondiale et régionale sont incertains en raison de l’incertitude des modèles et de l’incertitude des forçages des aérosols naturels et anthropiques (confiance moyenne). {1.4, 4.4, 8.3, 8.5, 10.3, 10.4, 10.5, 10.6, Atlas.4, Atlas.8, Atlas.9, Atlas.10, Encadré inter-chapitres Atlas.2, Atlas.11, TS.4.2, Encadré TS.6, Encadré TS.13}

C.1.4 Sur la base des preuves paléoclimatiques et historiques, il est probable qu’au moins une grande éruption volcanique explosive se produise au cours du 21ème siècle[38] . Une telle éruption réduirait la température et les précipitations à la surface du globe, en particulier sur les terres, pendant un à trois ans, altérerait la circulation de la mousson mondiale, modifierait les précipitations extrêmes et changerait de nombreux CID (confiance moyenne). Si une telle éruption se produit, cela masquerait donc temporairement et partiellement le changement climatique d’origine humaine. {4.4, Encadré inter-chapitres 4.1, 2.2, 8.5, TS.2.1}

C.2 Avec la poursuite du réchauffement climatique, chaque région devrait subir de plus en plus de changements simultanés et multiples dans les facteurs d’impact climatique. Les changements de plusieurs facteurs d’impact climatique seraient plus répandus à 2°C par rapport à 1,5°C de réchauffement planétaire et encore plus répandus et/ou prononcés pour des niveaux de réchauffement plus élevés.

{8.2, 9.3, 9.5, 9.6, encadré 10.3, encadré 11.3, encadré 11.4, 11.3, 11.4, 11.5, 11.6, 11.7, 11.9, 12.2, 12.3, 12.4, 12.5, Atlas.4, Atlas.5, Atlas.6, Atlas.7, Atlas.8, Atlas.9, Atlas.10, Atlas.11, encadré 11.1, encadré 12.1}. (Tableau SPM.1, Figure SPM.9)

C.2.1 Toutes les régions[39] devraient connaître de nouvelles augmentations des facteurs d’impact climatique (FIC) chauds et des diminutions des FIC froids (confiance élevée). De nouvelles diminutions sont prévues pour le pergélisol, la neige, les glaciers et les calottes glaciaires, les lacs et la glace de mer arctique (confiance moyenne à élevée)[40]. Ces changements seraient plus importants à partir d’un réchauffement planétaire de 2°C qu’à partir de 1,5°C (confiance élevée). Par exemple, les seuils de chaleur extrême qui ont une incidence sur l’agriculture et la santé devraient être dépassés plus fréquemment à des niveaux de réchauffement planétaire plus élevés (confiance élevée). {9.3, 9.5, 11.3, 11.9, 12.3, 12.4, 12.5, Atlas.4, Atlas.5, Atlas.6, Atlas.7, Atlas.8, Atlas.9, Atlas.10, Atlas.11, TS.4.3, Encadré inter-chapitres 11.1, Encadré inter-chapitres 12.1}. (Tableau SPM.1, Figure SPM.9)

C.2.2 Avec un réchauffement climatique de 1,5°C, les fortes précipitations et les inondations associées devraient s’intensifier et être plus fréquentes dans la plupart des régions d’Afrique et d’Asie (confiance élevée), d’Amérique du Nord (confiance moyenne à élevée)40 et d’Europe (confiance moyenne). De même, des sécheresses agricoles et écologiques plus fréquentes et/ou plus graves sont prévues dans quelques régions de tous les continents, à l’exception de l’Asie, par rapport à la période 1850–1900 (confiance moyenne) ; une augmentation des sécheresses météorologiques est également prévue dans quelques régions (confiance moyenne). Un petit nombre de régions devraient connaître des augmentations ou des diminutions des précipitations moyennes (confiance moyenne). {11.4, 11.5, 11.6, 11.9, Atlas.4, Atlas.5, Atlas.7, Atlas.8, Atlas.9, Atlas.10, Atlas.11, TS.4.3} (Tableau SPM.1)

C.2.3 A partir d’un réchauffement climatique de 2°C, le niveau de confiance et l’ampleur du changement dans les sécheresses et les précipitations fortes et moyennes augmentent par rapport à ceux de 1,5°C. On prévoit que les fortes précipitations et les inondations associées deviendront plus intenses et plus fréquentes dans les îles du Pacifique et dans de nombreuses régions d’Amérique du Nord et d’Europe (niveau de confiance moyen à élevé)40 . Ces changements sont également observés dans certaines régions d’Océanie (Australasie) et d’Amérique centrale et du Sud (confiance moyenne). Plusieurs régions d’Afrique, d’Amérique du Sud et d’Europe devraient connaître une augmentation de la fréquence et/ou de la gravité des sécheresses agricoles et écologiques, avec un degré de confiance moyen à élevé40 ; des augmentations sont également prévues en Océanie, en Amérique centrale et du Nord, et dans les Caraïbes, avec un degré de confiance moyen. Un petit nombre de régions d’Afrique, d’Océanie, d’Europe et d’Amérique du Nord devraient également être touchées par des augmentations des sécheresses hydrologiques, et plusieurs régions devraient être touchées par des augmentations ou des diminutions des sécheresses météorologiques, un plus grand nombre de régions affichant une augmentation (confiance moyenne). Les précipitations moyennes devraient augmenter dans toutes les régions polaires, dans le nord de l’Europe et de l’Amérique du Nord, dans la plupart des régions asiatiques et dans deux régions d’Amérique du Sud (confiance élevée). {11.4, 11.6, 11.9, 12.4, 12.5, Atlas.5, Atlas.7, Atlas.8, Atlas.9, Atlas.11, TS.4.3, Encadré inter-chapitres 11.1, Encadré inter-chapitres 12.1}. (Tableau SPM.1, Figure SPM.5, Figure SPM.6, Figure SPM.9)

C.2.4 On prévoit qu’un plus grand nombre de CID dans un plus grand nombre de régions changeront à 2°C et plus par rapport à un réchauffement climatique de 1,5°C (confiance élevée). Les changements spécifiques aux régions comprennent l’intensification des cyclones tropicaux et/ou des tempêtes extratropicales (confiance moyenne), l’augmentation des inondations fluviales (confiance moyenne à élevée)40, la réduction des précipitations moyennes et l’augmentation de l’aridité (confiance moyenne à élevée)40, et l’augmentation des incendies (confiance moyenne à élevée)40. Dans la plupart des régions, la confiance est faible en ce qui concerne les changements potentiels futurs dans d’autres CID, comme la grêle, les tempêtes de verglas, les tempêtes violentes, les tempêtes de poussière, les fortes chutes de neige et les glissements de terrain {11.7, 11.9, 12.4, 12.5, Atlas.4, Atlas.6, Atlas.7, Atlas.8, Atlas.10, TS.4.3.1, TS.4.3.2, TS.5, encadré inter-chapitres, 11.1, encadré inter-chapitres 12.1}. (Tableau SPM.1, Figure SPM.9)

C.2.5 Il est très probable, voire pratiquement certain40, que l’élévation moyenne régionale du niveau relatif de la mer se poursuivra tout au long du 21ème siècle, sauf dans quelques régions où le taux de soulèvement géologique des terres est important. Pour environ deux tiers du littoral mondial, les projections de l’élévation régionale du niveau relatif de la mer se situent à ±20% de l’augmentation moyenne mondiale (confiance moyenne). En raison de l’élévation relative du niveau de la mer, les événements extrêmes de niveau de la mer qui se produisaient une fois par siècle dans le passé récent devraient se produire au moins annuellement à plus de la moitié des emplacements de marégraphes d’ici 2100 (confiance élevée). L’élévation relative du niveau de la mer contribue à l’augmentation de la fréquence et de la gravité des inondations côtières dans les zones de faible altitude et à l’érosion côtière le long de la plupart des côtes sableuses (confiance élevée). {9.6, 12.4, 12.5, Encadré TS.4, TS.4.3, Encadré inter-chapitres 12.1} (Figure SPM.9)

C.2.6 Les villes intensifient localement le réchauffement induit par l’homme, et la poursuite de l’urbanisation, associée à des extrêmes thermiques plus fréquents, augmentera la gravité des vagues de chaleur (confiance très élevée). L’urbanisation augmente également les précipitations moyennes et importantes au-dessus et/ou sous le vent des villes (confiance moyenne) et l’intensité du ruissellement qui en résulte (confiance élevée). Dans les villes côtières, la combinaison d’événements extrêmes plus fréquents liés au niveau de la mer (en raison de l’élévation du niveau de la mer et des ondes de tempête) et d’événements extrêmes liés aux précipitations et au débit des rivières rendra les inondations plus probables (confiance élevée). {8.2, Encadré 10.3, 11.3, 12.4, Encadré TS.14}

C.2.7 De nombreuses régions devraient connaître une augmentation de la probabilité d’événements composés avec un réchauffement climatique plus élevé (confiance élevée). En particulier, les vagues de chaleur et les sécheresses simultanées sont susceptibles de devenir plus fréquentes. Les phénomènes extrêmes simultanés en de multiples endroits deviennent plus fréquents, y compris dans les zones de production agricole, à partir de 2°C par rapport à un réchauffement planétaire de 1,5°C (confiance élevée). {11.8, Encadré 11.3, Encadré 11.4, 12.3, 12.4, TS.4.3, Encadré inter-chapitres 12.1} (Tableau SPM.1)

On prévoit que de multiples facteurs d’impact climatique vont changer dans toutes les régions du monde

Les facteurs d’impact climatique (CID) sont des conditions physiques du système climatique (par exemple, des moyennes, des événements, des extrêmes) qui affectent un élément de la société ou des écosystèmes. En fonction de la tolérance du système, les CID et leurs changements peuvent être préjudiciables, bénéfiques, neutres ou un mélange de chacun d’entre eux sur des éléments du système et des régions en interaction. Les CID sont regroupés en sept types, qui sont résumés sous les icônes de la figure. Toutes les régions devraient connaître des changements dans au moins cinq CID. Presque toutes (96%) devraient connaître des changements dans au moins 10 CIDs et la moitié dans au moins 15 CIDs. Pour de nombreux CID, il y a une grande variation géographique dans l’endroit où ils changent et donc chaque région devrait connaître un ensemble spécifique de changements de CID. Chaque barre du graphique représente un ensemble géographique spécifique de changements qui peuvent être explorés dans l’Atlas interactif du WGI.

Figure SPM. 9 : Synthèse du nombre de régions de référence de l’AR6 WGI pour lesquelles des changements sont prévus dans les facteurs d’impact climatique.

Un total de 35 facteurs d’impact climatique (CID) regroupés en sept types sont présentés : chaleur et froid, humide et sec, vent, neige et glace, littoral, haute mer et autre. Pour chaque CID, la barre du graphique ci-dessous indique le nombre de régions de référence de l’AR6 WGI dans lesquelles un changement est prévu. Les couleurs représentent la direction du changement et le niveau de confiance dans le changement : le violet indique une augmentation tandis que le marron indique une diminution ; les nuances plus sombres et plus claires font référence à une confiance élevée et moyenne, respectivement. Les couleurs de fond plus claires représentent le nombre maximum de régions pour lesquelles chaque CID est globalement pertinent.

Le panneau a) montre les 30 CID pertinents pour les régions terrestres et côtières, tandis que le panneau b) montre les 5 CID pertinents pour les régions de haute mer. Les vagues de chaleur marine et l’acidité des océans sont évaluées pour les régions océaniques côtières dans le panneau a) et pour les régions de haute mer dans le panneau b). Les changements se réfèrent à une période de 20 à 30 ans centrée sur 2050 et/ou compatible avec un réchauffement climatique de 2°C par rapport à une période similaire dans la période 1960–2014, sauf pour la sécheresse hydrologique et la sécheresse agricole et écologique qui est comparée à la période 1850–1900. Les définitions des régions sont fournies dans l’Atlas.1 et l’Atlas interactif (voir interactive-atlas.ipcc.ch). {Tableau TS.5, Figure TS.22, Figure TS.25, 11.9, 12.2, 12.4, Atlas.1} (Tableau SPM.1)

C.3 Les résultats de faible probabilité, tels que l’effondrement de la calotte glaciaire, les changements brusques de la circulation océanique, certains événements extrêmes composés et un réchauffement sensiblement plus important que la fourchette évaluée comme très probable du réchauffement futur ne peuvent être exclus et font partie de l’évaluation des risques.

{1.4, encadré 1.3 du chapitre transversal, encadré 4.1, 4.3, 4.4, 4.8, 8.6, 9.2, encadré 9.4, encadré 11.2, 11.8, encadré 12.1 du chapitre transversal}. (Tableau SPM.1)

C.3.1 Si le réchauffement planétaire dépasse la fourchette évaluée comme très probable pour un scénario d’émissions de GES donné, y compris les scénarios de faibles émissions de GES, les changements mondiaux et régionaux dans de nombreux aspects du système climatique, tels que les précipitations régionales et d’autres CID, dépasseraient également leurs fourchettes évaluées comme très probables (confiance élevée). Ces résultats à faible probabilité de réchauffement élevé sont associés à des impacts potentiellement très importants, comme des vagues de chaleur plus intenses et plus fréquentes et de fortes précipitations, et à des risques élevés pour les systèmes humains et écologiques, en particulier pour les scénarios à fortes émissions de GES. {Chapitre transversal Encadré 1.3, 4.3, 4.4, 4.8, Encadré 9.4, Encadré 11.2, Chapitre transversal Encadré 12.1, TS.1.4, Encadré TS.3, Encadré TS.4} (Tableau SPM.1)

C.3.2 Des résultats à faible probabilité et à fort impact34 pourraient se produire à l’échelle mondiale et régionale, même pour un réchauffement planétaire situé dans la fourchette très probable pour un scénario d’émissions de GES donné. La probabilité de résultats à faible probabilité et à fort impact augmente avec les niveaux de réchauffement planétaire (confiance élevée). Des réactions brusques et des points de basculement du système climatique, tels qu’une forte augmentation de la fonte de la calotte glaciaire de l’Antarctique et le dépérissement des forêts, ne peuvent être exclus (confiance élevée). {1.4, 4.3, 4.4, 4.8, 5.4, 8.6, Encadré 9.4, Encadré 12.1, TS.1.4, TS.2.5, Encadré TS.3, Encadré TS.4, Encadré TS.9} (Tableau SPM.1) (Tableau SPM.1)

C.3.3 Si le réchauffement planétaire s’accentue, certains événements extrêmes composés18 peu probables dans le climat passé et actuel deviendront plus fréquents, et il y aura une plus forte probabilité que des événements d’une intensité, d’une durée et/ou d’une étendue spatiale accrues, sans précédent dans les archives d’observation, se produisent (confiance élevée). {11.8, Encadré 11.2, Encadré transversal 12.1, Encadré TS.3, Encadré TS.9}

C.3.4 Il est très probable que la circulation méridienne de retournement de l’Atlantique s’affaiblisse au cours du 21ème siècle pour tous les scénarios d’émissions. Si la confiance dans le déclin du 21ème siècle est élevée, la confiance dans l’ampleur de la tendance est faible. Il existe une confiance moyenne dans le fait qu’il n’y aura pas d’effondrement brutal avant 2100. Si un tel effondrement devait se produire, il entraînerait très probablement des changements brusques dans les régimes climatiques régionaux et le cycle de l’eau, tels qu’un déplacement vers le sud de la ceinture de pluie tropicale, un affaiblissement des moussons africaines et asiatiques et un renforcement des moussons de l’hémisphère sud, ainsi qu’un assèchement en Europe. {4.3, 8.6, 9.2, TS2.4, Encadré TS.3}

C.3.5 Des événements naturels imprévisibles et rares, non liés à l’influence humaine sur le climat, peuvent entraîner des résultats à faible probabilité et à fort impact. Par exemple, une séquence de grandes éruptions volcaniques explosives en l’espace de quelques décennies s’est produite dans le passé, provoquant des perturbations climatiques mondiales et régionales importantes pendant plusieurs décennies. De tels événements ne peuvent être exclus à l’avenir, mais en raison de leur imprévisibilité inhérente, ils ne sont pas inclus dans l’ensemble des scénarios illustratifs mentionnés dans le présent rapport. {2.2, Encadré transversal 4.1, Encadré TS.3} (Encadré SPM.1)

D. Limiter les changements climatiques futurs

Depuis le AR5, les estimations des budgets carbone restants ont été améliorées grâce à une nouvelle méthodologie présentée pour la première fois dans le SR1.5, à des données actualisées et à l’intégration des résultats de plusieurs sources de données. Une gamme complète de contrôles futurs possibles de la pollution atmosphérique dans des scénarios est utilisée pour évaluer de manière cohérente les effets de diverses hypothèses sur les projections du climat et de la pollution atmosphérique. Une nouveauté est la capacité de déterminer à quel moment les réponses climatiques aux réductions d’émissions deviendraient discernables au-dessus de la variabilité climatique naturelle, y compris la variabilité interne et les réponses aux facteurs naturels.

D.1 Du point de vue des sciences physiques, limiter le réchauffement climatique d’origine humaine à un niveau spécifique nécessite de limiter les émissions cumulées de CO2, pour atteindre au moins des émissions nettes de CO2 nulles, ainsi que de fortes réductions des émissions d’autres gaz à effet de serre. Des réductions fortes, rapides et durables des émissions de CH4 limiteraient également l’effet de réchauffement résultant de la diminution de la pollution par les aérosols et amélioreraient la qualité de l’air.

{3.3, 4.6, 5.1, 5.2, 5.4, 5.5, 5.6, Encadré 5.2, Encadré inter-chapitres 5.1, 6.7, 7.6, 9.6} (Figure SPM.10, Tableau SPM.2)

D.1.1 Le présent rapport réaffirme avec un degré de confiance élevé la conclusion du AR5 selon laquelle il existe une relation quasi-linéaire entre les émissions anthropiques cumulées de CO2 et le réchauffement climatique qu’elles provoquent. On estime que chaque tranche de 1000 GtCO2 d’émissions cumulées de CO2 est susceptible de provoquer une augmentation de 0,27°C à 0,63°C de la température de surface de la planète, la meilleure estimation étant de 0,45°C[41]. Il s’agit d’une fourchette plus étroite par rapport au AR5 et au SR1.5. Cette relation est appelée la réponse climatique transitoire aux émissions cumulées de CO2 (TCRE). Cette relation implique que l’atteinte d’émissions anthropiques nettes zéro de CO2[42] est une condition nécessaire pour stabiliser l’augmentation de la température mondiale d’origine humaine à n’importe quel niveau, mais que limiter l’augmentation de la température mondiale à un niveau spécifique impliquerait de limiter les émissions cumulatives de CO2 dans les limites d’un budget carbone43[43].{5.4, 5.5, TS.1.3, TS.3.3, Encadré TS.5} (Figure SPM.10)

Chaque tonne d’émissions de CO₂ contribue au réchauffement de la planète.

Augmentation de la température à la surface du globe depuis 1850–1900 (OC) en fonction des émissions cumulées de CO₂ (GtCO₂)

Figure SPM. 10 : Relation quasi-linéaire entre les émissions cumulatives de CO2 et l’augmentation de la température de surface.

Panneau supérieur : Les données historiques (ligne noire fine) montrent l’augmentation observée de la température mondiale de surface en °C depuis 1850–1900 en fonction des émissions historiques cumulées de dioxyde de carbone (CO2) en GtCO2 de 1850 à 2019. La plage grise avec sa ligne centrale montre une estimation correspondante du réchauffement historique de la surface causé par l’homme (voir figure SPM.2). Les zones colorées indiquent la fourchette de projections de la température mondiale en surface jugée très probable, et les lignes centrales de couleur épaisse indiquent l’estimation médiane en fonction des émissions cumulées de CO2 de 2020 à 2050 pour l’ensemble des scénarios illustratifs (SSP1–1.9, SSP1–2.6, SSP2–4.5, SSP3–7.0 et SSP5–8.5, voir figure SPM.4). Les projections utilisent les émissions cumulées de CO2 de chaque scénario respectif, et le réchauffement planétaire projeté inclut la contribution de tous les forçages anthropiques. La relation est illustrée dans le domaine des émissions cumulées de CO2 pour lequel il est très probable que la réponse climatique transitoire aux émissions cumulées de CO2 (TCRE) reste constante, et pour la période de 1850 à 2050, pendant laquelle les émissions mondiales de CO2 restent nettement positives dans tous les scénarios illustratifs, car il existe peu de preuves de l’application quantitative de la TCRE pour estimer l’évolution de la température en cas d’émissions nettes négatives de CO2.
Panneau inférieur : Émissions de CO2 cumulées historiques et projetées en GtCO2 pour les scénarios respectifs. {Figure TS.18, Figure 5.31, Section 5.5}

D.1.2 Au cours de la période 1850–2019, un total de 2390 ± 240 (fourchette probable) GtCO2 de CO2 anthropique a été émis. Les bilans carbone restants ont été estimés pour plusieurs limites de température mondiale et divers niveaux de probabilité, sur la base de la valeur estimée de la TCRE et de son incertitude, des estimations du réchauffement historique, des variations du réchauffement projeté dû aux émissions autres que le CO2, des rétroactions du système climatique telles que les émissions dues au dégel du pergélisol, et du changement de température à la surface du globe après que les émissions anthropiques mondiales de CO2 aient atteint le zéro net. {5.1, 5.5, encadré 5.2, TS.3.3} (Tableau SPM.2)

Tableau SPM.2: Estimations des émissions historiques de CO2 et des budgets carbone restants. Les budgets carbone restants estimés sont calculés à partir du début de 2020 et s’étendent jusqu’à ce que les émissions nettes mondiales de CO2 soient nulles. Ils font référence aux émissions de CO2, tout en tenant compte de l’effet de réchauffement planétaire des émissions autres que celles de CO2. Dans ce tableau, le réchauffement de la planète fait référence à l’augmentation de la température de surface de la planète due à l’activité humaine, ce qui exclut l’impact de la variabilité naturelle sur les températures mondiales de certaines années. {Tableau TS.3, Tableau 3.1, Tableau 5.1, Tableau 5.7, Tableau 5.8, 5.5.1, 5.5.2, Encadré 5.2}

D.1.3 Plusieurs facteurs qui déterminent les estimations du budget carbone restant ont été réévalués, et les mises à jour de ces facteurs depuis le SR1.5 sont faibles. Une fois ajustées pour les émissions depuis les rapports précédents, les estimations des budgets carbone restants sont donc d’une ampleur similaire à celle du SR1.5, mais plus importantes que celles du AR5 en raison des améliorations méthodologiques[44]. {5.5, Encadré 5.2, TS.3.3} (Tableau SPM.2)

D.1.4 L’élimination du CO2 (CDR) anthropique a le potentiel d’éliminer le CO2 de l’atmosphère et de le stocker durablement dans des réservoirs (confiance élevée). La CDR vise à compenser les émissions résiduelles pour atteindre des émissions nettes zéro de CO2 ou de GES nulles ou, si elle est mise en œuvre à une échelle où les suppressions anthropiques dépassent les émissions anthropiques, pour abaisser la température de surface. Les méthodes de CDR peuvent avoir des effets potentiellement étendus sur les cycles biogéochimiques et le climat, ce qui peut soit affaiblir, soit renforcer le potentiel de ces méthodes à éliminer le CO2 et à réduire le réchauffement, et peut également influencer la disponibilité et la qualité de l’eau, la production alimentaire et la biodiversité[45] (confiance élevée). {5.6, Encadré inter-chapitres 5.1, TS.3.3}

D.1.5 L’élimination du CO2 (CDR) anthropique conduisant à des émissions mondiales nettes négatives réduirait la concentration de CO2 atmosphérique et inverserait l’acidification des océans de surface (confiance élevée). Les absorptions et les émissions de CO2 d’origine anthropique sont partiellement compensées par la libération et l’absorption de CO2, respectivement, à partir ou vers les réservoirs de carbone terrestres et océaniques (confiance très élevée). La CDR réduirait le CO2 atmosphérique d’une quantité approximativement égale à l’augmentation due à une émission anthropique de même ampleur (confiance élevée). La diminution du CO2 atmosphérique due à l’élimination du CO2 anthropique pourrait être jusqu’à 10 % inférieure à l’augmentation du CO2 atmosphérique due à une quantité égale d’émissions de CO2, en fonction de la quantité totale de CDR (confiance moyenne). {5.3, 5.6, TS.3.3}

D.1.6 Si des émissions nettes négatives de CO2 à l’échelle mondiale étaient réalisées et maintenues, l’augmentation de la température de surface induite par le CO2 serait progressivement inversée, mais d’autres changements climatiques continueraient dans leur direction actuelle pendant des décennies à des millénaires (confiance élevée). Par exemple, il faudrait plusieurs siècles ou millénaires pour que le niveau moyen mondial des mers s’inverse, même en cas d’émissions nettes négatives de CO2 importantes (confiance élevée). {4.6, 9.6, TS.3.3}

D.1.7 Dans les cinq scénarios illustratifs, les modifications simultanées des émissions de CH4, d’aérosols et de précurseurs d’ozone, qui contribuent également à la pollution atmosphérique, entraînent un réchauffement net de la surface du globe à court et à long terme (confiance élevée). À long terme, ce réchauffement net est plus faible dans les scénarios prévoyant des contrôles de la pollution atmosphérique combinés à des réductions importantes et durables des émissions de CH4 (confiance élevée). Dans les scénarios à faibles et très faibles émissions de GES, les réductions supposées des émissions d’aérosols anthropiques entraînent un réchauffement net, tandis que les réductions des émissions de CH4 et d’autres précurseurs d’ozone entraînent un refroidissement net. En raison de la courte durée de vie du CH4 et des aérosols, ces effets climatiques se compensent partiellement et les réductions des émissions de CH4 contribuent également à l’amélioration de la qualité de l’air en réduisant l’ozone de surface mondial (confiance élevée). {6.7, Encadré TS.7} (Figure SPM.2, Encadré SPM.1)

D.1.8 La réalisation d’émissions mondiales nettes zéro de CO2[46] est une exigence pour stabiliser l’augmentation de la température de surface mondiale induite par le CO2, les émissions anthropiques de CO2 étant équilibrées par les absorptions anthropiques de CO2. Cela diffère de la réalisation d’émissions nettes zéro de GES, où les émissions anthropiques de GES pondérées métriquement sont égales aux absorptions anthropiques de GES pondérées métriquement. Pour une trajectoire d’émission de GES donnée, les trajectoires des différents gaz à effet de serre déterminent la réponse climatique qui en résulte, tandis que le choix de la métrique des émissions[47] utilisée pour calculer les émissions et les absorptions agrégées des différents GES affecte le moment où l’on calcule que les gaz à effet de serre agrégés sont à zéro net. Les voies d’émissions qui atteignent et maintiennent des émissions nettes de GES nulles, définies par le potentiel de réchauffement planétaire sur 100 ans, devraient entraîner une baisse de la température de surface après un pic antérieur (confiance élevée). {4.6, 7.6, encadré 7.3, TS.3.3}

D.2 Les scénarios d’émissions de GES très faibles ou faibles (SSP1–1.9 et SSP1–2.6) entraînent en quelques années des effets perceptibles sur les concentrations de gaz à effet de serre et d’aérosols, et sur la qualité de l’air, par rapport aux scénarios d’émissions de GES élevées et très élevées (SSP3–7.0 ou SSP5–8.5). Dans ces scénarios contrastés, des différences perceptibles dans les tendances de la température de surface mondiale commenceraient à émerger de la variabilité naturelle dans un délai d’environ 20 ans, et sur des périodes plus longues pour de nombreux autres facteurs d’impact climatique (confiance élevée).

{4.6, encadré croisé 6.1, 6.6, 6.7, 9.6, encadré croisé 11.1, 11.2, 11.4, 11.5, 11.6, 12.4, 12.5}. (Figure SPM.8, Figure SPM.10)

D.2.1 Les réductions d’émissions en 2020 associées aux mesures visant à réduire la propagation du COVID-19 ont entraîné des effets temporaires mais détectables sur la pollution atmosphérique (confiance élevée), ainsi qu’une petite augmentation temporaire du forçage radiatif total, principalement due à la réduction du refroidissement causé par les aérosols issus des activités humaines (confiance moyenne). Les réactions du climat mondial et régional à ce forçage temporaire sont toutefois indétectables au-dessus de la variabilité naturelle (confiance élevée). Les concentrations atmosphériques de CO2 ont continué à augmenter en 2020, sans diminution détectable du taux de croissance du CO2 observé (confiance moyenne)[48]. {Encadré transversal 6.1, TS.3.3}

D.2.2 La réduction des émissions de GES entraîne également une amélioration de la qualité de l’air. Toutefois, à court terme[49], même dans les scénarios prévoyant une forte réduction des GES, comme dans les scénarios à faibles et très faibles émissions de GES (SSP1–2.6 et SSP1–1.9), ces améliorations ne sont pas suffisantes dans de nombreuses régions polluées pour respecter les lignes directrices en matière de qualité de l’air définies par l’Organisation mondiale de la santé (confiance élevée). Les scénarios prévoyant des réductions ciblées des émissions de polluants atmosphériques entraînent des améliorations plus rapides de la qualité de l’air en quelques années que les réductions des émissions de GES uniquement, mais à partir de 2040, des améliorations supplémentaires sont prévues dans les scénarios combinant les efforts de réduction des polluants atmosphériques et des émissions de GES, l’ampleur des avantages variant selon les régions (confiance élevée). {6.6, 6.7, encadré TS.7}.

D.2.3 Les scénarios à très faibles ou faibles émissions de GES (SSP1–1.9 et SSP1–2.6) auraient des effets rapides et durables pour limiter le changement climatique d’origine humaine, par rapport aux scénarios à fortes ou très fortes émissions de GES (SSP3–7.0 ou SSP5–8.5), mais les réponses précoces du système climatique peuvent être masquées par la variabilité naturelle. En ce qui concerne la température de la surface du globe, des différences dans les tendances sur 20 ans apparaîtraient probablement à court terme dans le cadre d’un scénario à très faibles émissions de GES (SSP1–1.9), par rapport à un scénario à fortes ou très fortes émissions de GES (SSP3–7.0 ou SSP5–8.5). La réponse de nombreuses autres variables climatiques émergerait de la variabilité naturelle à différents moments plus tard au cours du 21ème siècle (confiance élevée). {4.6, Encadré transversal TS.1} (Figure SPM.8, Figure SPM.10)

D.2.4 Les scénarios d’émissions de GES très faibles et faibles (SSP1–1.9 et SSP1–2.6) entraîneraient des changements nettement moins importants dans une série de CID36 au-delà de 2040 que les scénarios d’émissions de GES élevées et très élevées (SSP3–7.0 et SSP5–8.5). D’ici à la fin du siècle, les scénarios à très faibles et faibles émissions de GES limiteraient fortement l’évolution de plusieurs CID, tels que l’augmentation de la fréquence des événements extrêmes de niveau de la mer, des fortes précipitations et des inondations pluviales, et le dépassement des seuils de chaleur dangereuse, tout en limitant le nombre de régions où ces dépassements se produisent, par rapport aux scénarios à fortes émissions de GES (confiance élevée). Les changements seraient également plus faibles dans les scénarios à très faibles émissions par rapport aux scénarios à faibles émissions, ainsi que pour les scénarios à émissions intermédiaires (SSP2–4.5) par rapport aux scénarios à fortes ou très fortes émissions (confiance élevée). {9.6, Encadré inter-chapitres 11.1, 11.2, 11.3, 11.4, 11.5, 11.6, 11.9, 12.4, 12.5, TS.4.3}

Notes de bas de pages

[1] Décision IPCC/XLVI-2.

[2] Les trois rapports spéciaux sont les suivants Réchauffement planétaire de 1,5°C : un rapport spécial du GIEC sur les incidences d’un réchauffement planétaire de 1,5°C au-dessus des niveaux préindustriels et sur les trajectoires d’émissions de gaz à effet de serre connexes, dans le contexte du renforcement de la réponse mondiale à la menace du changement climatique, du développement durable et des efforts visant à éradiquer la pauvreté
(SR1. 5) ; Changement climatique et terres : un rapport spécial du GIEC sur le changement climatique, la désertification, la dégradation des terres, la gestion durable des terres, la sécurité alimentaire et les flux de gaz à effet de serre dans les écosystèmes terrestres (SRCCL) ; Rapport spécial du GIEC sur l’océan et la cryosphère dans un climat en évolution (SROCC).

[3] L’évaluation porte sur la littérature scientifique acceptée pour publication avant le 31 janvier 2021.

[4] Chaque constatation est fondée sur une évaluation des preuves et des accords sous-jacents. Le niveau de confiance est exprimé à l’aide de cinq qualificatifs : très faible, faible, moyen, élevé et très élevé, et est indiqué en italique, par exemple, confiance moyenne. Les termes suivants ont été utilisés pour indiquer la probabilité évaluée d’une issue ou d’un résultat : quasi-certain 99–100% de probabilité, très probable 90–100%, probable 66–100%, à peu près aussi probable que non 33–66%, peu probable 0–33%, très peu probable 0–10%, exceptionnellement peu probable 0–1%. Des termes supplémentaires (extrêmement probable 95–100%, plus probable qu’improbable >50–100%, et extrêmement improbable 0–5%) peuvent également être utilisés le cas échéant. La probabilité évaluée est indiquée en italique, par exemple, très probable. Ceci est cohérent avec le AR5. Dans le présent rapport, sauf indication contraire, les crochets [x à y] sont utilisés pour indiquer la fourchette très probable évaluée, ou l’intervalle de 90 %.

[5] L’Atlas interactif est disponible sur le site https://interactive-atlas.ipcc.ch .

[6] Les autres concentrations de GES en 2019 étaient les suivantes : PFCs (109 ppt équivalent CF4) ; SF6 (10 ppt) ; NF3 (2 ppt) ; HFC (237 ppt équivalent HFCs-134a) ; autres gaz du protocole de Montréal (principalement CFC, HCFC, 1032 ppt équivalent CFC-12). Les augmentations par rapport à 2011 sont de 19 ppm pour CO2, 63 ppb pour CH4 et 8 ppb pour N2O.

[7] Les terres et les océans ne sont pas des puits importants pour les autres GES.

[8] Le terme “température globale de surface” est utilisé en référence à la fois à la température moyenne globale de surface et à la température globale de l’air de surface tout au long de cette SPM. Les changements dans ces quantités sont évalués avec une confiance élevée pour différer d’au plus 10% l’un de l’autre, mais des sources de preuves contradictoires conduisent à une faible confiance dans le signe de toute différence dans la tendance à long terme. {Cadre transversal TS.1}

[9] La période 1850–1900 représente la plus ancienne période d’observations suffisamment complètes à l’échelle mondiale pour estimer la température de la surface du globe et, conformément au AR5 et au SR1.5, elle est utilisée comme une approximation des conditions préindustrielles.

[10] Depuis le AR5, les progrès méthodologiques et les nouveaux ensembles de données ont permis une représentation spatiale plus complète des changements de la température de surface, y compris dans l’Arctique. Ces améliorations, ainsi que d’autres, ont permis d’augmenter l’estimation du changement de la température de surface de la planète d’environ 0,1 ºC, mais cette augmentation ne représente pas un réchauffement physique supplémentaire depuis le AR5.

[11] La distinction de période avec A.1.2 provient du fait que les études d’attribution considèrent cette période légèrement antérieure. Le réchauffement observé jusqu’en 2010–2019 est de 1,06 [0,88 à 1,21] °C.

[12] Tout au long de ce SPM, “conducteur principal” signifie responsable de plus de 50% du changement.

[13] Comme indiqué dans la section B.1, même dans le cadre du scénario de très faibles émissions SSP1–1.9, on estime que les températures resteront élevées par rapport à celles de la décennie la plus récente jusqu’en 2100 au moins et qu’elles seront donc plus chaudes que celles de la période centenaire d’il y a 6500 ans.

[14] Tout au long de ce SPM, “conducteur principal” signifie responsable de plus de 50% du changement.

[15] Sécheresse agricole et écologique (en fonction du biome affecté) : une période avec un déficit anormal d’humidité du sol, qui résulte de la combinaison d’un manque de précipitations et d’une évapotranspiration excessive, et qui, pendant la saison de croissance, affecte la production agricole ou la fonction de l’écosystème en général. Les changements observés dans les sécheresses météorologiques (déficits de précipitations) et hydrologiques (déficits de débit) sont distincts de ceux des sécheresses agricoles et écologiques et sont traités dans le matériel sous-jacent du AR6 (chapitre 11).

[16] Les processus combinés par lesquels l’eau est transférée à l’atmosphère depuis les surfaces d’eau libre et de glace, le sol nu et la végétation qui composent la surface de la Terre.

[17] La mousson globale est définie comme la zone dans laquelle l’amplitude annuelle (été local moins hiver local) des précipitations est supérieure à 2,5 mm par jour. Les précipitations de la mousson terrestre globale font référence aux précipitations moyennes sur et dans les zones de la mousson globale.

[18] Les événements extrêmes composés sont la combinaison de plusieurs facteurs et/ou dangers qui contribuent au risque sociétal ou environnemental. Il peut s’agir, par exemple, de vagues de chaleur et de sécheresses simultanées, d’inondations composées (par exemple, une onde de tempête combinée à des précipitations et/ou un débit fluvial extrêmes), de conditions météorologiques d’incendie composées (par exemple, une combinaison de conditions chaudes, sèches et venteuses) ou d’événements extrêmes simultanés en différents endroits.

[19] Augmentation cumulative de l’énergie de 282 [177 à 387] ZJ sur la période 1971–2006 (1 ZJ = 1021 J).

[20] Augmentation cumulative de l’énergie de 152 [100 à 205] ZJ sur la période 2006–2018.

[21] Compréhension des processus climatiques, de l’enregistrement instrumental, des paléoclimats et des contraintes émergentes basées sur des modèles (voir glossaire).

[22] Dans le présent rapport, les cinq scénarios illustratifs sont désignés par l’abréviation SSPx-y, où “SSPx” désigne la trajectoire socio-économique commune ou “SSP” décrivant les tendances socio-économiques sous-jacentes au scénario, et “y” désigne le niveau approximatif du forçage radiatif (en W/m2) résultant du scénario en 2100. Une comparaison détaillée avec les scénarios utilisés dans les précédents rapports du GIEC est fournie dans les sections TS1.3 et 1.6 et 4.6. Les SSP qui sous-tendent les scénarios de forçage spécifiques utilisés pour piloter les modèles climatiques ne sont pas évalués par le WGI. L’étiquetage SSPx-y assure plutôt la traçabilité de la littérature sous-jacente dans laquelle les voies de forçage spécifiques sont utilisées comme données d’entrée des modèles climatiques. Le GIEC est neutre en ce qui concerne les hypothèses sous-jacentes aux SSP, qui ne couvrent pas tous les scénarios possibles. Des scénarios alternatifs peuvent être envisagés ou développés.

[23] Les émissions nettes négatives de CO2 sont atteintes lorsque les absorptions anthropiques de CO2 dépassent les émissions anthropiques. {Glossaire}

[24] Les changements de température à la surface du globe sont indiqués sous forme de moyennes sur 20 ans, sauf indication contraire.

[25] SSP1–1.9 et SSP1–2.6 sont des scénarios qui débutent en 2015 et présentent des émissions de GES très faibles et faibles et des émissions de CO2 diminuant jusqu’à un niveau net nul vers ou après 2050, suivis de niveaux variables d’émissions nettes négatives de CO2.

[26] Le franchissement est défini ici comme le fait que la variation évaluée de la température mondiale de surface, moyennée sur une période de 20 ans, dépasse un niveau particulier de réchauffement planétaire.

[27] L’évaluation du AR6 concernant le moment où un niveau de réchauffement mondial donné est dépassé pour la première fois bénéficie de la prise en compte des scénarios illustratifs, des multiples sources de données qui entrent dans l’évaluation de la réponse future de la température de la surface de la planète au forçage radiatif, et de l’amélioration de l’estimation du réchauffement historique. L’évaluation du AR6 n’est donc pas directement comparable au SR1.5, qui indiquait que le réchauffement planétaire atteindrait probablement 1,5°C entre 2030 et 2052, à partir d’une simple extrapolation linéaire des taux de réchauffement du passé récent. Si l’on considère des scénarios similaires au SSP1–1.9 au lieu d’une extrapolation linéaire, l’estimation SR1.5 du moment où le réchauffement mondial de 1,5°C sera dépassé pour la première fois est proche de la meilleure estimation rapportée ici.

[28] La variabilité naturelle désigne les fluctuations climatiques qui se produisent sans aucune influence humaine, c’est-à-dire la variabilité interne combinée à la réponse à des facteurs naturels externes tels que les éruptions volcaniques, les changements dans l’activité solaire et, sur des échelles de temps plus longues, les effets orbitaux et la tectonique des plaques.

[29] La variabilité interne au cours d’une même année est estimée à ± 0,25°C (fourchette de 5 à 95 %, confiance élevée).

[30] Les changements prévus dans les sécheresses agricoles et écologiques sont principalement évalués sur la base de l’humidité totale du sol. Voir la note de bas de page 15 pour la définition et la relation avec les précipitations et l’évapotranspiration.

[31] Une superficie moyenne mensuelle de glace de mer inférieure à 1 million de km2, soit environ 15 % de la superficie moyenne de glace de mer observée en septembre 1979–1988

[32] Ces ajustements prévus des puits de carbone à la stabilisation ou au déclin du CO2 atmosphérique sont pris en compte dans les calculs des bilans carbone restants.

[33] Les autres émissions sectorielles sont calculées comme étant le résidu de l’absorption nette de CO2 par les terres et les océans et des variations prescrites de la concentration de CO2 dans l’atmosphère dans les simulations CMIP6. Ces émissions calculées sont des émissions nettes et ne séparent pas les émissions anthropiques brutes des absorptions, qui sont incluses implicitement.

[34] Les résultats à faible probabilité et à fort impact sont ceux dont la probabilité d’occurrence est faible ou mal connue (comme dans un contexte d’incertitude profonde) mais dont les impacts potentiels sur la société et les écosystèmes pourraient être élevés. Un point de basculement est un seuil critique au-delà duquel un système se réorganise, souvent de manière abrupte et/ou irréversible. {Encadré transversal 1.3, 1.4, 4.7}

[35] Pour la comparaison avec la période de référence 1986–2005 utilisée dans le AR5 et le SROCC, ajoutez 0,03 m aux estimations de l’élévation du niveau moyen mondial de la mer. Pour une comparaison avec la période de référence de 1900 utilisée dans la figure SPM.8, ajoutez 0,16 m.

[36] Les facteurs d’impact climatique (CID) sont des conditions physiques du système climatique (par exemple, des moyennes, des événements, des extrêmes) qui affectent un élément de la société ou des écosystèmes. En fonction de la tolérance du système, les CID et leurs changements peuvent être préjudiciables, bénéfiques, neutres ou un mélange de ces éléments et régions en interaction. Les types de CID comprennent la chaleur et le froid, l’humidité et la sécheresse, le vent, la neige et la glace, les côtes et la haute mer.

[37] Les principaux phénomènes de variabilité interne comprennent El Niño-Southern Oscillation, la variabilité décennale du Pacifique et la variabilité multi-décennale de l’Atlantique par leur influence régionale.

[38] Sur la base de reconstructions sur 2 500 ans, des éruptions plus négatives que -1 W/m2 se produisent en moyenne deux fois par siècle.

[39] Les régions font ici référence aux régions de référence du WGI du AR6 utilisées dans ce rapport pour résumer les informations dans les régions sous-continentales et océaniques. Les changements sont comparés aux moyennes des 20 à 40 dernières années, sauf indication contraire. {1.4, 12.4, Atlas.1, Atlas interactif}.

[40] Le niveau spécifique de confiance ou de vraisemblance dépend de la région considérée. Des détails sont disponibles dans le résumé technique et le rapport sous-jacent.

[41] Dans la littérature, on utilise des unités de °C par 1000 PgC, et le AR6 indique que la fourchette probable du TCRE est de 1,0°C à 2,3°C par 1000 PgC dans le rapport sous-jacent, avec une meilleure estimation de 1,65°C.

[42] Condition dans laquelle les émissions anthropiques de dioxyde de carbone (CO2) sont équilibrées par les absorptions anthropiques de CO2 sur une période donnée.

[43] Le terme “bilan carbone” désigne la quantité maximale d’émissions mondiales nettes cumulées de CO2 d’origine anthropique qui permettrait de limiter le réchauffement planétaire à un niveau donné avec une probabilité donnée, compte tenu de l’effet des autres forçages climatiques d’origine anthropique. On parle de budget carbone total lorsqu’il est exprimé à partir de la période préindustrielle, et de budget carbone restant lorsqu’il est exprimé à partir d’une date récente spécifiée (voir le glossaire). Les émissions cumulées historiques de CO2 déterminent dans une large mesure le réchauffement à ce jour, tandis que les émissions futures provoquent un réchauffement supplémentaire à l’avenir. Le bilan carbone restant indique la quantité de CO2 qui pourrait encore être émise tout en maintenant le réchauffement en dessous d’un niveau de température spécifique.

[44] Par rapport au AR5, et en tenant compte des émissions depuis le AR5, les estimations du AR6 sont supérieures d’environ 300 à 350 GtCO2 pour le budget carbone restant compatible avec une limitation du réchauffement à 1,5°C ; pour 2°C, la différence est d’environ 400 à 500 GtCO2.

[45] Les effets négatifs et positifs potentiels de la CDR pour la biodiversité, l’eau et la production alimentaire sont spécifiques aux méthodes, et dépendent souvent fortement du contexte local, de la gestion, de l’utilisation antérieure des terres et de l’échelle. Les groupes de travail II et III du GIEC évaluent le potentiel de la CDR et les effets écologiques et socio-économiques des méthodes de CDR dans leurs contributions au AR6.

[46] Terme général désignant la manière dont le système climatique réagit à un forçage radiatif (voir glossaire).

[47] Le choix de la mesure des émissions dépend des objectifs pour lesquels les gaz ou les agents de forçage sont comparés. Ce rapport contient des valeurs actualisées de la métrique des émissions et évalue de nouvelles approches de l’agrégation des gaz.

[48] Pour les autres GES, la littérature disponible au moment de l’évaluation était insuffisante pour évaluer les changements détectables de leur taux de croissance atmosphérique au cours de l’année 2020.

[49] Court terme (2021–2040)

--

--

L’association suisse a été constituée le 19 novembre 2020, elle étend sur la Suisse les activités de soutien à une transition énergétique compatible avec la décrue de l’usage du carbone fossile, au plus grand bénéfice de notre climat, et de notre avenir…

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store