On fait le bilan, calmement — Tour de France J+62

Les dix gestes de l’entrepreneur du changement

Laura était reporter embarquée dans le Tour de France Ticket for Change pour nous raconter l’expérience au plus proche des participants. Elle revient ici sur les 10 jours de l’expérience !

crédit photo : Eveline De Brauw

Octobre 2016. Déjà presque deux mois que nos cinquante graines d’entrepreneurs ont regagné la terre ferme et avancent sur la voie du changement positif. Pour garder l’œil vif et les mains dans l’action, le programme propose cette année un accompagnement sur six mois ponctué de moments de travail en présentiel et à distance. Prochain rendez-vous les 5 et 6 novembre pour les participants de 2016.

Depuis la fin du voyage itinérant à travers la France de demain, chacun a marché à son rythme. Certains ont fait des pas gigantesques, d’autres des plus petits. Tête-cœur-corps au diapason, ces dix jours ont en tout cas fait l’effet d’une secousse. Une tornade, un cyclone, un séisme, un mistral ou une brise. Qu’importe la magnitude de ce choc. Ce qui compte, c’est la mise en mouvement vers l’action.

Car, dans le contexte économique et social actuel peu clément, être entrepreneur du changement, c’est être en constante mobilité. C’est accepter d’avancer dans la brume, se déplacer constamment, emprunter un chemin, le rebrousser, prendre une autre direction, se jeter à l’eau, nager à contre-courant, valser, onduler… tout en gardant le cap ! Tout est question de posture, d’attitude, de gestes. Alors, dans ce clair-obscur nébuleux, quels gestes adopter ? En voici dix que l’on a retenus du Tour TfC 2016 et que l’on vous partage.

Geste #1 — Se recroqueviller

“Connais-toi toi même” — Socrate.
crédit photo : Eveline De Brauw

Une invitation au voyage intérieur. Car sans savoir qui on est, comment savoir où on va ? Si tu as choisis de te lever tous les matins dans la joie et la bonne humeur pour changer le monde (bon bah déjà bravo) c’est qu’il y a quelque chose dans ce monde qui te révolte, et que tu souhaites résoudre. Plus que de te rallier à une cause, c’est qu’une conviction forte forgée au fil de ton histoire personnelle te guide. Si telle est ta vocation, c’est que tu es certainement en route vers ce que les Japonais appellent ton Ikigaï. (well done bro’) Sorte d’harmonie parfaite entre ta passion, ta mission, ta vocation et ta profession. Pas facile de trouver sa vocation, ce peut être le travail d’une vie ! Apprécier les moments de solitude, faire le vide, s’aérer l’esprit sont quelques clés pour commencer son travail d’introspection.

Geste #2 — Se tenir droit et regarder loin devant l’horizon

“Sois le changement que tu veux voir dans le monde” — Gandhi
crédit photo : Eveline De Brauw

Sympa notre Gandhi mais pas très pragma quand même. Une fois que tu connais la destination finale, reste à savoir comment tu fais pour y aller. Pas de GPS dans le monde de l’entrepreneuriat du changement, tout est à inventer. Alors, lequel de tous les chemins qui s’offrent à toi emprunter ? Peu importe. Tu es drivé par ta vocation. Alors, pour rester aligné avec ta vision, marque un temps de pause avant chaque petit pas, tourne ta langue sept fois dans ta bouche et demande toi si tu es en accord avec toi même. Un entrepreneur du changement est un visionnaire. Il crée de la valeur avec des valeurs. Il voit loin, large et profond. Mais parfois, dans les tumultes de la tempête, il peut perdre le cap. Alors, dans ces moments de chaos et de trouble, où l’on ne sait plus quelle manivelle actionner, reste à prendre une grande respiration, se tenir droit, et regarder loin devant, l’horizon.

Geste #3 — Sortir de sa coquille

Les beaux esprits se rencontrent — Voltaire
crédit photo : Eveline De Brauw

Ce n’est pas donné à tout le monde de se construire un réseau. “Networker” comme ils diraient les américains. Mais toi, déjà en tant qu’entrepreneur du changement, il faut dire que tu es sacrément en vogue, alors profites-en pour aller serrer des pinces ! Et même si tu as les mains moites au début, ce n’est qu’une question d’entraînement. Identifie les pros de ton secteur, renseigne-toi sur les conférences qui parlent de ton sujet, et sors la tête de tes business plan les cales remplies de cartes de visite. Apprends à manier le petit oiseau bleu et son langage follow-tweet-and-hashtag. Dialecte obscur mais peut s’avérer efficace. Sinon, tu peux aussi lire les conseils avisés de Morgane.

Geste #4 — Sauter dans le vide

« Il n’y a qu’une chose qui puisse rendre un rêve impossible, c’est la peur d’échouer. » — Paulo Coelho
crédit photo : Eveline De Brauw

Si tu as choisis la voie de l’entrepreneuriat du changement, c’est que tu souhaites résoudre un problème de société mal (ou pas encore) résolu. Ceci est une bonne et mauvaise nouvelle. La bonne, c’est que tu as devant toi un Boulevard, je dirai même plus une Avenue pour user de ta créativité débordante et trouver les solutions à ce problème. Un véritable Océan Bleu s’ouvre à toi petit moussaillon ! La mauvaise, c’est qu’il n’existe pas (pas encore mais heureusement tu arrives) de voie royale pour parvenir à ces solutions. Sorry babe. Tu vas devoir défricher le terrain. User de tes petites mains et sortir ta machette pour dessiner ce chemin. Sur ce chemin il y a des ronces, des orties, des plantes sauvages et toxiques ! Tu vas te planter. Mais Ô combien de dénommés “génies” ont fait des erreurs ? Christophe Colomb, lorsqu’il a découvert l’Amérique, n’était-il pas parti pour les Indes Orientales ? Alors saute dans le vide, pars à l’aventure, deviens le Magellan des temps modernes !

Geste #5 — Rebondir

« Ce n’est pas notre aptitude, mais notre attitude qui détermine notre altitude. » — Zig Ziglar
crédit photo : Eveline De Brauw

Boing Boing. Tu te souviens ces heures passées à sauter comme un dingo-débile sur le trampoline de la salle de sport de primaire ? Eh bien jackpot ! Tu vas pouvoir t’en donner à cœur joie en devenant un entrepreneur du changement. Car dans cette voie pleine de broussailles que tu as choisie d’emprunter, il y a des embûches. Et si tu trébuches, no worries. “Ça fait partie du process” te diraient les anciens. L’important c’est de se relever ! La boucle essai-erreur-feedback est dans ton ADN, alors garde le cap, arme toi de ta plus belle résilience, et dresse les voiles de ton Optimist.

Geste #6 — Tendre l’oreille, ouvrir ses sens

“La connaissance parle et la sagesse écoute” — Jimi Hendrix
crédit photo : Eveline De Brauw

Ce qui est bien avec les erreurs, c’est qu’en général, on refait pas la même. (En général.) Et ce qui est bien aussi avec les erreurs, c’est que souvent, d’autres les ont déjà faites. Alors devient fin observateur, ouvre grand tes oreilles pour écouter le monde qui t’entoure. Celui que tu veux changer. Apprends de ceux qui ont déjà essayé, de ceux qui sont toujours en train de s’y atteler, et regarde-les. Entre dans l’univers de tes bénéficiaires. Vois comment ils agissent, quelles sont leurs habitudes, soumets-leur ta solution pour la tester. Puis ajuste et retente. Par ce travail de fin guetteur, tu apprivoiseras ton terrain de jeu, et tel un cordonnier, fabriquera la chaussure qui épousera la parfaite forme de son marcheur.

Geste #7 — Marcher sur le fil

L’équilibre est à mi-chemin entre les deux extrêmes — Bernard Werber
crédit photo : Eveline De Brauw

Tout plein de fougue et de passion, tu as pris la route de l’entrepreneuriat du changement, tel le héros du 21ème siècle, pour résoudre un problème de société qui te tient particulièrement à cœur. Impasses, ruelles, dédales, à chacun son chemin. Mais si tu as choisi la voie rapide, gare à ne pas cramer tout ton carburant d’un seul coup, tu pourrais brûler tes petites ailes ! Car à s’impliquer corps et âme dans son projet, on peut y oublier son cœur et son corps. Écoute-toi et identifie tout ce qui te permet de recharger tes batteries. Du sport, des balades dans la forêt, des soirées entre amis, des week-end en famille, des moments de calme en solo, ou la dernière saison de Game of Thrones… accorde-toi ces temps de pauses si précieux pour souffler et t’aérer. Ces temps de recul rien que pour toi seront nécessaires à ton bon équilibre. Et pour commencer à marcher sur le fil du funambule, note dans ton agenda un prochain rendez-vous avec toi-même.

Geste #8 — Surfer sur la vague

Vous ne pouvez pas arrêter les vagues, mais vous pouvez apprendre à surfer — Jon Kabat-Zinn
crédit photo : Eveline De Brauw

Le succès de ton projet n’arrivera par l’opération du Saint Esprit, soit. Il te faudra provoquer les situations et te créer des opportunités pour avancer. Mais une chose est sûre : le futur est incertain. Il te faudra apprendre à dompter la houle et les vagues imprévisibles. Accepter de vivre pleinement le chaos fertile et le hasard pour laisser venir les bonnes surprises. T’adapter. C’est cet aller-retour permanent entre la pro activité et le lâcher-prise qui te permettront d’acquérir l’agilité du surfer médaillé d’or.

Geste #9 — Danser de joie

« Stay hungry, stay foolish » — Steve Jobs
crédit photo : Eveline De Brauw

La voie que tu as choisie est pleine de rebondissements et de surprises. Un peu comme des montagnes russes, il y aura des hauts et des bas, des succès et des échecs, des moments de vide et des moments d’intensité. Sensations fortes garanties. Mais s’il n’existe pas de GPS ni de panneaux directionnels pour parvenir à ta destination finale, une boussole infaillible pourra te guider : la jauge du plaisir. Lève-toi chaque matin de bonheur, sourire aux lèvres en portant ton projet avec de l’enthousiasme. Tu sèmeras des graines de joie autour de toi et, comme par enchantement, il te sera beaucoup plus simple de convaincre que ton idée va rendre le monde plus beau. Ce n’est d’ailleurs pas de la magie, mais de la science. Et, à chaque petit pas accompli, à chaque petite victoire, n’oublies pas de célébrer !

Geste #10 — Se retourner

On ne peut prévoir l’incidence qu’auront certains événements dans le futur ; c’est après coup seulement qu’apparaissent les liens. — Steve Jobs
crédit photo : Eveline De Brauw

Maintenant, c’est toi le Capitaine. Alors si tu ne te fais pas confiance, le navire va couler. Tu peux parfois avoir l’impression de voguer dans un brouillard bien épais. Une sorte de nappe blanche se forme, et l’horizon n’est que vague à l’âme. Tu jongles entre une confiance en toi sans faille, et des moments de doute extrêmement paralysants. Un petit pas en entrainant un petit autre, tu chemines tel le Petit Poucet en semant des petits cailloux. Au départ, ils ne semblent pas suivre un ordre logique, et tu te demandes si tu retrouveras un jour le foyer laissé orphelin. Mais fais confiance au temps et à ton intuition. Ils transformeront tes petits cailloux en pierres, et lorsque tu te retourneras pour rentrer à la maison, tu verras que chacune est bien disposée à sa place.


Votre temps est limité, alors ne le gaspillez pas en vivant la vie de quelqu’un d’autre. Ne soyez pas piégés par le dogme, ce qui revient à vivre selon le résultat de la pensée d’autrui. Ne laissez pas le bruit de l’opinion des autres étouffer votre voix intérieure. Et le plus important, ayez le courage de suivre votre cœur et votre intuition. Ils savent déjà ce que vous voulez vraiment devenir. Tout le reste est secondaire.

Rendez-vous l’année prochaine pour les aventures du cru 2017 !

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.