© Laetitia Striffling

#Ticket2015 — Jour 9

Première journée à Lille, entre laboratoire high tech et soirée à “St-So”.

Ticket for Change
Sep 3, 2015 · 6 min read

Nous nous réveillons à Lille à 6h30 du matin en short et en t-shirt. Ce qui est assez problématique, autant pour le froid que pour la fatigue. Après le petit déjeuner nous nous dirigeons vers le centre de codesign ADICODE EuraTechnologies, un bâtiment isolé en pleine friche dans les quartiers ouest de Lille. Ce quartier représente le pôle d’excellence lillois destiné aux Technologies de l’Information et de la Communication.

Nous pénétrons dans le bâtiment et nous ressentons une drôle de sensation. Habitués aux hangars retapés en mode récup’, aux skatepark géants et aux friches industriels ouvertes aux quatre vents, nous sommes surpris d’être accueillis dans un espace aux murs blancs immaculés qui propose des bureaux et la fibre optique. Nous sommes excités comme des gamins qui découvrent internet.

© Laetitia Striffling

Les participants investissent immédiatement cet endroit aux airs de laboratoire high-tech et se mettent au travail. Si la nuit en bus leur a porté conseil, alors ils vont les appliquer immédiatement.

En fin de matinée, je descends au rez-de-chaussée pour assister à deux séances de questions — réponses avec des pionniers et des mentors. Dans la grande salle, c’est Chris Delepierre — fondateur de Tri — D et Soufiane Iquioussen — fondateur de Garage Solidaire. Chris est un participant au Tour 2014 qui a lancé son projet à la sortie. Il imprime des objets en 3D et anime des ateliers avec des mal-voyants : il remplace la vue par le touché. Garage Solidaire est un atelier de réparation et d’entretien solidaire, où toute la manutention est assurée par des demandeurs d’emploi en réinsertion professionnelle.

En entendant les questions posées par les participants, je me rends compte qu’ils sont définitivement rentrés dans le concret. Ils cherchent à se confronter à la réalité entrepreneuriale, celle du quotidien.

Chris les prévient que la séparation privée et professionnelle n’existe plus :

« Comme on est la même personne au travail et chez soi, un problème personnel peut se répercuter très vite sur votre projet. »

Quant à la gestion du temps, il est catégorique :

« Une journée fait 24h, un entrepreneur en a besoin de 72. »

Soufiane les rassure sur les galères, les échecs et le découragement :

« Les difficultés sont essentielles, c’est ce qui va vous permettre de vous construire et de vous armer. »

Il les met en garde sur une des principales difficultés de l’entrepreneur, selon lui :

« Le plus compliqué, c’est quand l’entrepreneur devient manager, et qu’il doit gérer les conflits. »

Je bascule dans la salle de réunion adjacente. Les 8 intrapreneurs sont en pleine discussion avec Emmanuel de Lutzel et Nicolas Cordier, respectivement intrapreneurs chez BNP Paribas et Leroy Merlin.

Nous l’avons vu dans les billets précédents, le statut d’intrapreneur est très nouveau et surtout place l’employé dans une position très étrange vis-à-vis de l’entreprise. Les témoignages et conseils de pionniers qui ont expérimenté ces difficultés avant eux sont essentiels et rassurants.

Pour Nicolas, les plus décourageants sont les pessimistes malgré eux, qui dévalorisent le projet :

« J’ai développé une écoute sélective pour tous les pessimistes qui ne croient en rien. »

Pour Emmanuel, l’enjeu est de recruter et d’évangéliser l’intrapreneuriat. Il reprend le mythe de Pénélope, femme d’Ulysse, qui, refusant de se remarier, tissait le jour et détissait la nuit la même toile pour faire patienter ses prétendants.

« J’appelle ça le syndrome de Pénélope : ces gens qui vont au travail toute la journée et milite le soir et le weekend. Pourquoi ne pas faire les deux en même temps en changeant les choses de l’intérieur ? »

Nous déjeunons à 13h pendant que France Lefebvre du Prey et son équipe nous présentent le projet ADICODE, initié par les campus de HEI, ISA et ISEN, 3 écoles d’ingénieurs. Il s’agit d’ateliers de codesign qui sont le carrefour entre chercheurs universitaires, étudiants et entreprises autour de projets d’innovation.

L’après-midi débute par un atelier animé par Aymeric, l’un des trois coachs. « Comment recruter sa dream team ? » correspond parfaitement aux attentes des participants en ce moment. Ils vont lister les compétences dont ils ont besoin, apprendre à les recruter et à les manager. Aymeric rentre assez profondément dans les théories de l’interaction au sein du groupe, et explique les notions d’inclusion / exclusion avec des cas concrets.

« S’associer à quelqu’un, c’est comme se marier. Vous êtes prêts à vous marier ? »

Je suis ensuite sollicité par plusieurs participants pour leur offrir avis et conseils sur leur projet. C’est en réalité tout le staff, les coachs et les mentors qui travaillent avec les participants pour faire avancer leurs projets. On s’en rend compte avec le résumé de la journée par Romain :

L’événement de ce soir est annoncé comme le climax du Tour : une soirée à la Gare Saint-Sauveur pour présenter Ticket for Change aux Lillois, mais surtout pour faire la fête. Alors que 3 participants montent sur scène pour présenter leurs projets, je surprends une femme filmer l’un d’entre eux avec beaucoup d’application. J’attends la fin des présentations pour lui parler. Il s’agit d’une proche de Théo, la marraine de sa petite sœur. Comme elle me le précisera plus tard : « C’est la famille du cœur ». Rappelez-vous du jour 1, Théo est le premier participant à qui j’adresse la parole, et il est notamment le plus jeune du Tour.

Je demande donc à Caro ce qu’elle a pensé de la prestation de Théo.

« Ticket lui correspond parfaitement. On l’a vu il y a une semaine avant de partir, on vient de le voir maintenant, on a l’impression d’avoir un Théo puissance 10. »

Autant de fierté dans un regard émeut forcément, et à force d’être à l’intérieur du Tour, on oublie parfois qu’il y a des personnes qui gravitent autour de nous, qui nous soutiennent, nous suivent, nous aident. Ce soir à « St-So », ces personnes étaient là. Qu’il s’agisse d’André Dupon, d’un badaud venu poser des questions ou de quelqu’un qui suit le Tour avec application, chacun a terminé la soirée à danser avec l’autre. Et quand à minuit, le bus nous a ramené à l’hotel, je me suis dit qu’il fallait vous dire merci, vous qui nous soutenez, nous suivez et nous aidez.

Retrouvez le billet de Sylvain tous les jours sur Medium. Suivez-nous en direct sur le Live et sur le hashtag #Ticket2015.

Ticket for Change Stories

« Les talents de chacun peuvent changer le monde. »

Ticket for Change

Written by

« Nous accompagnons les acteurs du changements à activer leurs talents pour résoudre les enjeux de société. »

Ticket for Change Stories

« Les talents de chacun peuvent changer le monde. »

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade