Papa, Maman, je vais vendre des caisses enregistreuses

« Vous êtes bien sûr ? » m’avait demandé mon université avant de valider mon contrat d’alternance. Le pari semblait risqué, il faut dire qu’à l’époque l’équipe n’était composée que de cinq personnes dont Dimitri, Josef et Vincent, les trois fondateurs de Tiller. La startup allait-elle survivre suffisamment longtemps pour que je puisse y faire une année en alternance ?

“Papa, maman, je vais vendre des caisses enregistreuses”

Cela fait maintenant plus d’un an que j’ai rejoint l’équipe, j’y occupe un poste de Business Developer (nom swag pour désigner un poste de commercial) qui consiste à prospecter une base de données pour développer le portefeuille clients de l’entreprise. Pour un étudiant sans expérience opérationnelle, cette mission correspondait parfaitement à ce que je cherchais. Mais c’est surtout la ferveur avec laquelle Dimitri m’a présenté la vision de Tiller sur l’année à venir qui m’a convaincu de rejoindre l’équipe.

Puis tout est allé très vite…

En moins d’un an l’équipe est passée de 5 à plus de 50 salariés. Avec plus de 30% de croissance mensuelle, le nombre de clients est passé d’une dizaine à plus de 1600 dans plus de 15 pays aujourd’hui. Le 5 avril 2016, Tiller réalise une levée de fonds de 4 millions d’euros, devient leader français des caisses enregistreuses iPad pour restaurants et ambitionne maintenant de conquérir l’Europe.

Ayant rejoint Tiller dans ses débuts, j’ai pu assister au premier rang à l’incroyable essor d’une startup en pleine croissance. Tout s’accélère, de nouvelles problématiques apparaissent et nous devons nous ré-adapter constamment.

Voilà une demi-heure que je cherche un début à cet article

Il faut avouer qu’il est difficile de se concentrer dans une salle pleine de commerciaux surexcités. 
 Ça crie, ça bouge partout, ça parle fort au téléphone, quelques postillons viennent se déposer sur l’écran de mon ordinateur. Aujourd’hui (comme tous les lundis) est une journée de cold calling, chacun d’entre nous passe des centaines d’appels par jour pour rencontrer des restaurateurs afin de présenter la solution de caisse enregistreuse de Tiller.

Les Loups de Wall Street

Tour à tour, je regarde chacun des commerciaux présents dans la salle. Comment se sont-ils tous retrouvés ici, à vendre des caisses enregistreuses ? Je me souviens de l’arrivée de chacun d’entre eux, les uns après les autres…

Parmi eux, il y a Geoffroy ancien vendeur de four à Pizza, Florian le surfeur qui revenait tout juste sur Paris après avoir vécu en Australie, Martin l’ancien animateur radio réputé pour ses transitions et ses jingles ou encore Hugo surnommé le « duc » à cause de son nom à particule qui ne cesse de montrer des photos de ses vacances dans son château, Talia la maman des Sales sans oublier Marc l’ancien pilote de Qatar Airways. Tiller ne compte plus les profils complémentaires. Pourtant c’est avec la même énergie que l’ensemble de l’équipe travaille chaque jour pour emmener Tiller le plus loin possible.

Alors que le brouhaha continue dans la salle des commerciaux, la porte de l’open space s’ouvre sur Paul-Louis. Après avoir arrêté ses études, Paul-Louis est aujourd’hui un des meilleurs commerciaux de la boite à seulement 21 ans. Sans dire un mot, Paul-Louis se dirige vers la clochette que l’on sonne lorsque l’on effectue une vente. Il ne sonne pas une fois, ni deux fois mais 10 fois ! Un très gros contrat. Lorsque la clochette retentit autant de fois, l’ensemble de l’équipe de Tiller vient dans la salle des commerciaux pour crier, taper sur les murs et féliciter le jeune vendeur. Un sacré bordel.

Putain, j’adore cette équipe.

Lors de notre point du vendredi soir chaque équipe présente ses avancées. La semaine a été bonne, très bonne. L’équipe félicite avec un tonnerre d’applaudissements le podium de ses meilleurs vendeurs, en tête cette semaine : Benjamin, Hugo et Paul-Louis. Puis les dev nous présentent les nouvelles fonctionnalités produit fraîchement développées. Nous sommes tous comme des gamins devant un nouveau jouet « Ça va être dingue ! ». Puis l’ensemble de l’équipe descend au bar d’à côté pour décompresser de cette semaine folle. Plus tard dans la soirée les choses se corsent et nous finissons tous en boite pour une réunion hautement stratégique.

Voilà maintenant plusieurs mois que tous les vendredis sont comme ça.

Moment émotion…

J’ai passé au sein de Tiller des moments exceptionnels qui ont plus que surpassé mes attentes. J’ai pu voir la croissance phénoménale d’une startup sur son marché et comment nous sommes passés de la position d’outsider à leader en moins d’un an. Mais j’ai surtout pu rencontrer des gens exceptionnels et inspirants qui font de Tiller une grande famille. Pendant plus d’un an, je me suis levé chaque matin avec la sensation de faire partie de quelque chose de grand. Chaque jour avait son lot d’enjeux à surmonter et je rentrais chez moi avec la fierté quotidienne d’avoir apporté quelque chose à l’entreprise. Plus qu’une simple expérience et une ligne sur le CV, Tiller m’a apporté des souvenirs et des rencontres qui m’ont fait grandir. Mais l’aventure n’est pas encore terminée, tout reste encore à bâtir…

Alex, Marketing Manager @Tiller

By the way Tiller recrute : team@tillersystems
Toutes nos offres d’emploi ici.

PS : merci maman davoir corigé lé fote

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.