Smart City, place à l’action !

© Patrice Nin

Présentée en décembre 2014 à l’occasion du premier Forum Smart City, l’ambition de Toulouse Métropole de faire de Toulouse une ville intelligente est entrée ces derniers mois dans une phase de concrétisation.

Après plusieurs mois de co-construction qui ont mis les citoyens et les entreprises au cœur de la démarche, le schéma directeur Smart City a été adopté en décembre 2015. Il prévoit 500 millions d’euros d’investissement public d’ici 2020 pour transformer Toulouse en Open Métropole. Comprenez, en une ville plus fluide, conviviale, innovante, dynamique, attractive, responsable et durable.

La Métropole compte aussi sur les acteurs privés et les entreprises pour se mobiliser. L’effet levier en termes d’investissements privés est estimé, par le schéma directeur, à 200 millions d’euros.

Innovation sur tous les fronts

© Patrice Nin

Pour atteindre ces objectifs ambitieux, la Métropole expérimente, innove, imagine des dispositifs disruptifs et anticipe les transformations liées à l’interaction entre la ville et le numérique.

Elle agit sur plusieurs fronts, notamment dans le cadre de ses grands projets urbains et de sa stratégie de mobilités. Pour plus de réactivité avec les citoyens, l’Open Métropole s’attache également à développer de nouveaux services comme l’application Allô Toulouse lancée en octobre 2016.

C’est aussi l’objectif recherché à travers les expérimentations conduites avec des start-up pour faire émerger de nouveaux produits et usages.

Application mobile Qui dit Miam ! Disponible gratuitement sur iOS & Android — © Patrice Nin

Au cours des deux dernières années, la Métropole s’est prêtée comme terrain d’expérimentation pour 18 start-up* sur des thématiques très diverses : transports, e-citoyenneté, alimentation… Certaines d’entre elles comme Qui Dit Miam qui s’est rapprochée de différentes collectivités ou Nacelles qui a été retenu comme prestataire pour la Cop22, ont d’ores et déjà pu s’appuyer sur ces expérimentations pour commercialiser leurs produits ou services. Deux nouvelles start-up devraient rejoindre le dispositif d’ici la fin de l’année.

© Patrice Nin

La Métropole a également pris part en 2016 à 8 démonstrateurs (prototype), des projets mis en œuvre dans le cadre de partenariats entre acteurs publics et privés sur des thèmes très divers intéressant la collectivité (énergie, eau, parking, autonomie des seniors, congestion urbaine, véhicule autonome et connecté….). Ces projets peuvent s’appuyer sur des consortiums composés de grands comptes, PME et start-up, des appels à projets nationaux ou européens…et donnent lieu à un co-investissement public et privé.

Certains ont déjà débouché sur des programmes d’investissements à plus grande échelle — c’est le cas dans le domaine de l’éclairage public — ou devraient rapidement se traduire en réalisations concrètes, à l’instar de navettes autonomes qui pourraient investir des sites toulousains (encore à l’étude) pour le début 2017.

Au total sur 2016, ce sont 26 projets qui sont menées avec des partenaires et entreprises sur la Métropole pour co-construire la ville de demain.

Les citoyens d’aujourd’hui, les usages de demain

© Bernard Aïach

La ville à dix ans, quinze ou trente ans ne peut se construire qu’en impliquant les citoyens. C’est de cette conviction qu’est né le laboratoire des usages, un dispositif d’animation et de concertation avec les citoyens impulsé en 2015, avec comme lieu emblématique le Quai des Savoirs.

L’objectif est de favoriser et d’accompagner la création et le développement de nouveaux services et produits, utilisant l’innovation et le numérique, dans une démarche associant les entreprises et les citoyens.

En 2016, des ateliers ont été animés par les équipes d’Ekito, invitant les citoyens à réfléchir, à tester et à s’exprimer sur de nombreux sujets, de l’e-citoyenneté à la propreté en passant par le bien-vivre ensemble, et à proposer des solutions.

Ces ateliers, animés par des experts, se déroulent un peu partout dans la ville au Quai des Savoirs mais également autour des « Nacelles ». Ce mobilier urbain qui invite à la pause et au partage permet au laboratoire de réaliser ces enquêtes au plus près des Toulousains.

Plus d’infos sur toulouse-métropole.fr

*Qui Dit Miam, Nacelles, Coovia, Parkisseo, Spotminder, MyFeelBack, Adveez, Willty, Openbikes, Citizenfarm, Alg&You, Veryclean, Loliplop, Helpiness, Telegrafik, Citymeo, Ze-Watt, ThirtyOne