Julia Madec : “Comment aimes-tu qu’on te présente ?”

Victoire Bovet : “Comme une étudiante en Master 2 d’Anthropologie, de personnalité joviale, d’ailleurs connue pour être le pitre de Réfugiés Bienvenue.”

J : “Quel est ton rôle au sein de l’organisation ?”

V : “Je m’occupe surtout des questions administratives et des représentations publiques. Après, il faut savoir que nous somme une structure jeune, donc pour tout ce qui concerne la recherche de partenariat, les évènements… tout le monde s’y met, et le fait super bien :)

Chez Réfugiés Bienvenue, il y a 2 pôles principaux : le pôle évènementiel (Café Curieux, Débats…) et l’hébergement. Nous ne sommes que des bénévoles, dont beaucoup ont moins de 30 ans. Concernant l’hébergement, je m’occupe d’appeler les familles et d’organiser les rencontres, lors desquelles nous sommes présents pour faciliter la création de lien. Nous gérons également la perte d’hébergement, en établissant un contact entre une nouvelle famille et le demandeur d’asile.

Nous nous occupons de l’hébergement pour les personnes en demande d’asile, en collaboration et en complémentarité avec la plate-forme CALM de SINGA et le JRS (Jesuit Refugee Service). Nous complétons l’offre de places en CADA (Centres d’Accueil de Demandeurs d’Asile), qui ne peut loger qu’environ 40% des demandeurs d’asile. La plupart des personnes que nous hébergeons sont des jeunes hommes seuls, qui se retrouvent souvent à la rue. Sans revenu autre que l’ADA (5–10€/jour), ces personnes peuvent être dans un état de précarité physique et émotionnelle terrible.

Via l’hébergement, nous permettons de re-créer une sociabilité et un environnement familial. En 2 ans, nous sommes passés de 2–3 familles hôtesses à 150–200 hébergements.”

J : “Comment en es-tu venue à faire cela ?”

V : “J’ai eu envie de m’engager lorsque la ville de Paris a commencé à se transformer avec l’arrivée de personnes migrantes. Je ne suis pas quelqu’un de politisé, je n’étais pas forcément à l’aise dans les campements par exemple. Emile, le fondateur de Réfugiés Bienvenue, était un ami du lycée. J’ai tout de suite aimé le positionnement apolitique et les valeurs humanistes de l’association.”

Visite à la Tour Eiffel ©Paul Vincent

J : “Qu’est-ce que tu veux changer dans la société ?”

V : “Une des premières choses à faire serait de repenser le droit du travail pour les demandeurs d’asile. Ensuite, l’hébergement. Cela me dépite un peu de voir à Paris des quartiers quasiment vides alors qu’à côté les populations issues de milieux populaires sont contraintes de s’écarter de plus en plus pour trouver un logement abordable. Il faudrait sortir des logiques rationalistes et sectorielles omniprésentes actuellement. Si on ne le fait pas maintenant, on s’en mordra les doigts dans 50 ans. Accueillir, c’est un acte humaniste qui est un des principes de la Révolution français, de la Convention de Genève… Une personne réfugiée est une personne comme vous et moi, on peut se mettre à leur place !”

J : “Qu’est-ce que ton travail t’apporte ?”

V : “La rencontre, avec des personnes du monde entier avec lesquelles nous nous enrichissons culturellement. L’ouverture qui découle de cela, et du fait d’évoluer dans un milieu solidaire. La possibilité de parler de différence, de débattre sur des sujets de société, de religion, avec des interlocuteurs qui savent de quoi ils parlent car c’est leur vécu, plutôt que d’en entendre parler par le biais de journalistes qui souvent n’ont pas les premiers concernés en face. Réfugiés Bienvenue est, à mon sens, une expérience humaine bien portée. Nous créons une communauté fraternelle et un esprit de famille qui dépasse le cadre de l’association.”

Rencontre et discussion autour des candidats à l’élection présidentielle

J : “Peux-tu nous décrire un aspect génial de l’avenir souhaitable ?”

V : “Repenser les frontières ! Plus la régulation est présente, plus l’illégalité s’accroît. L’Espace Schengen me paraît ainsi une des meilleures initiatives sur ce plan là. Ce qui serait génial, ce serait que l’on puisse aller librement là où l’on veut s’installer. Selon moi, l’ “Etat-Nation” n’a plus beaucoup de sens aujourd’hui.”

J : “Qui, selon toi, devrait être le sujet de notre prochain portrait ?”

V : “L’Ardhis et Elan !”



Signé : Victoire Bovet, pitre ; Julia Madec, arbitre.

Pour contribuer : traitdunion@singa.fr ; https://www.facebook.com/groups/contributeurstraitdunionsinga
Pour se renseigner : www.traitdunion-singa.strikingly.com ; www.medium.com/trait-dunion ; https://www.facebook.com/TraitUnionSinga/

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Singa’s story.