Hello again ?

Pour la première fois depuis des années je n’ai pas pu suivre en direct la conférence Apple «Hello again», non par manque d’intérêt mais parce que j’étais en vacances sans connexion internet. Je n’ai donc pas bénéficié de l’effet de surprise des annonces (même si les rumeurs en avaient déjà beaucoup dit), et j’ai peut-être été influencé par les avis (assez négatifs) suite à la conférence.

Le slogan «Hello again» faisait référence aux conférences annonçant le premier Macintosh et le premier iMac, on pouvait donc s’attendre à une conférence accès sur les Mac, et éventuellement un renouvellement en profondeur de l’iMac… Première déception.

Le début de la conférence parlait de l’Apple TV. Quel rapport avec le Mac ? Peut-être qu’Apple ne croit plus du tout au Mac mini : l’argument d’une machine de switch depuis un PC n’est plus d’actualité aujourd’hui, et l’utilisation en mode Media Center du Mac mini veut clairement être remplacé par l’Apple TV.

Le gros de la conférence était bien sûr consacré à la présentation des nouveaux MacBook Pro, prétextant l’anniversaire des 25 ans du PoweBook «premier» portable Apple (oubliant au passage le Macintosh Portable).

Je ne reviendrai pas sur toutes les nouveautés de ces MacBook Pro, informations qui ont été largement relayées.

Le point de rupture

Ce qui est malheureusement le plus marquant dans cette conférence ce sont les prix annoncés pour ces nouveaux MacBook Pro : 1699€ pour le MacBook Pro «d’entrée de gamme» (sans Touch Bar, 2 ports Thunderbolt 3/USB-C), et à partir de 1999€ pour le 13" et 2699€ pour le 15" pour les modèles avec Touch Bar et 4 ports Thunderbolt 3/USB-C…

De plus le MacBook Air 11" disparaît du catalogue et le MacBook Air 13" n’évolue pas (c’est le seul appareil Apple sans écran Retina).

Il n’y a maintenant plus d’ordinateur portable Apple sous la barre des 1000€. Le seul ordinateur Apple encore disponible sous cette barre symbolique est le Mac mini, qui, comme vu plus haut, semble laissé à l’abandon.

Le positionnement tarifaire d’Apple est problématique : d’un côté des machines grand public (MacBook, MacBook Air), inabordables pour le public visé (surtout si on ose comparer les prix avec des Chromebook à moins de 300€), et de l’autre des machines dites professionnelles qui ne proposent pas de caractéristiques techniques dignes des prix pratiqués. Il n’y a qu’à regarder les PC équivalents pour voir que l’on paye cher le système macOS et quelques innovations technologiques comme la Touch Bar…

iOS avant tout ?

Je ne sais pas si c’est voulu, mais on dirait qu’Apple pousse à acheter ses appareils iOS, rendant ses Mac accessibles seulement à une clientèle plutôt aisée, les iPad paraissent d’autant plus abordables quand on les compare aux prix des MacBook (Pro).

Situation qui me conforte dans l’idée de remplacer mon Mac par un iPad. Même si iOS peut être un plus contraignant pour certains usages que macOS, je le préfère encore à Windows (ou Linux), pour mes usages bien entendu.