L’utilité de la conquête spatiale pour l’équilibre de la planète

Je viens d’entendre à la radio qu’un Nème pesticide tueur d’abeille va être mis sur le marché. Il sera commercialisé sur le joli nom “TRANSFORM” et contient des néonicotinoïdes, ces substances tenues pour responsables dans la disparition des abeilles. Un de plus.

C’est vraiment terrible, car c’est au moment où la population sur notre planète atteint la limite au-delà de laquelle la nourriture manquera, que la disparition des abeilles, papillons et autres insectes pollinisateurs nous tombe dessus. Alors, que l’on me dise pas pas que la responsabilité des pesticides n’est pas prouvée. S’il y a le moindre doute, la moindre trace d’une responsabilité éventuelle, il est évident que la commercialisation de ces produits doit être stoppée totalement et définitivement. Je ne comprends pas que les agriculteurs acceptent de se placer dans une situation de dépendance si totale vis à vis de l’industrie chimique et leurs directoires écervelés. Les produits vendus par l’agrochimie sont apparemment interdépendants, pas de maïs transgénique, sans pesticide et engrais spécifique. Et bien sûr ça marche dans l’autre sens aussi. Puis les semences qui sont déjà sous le monopole de ces multi-nationales et la boucle est bouclée. Mais, ce qui me met le plus en colère dans tous ceci est la raison pour ça, et il y en a qu’une seule: le pouvoir que donne l’argent. Car, ne vous méprenez pas, au niveau où sont Buffet, Trump, Poutine, et tous ces multi-milliardaires, l’argent n’a plus de valeur intrinsèque. Ces personnes possèdent déjà tout. Non, il s’agit de pouvoir. Ce pouvoir que les milliards donne, un pouvoir sur les autres, sur les politiques, sur les militaires et sur les institutions.

Vous pensez que l’héroïne, le crack, la cocaïne sont des drogues dangereuses? BS. La vraie Ganja d’or, le vrai shoot, le trip ultime c’est le pouvoir. Ca doit être grisant de posséder autant de puissance, car des millions de gens lui courent après, du lundi matin au vendredi soir. Ce rêve de “réussir”, de devenir riche, de s’élever au-dessus de la foule. Vous avez beau leur dire qu’il n’emporteront pas leur Rolex dans la tombe, qu’on ne peut manger des billet de banque ou des diamants. Rien ne sert de leur expliquer qu’une 2CV vous amène aussi facilement à Rome (là où autrefois menaient tous les chemins) qu’une Lamborghini. Inutile d’évoquer que si vous devenez milliardaire vous ne saurez plus jamais si cette blonde pulpeuse ou ce magnifique blond aux pectoraux et aux six-pack bronzés vous caressent le crâne dégarni parce qu’elle/il vous aime ou parce qu’il/elle reluque sur votre porte-feuille bien garni. Ils courent. Ils courent jour et jour. Seulement, pour arriver là où ils/elles désirent si ardemment se rendre, il ne suffit pas de courir plus vite et plus longtemps que les autres. Peu importe l’énergie et le travail acharné que vous y mettez. Ce qu’il faut pour y arriver c’est avant tout se débarrasser des bagages “inutiles”.

Photo by Olu Eletu on Unsplash

Il faut jeter par-dessus bord vos scrupules, votre bienveillance, votre respect pour les autres. Le regard toujours fixé sur le but ultime, le saint graal, le succès final, sans jamais loucher sur les laissés pour compte sur le bord du chemin. Ne pas s’embarrasser de sentiments louables ou de valeurs morales. Seul le pouvoir tout en haut de la pyramide compte. Et cette fin justifiera in fine tous les moyens, même les plus ignobles, qu’il aura fallu employer en route. Une fois arrivé là haut qui saura vous le reprocher de toute façon?

Cette formule de succès est aussi vieille que l’humanité elle-même. Au moyen âge on appelait ça “vendre son âme au diable”. Aujourd’hui on y rajoute “à condition qu’il paye assez cher”.

Heureusement, nous ne sommes plus au 10ème siècle. Depuis les années 60 du siècle dernier, l’humanité a trouvé la clé, la solution royale: l’espace.

En effet, c’est ici que (enfin) j’arrive au sujet même de ce papier, “l’utilité de la conquête spatiale pour l’équilibre de la planète”. Aujourd’hui, l’homme est sur le point de conquérir cette barrière ultime, ce nirvana des sciences. Nos spécialistes de l’ESA et de la NASA savent maintenant où trouver de l’eau, des hydrocarbures, des métaux , du méthane et que sais-je d’autre au-delà des frontières de notre malheureux petit caillou bleu. Sur Titan et sur Mars, parait-il, nous trouverons bientôt tout cela en quantités inimaginables. Et ils savent même comment y aller et bientôt.

Alors, voilà une occasion à ne surtout pas laisser passer. Comme en 1962, comme en pleine guerre froide, nous devons imiter les Américains et miser tout, mais je dis bien tout, sur cette formidable opportunité. Pensez seulement, si chacun de nous donnait tous les mois 1€ nous serions vite capable de financer cette conquête tous ensemble. Et l’enjeu en veut l’effort:

envoyons avec la première navette spatiale vers Mars tous les Poutine, Trump, etc (voici une liste pour démarrer).

Et tant qu’on y est mettons leur dans les bagages leurs brevets d’engrais, de pesticides, de hedge funds et tout ce dont un milliardaire digne de ce nom a besoin pour être heureux. Puis, nous, une fois débarrassés de ces gus, revenons vers une vie plus humaine, moins stressée, plus respectueuse des autres, des animaux et de la planète, …

En attendant, j’ai confectionné quelques autocollants et t-shirts pour leur dire m…e : https://www.zazzle.fr/colorshelter/products ou ici: https://inktale.com/docdk/basta-2/sweatshirts?style=17&size=M&color=White

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.