Dis moi ce que tu jettes et je te dirai ce que tu perds

Crédit : Markus Spiske sur Pexels

Urbyn : Hello world

Avec mon associé Julien, nous avons récemment créé Urbyn, une jeune entreprise qui veut améliorer la façon dont les entreprises gèrent leurs déchets. Alors qu’ils étaient longtemps traités comme une seule et même matière à éliminer, les déchets deviennent autant de ressources distinctes à récupérer. Dans ce cadre, les technologies de la donnée et de l’optimisation des flux vont devenir la pierre angulaire de la gestion des déchets de demain.

Pour commencer, nous proposons aujourd’hui un premier outil (version beta) de diagnostic déchets en ligne à destination des petites et moyennes entreprises qui leur permettra très facilement de dresser une synthèse globale de leur production de déchets (quantité, qualité, filières et prestataires) et d’obtenir des pistes d’optimisation adaptées.

Voici pourquoi nous pensons que cela devrait vous intéresser :

Des déchets made in France

Après avoir toujours augmenté en corrélation avec la croissance du pays, la quantité de déchets produits en France a commencé à diminuer légèrement depuis son apogée de 2010 (355 millions de tonnes par an !). Cette lente diminution est notamment due au ralentissement de la production des déchets du bâtiment qui représentent 72 % de la production totale contre 18 %* pour ceux des autres entreprises et 10 % pour ceux des ménages et des collectivités**.

Crédit : Emmet sur Pexels

Sur la même période on a vu en revanche la proportion de déchets recyclés augmenter si bien qu’en 2014, 49% des matières premières utilisées en France étaient des matières recyclées.

Ainsi, les déchets qui étaient un problème posé par notre modèle de production et de consommation sont en train de devenir une ressource et les pouvoirs publics l’ont bien compris.

Dans ce sens, la Loi de Transition Énergétique pour la Croissance Verte (LTECV) de 2015 se donne comme objectif de promouvoir l’économie circulaire notamment en ce qui concerne la gestion des déchets. Et les objectifs posés sont ambitieux, 65 % des déchets* recyclés en 2025, 50 % de diminution de ces mêmes déchets* envoyés en décharge et 70 % des déchets du bâtiment recyclés d’ici 2020**. Les différentes études de l’Ademe le montre, il y a du boulot !

Du traitement des déchets au traitement des données

La solution viendrait donc de l’économie circulaire. Concernant les déchets cela consiste dans un premier temps à en diminuer la quantité grâce à la réparation et au réemploi. Puis dans un deuxième temps, à réutiliser de nos déchets, les pièces, la matière et l’énergie avant d’éliminer uniquement les déchets dit « fatals », ceux qui n’ont pas pu être sauvés plus tôt. Ainsi, nous sortons de la logique d’élimination en masse de nos déchets dans laquelle l’économie d’échelle est la priorité pour en diminuer le coût. Et nous entrons dans l’ère de la récupération sélective des produits, des sous produits, de la matière et de l’énergie qui sont autant de valeurs à ré-intégrer dans un cycle de production. Dès lors, il n’est plus question de l’élimination centralisée de nos déchets, mais bien de l’organisation intelligente de tous ces flux (circulaires) de produits, de déchets et de matières. En somme, transformer nos déchets en ressources devient alors un problème de gestion et d’optimisation des flux logistiques dans lequel la « donnée » est la ressource la plus précieuse.

Crédit : Arthur Däweritz

Les entreprises doivent s’approprier leurs données déchets

A l’échelle d’une entreprise qui produit et fait gérer ses déchets, les problèmes posés sont de trois natures. Premièrement, la réglementation française évolue depuis ces 10 dernières années de manière à rendre les entreprises responsables d’abord de l’élimination puis de la valorisation de leurs déchets. Deuxièmement, les coûts de gestion des déchets, qui sont souvent négligés par les chefs d’entreprise, peuvent être importants et vont augmenter du fait des taxes incitatives et des nouvelles réglementations. Alors que dans le même temps, la valeur des ressources qu’ils constituent pourrait être davantage captée par ces mêmes entreprises. Pour finir, l’impact environnemental de l’entreprise est un sujet majeur dont de plus en plus de chefs d’entreprise se saisissent.

Afin de trouver des solutions à ces trois problèmes, il est essentiel pour les entreprises de mieux connaître leur production et leur gestion des déchets. L’optimisation de cette gestion afin d’en réduire le coût et l’impact environnemental passe par la réappropriation et l’analyse de leur données déchets. Quels sont les déchets produits et en quelles quantités ? Quelles sont les filières de traitement ? Qui sont les prestataires et quels sont leurs coûts ? Quel est le taux de recyclage ? Voilà les questions auxquelles répondre avant d’engager une démarche d’amélioration.

Le diagnostic déchets en ligne Urbyn

Capture d’écran diagnostic déchets

Tel est notre objectif avec le diagnostic déchets en ligne Urbyn, mettre à disposition des petites et moyennes entreprises un outil simple et gratuit qui leur permettra de caractériser rapidement leur production et leur gestion des déchets. Après avoir renseigné quelques informations sur leurs conteneurs, leurs déchets et leurs prestataires, le rapport généré leur permettra d’acquérir une bonne vision d’ensemble de leurs déchets ainsi que des préconisations d’amélioration associées. Ainsi armées, ces entreprises pourrons identifier les principaux leviers afin de diminuer leur production de déchets, augmenter leur taux de recyclage et identifier les prestataires les plus pertinents pour gérer leurs déchets, enfin … leurs ressources.

A très vite !

Julien et Arthur d’Urbyn

* Déchets non dangereux non inertes

**Source : rapport Ademe Déchets, Chiffres Clés, 2016