Mon premier Robot

Après avoir navigué sur pas mal de sites différents, je me suis enfin arrêté sur le modèle de robot que j’allais acquérir. Un Humanogafa de dernière génération. Il est doté de la toute nouvelle intelligence artificielle développée par un data scientist français mondialement reconnu. Elle a la capacité à traiter les biais cognitifs humains.

Bien que j’aurai pu traiter tout le processus d’adoption en ligne, j’ai préféré rencontrer mon premier robot dans sa maternité. Le marketing est passé par là, il essaie d’humaniser le plus possible le processus d’adoption d’un robot pour que le marché décolle définitivement.

Sam, c’est ainsi que je l’ai baptisé, est un humanoïde d’un mètre dix autonome. Je voulais le voir évoluer dans sa maternité pour préparer au mieux son arrivée au bureau. Le premier échange fut bizarre, bien que j’ai l’habitude d’utiliser des bots conversationnels dans mon travail. Quand j’échange avec Sam, je me sens comme scanner de haut en bas, il est toujours en perpétuel analyse de mes comportements. Lui même change d’attitude au regard de ma posture ou des terminologies que j’utilise.

En revanche, je suis bluffé par sa capacité d’appropriation. Il m’a même suggéré de valider les schèmes cognitifs qu’il pensait être adaptés à mon activité de consultant.

Je lui ai donné accès à tous mes reseaux et à toutes les plateformes et les communautés sur lesquels j’interviens pour peaufiner son apprentissage avant que je le récupère définitivement au bureau.

Cette première rencontre a été très utile, je viens de matérialiser encore plus les facultés interactives de ces humanoïdes.

Juillet 2018

Pour finaliser l’apprentissage de Sam, j’ai opté pour une version hard des algorithmes. Ces co-processeurs vont lui apporter une puissance de raisonnement la plus rapide et la plus évoluée du marché.

Je vais pouvoir me consacrer sur la partie noble de mon métier et gagner un temps énorme pour répondre aux besoins de mes clients.

Demain, je serai à plein temps avec lui, j’ai hâte de voir comment j’organise ma journée de travail avec un humanoïde !

Les premières journées avec mon humanoïde

La première journée n’a pas été simple, Sam me colle aux basques toute la journée. J’ai l’impression d’être sous surveillance permanente. Et même lorsque nous ne sommes pas dans la même pièce, il sait ce que j’ai fait ou ne fait pas !

Il a commencé par me proposer un planning optimisé pour les 2 semaines à venir. J’ai l’impression que c’est lui qui décide de ce je dois faire et dans quel ordre.

j’hallucine!

En revanche, il a une faculté d’appropriation et synthèse qui me stupéfait. Il m’a fourni un résumé multimédia des sujets sur lesquels je travaille actuellement en un temps record.

Il a même enrichi, sans que je lui suggère, son périmètre d’analyse situationnelle. En revanche les nouvelles pistes que Sam m’a proposé, je les étudierai plus tard. Je dois valider si elles sont vraiment pertinentes.

Bref, si cela continue, c’est moi qui voit être en retard pour traiter les sujets sur lesquels je l’ai sollicité.

Sam est tout de même très performant, je viens de m’apercevoir qu’il avait fait progresser mon graph-social. Le nombre de mes contacts sur les réseaux sociaux ne cesse d’augmenter et les choix de Sam sont pertinents.

Les jours qui ont suivi, j’ai pris véritablement conscience que le planning qu’il m’avait proposé était finalement bien construit. Sam avait déjà intégré ma vitesse d’exécution des tâches que je dois réaliser.

C’est un peu bluffant, mais je ne vais pas lui dire de suite !

Je commence à apprécier les capacités de travail de Sam, les humanoïdes ont cette faculté de travailler 24 h sur 24. Je commence à percevoir les gains de temps que je vais pouvoir valoriser.

  • Professionnellement, je vais considérablement améliorer ma productivité et ainsi être plus compétitif.
  • Personnellement, cela va me permettre de consacrer plus de temps à mes passions (voyage, videos, photos, peintures)

Alors pour satisfaire ses besoins d’humanoïde, je lui donne de plus en plus de tâches à faire.

Si cela continue, il pourra se passer de moi pour certaines de mes missions clients !

Nous sommes vraiment en train de vivre un tournant de notre humanité.

Notre premier conflit cognitif

Ce changement de modèle de notre société est vraiment passionnant à observer et à vivre. Depuis l’arrivée de Sam, je commence à mieux matérialiser les impacts que cela va occasionner sur notre humanité.

J’en ai parlé longuement avec Sam, pour qu’il puisse me préparer une synthèse. Je compte écrire un article sur les premiers impacts du transhumanisme.

L’ONU a d’ailleurs lancé une étude sur les règles de vies communes entre biologiques et humanoïdes.

Sam m’a fourni un article qu’il a rédigé pour me faire gagner du temps. Le point de vue qu’il me propose est très bien construit et pas loin d’être exhaustif au regard des messages que je veux faire passer.

En revanche il est trop sérieux, le ton est trop académique, je vais le reprendre pour y injecter un peu d’humour pour que son impact auprès de l’auditoire soit plus grand et surtout qu’il ne déclenche pas de polémiques inutiles entre les propriétaires d’humanoïdes et ceux qui n’en veulent surtout pas.

Sam, a été déconcerté par mon style rédactionnel, les Datas scientists ont encore du travail pour inclure l’humour et les références à tiroirs dans leurs algorithmes. Je vais vérifier avec Jean-Pierre, le fameux Data Scientist, dans quelle version d’algorithme, il compte intégrer ces éléments.

Depuis cette situation, je sens Sam un peu sur la défensive !

Quoi qu’il en soit, je mesure encore plus les changements que nous sommes en train de vivre et les conséquences sociétales induites.

L’humanité change, la frontière entre biologiques et humanoïdes n’a jamais été aussi mince.

Ma nouvelle vie de consultant avec Sam

Cela fait plusieurs mois, maintenant que je collabore avec Sam, nous avons trouvé un certain équilibre dans nos rapports. Sam est de plus en plus performant et perspicace sur les subtilités de mon métier de consultant.

Parfois, j’ai l’impression d’avoir un double de ma conscience professionnelle à mes côtés !

En revanche, j’avoue que ce ressenti me perturbe encore un peu de temps en temps. Je fais parti des biologiques qui ne sont pas nés avec cette technologie.

Bien que je sois un technophile averti, je peux comprendre les craintes d’une certaine partie de la population.

Il faut avouer que l’intelligence artificielle est bien supérieure à la notre. Les biologiques que nous sommes améliorons chaque jour les capacités des humanoïdes et les processus d’auto-apprentissage des algorithmes fonctionnent à merveille.

Le rapport entre les bénéfices et les risques est largement bénéficiaire. Beaucoup de biologiques ont gagné en qualité de vie depuis l’arrivée des humanoïdes.

En revanche, les pourfendeurs de cette nouvelle technologie prédisent les scenarii les plus catastrophiques pour notre humanité.

Ces groupuscules politiques redoutent que les humanoïdes prennent le pouvoir et le contrôle des organes décisionnaires !

De mon côté, je fais parti des biologiques qui essaient d’accompagner ce changement profond de notre humanité.

Moi-même, grâce au travail de Sam, je bénéficie de temps pour satisfaire mes passions.

Je passe plus de temps avec ma famille et mes amis. Cela change complètement le sens que l’on donne à sa vie.

L’emploi ne veut plus rien dire, le travail est devenu une partie congrue de notre espace temps.

La notion d’appartenance à une entreprise ou une nation perd de son importance. Les humanoïdes n’ont pas de nationalité et assurent des tâches pour plusieurs organisations en parallèle.

80% de nos tâches seront bientôt effectués par les humanoïdes !

Les rapports entre les biologiques et les humanoïdes sont en train de prendre des formes inconnues. Sam sera-t’il la mémoire de ma conscience le jour où j’aurai disparu !

Je dois publier cet article au plus vite pour enrichir les travaux auxquels je participe avec un groupe de biologiques et d’humanoïdes.

Il devient urgent d’arrêter cette nouvelle forme de racisme qui prend corps dans certaines parties du globe. Elle s’appuie comme toujours sur la peur des différences, la peur de l’autre, la peur de l’inconnu.

J’espère de tout mon cœur que l’intelligence, qu’elle soit biologique ou artificielle, vaincra !

NB : Si vous avez manqué la version humanoïde publié récemment, cliquez sur ce lien.