L’AfricaTech à l’honneur à VivaTech

La troisième édition de Viva Technology, rendez-vous mondial de la Tech organisé par Publicis et Les Echos, s’est tenue du 24 au 26 mai 2018 à Paris. Les statistiques de cette édition sont inédites : plus de 100 000 visiteurs, plus de 9000 startups présentes ou encore plus de 125 nationalités représentées. Mais une des caractéristiques essentielles de cette année est la place prépondérante accordée à l’AfricaTech. Plus de 100 startups africaines ont eu l’opportunité de présenter leurs innovations.

Une grande diversité d’acteurs et d’enjeux liés à l’Afrique

Le numérique connaît un essor sans précédent en Afrique. Les sommes levées par les startups du continent ont augmenté d’environ 900% depuis 2012 selon Partech Ventures. A VivaTech, l’Afrique du Sud, le Maroc, le Nigéria, le Rwanda, le Sénégal et la Tunisie possédaient chacun un pavillon. Les startups présentées recouvraient l’ensemble des défis du continent en matière de FinTech, MedTech, EdTech, Women in Tech… De nombreux speakers se sont succédés : Aaron Fu, directeur général du plus grand incubateur africain MEST, Ethel Cofie, CEO de EDEL Technology Consulting, Rebecca Enonchong, CEO de AppsTech, Tomi Davies, président du réseau de business angels ABAN…

Des startups africaines récompensées et mises en avant

Plusieurs startups africaines ont été récompensées dans différents domaines. Le Prix Emmanuel Macron de la meilleure startup a été décernée à WeCashUp, une plateforme de paiement sans carte bancaire mise en place par la startup camerounaise Infinity Space fondée par Cedric Atangana. Exploitant les potentialités de la blockchain, WeCashUp facilite les échanges financiers au sein des systèmes de paiement émergents. En outre, diverses startups africaines ont été sélectionnées par l’AFD, Sanofi, Total ou encore Vinci Energies pour figurer dans l’espace du Lab Afric@Tech.

Digital Africa: l’implication de la France dans l’écosystème africain

Emmanuel Macron en compagnie de lauréats du concours Digital Africa jeudi 24 mai 2018

Karim Sy, fondateur de Jokkolabs et membre depuis août 2017 du Conseil présidentiel pour l’Afrique, a expliqué que le concours d’innovation Digital Africa allait étendre ses activités à l’accompagnement et la formation des startups, grâce aux 65 millions d’investissement apportés par l’AFD. Les startups récompensées par Digital Africa étaient d’ailleurs présentes au salon dont CityTaps (lauréate en 2016), à l’origine du premier compteur d’eau prépayé connecté à l’internet des objets. Les lauréats de la dernière édition (2017) ont présenté leurs solutions : Etudesk, Tuteria et Volkeno se distinguent notamment dans l’EdTech, LishaBora digitalise le marché des petits producteurs laitiers kenyans, tandis que la startup Clean City permet à quiconque de notifier la présence de déchets en ville. Selon le co-fondateur de VivaTech, Maurice Lévy, « il est extrêmement important de montrer qu’il y a de nombreux talents en Afrique ».

Antoine Gerardin - Ecrit pour We_Start