Les super-héros ont-ils besoin de protection ?

Captain America : civil war

A tous ceux qui se sont déjà posé la question : les super héros ont été créés pour protéger les humains, mais qui les protège, eux ?

Le corps sur-puissant

Si le super-héros ressemble physiquement à un humain, ses capacités lui sont bien supérieures.

Le scénario d’ailleurs ne s’en cache pas : le super-héros est comme les créatures mythologiques mi-homme (pour que l’on puisse s’identifier), mi-créature fantastique (pour nous faire rêver) : Spiderman a les pouvoirs d’une araignée, Superman ceux d’un extra-terrestre. Parfois, le super-héros a un corps augmenté comme Captain America ou une armure surpuissante comme Iron-Man ou Batman.

Captain America : AVANT — APRES, hmm….

Résultat : avec son corps supra-humain, le super-héros se bat, sait encaisser les coups et se défend mieux que n’importe quel boxeur professionnel.

Le talon d’Achille

Pour autant, le ressort narratif du film de super-héros n’est pas sa toute-puissance mais sa vulnérabilité. Après nous avoir exposé sa force, le super héros tombe sur plus fort que lui : il se bat vigoureusement puis s’effondre, au moins provisoirement.

Dans The Dark Night Rises, Batman se fait casser le dos par son ennemi, Bane (l’excellent Tom Hardy) et se retrouve emprisonné dans The Pit, une prison dont il est impossible de s’échapper.

The pit : un puits dont il est impossible de s’échapper

La guérison miraculeuse

Pour un être humain normal, “se faire casser le dos” signifie devenir handicapé à vie. Dès lors que la moelle épinière est touchée, et quelle que soit la durée des soins, le patient sera atteint soit de paraplégie (paralysie des jambes) soit de tétraplégie (paralyse des bras et des jambes).

Bruce Wayne, se remettant de ses blessures dans The Pit

Mais heureusement, ce n’est pas le cas pour Batman qui se remet difficilement mais néanmoins avec succès de ses blessures, sans aucun soin médical (pas la moindre blouse blanche à l’horizon), puis réussit à s’échapper héroiquement de sa prison.

La protection des super-héros

Rappelons que pour un être humain normal, la protection apportée par la société en tant que groupe humain organisé, permet de :

  • financer ses dépenses de santé (pour un accident grave, il faudra compter quelques centaines de milliers d’euros, dont une grande partie sera financée par la Sécurité Sociale)
  • avoir un revenu en cas d’arrêt maladie. Sachant qu’un arrêt maladie peut durer au maximum 3 ans, la Sécurité Sociale pourra verser quelques dizaines de milliers d’euros (du moins pour les salariés)
  • Avoir un revenu en cas de chômage, soit quelques dizaines de milliers d’euros (toujours pour les salariés)
  • Avoir un revenu à la retraite, soit quelques centaines de milliers d’euros
  • Avoir un revenu en cas d’invalidité permanente. Dans ce dernier cas, la protection sociale versera à la personne concernée l’intégralité de ses revenus jusqu’à l’âge de la retraite, ce qui peut représenter une somme supérieure à 1 million d’euros (enfin, s’il s’agit d’un salarié bien entendu)

Pour un être humain “normal”, il est donc possible de se passer de protection, mais à condition d’être millionnaire (ou milliardaire).

Pour le super-héros, c’est très différent :

  • quand il est malade, il guérit (sans soins);
  • quand il ne travaille pas, il est en prison : nourri, logé, peut-être blanchi mais ça c’est moins sûr;
  • il ne connait pas le chômage, car il y a toujours un nouvel ennemi à combattre ;
  • il ne prend pas sa retraite, d’ailleurs il ne viellit pas ;
  • et il peut aussi être milliardaire, comme Bruce Wayne ouTony Stark — et les milliardaires sont les seuls à ne pas avoir besoin de protection sociale

Cela dit, le super-héros nous fait rêver (ah l’évasion de Batman— quel grand moment de victoire sur soi-même — no spoiler) et c’est génial !

Conclusion

Nous savons tous que la protection sociale est étroitement liée au statut de salarié. A l’évidence, les super héros (fictifs) sont des indépendants qui n’en ont pas besoin, par la grâce des scénarios hollywoodiens. Ceux qui en ont besoin sont les héros bien humains qui exercent leur métier en indépendant, notamment en freelance.

Si vous votre vie d’indépendant n’est pas conçue par un scénariste hollywoodien, je vous invite à prendre quelques minutes de plus pour en savoir plus sur votre protection sociale ICI

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.