Startup Culture / À bas le statu quo

L’exemple de MisterTemp’, une startup injectée au coeur d’une PME qui bouleverse les façons de penser et (surtout) de faire dans le secteur de l’intérim.

“Bof, c’est pas ce qu’on a l’habitude de faire.” Avez-vous déjà eu droit à cette réplique déprimante en tentant de proposer quelque chose de nouveau dans votre entreprise ? C’est la réponse typique du “statu quo”, autrement dit l’approche la plus efficace pour bâtir une entreprise figée, fossilisée, incapable de s’adapter à l’évolution inéluctable du marché.

Heureusement, le statu quo n’est pas l’apanage de toutes les entreprises. Il est aux antipodes de l’état d’esprit des startups, pour qui la culture du risque et de l’innovation est une valeur fondamentale. Exemple avec MisterTemp’, une startup créée au sein du groupe d’intérim Alphyr.

Lancée en 2016 par Alexandre Pham, co-président d’Alphyr et ancien DGA de Randstad, MisterTemp’ propose une plateforme d’intérim 100 % digitale. Son service permet aux entreprises de rechercher, de sélectionner et d’engager en un temps record le profil qu’il leur faut, pour un coût nettement inférieur aux autres alternatives proposées sur le marché. Créée au sein d’Alphyr, MisterTemp’ disrupte complètement le modèle établi depuis 2009 par le groupe, qui détient 89 agences d’intérim en franchise partout en France.

Cela nous a pris deux ans pour convaincre nos franchisés

Pour construire MisterTemp’, Alexandre a monté une équipe complètement nouvelle et dédiée au lancement de cette startup interne, qui réunit tous les codes et façons de fonctionner d’une startup à part entière. La moyenne d’âge est de 26–27 ans, le bureau du boss sert de salle de réunion (puisqu’il préfère naviguer et travailler à côté de ses équipes) et un espace de créativité appelé “le bocal” foisonne d’idées originales pour créer toujours plus de valeur. Au sein de l’équipe, tous sont parfaitement à l’aise avec les dernières technologies : “On est 100% tech”, comme aime à rappeler Raphaëlle, directrice artistique de la team. Le tout est huilé par une approche managériale aux petits oignons, basée sur trois piliers : la vision forte des fondateurs, la complémentarité des profils et l’esprit d’équipe, et un réalignement des objectifs au moins tous les 15 jours (avec les ajustements fonctionnels nécessaires).

Comme dans la plupart des startups, les valeurs et l’ambition portées par les fondateurs sont le principal facteur qui a séduit les membres de l’équipe au moment de leur recrutement. “Cela m’a donné envie d’y croire, d’y aller avec lui (Alexandre Pham) et de me dépasser au quotidien”, témoigne Raphaëlle, pourtant peu motivée au départ à l’idée de travailler dans le domaine de l’intérim.

Mais si MisterTemp’ a su établir naturellement une relation complémentaire avec les autres équipes d’Alphyr, il n’en a pas été de même avec les franchisés du groupe. Car si Alphyr a connu en dix ans une croissance extrêmement rapide, c’est grâce à son modèle de franchise, qui lui a permis de se constituer un vaste un réseau d’agences sans avoir à les financer à 100 %. Les dirigeants de ces agences “en dur” ont globalement vu d’un très mauvais oeil la création de MisterTemp’, avec son offre tout-numérique. Bien qu’intégrée au groupe, la startup a immédiatement été perçue comme une menace, une concurrence déloyale… “Ils cassent les prix !”.

Mais MisterTemp’ ne s’adresse pas à la même clientèle que les agences. Ainsi, ces dernières seront toujours privilégiées par les clients à la recherche d’un service “local”, et donc de profils basés sur place ou proche de leur localisation. Les clients utilisant la plateforme MisterTemp’ ont des besoins différents et peuvent par exemple avoir besoin de voir le candidat avant de le recruter, d’où l’intérêt du système de vidéoconférence proposé par la plateforme.

Alexandre et son équipe ont donc mené pendant deux ans une intense campagne de communication auprès de leurs franchisés, en se rendant dans chaque agence pour expliquer l’intérêt de cette nouvelle offre digitale qui se veut complémentaire.

Aujourd’hui, les équipes commerciales de MisterTemp’ aident les nouveaux franchisés, en leur envoyant du lead quand une demande client n’est pas adaptée pour eux. C’est ainsi un véritable modèle d’apporteur d’affaires qui s’est mis en place, et qui fonctionne dans les deux sens. De plus, la formation des nouveaux franchisés se fait désormais dans les locaux de MisterTemp’. Résultat, la startup interne est aujourd’hui perçue comme un modèle par les agences, qui cherchent à s’inspirer de ses outils numériques et de ses façons de travailler typiquement “startup”.

Mais pourquoi avoir créé une startup au sein du groupe au lieu d’une filiale ?

L’enjeu pour Alexandre, au-delà de créer une startup digitale pour court-circuiter la concurrence, était de faire prendre un véritable virage au groupe : celui de la transformation digitale. L’intérim est en effet l’un des derniers secteurs à entreprendre ce virage devenu nécessaire, de nombreuses agences n’utilisant encore aujourd’hui que le papier et le téléphone pour travailler.

À travers MisterTemp’, le groupe Alphyr dans son ensemble a ainsi intégré de nouveaux outils et modes de travail agiles propres à l’ère du numérique. De nombreuses passerelles ont été mises en place entre la startup et la maison-mère afin de favoriser l’évolution culturelle du groupe, en agrégeant les compétences et en encourageant la collaboration agile et la transversalité entre les deux entités.

Un exemple de passerelle est celle de la mobilité : un collaborateur d’Alphyr en mal d’évolution peut très facilement quitter son poste pour rejoindre MisterTemp’. La prochaine étape sera de fusionner les équipes communication du groupe avec celles de MisterTemp’.

Regarder ailleurs pour s’inspirer

L’innovation n’a pas besoin d’être disruptive. Comme l’a fait Alexandre, il suffit parfois de prendre du recul en allant voir ce qui se fait chez les autres, même dans d’autres domaines d’activité, pour s’inspirer et adapter à sa sauce des idées et façons de faire venues d’ailleurs.

Le refus du statu quo est ainsi une valeur clé pour Alexandre, qui a su insuffler chez MisterTemp’ une culture d’entreprise puissante fondée sur l’état d’esprit startup, faisant la part belle à l’innovation et à l’action.

Nicolas Cheng, Co-Founder & COO de Whyers.

Retrouvez-nous sur Twitter et Linkedin.