Startup Culture / Le pouvoir des makers

À l’origine des plus belles startups, on retrouve toujours des “makers”. Leur force? Savoir concrétiser une vision.

On définit souvent les startups comme de jeunes entreprises technologiques agiles, qui misent sur l’expérimentation et l’itération pour trouver le business model. Mais en creusant un peu plus, on constate aussi que derrière ces organisations bien particulières se cache une nouvelle génération de profils tout aussi particuliers : des MAKERS.

Ce qui caractérise ces profils ? L’action, l’exécution, la capacité à concrétiser. Car pour réussir, avoir des idées et/ou l’envie ne suffit pas : il faut savoir transformer sa vision en un résultat concret, sous la forme d’un projet, d’une innovation, d’un produit ou service nouveau. C’est là tout le talent des makers. Les plus belles startups, celles qui réussissent à imposer des offres inédites qui séduisent immédiatement un marché, sont toutes portées par ce type de profils.

À mon sens, les makers partagent sept grandes valeurs :

1/ L’énergie créatrice. Il suffit de se balader à la Station F, le fameux campus de startups parisien, pour ressentir cette énergie et cette hyper-créativité.

2/ La capacité à craquer de nouveaux modèles, en raisonnant différemment et en incarnant le fameux « think out of the box ».

3/ L’envie de faire par soi-même. Quoi de plus réjouissant que de voir le fruit de sa propre production, un peu comme un maçon qui construit lui-même sa maison.

4/ La culture geek, pas seulement pour s’enfiler des pizzas devant un écran en pondant des kilomètres de code, mais vécue comme une véritable passion pour les langages numériques et leurs applications. Les makers ont une grande maîtrise des dernières technologies et une capacité à les combiner les unes aux autres, à la manière des grands chefs qui savent assembler différentes saveurs pour créer des plats inouïs.

5/ L’esprit autodidacte. Demandez à un maker où il s’est formé, il vous répondra Google et Youtube. Tous les makers ont cette capacité à apprendre par eux-mêmes, en continu, en exploitant notamment les ressources du Web.

6/ Le culte du travail en équipe et de l’hyper-horizontalité. Pas de hiérarchie ou de fiches de postes figées, on travaille tous ensemble pour avancer vers l’objectif.

7/ L’esprit de partage. Les makers ont à coeur de diffuser et de partager au maximum leurs apprentissages, afin de créer une dynamique collective de montée en compétences.

Fers de lance des startups, les makers ont une capacité incroyable à embarquer des équipes dans de nouvelles aventures en leur (re)donnant l’envie de créer. À l’heure de l’hyper-spécialisation et de la segmentation à outrance dans les grands groupes (chacun son métier, sa fiche de poste, ses tâches bien à lui), cet élan d’énergie créatrice transversale fait cruellement défaut. Dans mes expériences au contact d’équipes de grands groupes, je sens bien cette envie de retrouver l’enthousiasme et la capacité d’action des débuts, ce grain de folie et de risque qui permet d’imaginer de réelles innovations à haut potentiel.

Chez Whyers, nous sommes convaincus que l’on peut radicalement transformer des équipes en mal d’énergie créatrice, en leur redonnant cette envie de créer et les moyens pour y parvenir. Guidées par des makers inspirants issus de l’univers startup, elles ont toutes les cartes en main pour passer à l’action.