« Va-t-il me répondre … ? »

Writer: Guillaume Meulle

Trouver nos adresses mail, c’est simple ; nous y envoyer un pitch, c’est simple aussi, mais cela génère immédiatement des fantasmes :

· « Va-t-il me répondre … ? »

· « Quand ? »

· « Et si je suis dans ses spams ? »

· « Aura-t-il du temps de cerveau disponible pour y consacrer l’attention que mon pitch mérite (obviously) ? »

· « Il dit OUI sur quels critères ? »

· « Et dans quel délai ? … »

· « Ai-je bien fait d’envoyer le pitch en PPT ? Google Slides, c’est pas plus cool ? Aaaaaaahhhhh !!!!!!! »

Keep cool.

Si vous avez envoyé votre pitch au bon VC, soyez sans crainte : votre pitch sera identifié, lu et analysé rapidement. Mais puisque je sens bien que vous voulez en savoir plus, voilà ce qui se passe entre la réception de votre pitch et la décision de vous rencontrer.

Imaginons que vous révolutionnez (i.e. digitalisez) l’industrie du … boulon. Nous, VC, devenons immédiatement des acheteurs de boulons (et si possible en grandes quantités).

Après la lecture de votre pitch (pour mémoire, nous y passons en moyenne 3’44 donc soyez efficaces),

nous nous ruons sur notre browser préféré pour voir votre site web. En tant qu’acheteurs de boulons, nous avons naturellement des besoins précis et éprouvés (matériaux, robustesse, prix, quantités, disponibilité, transport, …) et voulons être immédiatement informés et rassurés sur tous ces points. Le site doit donc être clair : Est-ce que je comprends le produit ? Est-ce que cela me donne envie d’aller plus loin ? En complément, nous vous stalkons sur les marketplace, les blogs, les app store pour récupérer des avis clients, comme le ferais un authentique acheteur de boulons.

Vous avez compris ? Un site qui ne correspond pas au pitch et des avis consommateurs négatifs, c’est pas bon pour passer en seconde semaine…

Une fois l’acheteur de boulons rassuré, le VC peut remettre son costume (et ses New Balance…).

Il faut que vous sachiez que lorsqu’on créé un fonds, on s’engage auprès de nos investisseurs sur une stratégie d’investissement que nous devons suivre.

Quels sont donc ces critères que le VC peut vérifier :

· La startup est-elle installée dans un pays où le VC peut investir ?

· La digitalisation de la boulonnerie (i.e. l’industrie du boulon) est-elle un secteur d’investissement du fonds ?

· La startup est-elle au bon stade de maturité (chez nous : ni trop jeune, ni trop mature … on en reparlera dans un prochain post) ?

Puis il fait sa secret sauce…

· Quelle est la taille du marché adressable de l’industrie de la boulonnerie ?

· Les KPIs récents montrent ils une forte progression ?

· L’équipe de fondateurs est-elle prometteuse ?

Bref,

· Le projet peut-il se développer rapidement ET DEVENIR UNE BELLE SOCIETE ?

Alors, pensez-y dans la manière dont vous concevez vos decks de fundraising.

Mais, au fait, on ne se connaîtrait pas déjà ?

Pour terminer, nous rentrons le projet dans notre base de données. Cela nous permet de voir rapidement si le projet a déjà été vu et de consulter le pitch reçu à l’époque. Nous évaluons les progrès et les changements du projet pendant la période donnée :

· Est-ce que le projet a été vu récemment par une autre personne de l’équipe ?

· Est-ce que ce qui a été dit a été fait ?

Et si nous avons reçu des projets comparables :

· Le projet est-il bien différencié ?

· Le pitch est-il meilleur ou moins bon que les autres ?

« Va-t-il me répondre … ? »

Oui. Les VC répondent à tout le monde. Même un « No ».

Mais avant de prendre notre décision, nous passons entre 15 et 30 minutes à lire un pitch, faire des recherches et consulter nos bases de données. Puis on en parle avec quelques collègues dont on sait qu’ils auront un avis éclairé (sur les boulons).

Et sauf à être en dehors de notre cible d’investissement, de proposer une mauvaise expérience client, d’avoir vu récemment un autre membre de l’équipe ou de proposer un pitch en deçà du précédent, Les VC sont curieux donc on vous recevra avec intérêt pour vous écouter nous parler boulons…

Et on essaiera toujours de le faire le plus vite possible car on sait que vous êtes pressés ;)

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.